Navigation – Plan du site
I. Construction de la science, construction de l'État

Les ressources scientifiques de l'Occident au service de la modernisation de l'armée ottomane (fin XIXe -début XXe siècle)

Odile Moreau
p. 51-67

Résumés

Au XIXe siècle, l'appel aux ressources scientifiques de l'Occident pour moderniser l'armée paraît l'un des enjeux politiques majeurs pour le pouvoir ottoman. Il eut recours à des instructeurs étrangers et à des missions militaires accréditées auprès de la Porte pour encadrer ses projets. Ainsi, en réaction aux défaites militaires sur terre et sur mer, les premières écoles européanisées de l'Empire furent les écoles militaires. Les Tanzîmâtdonnèrent la première grande impulsion à l'apprentissage des sciences modernes dans les écoles militaires dans la première moitié du XIXe siècle. Cette formation conduisit à une modification des représentations du monde des officiers diplômés qui jouèrent un rôle particulier dans la société ottomane.

In the 19th century, the recourse to Western scientific resources appears as a major goal of the Ottoman power. To realize its projects, Istanbul invited foreign military instructors and military missions. The first « Europeanized schools » which opened in the Ottoman Empire were military ones created in reaction to the defeats suffered by the Ottomans. In the first part of the 19th century, the Tanzîmâtgave an important impulsion towards learning modern sciences in the military schools. This kind of education changed the world of the educated officers who played a specific role in Ottoman society.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

  • 1  Dans l'Empire ottoman, au XIXe siècle, les Tanzîmât (pluriel du substantif arabe tanzîm, mise en o (...)
  • 2  Le sultan Selîm III (1789-1807) créa en 1794 un nouveau corps d'infanterie, appelé nizâm-i cedîd' (...)

1Les réformes des Tanzîmât1 furent mises en place pour sortir de la « tradition », c'est-à-dire du système ancestral qui perdurait alors. Au XIXe siècle, cela signifiait s'inspirer des techniques européennes pour combler un retard devenu tangible. Ce dernier s'exprimait d'abord en termes militaires et s'était traduit par des défaites successives. Selim III fut le précurseur des réformes du XIXe siècle avec le nizâm-i cedîd2, puis Mahmûd II en fut l'artisan avec la mise sur pied d'une armée nouvelle.

2Celle-ci mettait fin à l'organisation militaire de type classique de l'Empire ottoman, fondée sur la « professionnalisation de l'armée », en abolissant le corps des Janissaires en 1826. Fondée par le sultan Mahmûd II, cette nouvelle armée reposait sur le système de la conscription répandu dans les armées européennes depuis la Révolution française. Des perfectionnements furent apportés à cette armée de conscription, par strates successives, jusqu'à l'avènement de la République.

3La solution préconisée pour rénover l'armée était de la doter d'armements nouveaux et d'instruire les soldats dans les « savoirs modernes » en créant des écoles militaires afin de forger un nouvel état d'esprit dans l'institution militaire. Ainsi, grâce à l'acquisition de savoirs techniques et scientifiques, ces jeunes officiers constitueraient de nouvelles élites et de futurs cadres non seulement pour l'armée, mais aussi pour la société ottomane toute entière.

4Dès le début du XVIIIe siècle, l'Empire eut recours à des spécialistes étrangers qu'il employait à titre individuel. Tels le comte de Bonneval (1675-1747) qui servit sous le règne de Mahmûd I (1730-1754) ou le baron de Ton, sous le règne de Mustafa III (1757-1774), qui diffusèrent l'influence française et participèrent à la réorganisation selon les modèles européens.

5Les premières tentatives d'ouverture d'écoles de type européen ne durèrent pas du fait de la résistance des janissaires. Ce fut le cas des écoles d'artilleurs de Humbarhâne et de l'école d'ingénieurs de Mühendishâne, en 1731, sous le règne de Mahmûd I (1730-1754). Puis à l'époque de Mustafa III, un autre essai à Karaagaç connut le même sort.

6L'école des ingénieurs de la marine (Mühendishâne-i Bahrî-î Hümayun) fut fondée en 1773 grâce aux efforts déployés par Djezayïrlï Ghâzî Hasan Pacha en réaction à la défaite des forces navales ottomanes à Çeşme en 1770. Elle fut la première école à enseigner les techniques connues alors en Europe. Son objectif était de former des officiers de marine connaissant la géométrie et la géographie, la cartographie et la construction des galions. Le premier başhoca (professeur principal) fut Seyyid Hasan Efendi, un mathématicien connaissant l'arabe, le persan, l'italien, l'anglais et le français (Dülen, 1985, vol. 2 : 511). Cette école recrutait des ressortissants européens qu'elle employait à titre individuel. Puis en 1795, elle fusionna avec la nouvelle École du génie militaire : Mühendishâne-i Berri-i Hümayûn, destinée à former des officiers spécialisés, notamment pour l'artillerie. Elles furent les deux premières écoles militaires ouvertes à former des ingénieurs dans les « armes savantes », c'est-à-dire en ingénierie militaire. À cette époque, elles étaient les seules à enseigner l'astronomie (ilm-i hey'et). Cette discipline fut ensuite étudiée dans les écoles secondaires militaires ('askerî rüsdiye) à partir de 1838 et dans les écoles préparatoires militaires ('idâdi-i 'umûmî 'askerî) après 1869 (Dülen, 1985, vol. 1 : 165-166). Le français était étudié dans ces deux écoles et il devint obligatoire à l'École du génie militaire. Les officiers diplômés de ces écoles jouèrent ensuite un rôle important. Tel Dervich Pacha (1817-1878) qui fit ses études à Mühendishâne-i Berri-i Hümayûn, puis en Europe. À son retour, il enseigna la physique et la chimie à l'école de Guerre ainsi que - pour la première fois - à l'université. Inspecteur des écoles militaires et membre du Conseil d'État (Şura-yi Devlet), il a aussi rédigé deux ouvrages scientifiques, l'un relatif aux sciences naturelles (Usul-i Hikmet-i Tabiiye, méthode de sciences naturelles) et l'autre à la chimie (Usul-i kimya, méthode de chimie. Publié en 1848, ce dernier livre était d'ailleurs le premier ouvrage turc de chimie) (Dölen, 1985, vol. 1 : 178).

7Mais au XIXe siècle, l'appel à des instructeurs étrangers prit une toute autre dimension du fait de l'impulsion modernisatrice donnée à ce moment-là. En effet, au cours de ce siècle, l'appel aux ressources scientifiques de l'Occident, entre autres par le biais d'experts étrangers, pour moderniser l'armée, apparaît comme l'un des enjeux politiques majeurs, particulièrement pour le pouvoir ottoman. Celui-ci eut recours à des missions militaires accréditées auprès de la Porte pour encadrer ses projets. Ainsi, en réaction aux défaites militaires subies sur terre et sur mer, les premières écoles européanisées de l'Empire furent les écoles militaires.

8Progressivement, toute une pyramide d'écoles militaires allant du niveau élémentaire jusqu'au niveau supérieur fut mise en place : des écoles secondaires (rüşdiyezn 1838), écoles préparatoires ('idâdiye en 1846), une école de médecine militaire (Mekteb-i Tibbiye, 1827), l'école de Guerre (Mekteb-i Harbiye, 1834), l'école d'État-major (Erkân-i Harbiye, 1845) ainsi qu'une école navale (Mekteb-i Bahriye, 1838).

  • 3  Auparavant, les médecins étaient formés dans les medrese.

9L'école de médecine militaire (Tibbiye, 1827) fut ainsi la troisième école ouverte sur le modèle européen après Mühendishâne-i Bahrî Berri-i Hümayûn3. Tous les cours y étaient dispensés en langue étrangère jusqu'en 1870, date à partir de laquelle l'enseignement se fit en turc. La première école de médecine civile n'ouvrit ses portes qu'en 1866 à Istanbul (Mekteb-i Tibbiye-i Mülkiye) (Yolalici, 2000 : 658).

10La question de la formation des cadres militaires fut envisagée à la base. Les aspirants commençaient leur éducation militaire très tôt, dès la fin de l'enfance, et le corps militaire devenait leur nouvelle famille. Souvent recrutés dans des familles modestes d'Anatolie, ils suivaient leurs études militaires entre l'âge de douze et de vingt-cinq ans. C'était aussi une manière d'établir un lien indissoluble entre l'Etat et eux. Comme les janissaires à la période classique de l'Empire, ils n'avaient plus de véritables attaches familiales. De cette manière, ils étaient à même d'acquérir dans les meilleures conditions ces sciences et techniques modernes ainsi qu'un esprit de corps et pouvaient espérer une promotion sociale et économique.

11Dans un premier temps, nous envisagerons la formation à la science moderne dans l'armée, puis le flux des personnes et le mouvement des hommes.

La formation à la science moderne dans l'armée

12Les Tanzîmât donnèrent la première grande impulsion à l'apprentissage des sciences modernes dans les écoles militaires dans la première moitié du XIXe siècle. À la fin du même siècle, l'instructeur allemand von der Goltz fit adopter d'importantes réformes concernant la réorganisation générale de l'armée ainsi que les écoles militaires. L'armée ottomane était soucieuse d'acquérir les sciences nouvelles dans leur ensemble et nous présenterons plus loin l'une d'entre elles, la photographie.

Tanzîmât et instruction dans l'armée

13Mahmûd II prépara la fondation d'une école de Guerre en 1825. Pour ce faire, on ouvrit des compagnies de sïbyan (écoles primaires) à la caserne de Selimiye en 1831. Elles déménagèrent en 1834 à la caserne de Maçka où elles prirent le nom de Mekteb-i Harbiye (l'école de Guerre).

14Lors de la création de l'école de Guerre (1834), les soldats admis étaient analphabètes. En effet, il n'existait alors aucune école primaire ou secondaire pour les préparer à un tel cursus. C'est dire l'ampleur de la tâche à réaliser par les réformateurs des Tanzîmât. L'objectif d'une familiarisation avec les sciences nouvelles passait d'abord par l'alphabétisation, puis par l'acquisition de langues étrangères.

15Pour s'ouvrir à l'Occident, la connaissance de langues étrangères était un préalable incontournable. Il s'agissait en effet d'apprendre d'abord les langues dans lesquelles ces sciences étaient accessibles pour pouvoir ensuite les acquérir. Enseignés au début par des instructeurs étrangers, ces savoirs nouveaux furent ensuite dispensés en turc par les réformateurs qui effectuèrent de nombreuses traductions d'ouvrages. Ce mouvement de traduction fut extrêmement important pour l'apprentissage des savoirs venus de l'extérieur.

16Parmi les traducteurs d'ouvrages scientifiques, on rencontre de nombreux militaires. Par exemple, Ibrahim Edhem Pacha (1785-1865) a traduit en turc les « Éléments de géométrie » {Kitab-i usü'l-hendese) d'Adrien Legendre (1752-1833) publié en 1794 (Dölen, 1985, vol. 1 : 154). Des ouvrages de géographie furent traduits du français pour les écoles primaires (ibtidâiy) et secondaires (rüşdiye) à l'époque des Tanzîmât. Puis, dans la seconde moitié du XIXe siècle, on rédigea des ouvrages pour les écoles préparatoires ('idâdiye). Ahmed Muhtar Pacha écrivit un livre de géographie pour les écoles préparatoires militaires (Fenn-i Coğrafya, Istanbul, H. 1286/1869-1870) et Abdurrahman Şeref Bey écrivit une géographie générale {Coğrafya-i Umumî, Istanbul, 2 vol., H. 1301/1885-1886) (Dölen, 1985, vol. 1 : 191).

17Dans le domaine de la cartographie, des cartes marines modernes furent empruntées au début du XIXe siècle, notamment à la France et à l'Angleterre. Les cartes maritimes et terrestres de l'Empire ottoman furent réalisées par des étrangers, tels l'allemand Heinrich Kiepert dans les années 1840. Des cours de topographie, de géodésie et d'astronomie étaient alors dispensés à Mühendishâne-i Berrî-i Hümayûn et à Harbiye. Ce n'est que plus tard que les Ottomans se,mirent à confectionner des cartes de type moderne. Par exemple, Cevdet Pacha réalisa une carte de l'Anatolie orientale et de la Syrie (Dölen, 1985, vol. 1 : 194-195).

18À partir de 1834, l'étude de langues étrangères telles l'arabe, le persan et le français se répandit dans les écoles militaires. Dans les écoles préparatoires ('idâdiye), l'arabe et le persan étaient enseignés pendant les deux à trois années du cursus. La connaissance de ces deux langues était nécessaire pour être admissible à l'école de Guerre. Le français fut ensuite enseigné à Harbiye à partir de 1840. Dès la fondation de l'école de Guerre en 1834, des cours de physique et de chimie y furent dispensés. En revanche, ces disciplines ne furent introduites à l'école d'état-major qu'après 1867 (Dölen, 1985, vol. 1 : 178). Lorsqu'il fut ministre de l'éducation, Emin Pacha (1841-1845) donna une impulsion à la modernisation de l'enseignement. Il affecta à l'école de Guerre un officier d'état-major ingénieur (formé à Mühendishânè), BüyükTahir Efendi, pour qu'il y enseigne le calcul et la géométrie. À partir de 1842, les étudiants ayant bien progressé, on commença à leur faire passer un examen de sortie qui conditionnait l'obtention des grades, à savoir ceux de lieutenant en premier et de lieutenant en second. Cette formation en ingénierie (Mühendishâne-i Berrî-i Hümâyun) devint en 1847 l'école d'artillerie (Topçu Harbiye Mektebi), puis fusionna en 1871 avec l'école de Guerre.

19Afin d'étoffer l'encadrement de l'armée ottomane, d'autres écoles militaires furent ouvertes en 1846 dans différentes localités de l'Empire, telles Bursa, Edirne et Manastir. Il s'agissait d'écoles préparatoires à l'école de Guerre ('idâ-diye) ayant une scolarité de cinq ans. Les cours commencèrent en 1846 et les premiers diplômés sortirent en 1848. Puis, de nouveaux rüşdiye et 'idâdiye furent ouverts en 1864, à Erzurum, en Bosnie et à Bagdad.

20Au niveau supérieur, la création de l'école d'état-major (Erkân-i Harbiye, 1845) vint couronner l'édifice. Il s'agissait d'une académie militaire où l'enseignement était assuré au début par des experts européens, Français ou Prussiens.

21Ultérieurement, en 1864, l'enseignement de la langue française fut particulièrement mis en valeur par Galip Pacha, le Directeur de l'école de Guerre (1864-1871). Des enseignants furent alors appelés de France. On réalisa que le niveau médiocre en français des étudiants était le résultat de leur apprentissage tardif de cette langue à l'école de Guerre. Il fut alors décidé qu'elle serait enseignée dès les écoles préparatoires ('idâdiye) (Ergin, 1939 : 427). Mais la véritable réforme de l'enseignement eut lieu bien plus tard, à l'époque de von der Goltz dans les années 1880.

22Dans le domaine maritime, la suprématie militaire de l'Angleterre ainsi que des récits de voyage très critiques à l'endroit des écoles navales ottomanes conduisirent les Ottomans à se tourner vers cette puissance. La langue anglaise fut alors enseignée à la place du français à l'école navale (Mekteb-i Bahriye) (Avci, 1963 : 60).

23Un autre palier fut franchi dans l'histoire de l'éducation militaire en 1873. Les cours des écoles préparatoires ('idâdiye) passèrent alors de quatre à trois ans. Les épreuves orales furent supprimées et remplacées par des épreuves écrites. Différentes mesures furent adoptées pour élever le niveau de l'école de Guerre afin qu'il approche de celui de ses homologues européennes. Des cours plus modernes furent notamment introduits (Avci, 1963 : 31). Ils investirent non seulement le champ scientifique mais aussi celui de la littérature et de la culture générale. Süleyman Pacha (1838-1892) joua un rôle important dans cette orientation.

24Promu général en 1874, Süleyman Pacha devint directeur de l'école de Guerre et se consacra à la préparation du programme des écoles et des collèges militaires. Écrivain et poète, il a rédigé de nombreux ouvrages destinés à l'enseignement dans les écoles militaires et civiles. Ces ouvrages avaient trait à la littérature, l'éloquence et la grammaire de la langue turque notamment. Il accorda une place importante à la littérature française et aux idées de la révolution française qui bercèrent alors les étudiants de l'école militaire. Ces livres de littérature européenne diffusèrent les idées libérales et occidentales (Mardin, 1992 : 67). La notion de patrie (vatari) développée par les Jeunes-Ottomans fut enseignée dans les écoles militaires grâce à Süleyman Pacha (Aydemir, 1961 : 4).

25Ce « général-politicien » prit une part importante à la déposition du sultan Abdùl'azîz en 1876 qui amena le sultan Murâd V sur le trône. Peu après, il fut nommé maréchal (müsir) et affecté à la tête de l'armée des Balkans. En 1876, il participa à la guerre entre l'Empire et la Serbie, puis en 1877, il commandait l'armée d'Herzégovine. Il s'illustra par plusieurs batailles victorieuses et fut proclamé gâzî après la bataille de Sipka en Bulgarie où il arrêta l'ennemi. À la fin de la guerre, il fut affecté au conseil de Guerre (Harp Dîvâni) (A.T.B., août 1984 :59).

  • 4  SHAT, 7N1624, Constantinople, rapport n° 28 du 14 juin 1876.

26Rendu responsable de la défaite des armées ottomanes à l'issue de la guerre, en 1878, il fut déféré devant une cour militaire. Son jugement est l'un des nombreux procès de l'après-guerre grâce auxquels le nouveau sultan 'Abdülhamîd élimina un certain nombre de personnages indésirables. Il semblerait que les proches du ministre de la Guerre Hüseyîn 'Avnî Pacha, qui avait joué un rôle de premier plan lors de la déposition du sultan 'Abdül'azîz, étaient particulièrement visés. Le général Süleyman Pacha faisait partie des officiers généraux qui étaient du complot. Commandant de l'École militaire, il avait donné l'ordre aux élèves de l'Ecole de prendre les armes. Il commandait la première colonne composée du bataillon de l'Ecole militaire qui descendit vers Beşiktaş pour entourer le palais de Dolmabahçe4. Porteur d'idées progressistes, proche des Jeunes Ottomans et ayant aidé son frère Murâd V à accéder au pouvoir, il était vu comme un danger par le nouveau sultan qui pratiqua de véritables épurations au début de son règne afin d'étouffer tout germe d'opposition (Moreau, 1997 : 288-291). Ses titres lui furent retirés et il fut condamné à la peine capitale par une cour militaire. Mais sa sentence fut commuée en une peine d'exil d'une durée théorique de six ans. En fait il décéda à Bagdad, quatorze ans plus tard, toujours en exil.

27De nombreux officiers de l'ancienne génération et partisans du modèle français furent ainsi écartés. De plus, après la défaite française de 1870 face à l'Allemagne, le système militaire français fut abandonné comme référence unique. Les tactiques et techniques allemandes furent introduites après la guerre russo-turque (1877-1878). La venue de von der Goltz comme inspecteur général des écoles militaires en 1883 marqua un tournant à cet égard. Ayant auparavant enseigné l'histoire militaire à l'Académie de Guerre à Berlin, il contribua à renforcer le prestige moral dont jouissaient déjà les écoles militaires et y introduisit de grandes réformes (Moreau, 2001 (2) : 264-266). L'influence allemande dans le domaine militaire devint alors une ligne de continuité jusqu'à la proclamation de la république (Avci, 1963 : 60).

Les réformes apportées par von der Goltz

28Jusqu'en 1870, l'école de Guerre suivait le programme militaire français. Or, après l'arrivée de von der Goltz au début des années 1880, le système en vigueur à l'école de Guerre de Berlin devint la référence. Une plus grande importance fut notamment accordée au dessin et aux mathématiques. Les enseignements furent alors séparés en deux groupes, à savoir entre matières scientifiques et matières militaires enseignées à l'état-major (Avci, 1963 : 32). En outre, lorsque von der Goltz arriva en Turquie, c'était l'enseignement pratique qui faisait le plus défaut aux étudiants (Von der Goltz, 1932 : 113). Le ministre de la Guerre approuva sa proposition de dispenser des cours pratiques. Il introduisit aussi de nouvelles matières militaires et non militaires, telles l'étude des magasins du grand état-major, l'enseignement des armes, l'histoire de la guerre, l'histoire de l'art militaire, l'organisation des armées étrangères, l'art de l'armée ottomane, la géographie stratégique et statistique, la tactique appliquée, le service d'état-major sur le terrain ainsi qu'un cours de littérature militaire (Wallach, 1976 : 58).

29Von der Goltz enseigna, publia et diffusa dans les écoles militaires ottomanes des ouvrages militaires allemands. De ce fait, il joua un rôle très important dans l'éducation des jeunes officiers ottomans. Pour mettre fin à l'étude des livres français, il fit publier des ouvrages destinés à l'École de Guerre. La doctrine allemande y était enseignée et notamment les préceptes de Clausewitz. Lors de sa première mission militaire de douze années dans l'Empire (1883-1895), il fit publier en langue turque plus de quatre mille pages d'ouvrages allemands (Von der Goltz, 1932 : 114). L'enseignement de la langue allemande se généralisa dans les écoles militaires, suivant le modèle des Deutsche Kriegschule. La langue française, qui était auparavant obligatoire, devint alors facultative. Von der Goltz s'employa à former un état-major compétent et fonda une Académie militaire, sur le modèle de la Berliner Kriegsakademie.

  • 5  SHAT (Service Historique de l'Armée de Terre française, Vincennes), 7N1632, Constantinople, rappor (...)

30L'influence allemande eut aussi pour effet de modifier le mode de recrutement des officiers d'état-major en 1899 selon le système de recrutement prussien. Les officiers admis à l'école d'état-major étaient considérés comme des stagiaires et leur nombre fut porté à cinquante. Un brevet d'état-major venait sanctionner leurs trois années d'étude à l'école. Ils devaient alors effectuer en outre un stage de deux ans dans un régiment. Cette sanction donnée aux trois années d'étude accomplies apportait un plus au cursus et les deux années de service leur donnaient une expérience précieuse5.

31Par ailleurs, Von der Goltz était le spécialiste allemand qui connaissait le mieux l'armée ottomane et au demeurant, celui qui l'a le plus influencée. En effet, par-delà les réformes, les cours et la mise en avant d'un modèle allemand présenté comme éminemment supérieur, il a marqué les générations de jeunes officiers qui l'ont côtoyé et qui sont devenus des inconditionnels de ce modèle. Il eut sans aucun doute une influence sur ceux qui furent les auteurs de la « révolution Jeune Turque de 1908 » et sur les réformes militaires qu'ils s'empressèrent de faire adopter.

32L'exclusivité de certaines formations dispensées dans les écoles militaires souligne le rôle précurseur de l'armée vis-à-vis de la société. Deux exemples illustrent plus particulièrement cet état de fait : tout d'abord, celui de la formation en ingénierie que nous avons évoqué plus haut, et celui de l'enseignement de la photographie.

Un exemple de science moderne aux armées : la photographie

33L'importance accordée à la photographie — par son enseignement précoce à l'armée ainsi que la place qu'occupèrent les photographes - est à souligner.

34L'enseignement de la photographie commença d'abord dans les armes savantes de l'armée, à l'École impériale d'ingénieurs (Mühendishâne-i Berri-i Hümayûn). Dès 1805, une caméra obscure fut importée de Grande-Bretagne et des cours de photographie furent ajoutés à ceux de dessin (Çizgen, 1993 : 329). Elle fut ensuite enseignée dans l'armée de terre et la marine. Les premiers photographes militaires sortirent diplômés de l'École impériale d'ingénieurs et de l'École militaire dans les années 1860 : le capitaine Hüsnü Bey (1844-1896), Servili Ahmed Emin (1845-1892) et Üsküdarlï Ali Rïza Pacha ( ?-1907) (catalogue des albums photographiques de Yï'ldïz, 1992, IV). Ils traduisirent un grand nombre d'ouvrages relatifs à la photographie. La première traduction en date fut réalisée en 1873 par le capitaine Hüsnü Bey : « Usul-ü Fotograf Risalesi » (Guide de l'art de la photographie) (Hüsni, 1873).

35La carrière de photographe militaire, comme celle de peintre militaire, était alors très prisée et reconnue. Détenteurs de savoirs nouveaux, les photographes étaient considérés comme des officiers d'avant-garde. Les photographes militaires étaient des officiers de haut rang, proches du pouvoir et mettant leurs talents au service du sultan. Les officiers Bahriyeli Ali Sami et Ali Sami Aközer sont des exemples très significatifs à cet égard.

36Diplômé en 1892 avec le grade de lieutenant dans la marine et d'ingénieur en construction, Bahriyeli Ali Sami était photographe en chef à Dariilaceze (l'hospice des pauvres) et professeur de photographie à l'école navale. En 1893, il publia un livre : « Meabadi-i usulu fotoğrajya » (Les débuts de l'art photographique). Nommé photographe impérial sous le règne hamidien, il prépara de nombreux albums pour le sultan, puis se retira dans la marine en 1909.

37Quant à Ali Sami Aközer, il fut l'un des vingt-quatre officiers diplômés en artillerie de l'École Impériale d'ingénieurs, en 1886. Il enseigna la peinture et la photographie dans cette école. Nommé colonel d'artillerie, il devint professeur de photographie au Palais et donna des cours au prince Burhaneddin pendant de nombreuses années. En 1898, il fut désigné comme photographe militaire pour accompagner l'Empereur allemand Guillaume II lors de sa visite dans l'Empire ottoman, d'Istanbul à Jérusalem. Nommé aide de camp du sultan en 1899, il reçut la tâche d'immortaliser toutes les visites officielles dans l'Empire (Çizgen, 1987 : 138).

38Certains photographes étaient très en faveur au Palais et bénéficièrent même de nominations à des grades militaires. Tel le photographe Kenan Pacha, qui tout en poursuivant ses travaux de photographie, devint le principal conseiller de Abdülhamît dans la commission créée en 1897 pour le recouvrement des dommages de guerre. La consécration de sa carrière fut sa promotion au grade de général en 1900 (Moreau, 2001 (1) : 26-30). La maîtrise de cette science nouvelle permettait des carrières brillantes et même des nominations à des grades militaires. Elle bénéficiait d'une reconnaissance extraordinaire à l'époque.

39Mais par-delà l'étude dans les écoles, le mouvement de la science suit aussi celui des hommes qui se déplacent pour l'acquérir ou la dispenser.

Le flux des personnes, le mouvement des hommes

40Le flux des personnes prit de multiples formes. Dans un premier temps, de manière classique, des étudiants ottomans furent envoyés pour se former à l'étranger, puis à l'heure de la mission militaire allemande dans l'Empire ottoman, à partir des années 1880, des officiers allemands furent appointés dans l'armée ottomane et des stagiaires ottomans furent envoyés pour servir dans l'armée allemande.

L'envoi d'étudiants ottomans à l'étranger

41Les réformes se manifestèrent par l'envoi d'étudiants en Europe à partir de l'année 1834 ainsi que par l'appel à des enseignants et des ingénieurs venus d'Europe.

42Les premiers envois d'étudiants s'effectuèrent entre 1834 et 1838. Cinq partirent pour Londres en 1834, puis cinq autres pour Vienne en 1835. En 1836, l'un fut envoyé à Paris, quatre à Vienne et un à Londres. Avec les dix qui se rendirent à Vienne en 1838, la première vague d'expatriés comptait vingt-six étudiants (Avci, 1963 :28).

43L'enseignement du français étant au programme de l'école de Guerre depuis 1840, une école ottomane (mekteb-i 'Osmâniye) fut ouverte à Paris en 1855. Elle fut en activité jusqu'en 1874. Elle comptait soixante étudiants issus de l'école de Guerre, de l'école vétérinaire et des autres écoles militaires. Ses cours suivaient le programme de l'école préparatoire à l'école de Guerre de Paris et étaient dispensés par des professeurs français et turcs (Ergin, 1939 :427). Elle perdit de son importance après l'ouverture du lycée impérial (mekteb-i sultanî) à Istanbul en 1867 (Tekeli, 1995 : 467). Elle fut fermée en 1874 et neuf écoles rüşdiye furent ouvertes pour y pallier. Ouverte la même année, l'école menşe-i muallimin fut chargée de former des enseignants civils et militaires pour les écoles militaires (Ergin, 1939 : 432).

44Lors du Traité de Paris, en 1856, quarante-six étudiants ottomans furent envoyés faire des études en France. Vingt d'entre eux étaient issus de l'école d'ingénieurs de l'armée de Terre. Quinze furent envoyés au Prytanée de la Flèche de décembre à juin 1856, puis ils furent tous réunis dans l'école ottomane fondée à Paris. Après avoir bien progressé dans la langue française, huit d'entre eux devinrent élèves de l'école de Saint-Cyr entre 1862 et 1864 (Yerasimos, 1990 : 58-59).

Des officiers allemands appointés dans l'armée ottomane

45À l'époque hamidienne, des officiers allemands furent nommés à des fonctions dans l'armée ottomane. Il ne s'agissait pas d'experts étrangers accrédités auprès de la Porte, mais plutôt d'officiers-techniciens placés en mise en disponibilité par l'armée allemande au profit de l'armée ottomane. Des privilèges leur étaient conférés. Dès leur arrivée, par exemple, un avancement très rapide leur était offert.

46Outre l'encadrement des forces terrestres ottomanes, les Allemands avaient une sorte de mainmise sur l'ensemble de l'édifice militaire. Par exemple, la mission de réformer la gendarmerie en Macédoine, dans la région de Selânik et de Manastïr, fut confiée, en 1909, au colonel von Rüdgisch, alors que l'Allemagne n'était pas détentrice de savoirs particuliers dans ce domaine. Ce n'est que par la suite que la réorganisation de la gendarmerie toute entière fut attribuée au général français Baumann. Un titre semblable à celui de commandant en chef lui fut confié jusqu'à la Première Guerre mondiale (Ortayli, 1981 : 70). Les Jeunes-Turcs, en faisant appel à la France, voulaient rééquilibrer leur politique avec les puissances européennes.

47Le même problème se posa pour la marine. Les colonels allemands Starke, Kalau vom Hofe assuraient depuis 1891 la fonction de conseillers au ministère de la Marine. Lors de la guerre gréco-ottomane de 1897, l'amiral Kalau vom Hofe entra en conflit avec le ministre de la Marine, Hasan Pacha, qui avait donné l'ordre à sa flotte se trouvant aux Dardanelles d'attaquer les bateaux grecs en mer Egée. Il s'opposa à cet ordre, au motif qu'aucun de ces bateaux n'en avait la capacité (Wallach, 1976 : 103). En tout cas, les instructeurs allemands dans la marine ottomane restèrent en poste jusqu'à la seconde monarchie constitutionnelle, date à laquelle le nouveau ministre de la Marine, Djemal Pacha, prit l'initiative d'une réforme complète et fit appel à des conseillers anglais.

Les stagiaires ottomans dans l'armée allemande

48Après l'arrivée de Von der Goltz, l'envoi d'étudiants en Europe se développa, privilégiant les échanges avec l'Allemagne. Un premier groupe d'étudiants fut envoyé en 1883, puis un deuxième en 1887 (Avci, 1963 : 32). L'envoi de stagiaires ottomans dans l'armée allemande était le corollaire de l'enseignement de la doctrine allemande. Quel que fut leur grade dans l'armée ottomane, ils adoptaient le grade et l'uniforme de second lieutenant dans l'armée allemande et ne pouvaient être promus premier-lieutenant qu'après deux ans de séjour dans le régiment. En revenant en Turquie, ils recevaient le grade immédiatement supérieur à celui qu'ils avaient au moment de leur départ pour l'Allemagne.

  • 6  PA-AA (Archives du ministère des Affaires étrangères allemand), Türkei n° 139, A. 14409, Thérapia, (...)

49En 1905, le sultan exprima le souhait d'envoyer des stagiaires sous-officiers turcs en Allemagne pour qu'ils acquièrent le maniement de l'artillerie à tir rapide. De plus, il aurait voulu que des sous-officiers allemands viennent en Turquie pour aider à l'introduction de ces canons dans l'Empire. Mais cette idée ne fut pas retenue en partie à cause du problème de la langue. L'attaché militaire allemand fit envoyer un grand nombre d'officiers d'artillerie allemands en Turquie pour des missions de courte durée6.

  • 7  PA-AA, Türkei n° 139, ad A. 12635, Militärbericht n° 105 du 5 août 1908.

50En l'espace de vingt-cinq ans, une centaine de jeunes officiers ottomans furent formés dans l'armée allemande7. Ces officiers furent par la suite le soutien le plus important du courant allemand dans l'armée ottomane.

Jeunes Turcs et influence allemande

51Les Jeunes Turcs, pour protéger l'intégrité de l'Empire ottoman, prônèrent la militarisation de la société. Leur ferveur nationaliste les conduisit aussi à un interventionnisme dans le domaine économique. Cette orientation, sensible dès 1908, se traduisit notamment par des préparatifs de guerre qui les menèrent à une alliance avec l'Allemagne.

La militarisation de la société

  • 8  Vazife ve mes'uliyet : 'asker, publié au Caire en 1906.

52« La Nation en armes » conçue par von der Goltz fit des émules chez les Jeunes-Turcs. Il traduisit son ouvrage en turc « Millet-i Musallaha »qui avait eu un grand retentissement dans toute l'Europe. À cet égard, Ahmed Riza, l'un des grands penseurs du parti Jeune-Turc, était convaincu du rôle indispensable que l'armée aurait à jouer. L'Empire ottoman se devait d'être un État militaire. Il écrivit plusieurs ouvrages dans ce sens, prônant le rôle salvateur de l'armée, considérée comme une élite, exaltant les vertus d'un patriotisme naissant qu'il fallait diffuser parmi toutes les strates de la population sans distinction de race ou de religion. Il préconisait une Nation armée et une forme d'État militaire dans son opuscule intitulé « Devoir et responsabilité du soldat »8. Le coup d'État du 23 janvier 1913 qui amena Mahmûd Sevket Pacha au pouvoir marqua la prise du pouvoir par les militaires. Après les guerres balkaniques, ces principes furent mis en œuvre. On assista alors à une militarisation de la société avec la création d'organisations paramilitaires, allant jusqu'à « enrégimenter » les écoliers. En effet, la jeunesse fut embrigadée dans les écoles après 1908, et particulièrement dans toutes les grandes écoles en dehors de l'école de Guerre (Mülkiye, l'école de Sciences politiques, Dâr-ül-fünun, l'université) (Aktar, 1985, vol. 2 : 518-530). Les organisations paramilitaires furent créées à l'initiative du Comité Union et Progrès pour la défense de la patrie, telle l'Association de la défense nationale (Müdâfa-i Milliye Cemiyeti). Créée en 1913, l'association de la Force turque (Turk Gücü Cemiyeti) s'inspirait quant à elle des organisations de scouts de l'Allemand Pfadfinder. Elles dispensaient à la fois des activités sportives mais aussi une éducation et des entraînements militaires. Sur le plan idéologique, elles prônaient le turquisme. Elles reçurent l'appui du ministère de la Guerre dans leur entreprise. En 1914, elles furent remplacées par les associations de la force ottomane (Osmanli Güç dernekleri), organisation des milices de jeunesse supervisée par l'allemand von Hoff (Toprak, 1985, vol. 2 : 531-536).

Nationalisme et interventionnisme

  • 9  SHAT, 7N1636, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.
  • 10  La loi sur le service militaire des non-musulmans rut approuvée le 25 juillet 1909 par le sénat et (...)

53Après la « révolution Jeune-Turque » de juillet 1908, la nouvelle équipe dirigeante conçut un train de réformes concernant l'armée qui furent adoptées très rapidement en l'espace de trois mois. De par leur nombre, leur ampleur, leur profondeur et la rapidité avec laquelle elles furent engagées, elles montrent l'importance primordiale de la rénovation de l'armée pour les Jeunes-Turcs. Il s'agissait plus d'une réorganisation que d'une révolution dans les sphères militaires. En effet, il n'y eut pas de remise en cause de la totalité de la structure de l'organisation militaire, mais une réforme générale qui touchait à la fois à l'état d'esprit dans l'armée - influencée par l'Ottomanisme - et codifiait la pratique par des règlements. L'avènement de la monarchie constitutionnelle marqua pour l'armée ottomane l'heure de la rénovation, en lui rendant sa liberté; liberté de penser, d'agir et de manœuvrer9. Elle permit aussi la préparation d'une réforme extrêmement importante et particulièrement sensible, le recrutement des non-musulmans en 190910.

54Tout d'abord, la Haute commission d'inspection militaire fut supprimée. Cette commission siégeait au Palais sous la présidence du sultan et était un organe indépendant du ministère de la Guerre. Elle comprenait un nombre considérable de membres, dont les trois quart ne siégeaient qu'à titre honorifique. Elle fut remplacée par une commission nouvelle, moins nombreuse, mais mieux composée, se réunissant au ministère de la Guerre sous la présidence de son ministre. Cette commission prit le nom de Conseil des affaires militaires. Ce dernier avait des attributions à peu près analogues au Conseil supérieur de Guerre. Il est essentiel de noter qu'il s'émancipait de la tutelle du pouvoir politique du sultan et devenait uniquement militaire.

55Mais le Comité Union et Progrès cherchait aussi à encadrer et à mobiliser les masses. Il organisa de grands meetings et ouvrit de vastes souscriptions populaires, notamment pour l'achat de nouveaux bateaux de guerre. Il usa de boycotts contre les produits en provenance d'Autriche après l'annexion de la Bosnie-Herzégovine (octobre 1908), puis contre les Italiens lors de l'invasion de la Tripolitaine (1911). En filigrane, se profilait l'idée de créer une « économie nationale » (mîllî iktisâd) (Georgeon, 1990 : 595). Il s'agissait du volet économique d'un nationalisme en plein essor, qui, là aussi, suivait l'exemple allemand. Alors que la bourgeoisie ottomane était composée essentiellement de minoritaires, favoriser l'émergence d'une bourgeoisie turque dans l'État ottoman lui permettrait de maîtriser les rouages de son économie. Peu avant le début de la Première Guerre mondiale, le gouvernement édicta une loi sur l'encouragement de l'industrie prévoyant une série de mesures en faveur des producteurs indigènes et notamment un accès prioritaire aux commandes de l'État (Dumont et Georgeon, 1990 : 612-613).

La préparation à la guerre

  • 11  SHAT, 7N1636, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

56Sur le plan militaire, et dès la « révolution Jeune-turque », l'intention du ministre de la Guerre était d'orienter l'instruction des troupes vers le but unique de la préparation à la guerre et de couronner, chaque année, cette instruction par de grandes manœuvres. Il ne pouvait s'agir de manœuvres à grands effectifs, car l'étendue du territoire, la dispersion des garnisons et le manque de communications ne permettaient pas les grandes concentrations. Mais des petites réunions de brigades ou même parfois de divisions étaient prévues afin de leur faire exécuter des évolutions d'ensemble et des manœuvres tactiques11.

57Puis, le traumatisme des guerres de Tripolitaine et balkaniques provoqua une radicalisation du pouvoir entre les mains des militaires. Il s'agissait d'un véritable engrenage dans lequel la guerre était perçue comme la seule issue pour reprendre les territoires perdus.

58Le dispositif d'aide militaire allemande avec la mission conduite par Liman von Sanders en 1913 déboucha effectivement sur une alliance militaire. Cette décision semble avoir été prise vers le mois de juin 1914. Le Traité secret d'alliance fut signé le 2 août 1914. Plusieurs hypothèses peuvent être formulées : les Jeunes Turcs étaient tout d'abord animés par un désir de revanche, ils souhaitaient prioritairement récupérer les territoires perdus de l'Empire, mais aussi mettre fin à la tutelle financière et politique du régime des capitulations.

59La formation aux sciences modernes conduisit à une modification des représentations du monde des officiers diplômés. Enseignés dans des langues étrangères nécessitant un apprentissage, ces savoirs introduisirent une autre perception du monde, une ouverture vers des formes d'altérité qui provoquèrent une distanciation de ces jeunes officiers vis-à-vis de leur société. Ils devinrent alors des intermédiaires culturels entre l'Occident et l'Empire, des introducteurs de modernité et de pensée nouvelle.

60Le phénomène de subordination du développement scientifique et technique aux besoins de l'armée eut pour conséquence la faible diffusion des sciences modernes dans la société. Dans la première moitié du XIXe siècle, l'enseignement des disciplines scientifiques modernes était l'exclusivité des écoles militaires. La transmission de ces connaissances avait pour objectif d'améliorer intrinsèquement les performances de l'armée dans les domaines de l'artillerie, des fortifications ou de la construction navale. Ce n'est qu'en 1884 que sera ouverte une école du génie civil.

61Les officiers instruits étaient une élite peu nombreuse, ce qui leur a conféré un statut très particulier dans la société. Naturellement cadres de l'armée, ils avaient aussi vocation à occuper des postes de cadres civils. D'où la place très particulière qu'occupe l'armée dans la société turque. Elle est considérée comme un corps d'excellence et d'élite en matière de formation, détentrice de savoirs pionniers. À l'époque hamidienne, les militaires occupaient des postes d'administrateurs dans les provinces, et ce mouvement ne fit que s'accroître après 1908 car les militaires furent les véritables acteurs de la « révolution ». Dès lors, on rencontra encore plus de militaires dans l'administration qu'auparavant.

62Ces officiers ne se sont plus positionnés en des termes d'allégeance inconditionnelle à un souverain, mais à un État, à un Empire, qu'il s'agissait de sauver. Formés dans un esprit de corps, ayant acquis un important professionnalisme, ils l'ont mis au service de l'Empire. Il est intéressant de noter que le Comité d'Union Ottomane fut fondé au sein de l'école de médecine militaire d'Istanbul. Il se diffusa progressivement dans l'Empire, en commençant par les écoles supérieures d'Istanbul : l'Académie militaire, l'Académie navale et certains centres devinrent très actifs tels ceux de Selânik et de Manastir.

63L'effectivité des réformes est significative puisque l'institution militaire évolua. L'armée qui était initialement un « outil » pour la défense de l'Empire devint à l'époque des Jeunes Turcs, et grâce aux réformes de la période précédente, tin « outil » de modernisation de la société.

64Le militarisme et le maintien de l'intégrité et de l'unité de l'Empire étaient deux moteurs puissants chez les Jeunes-Turcs. C'est pourquoi ils ont été les acteurs de transformations durables dans l'Empire, telle la « révolution Jeune-Turque » (1908) qui posa les bases d'une armée nationale, mettant fin à son organisation communautaire. Cette « révolution Jeune-Turque » était l'aboutissement des réformes militaires des Tanzîmât au XIXe siècle et portait en elle les germes de la « révolution kémaliste ». De ce fait, l'adoption des sciences de l'Occident a participé au phénomène qui a conduit les élites de la Turquie à « se penser en Europe ».

Haut de page

Bibliographie

AKTAR Y., « Tanzimat'tan Cumhuriyet'e Gençlik » (La jeunesse des Tanzimat à la République), in Tanzimat'tan Cumhuriyet'e Türkiye Ansiklopedisi (vol. 2), Istanbul, Ilestisim Yayinlari, 518-530.

Askerî Tarih Bulteni (A.T.B.) (Bulletin d'Histoire Militaire), août 1984.

AVCI A., 1963, Türkiye'de askerî yüksek okullar tarihçesi (Histoire des écoles militaires supérieures en Turquie), Ankara, Genelkurmay Basimevi.

AYDEMIR Ş.S., 1961, Suyu arayan adam (L'homme qui cherchait de l'eau), Istanbul.

ÇIZGEN E., 1987, Photography in the Ottoman Empire 1893-1919, Istanbul, Haset Kitabevi.

— 1993, article « fotoğrafçïlïk » (la photographie), in Dünden bugüne Istanbul Ansiklopedisi (Encyclopédie d'Istanbul d'hier à aujourd'hui) (vol. 3), Istanbul, Türkiye Ekonomik ve Toplumsal TarihVakfi, 329-331.

DÛLEN E., 1985, « Tanzimat'tan Cumhuriyet'e Bilim » (La science des Tanzimatz la République), in Tanzimat'tan Cumhuriyet'e Türkiye Ansiklopedisi (vol. 1), Istanbul, Ilestişim Yayinlari, 154-196.

— 1985, « Mühendislik eğitimi » (L'enseignement en ingénierie), in Tanzimat'tan Cumhuriyet'e Türkiye Ansiklopedisi (vol. 2), 511-516.

DUMONT P. et GEORGEON F., 1990, « La mort d'un empire (1908-1923) », in R. MANTRAN (dir.), Histoire de l'Empire ottoman, Paris, Fayard, 577-647.

ERGIN O. N., 1939-1943, Türk maarif tarihi (L'histoire de l'enseignement en Turquie), vols. I-IV, Istanbul.

FINDLEY C.V., 1980, Bureaucratic Reform in the Ottoman Empire. The Sublime Porte, 1789-1822, Princeton, Princeton Univ. Press.

GEORGEON F., 1990, « Le dernier sursaut (1878-1908) », in R. MANTRAN (dir.), Histoire de l'Empire ottoman, Paris, Fayard, 521-576.

GOLTZ C., (Generalfeldmarechal Freiherr v. d.), 1932, Denkwürdigkeiten, préparé et publié sous la dir. de Von der GOLTZ et W. FÖRSTER, Berlin.

HÜSNI, 1288/1289 (1873), Risale-i fotoğrafya (Guide de la photographie), Istanbul, Ceride-i Askeriye Matbaasi.

IHSANOGLU E., 1992, « Tanzimat öncesi ve Tanzimat dönemi Osmanli bilim ve egitim anlayisi » (La manière de concevoir la science et l'éducation avant et pendant la période des Tanzimât), in 150 yilinda Tanzimat (150 ans de Tanzîmât), Ankara.

IHSANOGLU E. (dir.), 1992, Transfer of Modem Science and Technology to the Muslim World, Istanbul, IRCICA.

Images d'Empire. Aux origines de la photographie en Turquie, catalogue de l'exposition, collection de P. GIGORD, textes de G. BEAUGE et E. ÇIZGEN, 1993, Istanbul, Institut d'Études Françaises d'Istanbul.

MARDIN Ş., 1992, Jön Türklerin siyasî fikirleri 1895-1908 (Les idées politiques des Jeunes Turcs), Istanbul, Iletişim, 4e éd.

MOREAU O., 1997, Entre innovation et tradition, une lecture du réformisme ottoman à travers l'outil militaire, du Congrès de Berlin à la Première Guerre mondiale (1878-1914), thèse de doctorat, Université de Paris-Sorbonne, Paris IV, 2 vol., 706 p.

— 2001, 1« 19. yüzyil sonunda Osmanli Ordusunun görüntüsü nasildi » (À la fin du XIXe siècle, quelle était l'image de l'armée ottomane ?), Tarih ve Toplum, n° 206, Istanbul, 26-30.

— 2001, « Objectifs et stratégies dans l'aide militaire allemande aux Ottomans », Revue Internationale d'Histoire Militaire, n° 81, Vincennes, 260-276.

ORTAYLI I., 1981, II Abdülhamit döneminde Osmanli Imparatorlugu'nda Alman nüfuzu (L'influence allemande dans l'Empire ottoman à l'époque d'Abdiilhamid), Ankara, Ankara Uni-versitesi, Siyasal Bilgiler Fakiiltesi Yayinlari, n° 479.

ŞISMAN A., 2000, « The first Ottoman students in France at the beginning of the 19th century »,in The great ottoman turkish civilisation, Ankara, vol. 2, 669-673.

TEKELI I., 1985, 17 « Tanzimat'tan Cumhuriyet'e Eğitim sistemindeki değişmeler » in Tanzimat'tan Cumhuriyet'e Türkiye Ansiklopedisi (vol. 2), Istanbul, Ilestişim Yayinlari, 456-477.

TOPRAK Z., 1985, « II Mesrutiyet döneminde paramiliter gençlik örgütleri » (Les organisations paramilitaires de jeunes sous la seconde monarchie constitutionnelle), in Tanzimat'tan Cumhuriyet'e Türkiye Ansiklopedisi (vol. 2), Istanbul, Ilesti§im Yayinlari, 531-536.

WALLACH J., 1976, Anatomie einer Militärhilfe. Die Preussich-Deutschen Militärmissionen in der Türkei 1835-1919, Düsseldorf.

YERASIMOS S., 1990, « Les ingénieurs ottomans », in Bâtisseurs et bureaucrates, Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, E. LONGUENESSE (dir.), Études sur le Monde Arabe n° 4, Lyon, Maison de l'Orient, 47-63.

Yιldtz FotografAlbümleriKataloğu (Catalogue des albums photographiques de Yιldiz), 1992, lre partie, Istanbul, p. IV.

YOLALICI E., 2000, « Education in the Ottoman Empire in the 19th century »,in The great ottoman turkish civilisation, Ankara (vol. 2), 657-661.

Haut de page

Notes

1  Dans l'Empire ottoman, au XIXe siècle, les Tanzîmât (pluriel du substantif arabe tanzîm, mise en ordre, réorganisation), processus de modernisation voulu par le haut, avaient pour but une réorganisation de l'Etat et de la société. Pour sauver l'Empire, un processus de centralisation administrative, de modernisation de l'appareil étatique et d'occidentalisation de la société fut mis en œuvre. Ce mouvement de réforme connut trois temps forts, à savoir, la promulgation de la charte de Gülhâne en 1839, puis celle du rescrit impérial, Hatt-îHümayûn, en 1856, enfin sa clef de voûte fut la promulgation d'une Constitution ottomane en 1876. La charte de Gülhâne a de multiples caractères : judiciaire, financier, administratif et militaire. Tous les sujets de l'Empire sont déclarés égaux sans distinction de religion ou de nationalité ; chaque individu est jugé devant la justice conformément à la loi ; chacun verse directement des impôts à l'Etat en fonction de ses revenus ; l'affermage est aboli ; chaque localité fournit un contingent militaire. Le rescrit impérial de 1856 est animé par le même esprit que la charte de Gülhâne en précisant les droits et les devoirs des sujets ottomans. Un processus de centralisation administrative, de modernisation de l'appareil étatique et d'occidentalisation de la société fut aussi mis en œuvre. La constitution ottomane promulguée en 1876 renouvelle aux sujets toutes les garanties offertes par les chartes de 1839 et de 1856. Mais elle fut suspendue lors de la guerre russo-turque de 1877-1878.

2  Le sultan Selîm III (1789-1807) créa en 1794 un nouveau corps d'infanterie, appelé nizâm-i cedîd' (la nouvelle organisation), entraîné à l'européenne par des officiers français, anglais et allemands, doté de moyens financiers propres et dont les membres étaient essentiellement recrutés en Anatolie. Cette entreprise réussit en Anatolie, mais échoua dans les Balkans à cause de l'opposition des notables locaux.

3  Auparavant, les médecins étaient formés dans les medrese.

4  SHAT, 7N1624, Constantinople, rapport n° 28 du 14 juin 1876.

5  SHAT (Service Historique de l'Armée de Terre française, Vincennes), 7N1632, Constantinople, rapport n° 246 du 23 novembre 1899.

6  PA-AA (Archives du ministère des Affaires étrangères allemand), Türkei n° 139, A. 14409, Thérapia, le 11 août 1905, Bodman à M. le chancelier, le comte von Bülow.

7  PA-AA, Türkei n° 139, ad A. 12635, Militärbericht n° 105 du 5 août 1908.

8  Vazife ve mes'uliyet : 'asker, publié au Caire en 1906.

9  SHAT, 7N1636, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

10  La loi sur le service militaire des non-musulmans rut approuvée le 25 juillet 1909 par le sénat et sanctionnée par irade le 8 août 1909. La taxe d'exonération militaire qui leur était imposée était abolie à partir de l'année 1907. La loi fut donc applicable à partir de 1909 et la cérémonie de l'appel des soldats non-musulmans sous les drapeaux eut lieu au courant du mois de novembre 1909. Cf. SHAT, 7N1636, Constantinople, rapport n° 404 du 13 décembre 1909.

11  SHAT, 7N1636, Constantinople, rapport n° 299 du 19 janvier 1909.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Moreau, « Les ressources scientifiques de l'Occident au service de la modernisation de l'armée ottomane (fin XIXe -début XXe siècle) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 101-102 | juillet 2003, mis en ligne le 25 octobre 2004, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://remmm.revues.org/42

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page