Navigation – Plan du site
II. Lectures

Cassar Carmel, L’honneur et la honte en Méditerranée, Édisud, 2005, 85 p.

Julie Alev Dilmaç
p. 279-281

Texte intégral

1L’honneur, comme valeur sociale, sexuelle, économique et politique, bien que variant d’une région à l’autre, est le garant des relations interpersonnelles des sociétés méditerranéennes. Tel est le postulat de départ de Carmel Cassar, maître de conférence en histoire à l’université de Malte qui a consacré beaucoup de ses écrits à l’histoire culturelle des valeurs.

2À travers l’exemple de diverses sociétés de la Méditerranée, telles les communautés de Sicile et d’Andalousie, des bergers du Nord de la Grèce et des bédouins d’Égypte, ce petit ouvrage met en lumière les composants de la structure de l’honneur, notamment, dans le cas de la famille nucléaire, celui de la fidélité au chef de la communauté dont l’honneur collectif - dont il est le garant - se reflète dans sa propre personne. Il représente le noyau autour duquel se tisse les relations sociales de la societas, définie par les liens de parenté, en opposition à la civitas, la société civile, caractérisée par un système de règles s’appliquant à tous les membres de la société. Son prestige et son honneur sont renforcés par l’image sociale que lui confère le groupe, dans lequel son autorité, mise en scène à travers un simple regard, mot ou geste, suffit à légitimer ses actions. Or, cette estime n’est jamais totalement acquise et se doit d’être protégée des atteintes extérieures ; le groupe doit être soudé et éviter tout écart aux règles de conduite.

3Les comportements sociaux sont définis par rapport au sexe et au statut de l’individu dans le groupe. Ainsi, l’homme se doit d’être doté de courage, d’honnêteté et de loyauté et de protéger les siens, alors que l’honneur de la femme n’est que d’ordre sexuel. Elle se doit d’être chaste et pudique. Le comportement de celle-ci est mis en avant aussi bien dans l’honneur que dans la honte, car par un écart de conduite son déshonneur rejaillit sur toute la famille et sur les générations futures. Étant l’élément permettant la continuité du groupe familial du fait de sa fonction reproductive, la femme est donc la garante de l’honneur, alors que l’homme en est le protecteur à travers la riposte de la violence physique face à l’outrage.

4La distinction entre l’honneur comme conduite, poussant l’individu à se soumettre au contrôle social de son comportement, et l’honneur comme qualification, qui souligne l’importance de la réputation publique, renvoie à l’œuvre incontournable de Pitt-Rivers.

5L’honneur, synonyme de la valeur qu’une personne a d’elle-même ainsi que celle que lui attribue son entourage, doit être protégé de tous types de menaces, tels, par exemple, les commérages, qui contribuent à l’affaiblissement de la réputation de l’individu pris pour cible et du renforcement de celui qui les profère. Cet élément de conflit et de contrôle social entraîne une compétition entre acteurs : le déshonneur et l’humiliation publique d’un groupe entraînent automatiquement le renforcement de la supériorité d’un autre groupe, considéré comme conforme aux critères définissant l’honneur. L’auteur prend pour exemple l’Andalousie où le « qu’en dira-t-on » et l’insulte, visant la mère, supposent la validité et la continuité du déshonneur sur plusieurs générations. L’honneur, dans cette région, est caractérisé par la séparation du domaine public, réservé aux hommes, et du domaine privé, sphère dirigée par la femme, élément central de la maison. Dans cette relation entre les sexes, l’homme est responsable de la femme car c’est en elle que réside l’honneur moral, qui distingue les individus au comportement correct, de ceux qui n’ont plus accès à la reconnaissance sociale à cause d’un écart antérieur aux normes de la communauté. Cette catégorisation comprend les gitans, les voleurs, les mendiants et femmes débauchées, pour qui le déshonneur est imposé de l’extérieur. La personne déshonorée, considérée comme « sans honte » (vergüenza) ne s’expose plus à l’humiliation, puisqu’elle se voit obligée de reconnaître son déshonneur. D’ailleurs, l’insulte, liée à la sexualité, accentue l’opprobre et la stigmatisation de l’individu. Ainsi, afin de souligner la virilité outragée de l’homme trompé, celui-ci se voit sanctionné par l’appellation cabrón (bouc). Ce déshonneur est d’autant plus virulent qu’il renvoie automatiquement à la non protection de la famille par l’homme, donc au manque à son devoir principal. Toute la famille se voit alors sans défense et sans défenseur. Cette analyse, qui rappelle une fois de plus les travaux de Pitt-Rivers, souligne la réciprocité entre l’honneur féminin et masculin. Ainsi, les hommes sont responsables de l’honneur de leurs femmes, associé à la pureté sexuelle, et leur honneur découle de la manière dont ils endossent leurs responsabilités envers leurs familles.

6L’honneur peut, de même, prendre de la valeur à travers la dimension économique entraînant le prestige social. C’est le cas, notamment, chez les bergers Sarakatsans des montagnes Zagori en Grèce, où le troupeau, signe de richesse, présuppose une certaine indépendance face à la communauté. Or, cette reconnaissance doit être entretenue car le rang n’est jamais acquis : pour cela, il existe certaines conventions à respecter, basées sur des idéaux communs au groupe comme, par exemple, se montrer hospitalier et généreux envers les étrangers, ou constituer des dots conséquentes pour les jeunes filles.

7Chez les Sarakatsans, il existe trois étapes de la virilité, analysées précédemment par John Campbell, qui entraînent une compétition symbolique entre les membres de la société. Ainsi, le jeune adulte doit être fier, courageux, s’abstenir de toute relation sexuelle et riposter par la violence à l’outrage, et ce, même s’il doit payer de sa personne. Il sera alors glorifié après sa mort et sa mémoire sera perpétuée. L’homme marié, en revanche, ayant la responsabilité de ses proches et de sa famille, ne peut s’engager dans une riposte aussi brutale. Il devra chercher des compromis, rester insensible à l’injure et développer des stratégies habiles, légitimant même le mensonge. Enfin, lorsque le chef de famille arrive au stade de la vieillesse, il se défait des contraintes sociales qu’il relègue à ses fils.

8Ici, l’héritage de l’honneur et la transmission des règles de conduites sont visibles. Il en est de même dans nombre de sociétés musulmanes dans lesquelles le sang permet de lier les individus entre eux dans le présent, tout en les rattachant au passé, définissant ainsi leur identité culturelle. Chez les bédouins Awlad ‘Ali d’Égypte, étudié par L. Abu-Lughod, le code d’honneur reste très attaché au lignage du sang et aux qualités morales conférées par la parenté. Ainsi, il existe une distinction entre les parents de sang (garîb) rattachés par un ancêtre commun, et les étrangers (gharîb).

9Chez ces bergers transhumants, l’honneur, nommé sharaf, se réfère à de nombreuses valeurs dont la principale correspond à la liberté (hurr). L’homme libre, par conséquent le « vrai » homme, ne doit en aucun cas céder à ses pulsions sexuelles, ce qui le rendrait dépendant d’une femme, signe de faiblesse conduisant au déshonneur ultime. D’ailleurs, cette caractéristique est, d’après les bédouins, le propre des Égyptiens, considérés comme de « sang mêlé et impur » et trop laxistes avec les femmes, du fait de leur exposition jugée trop intime avec elles dans l’espace public. Cette situation ne convient pas à la structure de la société bédouine, dans laquelle les femmes étant perçues comme étant impures par nature, se doivent d’être soumises, et de respecter la séparation des espaces distribués selon les sexes. Ici, une autre caractéristique de l’honneur fait surface : l’honneur est associé à la réserve et à la pudeur (hasham) plus qu’à la honte. Cette humilité doit être l’attribut de la femme de la communauté bédouine. Cette position subordonnée est définie à travers son comportement, son silence et l’évitement des contacts avec un supérieur, mais aussi à travers le code vestimentaire, qui l’oblige à porter un voile et une ceinture rouge.

10Cette mise en relief de la virilité de l’homme, en opposition avec la discrétion féminine, est visible dans les autres sociétés étudiées par l’auteur. Ainsi, le « vrai homme » en Sicile sera défini comme possédant « de gros testicules » et en Andalousie comme ayant beaucoup de cojones. Ces interprétations ne s’arrêtent pas seulement à la mise en valeur des attributs physiques ou sexuels. Celles-ci dépendent aussi des responsabilités et des devoirs que l’homme doit accomplir envers sa femme. Si celui-ci est incapable de défendre l’honneur de la famille ou est victime d’adultère, la faute rejaillira sur sa propre personne, conduisant à l’ébranlement de sa réputation.

11Chaque société semble avoir une conception différente de l’honneur ; mais le dénominateur commun est l’importance de la surenchère de la violence physique en vue de la conservation de l’image sociale et réputation du groupe. On pense à Pierre Bourdieu, décrivant les relations entre l’honneur et le défi en Kabylie, où l’incapacité à  répliquer à la provocation par la riposte revient à perdre son honneur.

12C’est le cas notamment de la vendetta dans le Sud de l’Italie, où les crimes de sang sont encore au goût du jour. L’honneur est en jeu si les droits de propriétés sont enfreints : ils peuvent se référer aussi bien à la femme qu’à la terre. Un désaccord mineur, aggravé par un processus d’insultes, menace l’honneur. Face à cela, une seule solution : répliquer à l’outrage de la même manière. Cette relation de réciprocité suffit à retrouver l’estime publique. Si l’humiliation n’entraîne aucune action de la part de l’individu salit, le déshonneur sera considéré comme étant accepté par celui-ci.

13Ce qui ressort essentiellement de ces analyses est l’idée que l’honneur ne prend sens qu’en relation avec la honte et l’humiliation. Cette dualité permet aux individus de se positionner les uns par rapport aux autres (selon le sexe, l’âge, le statut...), de déterminer les limites du licite et de l’interdit, permettant ainsi la perpétuation de la cohésion sociale, qui, malgré les conflits liés au déshonneur, tend à se maintenir.

14Cet ouvrage, pertinent et synthétique, est indispensable pour les travaux concernant les études de genres et analyses des relations sociales et familiales dans les sociétés méditerranéennes. Il mobilise une bibliographie importante et reprend les grandes oeuvres anthropologiques et ethnologiques consacrées à l’honneur. Cependant, l’auteur semble ne rien apporter de nouveau aux travaux existants et lorsqu’il aborde le sujet de l’honneur dans les sociétés modernes, il ne donne au lecteur qu’une vague idée de la condition actuelle. L’émergence de la bureaucratie, de l’économie moderne, de l’urbanisation, des codes de conduites universels et de la révolution sexuelle ont contribué à l’effacement du pouvoir de l’honneur dans les relations sociales contemporaines. Pourtant, certaines pratiques subsistent, telle la vendetta dans les grandes villes siciliennes entre bandes rivales. Mais avec la transformation des mœurs et des rapports entre les sexes, il est de plus en plus difficile de faire une typologie de ces pratiques renvoyant au concept d’honneur.

Haut de page

Bibliographie

Abu-Lughod Lila, 1986, Veiled sentiments : Honour and Poetry in a Bedouin Society, Berkeley, Los Angeles-London.

Bourdieu Pierre, 1998, La domination masculine, Paris, Seuil.

Campbell John K., 1964, Honour, Family and Patronage, Oxford.

Pitt-Rivers Julian, 1997 (1977), Anthropologie de l’honneur, Hachette.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Alev Dilmaç, « Cassar Carmel, L’honneur et la honte en Méditerranée, Édisud, 2005, 85 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/4593

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page