Navigation – Plan du site
II. Lectures

Beck Robert et Madoeuf Anna, Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine, Tours, Presses universitaires François Rabelais et Maison des Sciences de l’Homme, 2005, 410 p.

Francine Fourmaux
p. 273-276

Texte intégral

1Comment prend-on du bon temps dans les sociétés urbaines, à l’époque moderne et contemporaine ? Telle est la question à laquelle plus d’une vingtaine de chercheurs ont consacré leurs analyses, rassemblées dans cet ouvrage par Robert Beck et Anna Madoeuf à la suite du colloque international et pluridisciplinaire « Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines, une approche comparative monde occidental – monde musulman » qu’ils ont organisé à Tours en 2003.

2L’historien Alain Corbin l’a montré, en ouvrant la voie par ses travaux, auxquels se réfèrent majoritairement les auteurs de cet ouvrage : loin d’être futiles et anodins, le loisir et le divertissement constituent un riche objet de recherche. Leur étude nous permet en effet d’appréhender les contextes culturels et sociaux qui les environnent, et leurs transformations. L’examen de leurs dimensions politiques (le rôle des pouvoirs locaux ou de l’État), économiques (commercialisation, professionnalisation), et symboliques (usages et représentations du corps, rapport à l’environnement naturel, ou conceptions du temps et de l’espace) contribue à la compréhension des sociétés humaines.

3Comme les coordinateurs ne manquent pas de le rappeler en introduction, les activités de loisir sont déterminées par des contraintes sociales, familiales, religieuses, professionnelles, économiques. Et c’est bien en référence non pas seulement au travail, mais à ce qui relève de « l’état d’esprit » de celui qui l’accomplit, en référence au découpage du temps ou de l’espace dont elle dépend et qu’elle génère, aux fonctions qu’elle remplit, aux sens et aux enjeux qui lui sont attribués, qu’une activité peut être considérée comme un loisir. Le parti pris est donc de délimiter un champ afin d’accéder à des phénomènes plus généraux, d’une façon en apparence indirecte ou détournée. Ainsi, Anna Madoeuf rend compte des mouleds du Caire sans référence à la dévotion et au religieux. Et c’est à partir de l’observation de la danse dans les cérémonies de mariage, que Maud Nicolas met en lumière l’organisation de la parenté et plus largement de la société à Tunis.

4L’un des intérêts de la lecture de cet ouvrage est précisément, comme le loisir lui-même, d’associer le plaisir du divertissement et celui de la connaissance. Par la restitution des ambiances, décrites de façon évocatrice, et à laquelle contribuent les illustrations, il constitue un outil de référence et un apport notoire aux travaux engagés sur l’histoire des loisirs et sur les mondes urbains, en ouvrant de multiples pistes d’analyse. Trois thématiques principales sont retenues : les identités, les formes et les usages du temps et de l’espace, et les contrôles et les encadrements.

5La diversité des sources mobilisées est à l’échelle de la variété des objets et des approches : presse, archives de police, correspondance, écrits journaliers, programmes d’établissements de spectacle, registres de comptes d’estaminets et de cafés, textes de loi… qui, comme le regrettent les coordinateurs dans leur introduction, ne donnent pas toujours accès aux distractions illicites. La question est vaste et le projet ambitieux d’établir une histoire comparée des loisirs sur cinq siècles, en mobilisant à la fois l’anthropologie et la géographie urbaine, l’histoire de l’architecture, la sociologie et l’économie, en s’intéressant à l’Occident et au Moyen-Orient. Anna Madoeuf et Robert Beck ont toutefois su relever ce pari en ordonnant les contributions autour de ces trois axes.

6Le loisir est d’abord examiné en tant que marqueur social, instrument de distinction et d’affirmation des statuts, des appartenances et des aspirations identitaires : résidences secondaires de la bourgeoisie (O. Zeller, Paris, Lyon, xviiie siècle), commensalité et pratique du théâtre amateur des Francs-Maçons (P.-Y Beaurepaire, Europe, xviiie siècle), promenade ostentatoire en calèche de l’aristocratie de cour (S. Pascalis, France, xviie et xviiie siècles), sociabilité et tourisme culturel des compagnons (J.-M. Moine, France, xixe siècle), influence d’une élite cosmopolite sur l’aménagement urbain (J. Vadja, Paris, 1855-1937), photographie muséographique et touristique et image identitaire d’une ville (C. Joschke, Brême, 1863-1940), évolution des loisirs des femmes (F. Tarozzi, Italie, xixe et xxe siècles), analyse de la mise en scène du corps dansant comme indicateur des statuts au sein du groupe familial élargi et des identités sexuées dans la société tunisienne (M. Nicolas, Tunis, xxe siècle).

7La double perspective du temps et de l’espace urbains permet ensuite de rendre compte des rythmes propres à certaines activités de loisir et de leur inscription spatiale et sociale : l’écoute musicale comme agrément complémentaire à l’art de gouverner (F. Alazard, Venise, xvie et xviie siècles), la répartition des espaces et des temps privés et publics, féminins et masculins (A.-K. Rafeq, Damas, diversion and pleasure xviiie-xixe siècles), les transformations du quartier du Palais Royal et la place du Théâtres de variétés comme alternative à la cour et à la foire, dans une « articulation entre géographie ludique de la ville et hiérarchie symbolique des spectacles et des genres » (O. Dautresme, Paris, xviiie siècle : 179), l’évolution de la sociabilité d’un maître-passementier par sa fréquentation régulière des tavernes tout au long de sa vie (R. Beck, Landshut, xixe siècle), la morphologie des stations thermales et balnéaires (B. Toullier, France, 1840-1939), les cafés-concerts et l’identité nationale (J.-C. Diedrich, Lorraine allemande et française, 1870-1914), l’émergence et le développement économique d’entreprises de loisirs (C. Perrin, Tours, 1870-1936), le rôle de l’architecture dans la création d’ambiances favorisant les loisirs tout autant que le commerce (E. Monin, Nantes, 1950-1970), les effets sur la morphologie urbaine de la double évolution de la diffusion du septième art : des salles du centre-ville vers les multiplexes de la périphérie (E. Blin, Tours, xxe siècle), le rôle symbolique des parcs d’attractions en tant que modèle de ville utopique (S. Didier, Anaheim-Californie, xxe siècle), la plasticité des jardins publics entre sphère publique et sphère privée (G. Gillot, Le Caire, Rabat, Damas, xixe-xxe siècles), la transfiguration éphémère d’un quartier, des comportements et des relations dans l’effervescence d’une fête religieuse (A. Madoeuf, Le Caire, xxe siècle).

8Enfin, la problématique du contrôle éclaire les enjeux politiques, religieux et moraux du loisir, analysé en tant qu’objet et instrument de pouvoir et de domination, voire d’aliénation : le processus de civilisation des mœurs des classes populaires par leur fréquentation des sites balnéaires aristocratiques (J.-K. Walton, Angleterre, 1840-1939), la valorisation du théâtre par les classes moyennes du Pirée comme progrès et revendication identitaire – européenne - face à l’aristocratie locale des gros commerçants et industriels (Y. Yannitsiotis, Le Pirée, xixe siècle), les réunions au café comme espace de débat et de décision pour les notables commerçants de l’assemblée citadine qui dirige la ville (N. Lafi, Tripoli, xixe siècle), l’évaluation et la sélection des comédiens de théâtres municipaux comme droit d’expression des contribuables, et son confinement par les autorités dans l’espace culturel (M. Gersin, Lyon, xixe siècle), les usages politiques des bains de mer comme loisir démocratique (M. Anastassiadou-Dumont, Istanbul, xixe-xxe siècles), l’organisation d’activités récréatives éducatives et de terrains de jeux, comme lutte contre l’essor des loisirs commerciaux (M. Dagenais, Montréal et Torronto, 1900-1940), et comme moyen de répression de la criminalité juvénile (E. Avdela, Athènes, 1950-1960 : 397-406).

9La plupart des contributions sont centrées sur les habitants des villes considérées, mais les visiteurs, pèlerins ou touristes ne sont pas négligés pour autant :  les caravanes des pèlerinages à la Mecque (A.-K. Rafeq), les fidèles de province qui se rendent au Caire pour célébrer un saint (A. Madoeuf), les Anglais et les Américains qui séjournent à Paris (J. Vajda).

10Des recherches sur les spectacles et les attractions itinérantes, les troupes de saltimbanques, les fêtes foraines ou les cirques, absentes de cet ensemble, contribueraient sans doute à nourrir cette réflexion sur les sociétés urbaines.

11Si le contexte urbain est le lieu de passage du divertissement au loisir organisé (la pratique de la danse à Tunis, les jeux d’enfants et de jeunes adolescents au Canada), la ville favorise aussi les distractions informelles et le simple spectacle de la rue (compagnons, dans la lignée des penseurs qui déambulaient dans les villes). L’inaction - ou l’inactivité - n’est d’ailleurs pas oubliée, qui suscite la rêverie ou l’observation, la méditation ou la contemplation, éventuellement spirituelles et religieuses (Damas, période ottomane, Abdul-Karim Rafeq : 159). Pourquoi ne pas envisager une étude sur le repos, la reproduction de la force de travail, la sieste - méridionale ?

12En vue de développements futurs, les coordinateurs manifestent leur intérêt pour des recherches sur des phénomènes comme l’ennui ou la pratique compulsive des collectionneurs, dans une démarche qui tiendrait compte des apports de la psychanalyse. Perspective prometteuse pour l’anthropologie aujourd’hui que de poursuivre l’exploration des questions de l’action, de l’implication et de l’émotion, engagée notamment par Christian Bromberger sur les « passions ordinaires », (1995), ou, pour les jeux d’enfants, par Georges Augustins, sur le jeu de billes comme  « lieu de passion, lieu de raison » (1988).

13Complémentaires à celles des trois axes principaux, d’autres questions transversales parcourent cet ouvrage, comme la répartition sexuée de l’espace et du temps, le partage du territoire (modes d’appropriation, d’évitement), les liens entre cultures populaires et cultures savantes, ou les relations - d’échanges, d’emprunts, de distinction - entre différentes villes, et entre ville et campagne.

14La comparaison Occident/Proche-Orient et Maghreb, encore peu développée jusque récemment, constitue l’un des apports novateurs de cet ouvrage. Elle est établie en terme de convergences davantage que de différences. Trois phénomènes sont dégagés : l’exubérance et la transgression périodique des normes, la fonction sociale du café, et la prépondérance des plaisirs sensoriels. De fait, manger (et les subtiles différenciations des pratiques de commensalité des Francs-Maçons à ce sujet donnent l’eau à la bouche : « agapes, banquets, buffets, pique-niques, soupers, croustillades » P.-Y. Beaurepaire : 337), mais aussi boire, fumer, se promener, se baigner, patiner etc. constituent les pratiques récurrentes. Un approfondissement pourrait être envisagé, par un recentrage sur  le corps, le sensoriel et le désir, qui apparaît finalement comme prolongement logique à cette question. Lors d’un prochain colloque ?

Haut de page

Bibliographie

Alphandéry P., 1996, « La nature de Disneyland Paris », Communications 61 : 79-91.

Augustins G., 1988, « Le jeu de billes. Lieu de la passion, lieu de la raison », Ethnologie française, XVIII, 1 : 5-14.

Bozon M., 1982, « La fréquentation des cafés dans une petite ville ouvrière », Ethnologie française, XII, 2 : 137-146.

Bozon M., Lemel Y., 1990, « Les petits profits du travail salarié. Moments, produits et plaisirs dérobés », Revue française de sociologie, 31-1 : 101-127.

Bromberger C., 1998 (dir.), Passions ordinaires, Paris, Bayard.

Eleb M. et Depaule J.-C., 2005,  Paris, Société de cafés, Paris, L’imprimeur, Coll. Tranches de villes.

Lallement M., 2003, Temps, travail et modes de vie, Paris, PUF.

Massard-Vincent J., 2006, Les temps du pub, Paris, Aux lieux d’être.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francine Fourmaux, « Beck Robert et Madoeuf Anna, Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l’époque moderne et contemporaine, Tours, Presses universitaires François Rabelais et Maison des Sciences de l’Homme, 2005, 410 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/4613

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page