Navigation – Plan du site
Première partie – Yémen, territoires et identités

Le Yémen au xviie siècle : territoire et identités

Yemen during the 17th c.: territories and identities
Tomislav Klarić
p. 69-78

Résumés

Au xviie siècle, le Ḥaḍramawt et le Yémen sont considérés comme des entités nettement distinctes. Géographiquement, le Ḥaḍramawt n´est pas perçu comme faisant partie du Yémen. Les frontières orientales de celui-ci sont constituées par la région de Yâfi‛ que l´on appelle également al-Mašriq ou Mašriq al-Yaman. Elles sont aussi déterminées en fonction des relations culturelles. L´occupation du Ḥaḍramawt pendant vingt ans par le pouvoir zaydite n´a pas rapproché ces deux contrées et n´a pas donné lieu à des échanges culturels plus approfondis. En général, pour l´élite savante de l´époque, l´appartenance à une ethnie ou à un territoire n´était que d´importance secondaire. Les différences d’importance majeure étaient d´ordre religieux. Les Ḥaḍramis adhérant au rite shaféite et les savants des Hautes-Terres au zaydisme, un gouffre idéologique séparait les uns des autres. La même indifférence régnait également entre les zaydites des territoires septentrionaux et les shaféites du Sud.

Haut de page

Texte intégral

1Au xviie siècle, les territoires, qui de nos jours constituent la République du Yémen, étaient unifiés sous un seul pouvoir : celui de la dynastie qâsimide. En effet, al-Manṣûr al-Qâsim (1597-1620) était le fondateur et éponyme de cette lignée d´imams zaydites, et un descendant du fameux Ḥasanide Yaḥyâ b. al-Ḥusayn al-Rassî (m. 911). Ce dernier avait introduit l´école juridique zaydite dans la région de Ṣa‘da à la fin du ixe siècle, période à partir de laquelle cette école se répandit et prit racine sur les hauts plateaux yéménites. Al-Manṣûr défia à la fin du xvie siècle les Ottomans, installés depuis 1538 au sud de la péninsule Arabique. Après une lutte acharnée de vingt ans, en s´appuyant sur la force militaire des tribus zaydites, il put s´emparer des Hautes-Terres septentrionales entre Ṣan‘â’ et Ṣa‘da, jetant ainsi les bases d´un nouvel État. Son fils et successeur al-Mu’ayyad Muḥammad (1620-1644) reprit dès 1626 le combat contre les gouverneurs de la Sublime Porte et réussit à mettre fin à la présence ottomane au Yémen.

  • 1 Yaḥyā b. al-Ḥusayn, Bahjat al-zaman fî târîkh awâdith al-Yaman, ms. 2492 de la Bibliothèque Occide (...)

2Les Qâsimides accomplirent ainsi, ce que leurs prédécesseurs directs, la famille chérifienne des Sharaf al-Dîn, ne réalisèrent que temporairement au xvie siècle : porter les bannières de l´imam zaydite au-delà des Hautes-Terres septentrionales, dans les plateaux méridionaux, aux centres Ibb et Ta‘izz, dans la bande côtière (la Tihâma), à Zabîd et aux ports de la mer Rouge. À la fin de cette conquête, le gros de la population des territoires sous domination qâsimide, appartenait à l´école juridique shaféite, majoritaire dans les régions côtières et méridionales yéménites. La ligne de démarcation entre les deux zones zaydite et shaféite, subit son dernier changement justement à la suite de l´expansion qâsimide, et elle s´établit, après la conversion au zaydisme de la tribu d´al-Ḥadâ’ en 1636 (Ibn al-Ḥusayn, Bahja, Mf°3b1; Ibn al-Wazîr, s.d. : 50), presque jusqu’à la hauteur de la ville de Dhamâr.

  • 2 Pour les détails de la campagne, Serjeant, 1989.

3Sous le troisième imam qâsimide, al-Mutawakkil Ismâ‘îl (1644-1676), eut lieu une troisième poussée du pouvoir zaydite. La région d´Abyan et ‘Adan en 1645, Yâfi‘ en 1654 et finalement le Ḥaḍramawt entre 1659 et 1660, furent soumises2. Le territoire sous domination qâsimide s´étendit alors de ‘Adan au Sud jusqu´à Abû ‘Arîš, Jâzân et Najrân au Nord, et d’al-Mukhâ à l´ouest jusqu´au Ẓufâr à l´est.

  • 3 Comme l’indique par exemple le titre de l´ouvrage de Salwâ al-Ghâlibî, 1991 ou celui de l´article d (...)
  • 4 Des hypothèses différentes ont été proposées quant à la localisation de Yamanat lesquelles vont de (...)

4Cette expansion territoriale dont les bords s´apparentent aux frontières du Yémen moderne, a amené différents chercheurs à considérer l´imam al-Mutawakkil comme l´unificateur du Yémen. Dans cette vision, durant le règne qâsimide, les antagonismes religieux et culturels, parfois accidentels, sont dépassés et l´unité du « Yémen » est pour la première fois durablement rétablie3. Pourtant, on peut se demander, à juste titre, si ce regard sur l’histoire n’est pas anachronique, puisqu’il part, en fait, du postulat d´une unité « naturelle » yéménite, laquelle est fondée, peut-être davantage, sur une « carte mentale » inspirée d´une certaine vision de l´espace culturel antique de l´Arabie du Sud, et renforcée par les mappemondes modernes. Or, sur le terrain, cette unité n’était pas effective. Il n’est guère évident que l´unité du « Yémen » antique, conçue comme territoire englobant le territoire du Yémen actuel ainsi que ses régions frontalières, notamment ‘Asîr et Ẓufâr, soit plus qu´une représentation mentale contemporaine. L’unification de la région sous une seule autorité est tardive et date du règne de Shammâr (ou Shâmir) Yuhar‘ish au début du ive s. Au Ier millénaire av. J.‑C. et aux trois premiers siècles de l’ère chrétienne, le territoire était divisé en plusieurs royaumes indépendants dont les populations se définirent par une langue et un panthéon communs. Au cours de la période préislamique, il n’est jamais fait mention d’un référent identitaire se rapportant à l’ensemble de l’Arabie du Sud (Beeston, 1996 : 3). Si le terme Yamanat apparaît au ive siècle, son acception reste ambiguë et ne semble pas désigner l’actuel Yémen. Ce terme apparaît dans la titulature des souverains ḥimyarites dans la formule « roi de Saba’, dhû-Raydân, Ḥaḍramawt et Yamanat ». Yamanat, dans cette formule, désignerait une région du Yémen actuel plus que l’ensemble de l’Arabie du Sud4.

5La même objection est valable pour le terme al-Yaman au cours de la période médiévale. Il reste tout un travail à faire pour définir ce qu´al-Yaman signifie aux époques données et dans le vocabulaire des historiographes des dynasties qui se sont suivies et ont régné en Arabie du Sud. L´article présent propose de donner une réponse aux questions suivantes : qu´est le Yémen aux xviie et xviiie siècles ? Quelle est l´étendue géographique que l´on prête au terme al-Yaman dans les œuvres historiographiques de cette époque ? Pouvons-nous déceler, une fois le terme al-Yaman défini, une identité yéménite, en ce temps-là, à partir des sources à notre disposition ?

6L´étude des œuvres historiographiques et leur utilisation dans cette étude semblent plus prometteuses que celles des œuvres des géographes, puisque les historiographes sont plus libres du fait purement géographique et ne sont pas obligés de suivre une tradition scientifique, dont les termes peuvent dépendre des délimitations et des schématisations d´autorités précédentes. En étudiant les œuvres historiographiques, on a l´espoir de trouver une représentation mentale du territoire qui est fondée, dans une plus grande mesure, sur l´identité sentie des auteurs exprimant ainsi les divisions politiques et culturelles existantes dans l´espace étudié.

7Les ouvrages de la période en question qui peuvent être interrogés sur ces questions reflètent la fragmentation religieuse des sociétés de la péninsule Arabique méridionale. Ils peuvent être divisés en deux catégories : l’une porte sur des produits littéraires émanant de la plume d´hommes de lettres appartenant à une école juridique sunnite, l’autre sur des œuvres de savants d´origine zaydite.

  • 5 Bâ Faqîh, 1999.
  • 6 Cet auteur est très peu connu. Voir Bâ Faqîh, 1999 : 10, l´introduction de l´éditeur. Al-Ḥibshî rej (...)
  • 7 Dans les sources médiévales, al-shirḥa est considérée comme une entité politique à part entière qui (...)
  • 8 Même si ces événements sont antérieurs à l´époque étudiée, ce qui compte ici, c’est la date de la r (...)

8Tâchons d´abord de cerner les frontières géographiques que l´on prêtait au mot al-Yaman et commençons – afin de rassembler les premières indications – par l´ouvrage Târîkh al-Shir wa akhbâr al-qarn al-‘âšir5 de Muḥammad b. ‘Umar al-ayyib Bâ Faqîh, un historiographe shaféite d´origine ḥaramī (1562 – après 1613 ?)6. L´ouvrage relate principalement l´histoire d´al-Shiḥr et du Ḥaramawt7, mais mentionne également des événements ayant eu lieu sur la péninsule entre ‘Adan et la Mecque ainsi qu´en Égypte et en Inde au xvie siècle8. En scrutant les sens du mot al-Yaman, il est possible de déceler trois significations différentes :

  • 9 Bâ Faqîh, 1999 : 37, 41, 48, 51 (?), 72, 133. Pour cette signification du mot, cf. Serjeant, 1990 : (...)

9La première signification d´al-Yaman est simplement celle de « sud ». Cette signification correspond au sens étymologique présumé du mot et semble être d´ancien usage9.

  • 10 Bâ Faqîh, 1999: 29 ?, 32, 58, 65, 89, 106, 111, 112, 135, 146, 150, 176, 181, 182, 183, 187, 194, 2 (...)

10La deuxième signification d´al-Yaman désigne les Hautes-Terres méridionales, les territoires méridionaux aujourd´hui yéménites d’al-Makhâ jusque ‘Adan ainsi que la Tihâma. Il est intéressant de constater que dans cette source ḥaramî, al-Yaman ne semble pas a priori englober les hauts plateaux septentrionaux10.

  • 11 Pour l´année 947/1540-1541, l´auteur note que "le gouvernorat de ‘Adan fut rajouté (aux compétences (...)

11enfin al-Yaman désigne dans cette source également une région méridionale du Yémen dont les frontières ne peuvent pas être cernées avec certitude, mais qui paraissent englober les régions autour d´Ibb, de Ta‘izz et la province nommée mikhlâf Ja‘far11.

  • 12 Bâ Faqîh, 1999: 266 “‘amma ’l-qaḥṭ al-Yaman wa-aramat wa-’l-Shir”, c´est-à-dire “une sécheresse (...)
  • 13 Bâ Faqîh, 1999: 395. Après avoir mentionné la mort du Sultan Badr b. ‘Abd Allâh al-Kathîrî, sultan (...)

12Ce qui est remarquable, c´est que ce Yémen-ci n´englobe pas le Ḥaḍramawt qui est traité comme un territoire réellement à part12. Depuis le Ḥaḍramawt, le Yémen est mentionné au même niveau que le Ḥijâz et l´Inde13.

  • 14 Soudan, 1999 (texte édité).
  • 15 Soudan, 1999 : 44 (texte édité).
  • 16 Soudan, 1999 : 31, 32, 58 (texte édité).
  • 17 Par exemple, chez Abū ‘Abd Allāh b. Muḥammad al-Dimašqī (m. 1327), qui emploie les termes tihâmiyya(...)

13La chronique al-Isân fī dukhûl mamlakat al-Yaman tata ill ‘adâlat Âl ‘Uthmân du î  Shams al-Dîn ‘Abd al-Ṣamad b. Ismâ‘îl al-Mawza‘î14, est une des rares chroniques en langue arabe du xviie s. composées par des  savants sunnites issus des Basses-Terres yéménites. Al-Mawza‘î, né à la fin du xvie s. ou au début du xviie s. et mort après 1622, était originaire du bourg d’al-Mawza‘. Il devint enseignant à la mosquée al-Muẓaffar et à la madrasa al-āhiriyya de Ta‘izz, suivant l´école d´al-Shâfi‘î. Dans son œuvre, il utilise les termes mamlakat al-Yaman et iqlîm al-Yaman, qui englobent la région entre Ṣa‘da et ‘Adan15. Il n´est pas possible de déterminer des frontières plus exactes. En tout cas, le Ḥaḍramawt n´entre pas dans le champ des régions dont les événements sont relatés. Al-Mawza‘î emploie également la distinction entre les Hautes-Terres, al-Yaman al-a‘lâ, et les Basses-Terres yéménites, al-Yaman al-asfal16. Cette différenciation est utilisée de longue date dans les chroniques et se trouve par exemple dans al-‘Uqûd al-lu’lu’iyya de l´historiographe de la dynastie rasûlide, ‘Alî b. al-Ḥasan al-Khazrajî (al-Khazrajî, 1906 : 73) ainsi que chez des géographes anciens17.

14Comparons ces premiers résultats avec l´utilisation du mot al-Yaman dans les sources zaydites de la même époque après l´expansion qâsimide. Dans ces sources, on trouve des significations correspondantes :

  • 18 Comme l´indique le titre de l´ouvrage de Yaḥya b. al-Ḥusayn : “Bahjat al-zaman fî târîkh awâdith a (...)
  • 19 Yaḥyâ b. al-Ḥusayn, 1996 : 36, 41 (al-Yaman al-asfal) et 242 (al-Yaman al-a‛lâ).

15al-Yaman comme englobant les régions méridionales ainsi que les Hautes-Terres18. Al-Yaman est également entendu avec ce sens large dans les expressions déjà mentionnées al‑Yaman al-a‘lâ et al-Yaman al-asfal, « Haut-Yémen », c’est-à-dire les hauts plateaux septentrionaux et « Bas-Yémen », c´est à dire les montagnes méridionales et la bande côtière19.

  • 20 Yaḥyâ b. al-Ḥusayn, 1996 : 51 (“fîhâ adhana al-imâm li-akhîhi Ismâ‘îl bi-l-ulû‘ min al-Yaman wa-bi (...)

16al-Yaman comme les régions méridionales, aujourd´hui yéménites, plus particulièrement les régions d´Ibb et de Ta‘izz20.

  • 21 Après la fuite du rebelle qâsimide Amad b. al-asan auprès des tribus de la région de Yâfi‘, l’ima (...)
  • 22 Sur Aḥmad b. Ṣa‘d al-Dîn al-Miswarî, on dit dans les abaqât al-zaydiyya al-kubrâ que « la plupart (...)

17Essayons pour l´instant de définir plus exactement les frontières orientales du "grand" Yémen, celui englobant les Hautes-Terres ainsi que les régions méridionales, comme il est représenté dans les sources zaydites. La frontière, à l´est, est apparemment constituée par Yâfi‘, dont les tribus sont désignées comme yéménites21 et la région d´al-Bayâ’, que l´on appelle aussi al-Mašriq ou Mašriq al-Yaman, « l´est du Yémen ». Tandis que la frontière orientale du Yémen qâsimide semble assez claire, il est difficile de se prononcer sur la frontière septentrionale qui semble bien s´approcher ou même englober la Mecque : la formule est effectivement al-Yaman min Adan ilâ Makka22.

18Cette expression peut être le témoignage des nouvelles données politiques après les conquêtes zaydites, dont l´influence s´étendit effectivement jusqu´à proximité de la Mecque : en témoignent les appels à l´aide de chérifs mecquois tels que Muḥsin b. al-Ḥusayn b. Abî Numayy (m. 1629) ou Aḥmad b. Mas‘ûd qui, dans leur conflit avec Aḥmad b. ‛Abd al-Muṭṭallib, se tournaient vers l´imam al-Mu’ayyad Muḥammad (Wüstenfeld, 1885 : 542, 555). En témoigne aussi le fait qu´une escorte armée zaydite, accompagnant le pèlerinage sous le commandement du gouverneur de Abû ‘Arîsh et Jâzân, pouvait s´avancer jusqu´à la région de Ḥalî au sud d´al-Qunfudha (Yaḥyâ b. al-Ḥusayn, 1996 : 47).

  • 23 Par exemple, Ibn Hawqal, 1964, I : 20.
  • 24 Épelé et vocalisé Ibn Dughthim dans Goschenour, 1984 : 335.

19En revanche, il pourrait également s´agir d´une réminiscence de vieilles définitions géographiques, dont quelques-unes placent encore la Mecque dans la Tihāma du Yémen23. Notons également que cette expression se trouve dans la littérature zaydite plus ancienne, notamment dans une urjûza de l´imam ‘Abd Allâh b. Hamza (m. 1217) qui selon Ibn Di‘tham24, date de juillet-août 1205, période où elle ne reflète pas de réalité politique sur le terrain yéménite (Ibn Di‘tham, 1993, II : 703).

20Rassemblons pour l´instant les premiers résultats :

21Ce que l´on ne trouve pas dans les sources, c’est l´utilisation du mot al-Yaman dont parle Serjeant : « The principle is that Sha´m and Yaman are north and south of wherever you happen to be standing » (Serjeant, 1990 : 478, note 22). À propos de quelqu´un qui se rend de Ṣan‘â’ à Ta‘izz, on dit bien qu´il descendit au Yémen, nazala ilâ ’l-Yaman. En revanche, cette expression n´est pas utilisée si quelqu´un se rend d´Ibb ou de Zabîd à ‘Adan. Le mot est connoté d´abord avec un sens régional et ensuite comme une direction. De la même manière, l´expression al-Shâm/al-Sha’m ne signifie pas simplement « nord », mais avant tout la région de Khawlân Ṣa‘da.

22Au xviie siècle, d´après les chroniques zaydites yéménites ainsi que shaféites, le Ḥaḍramawt n´est pas jugé comme appartenant au Yémen. Cette association remontait, dans les limites de l´époque islamique, au temps du prophète Muhammad. Celui-ci, ses premiers successeurs et les califes Umayyades ainsi qu´Abbasides, nommaient jusqu´au ixe siècle des gouverneurs à Ṣan‘â’, al-Janad et dans le Ḥaḍramawt. Le gouverneur du Ḥaḍramawt étant subordonné à celui de Ṣan‘â’, son gouvernorat fut au cours du temps considéré comme mikhlāf (province) du Yémen (Smith, 2004 : 337b). Il est difficile de se prononcer sur les relations entre le Yémen et le Ḥaḍramawt dans les périodes ultérieures entre le xe et le xve siècle à cause du traitement cursif de cette région dans les chroniques yéménites. Or, on peut justement se demander, si cette parcimonie en informations dans les sources n´est pas due au fait que le Ḥaḍramawt n´était plus considéré en tant que province yéménite, comme nous l´avons constaté du temps de la dynastie qāsimide. Au xviie siècle, cette situation est le résultat du gain d´indépendance politique dont le Ḥaḍramawt jouissait suite à l´essor de la famille des Kathîrî, groupe tribal provenant de la région de Ẓufâr. Ce groupe avait déjà pris, depuis la seconde moitié du xve siècle, le contrôle de certaines régions ḥaramies. Il n’était concurrencé que par des factions tribales de la région de Yāfi‘ qui y pénétrèrent dès la première moitié du xvie siècle. La domination qāsimide sur le Ḥaḍramawt fut un interlude qui ne dura qu´une vingtaine d´années, de 1660 à 1682 environ, date à laquelle la région de Yâfi‘ et tout le Mashriq chassèrent également les derniers gouverneurs zaydites et refusèrent de payer le zakât. Le Ḥaḍramawt garda son statut particulier jusqu´au xxe siècle, faisant partie du Eastern ‘Adan Protectorate et étant divisé entre le sultanat Kathîrî et le sultanat Ku‘aytî (Smith, 2004 : 338b).

23Il est intéressant de noter que l´occupation temporaire du Ḥaḍramawt par les Zaydites n´a pas donné lieu à des échanges plus approfondis. Ainsi, dans la chronique Bahjat al-zaman, laquelle couvre les événements du Yémen entre 1639 et 1688, la région n´est mentionnée qu´en relation d’abord avec l´expédition militaire sous l´imam al-Mutawakkil contre Yâfi‘ et ensuite avec l´expédition contre le Ḥaḍramawt même, une campagne par ailleurs assez fortuite et provoquée par un conflit au sein de la famille Kathîrî. Par la suite, le Ḥaḍramawt est presque uniquement nommé lors de l’envoi ou renvoi de gouverneurs. On remarque ce même manque de curiosité de la part de l´élite zaydite envers les régions méridionales yéménites habitées par les shaféites.

24Ce phénomène fut – nous nous en doutons – réciproque. Muḥammad Bâ Faqîh, par exemple, montre un intérêt pour les seules régions méridionales yéménites ainsi que la Tihâma. Les événements ayant lieu sur les Hautes-Terres ne sont relatés que sporadiquement. De la même manière, le champ de vision de l´auteur ne dépasse guère un réseau restreint d´hommes de lettres : des juristes shaféites et des savants à inclination soufi. Il fait totalement abstraction des oulemas zaydites. À l´instar de Bâ Faqîh, chez al-Mawza‘î, on constate un intérêt limité pour les régions méridionales. Là aussi, les Hautes-Terres sont traitées seulement dans le cadre de l´énumération de campagnes militaires ottomanes vers le nord ou dans le cas où des insurrections menacent les Basses-Terres.

25Notons enfin que malgré l´utilisation du terme al-Yaman, on ne voit nulle part un auteur se considérant comme yéménite ou une « yéménité » qui aurait imposé des limites au champ géographique des événements relatés. De même, après leur conquête de Yâfi‛, du Ḥaḍramawt et de Ẓufâr, les Qâsimides ne se sont pas perçus comme les unificateurs du Yémen.

26À cette époque, la pensée des auteurs qui appartiennent aux groupes sociaux des juges (quât) et des descendants du Prophète (sâda) s’oriente en fonction de la géographie religieuse. Pour les écrivains de l´époque, ce qui compte est avant tout l’appartenance religieuse. C’est elle qui fait frontière. Leur identité se constitue moins par le territoire sur lequel ils vivent ou l’ethnie à laquelle ils appartiennent que par leur filiation doctrinale et leur position dans un réseau particulier de savants. L’expression de ce sentiment se retrouve dans le fait que même dans les œuvres historiographiques, ce sont les biographies de savants qui prennent une place prépondérante. L´Autre, dans cette optique, n´est pas l´étranger, mais celui qui s´éloigne du bon chemin religieux.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Al-Dimašqī, 1923, Nukhbat al-dahr fî ‘ajâ’ib al-birr wa-’l-bar, Leipzig, Éd. A. Mehren.

Al-Khazrajī (‘Ali b. al-asan), 1906, al-‘Uqūd al-lu’lu’iyya fī tārīkh al-dawla al-rasūliyya, Londres, Éd. Muammad ‘Aal.

Bā Faqîh (Muhammad b. ‘Umar al-ayyib), 1999, Târîkh al-Shir wa-akhbâr al-qarn al-‘âšir, an‘â’, Éd. ‘Abd Allâh Muhammad al-ibshî. Maktabat al-irshâd.

Ibn al-usayn (Yayā), Bahja : Yayā b. al-usayn, Bahjat al-zaman fī tārīkh awādith al-Yaman, ms. 2492 de la Bibliothèque Occidentale de la Grande Mosquée de an‘â’.

Ibn al-usayn (Yayā), 1996, Yawmiyyât San‘â’ fî ’l-qarn al-âdî ‘ashar, 1046-1099, Abû abī, Éd. ‘Abd Allâh Muammad al-ibshî, Manshûrât al-majma‘ al-thaqafî.

Ibn al-Qâsim (Ibrâhîm b. al-Qâsim b. al-Mu’ayyad Muammad), 2001, abaqât al-zaydiyya al-kubrâ (al-qism al-thâlith) wa yusammâ Bulûgh al-murâd ilâ ma‘rifat al-isnâd, an‘â’, Éd. ‘Abd al-Salâm b. ‘Abbâs al-Wajîh, 3 tomes, Markaz al-nahârî li-l-ibâ‘a.

Ibn al-Wazîr (‘Abd Allâh), s.d. Târîkh al-Yaman khilâl al-qarn al-âdî ‘ashar al-hijrî - al-sâbi‘ ‘ashar al-mîlâdî 1045-1090h~1635-1680 al-musammâ Târîkh abaq al-alwâ wa iiâf al-mann wa ’l-salwâ, an‘â’, Éd. Muammad ‘Abd al-Raîm Jâzim, Markaz al-dirâsât wa l-buûth al-yamanî.

Ibn Di‘tham (Abû Firâs), 1993, Al-Sîra al-manûriyya, Beyrouth, Éd. ‘Abd al-Ghanī Mamūd ‘Abd al-‘Āī, 2 tomes.

Ibn Hawqal,  1964, Configuration de la terre (Kitab surat al-ard), Introduction et traduction, avec index par J.H. Kramers et G. Wiet, 2 tomes, Beyrouth et Paris.

Soudan Frédérique, 1999, Le Yémen ottoman d’après la chronique d’al-Mawza‘î, Le Caire, IFAO.

Sources secondaires

Beeston Alfred F.L., 1996,  “Towards a Periodisation Terminology for Ancient Yemen”, in Christian Robin & Iwona Gajda (éds), Arabia Antiqua, Early Origins of South Arabian States, Proceedings of the First International Conference on the Conservation and Exploitation of the Archaeological Heritage of the Arabian Peninsula Held in the Palazzo Brancaccio, Rome, by IsMEO on 28th-30th May 1991., Rome, IsMEO : 3-5.

Blukacz François, 1996, « Le Yémen sous l´autorité des Imams zaydites au xviie siècle : une éphémère unité », in Michel Tuchscherer (dir.), Yémen, passé et présent de l´unité, REMMM 67, Edisud : 40-51.

Brice W.C., 2002, « al-Yaman - 2. Geography », EI², XI, Leyde : 270b-271b.

Al-Ghâlibî Salwâ Sa‘d Sulaymân, 1991. Al-imâm al-Mutawakkil ‘alâ Allâh Ismâ‘îl b. al-Qâsim wa dawruhu fî tawîd al-Yaman 1054-1087 h/ 1644-1676 m, s.l.

Goschenour David Thomas, 1984, The Penetration of Zaydi Islam into Early Medieval Yemen, Cambridge, Massachusetts, Harvard University.

Grohmann A., 2002, « al-Yaman - 1. Definition and General Introduction », EI², XI, Leiden : 269b-270b.

Robin Christian, 2001, « La caravane yéménite et syrienne dans une inscription de l´Arabie méridionale antique », in Floréal Sanagustin (éd.), L´Orient au cœur en l´honneur d´André Miquel, Paris : 207-216.

Ryckmans Jacques, 1951, L’institution monarchique en Arabie méridionale avant l´islam (Ma‘in et Saba’), Louvain.

Serjeant Robert B., 1989, « Yafi‘, Zaydis, Al Bu Bakr b. Salim and others: Tribes and Sayyids ». In Ulla Ehrensvard & Christopher Toll (éds), On both sides of al-Mandab: Ethiopian, South-Arabic and Islamic Studies presented to Oscar Löfgren on his ninetienth birthday 13 May 1988 by his colleagues and friends, Stockholm, Swedish Research Institute in Istanbul, p. 83-105, consulté dans R. B. Serjeant, 1991. Customary and Shari´ah Law in Arabian Society, Variorum.

1990, « Meccan Trade and the Rise of Islam : Misconceptions and Flawed Polemics », Journal of the American Oriental Society 110 (1990) : 472-486.

Smith G.R., 2002, “al-Yaman - 3. History”, EI², XI, Leyde : 271b-274b.

2004. “aramawt - 2. In the Islamic Period“,EI², XII, Leyde : 337a-339a.

Wissmann Hermann von & Höfner Maria, 1952, Beiträge zur historischen Geographie des vorislamischen Südarabien, Wiesbaden.

Wüstenfeld Ferdinand, 1885, Die Scherife von Mekka im XI. (XVIII.) Jahrhundert. Abhandlungen der Königlichen Gesellschaft der Wissenschaften zu Göttingen, Band 32, Abh. 5, Göttingen. Réimprimé dans Sezgin (éd.), 1986, Ferdinand Wüstenfeld, Schriften zur arabisch-islamischen Geschichte, tome II, Frankfort : 391-518.

Haut de page

Notes

1 Yaḥyā b. al-Ḥusayn, Bahjat al-zaman fî târîkh awâdith al-Yaman, ms. 2492 de la Bibliothèque Occidentale de la Grande Mosquée de Ṣan‘â’. Cette donnée manque dans l´édition du texte établi par al-Ḥibshî : Yaya b. al-usayn, 1996.

2 Pour les détails de la campagne, Serjeant, 1989.

3 Comme l’indique par exemple le titre de l´ouvrage de Salwâ al-Ghâlibî, 1991 ou celui de l´article de Blukacs, 1996.

4 Des hypothèses différentes ont été proposées quant à la localisation de Yamanat lesquelles vont de la région côtière du Ḥaḍramawt (Wissmann et Höfner, 1953 : 334, note 5), jusqu´au Nord de la Tihâma yéménite (Ryckmans, 1951 : 190). Je remercie Jérémie Schiettecatte pour les remarques concernant le Yémen antique.

5 Bâ Faqîh, 1999.

6 Cet auteur est très peu connu. Voir Bâ Faqîh, 1999 : 10, l´introduction de l´éditeur. Al-Ḥibshî rejette la date de décès communément acceptée, 1603, en faveur d’une date bien plus tardive. La raison est que l´auteur s´est fondé, pour la rédaction de son ouvrage, sur la chronique al-Nûr al-sâfir de ‘Abd al-Qâdir b. al-‘Aydarûs, mort en 1629.

7 Dans les sources médiévales, al-shirḥa est considérée comme une entité politique à part entière qui ne faisait pas partie du Ḥaḍramawt. Smith, 2004: 337b.

8 Même si ces événements sont antérieurs à l´époque étudiée, ce qui compte ici, c’est la date de la rédaction de l´ouvrage qui est du xviie siècle.

9 Bâ Faqîh, 1999 : 37, 41, 48, 51 (?), 72, 133. Pour cette signification du mot, cf. Serjeant, 1990 : 478, note 22 et Robin, 2001 : 207-216.

10 Bâ Faqîh, 1999: 29 ?, 32, 58, 65, 89, 106, 111, 112, 135, 146, 150, 176, 181, 182, 183, 187, 194, 266, 272, 280, 327, 338, 395, 406, 407, 409, 417, 447, 387. On retrouve cette acception du Yémen, n´englobant clairement pas les Hautes-Terres septentrionales, à deux endroits : pour l´année 934/1527-1528, on trouve l´indication qu´une peste ravagea Ṣan‘â’ et al-Yaman (“waqa‘a fî hâdhihi ’l-sana ayan â‘ûn bi-an‘â’ wa-’l-Yaman wa-afnâ khalqan kathîran”), p. 187. Dans le récit des événements de l´année 945/1538-1539, il est mentionné que l´imam Sharaf al-Dîn se trouvait au Yaman (“wa-kâna fî hâthihi ’l-sana bi-l-Yaman al-imâm Sharaf al-Dîn”), p. 265, c´est-à-dire dans la région méridionale du Yémen actuel.

11 Pour l´année 947/1540-1541, l´auteur note que "le gouvernorat de ‘Adan fut rajouté (aux compétences) du Paşa Mustafa, maître de Zabîd et d´al-Yaman” (“’uîfat wilâyat ‘Adan lil-bâsha Mutafâ âib Zabîd wa-’l-Yaman”), p. 276. Pour l´année 976/1568-1569, l´auteur indique que “le pouvoir des Ottomans disparut de Ṣa‘da, Ṣan‘â’, Ta‘izz, d´al-Yaman et de ‘Adan et des citadelles fortifiées du Yémen telles que a Ḥabb Ba‘dan, al-Ta‘kar, Ṣabir et d´autres” (“zâlat dawlat al-arwâm min a‘da wa-an‘â’ wa-Ta‘izz wa-’l-Yaman wa-‘Adan wa-ma‘âqil al-Yaman al-munî‘a ka-abb Ba‘dân wa-’l-Ta‘kar wa-abir wa-ghayr dhâlika”), p. 388. Concernant l’appellation mikhlâf Ja‘far, cf. Goschenour, 1994 : 18.

12 Bâ Faqîh, 1999: 266 “‘amma ’l-qaḥṭ al-Yaman wa-aramat wa-’l-Shir”, c´est-à-dire “une sécheresse s´étendit au Yémen, Ḥaḍramawt et al-Shiḥr”.

13 Bâ Faqîh, 1999: 395. Après avoir mentionné la mort du Sultan Badr b. ‘Abd Allâh al-Kathîrî, sultan du Ḥaḍramawt, en 977/1569-1570, l´auteur note que “les rois de différentes régions, du Ḥijâz, du Yémen, et les rois d´Inde ainsi que leurs vizirs menèrent des correspondances avec lui” (“wa-kâtabûhu al-mulûk min jam î‘ al-jihât al-ijâz wa-’ l-Yaman wa-mulûk al-Hind wa-wuzarâ’uhum”).

14 Soudan, 1999 (texte édité).

15 Soudan, 1999 : 44 (texte édité).

16 Soudan, 1999 : 31, 32, 58 (texte édité).

17 Par exemple, chez Abū ‘Abd Allāh b. Muḥammad al-Dimašqī (m. 1327), qui emploie les termes tihâmiyya pour les Basses-Terres et najdiyya pour les hauts plateaux. Comme d´autres géographes médiévaux, cet auteur fait bien une distinction entre al-Yaman et le Ḥaḍramawt. Dans la dixième section du septième chapitre de son œuvre qui traite de la péninsule Arabique, il la divise en cinq parties : le Ḥijâz, le Yémen, le Ḥaḍramawt, l´Oman, et le Baḥrayn. Cf. al-Dimašqī, 1923 : 216, 214-228.

18 Comme l´indique le titre de l´ouvrage de Yaḥya b. al-Ḥusayn : “Bahjat al-zaman fî târîkh awâdith al-Yaman” c´est-à-dire “Splendeur du temps concernant l´histoire des événements du Yémen”. Cf. aussi Yaḥyâ b. al-Ḥusayn, 1996 : 35.

19 Yaḥyâ b. al-Ḥusayn, 1996 : 36, 41 (al-Yaman al-asfal) et 242 (al-Yaman al-a‛lâ).

20 Yaḥyâ b. al-Ḥusayn, 1996 : 51 (“fîhâ adhana al-imâm li-akhîhi Ismâ‘îl bi-l-ulû‘ min al-Yaman wa-bilâd Ta‘izz ilâ Jabal ûrân“),“en (cette année) l´imam permit à son frère Ismâ‘îl de monter du Yaman et des contrées de Ta‘izz au Jebel Dûrân”, p. 28 (“wa-fîhâ mâta al-sayyid al-sharîf ‘sâ b. Luf Allâh b. Muahhar b. al-imâm Sharaf al-Dîn bi-an‘â’ al-Yaman ´aqb dukhûlihî ilayhâ wa-rujû‘ihi min jihat al-Yaman”), « en (cette année-là) le noble sayyid ‘Ḥsâ b. Luṭf Allâh b. Muṭahhar b. al-imâm Sharaf al-Dîn mourut à Ṣan‘â’ al-Yaman juste après son entrée (dans ladite ville) et son retour de la région d’al-Yaman”, p. 39 (“wa-fatha bâbahû li-shukât min al-Yaman”), “et il ouvrit sa porte pour les plaignants du Yaman”. Dans les trois cas cités, al-Yaman désigne clairement la région méridionale du Yémen.

21 Après la fuite du rebelle qâsimide Amad b. al-asan auprès des tribus de la région de Yâfi‘, l’imam régnant leur demanda de le renvoyer. Yayâ b. al-usayn écrit alors à leurs propos qu’ils « refusèrent de renvoyer Amad b. al-asan aussi longtemps qu’il restera chez eux et jusqu’à ce qu’il veuille partir de son propre gré, comme le veut la loi des meilleures tribus yéménites. Ainsi il resta dans leurs contrées » (“ghayr annahum mana‘û ´an radd Amad b. al-asan mâ dâma ‘indahum attâ yurîd al-khurûj bi-irâdatihî ‘anhum kamâ hiya al-qâʿida fî khîrat al-qabâ‘îl al-yamaniyya fa-sakana kadhâlika fî bilâdihim”). Yayâ b. al-usayn, Bahja, Mf° 60a-60b – la donnée manque dans l’édition d’al-ibshî.

22 Sur Aḥmad b. Ṣa‘d al-Dîn al-Miswarî, on dit dans les abaqât al-zaydiyya al-kubrâ que « la plupart des gens du Yaman de ‘Adan jusqu´à la Mecque « prirent » de lui (c´est-à-dire étudièrent et apprirent auprès de lui) » (“akhadha ‘anhû akthar ahl al-Yaman min ‘Adan ilâ Makka”). Ibn al-Qâsim, 2001, I: 126.

23 Par exemple, Ibn Hawqal, 1964, I : 20.

24 Épelé et vocalisé Ibn Dughthim dans Goschenour, 1984 : 335.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tomislav Klarić, « Le Yémen au xviie siècle : territoire et identités », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 décembre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/4813

Haut de page

Auteur

Tomislav Klarić

Dr. phil. des., Georg-August-Universität, Göttingen.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page