Navigation – Plan du site
Première partie – Yémen, territoires et identités

Les hommes de peine dans le paysage urbain

Spécialisations régionales et ordre social à Taez
Day labourers in the urban landscape. Regional specializations and social order in Taizz
Vincent Planel
p. 145-161

Résumés

Le monde du travail journalier à Taez a longtemps été organisé selon des traditions de spécialisation propres à chaque région. Dans le contexte actuel de crise économique, la déstructuration de ce secteur occasionne la constitution au cœur de la ville d’espaces de marginalité « rurale » et de paupérisation extrême, emblématiques d’une question sociale lancinante sur les exclus de la modernisation. À présent, les stéréotypes de spécialisation régionale interviennent surtout dans la gestion urbaine d’une population perçue comme exogène. L’analyse de la participation des informateurs est mise au service d’une réflexion sociohistorique : en soulignant le poids de logiques et d’acteurs locaux, elle permet de rompre l’évidence d’un phénomène purement macroéconomique.

Haut de page

Texte intégral

« Le rapport bourgeois au monde naturel et social, comme le regard distant du promeneur ou du touriste, produit le paysage comme paysage, (…) évocation neutralisée du monde social. »
Pierre Bourdieu, 1977.

1Les hommes de peine sont là, au coin de la rue, avec leur truelle ou leur rouleau, leur ciseau à pierre, ou simplement avec leurs deux mains rugueuses. Jour après jour, ils viennent se poster aux mêmes carrefours dans l’espoir d’y être embauchés à la journée pour 700 rials (3€), un salaire de misère. Très tôt le matin sur le arâj, marché informel du travail journalier, l’affluence est impressionnante (Photo n°). Au fil de la matinée, la présence des ouvriers se noie progressivement dans le flot des passants et des badauds. La plupart ne trouveront pas aujourd’hui de travail : ils retournent à leur couche, dans les dortoirs collectifs, ou disparaissent dans le souk. D’autres restent sur le carrefour tout le jour et aussi tard le soir. Quelques-uns dorment sur place, sur des cartons.

Photo n°1.

Agrandir

« Les shuqât ? Sors à l’aube, tu en verras plein ! », me conseillent régulièrement les citadins…

  • 1 En traduisant shâqî par l’expression « homme de peine », on espère évoquer les cas un peu comparabl (...)

2La présence des hommes de peine (shâqî, pl. shuqât)1 marque la ville des années 1990 et 2000. À Taez, elle passe pour le signe de la crise économique et du déclin de la ville, au même titre que les trottoirs défoncés, les chantiers abandonnés et les enseignes décrépies. Avec les fous en guenilles égarés dans les rues et la multiplication des petits commerces sur brouette (Destremau, 2001), ils sont de ces phénomènes emblématiques de la crise, qui la rendent visible et finalement l’incarnent. Mais paradoxalement, les hommes de peine forment une population insaisissable et, pour ainsi dire, sans parole.

  • 2 Terrain mené de juillet à octobre 2004 dans le cadre d’un DEA de sciences sociales sous la directio (...)

3Dans le cadre d’une ethnographie menée depuis 2003 dans un quartier du Taez moderne, je m’étais intéressé en 20042 au carrefour du Hawdh al-Ashraf et aux avenues alentours, cherchant à identifier des mécanismes régissant la mixité sociale dans ces espaces ouverts. Or il m’était apparu particulièrement difficile d’associer à l’enquête cette population rurale et misérable. Longtemps interdits et fuyants, ils me confrontaient un jour à une avalanche d’interjections erratiques, prises de positions fugaces lancées dans la cohue : « - On veut du travail ! » … « - Ça ne va pas du tout ! » … « - On a faim ! » … « - On travaille trois jours par mois ! » …puis ils replongeaient dans leur mutisme, malgré ma présence parmi eux. Ce n’est que grâce à des informateurs bien particuliers que j’allais finalement pouvoir saisir les contradictions internes au monde des shuqât

4La condition des shuqât évoque celle des paysans dans la France des « trente glorieuses », à propos desquels Bourdieu (1977) parlait de « classe objet » : le shâqî ne peut exister socialement que s’il s’intègre dans un paysage social, défini d’un point de vue citadin. Il s’agit ici d’en montrer les coulisses, en m’interrogeant notamment sur les ressorts véritables de spécialisations régionales couramment célébrées.

5En m’appuyant sur un certain nombre de lieux-communs récurrents, j’introduis d’abord des considérations générales sur la figure du shâqî à Taez dans la conjoncture économique et historique actuelle. J’esquisse ensuite deux types idéaux de spécialisation régionale, correspondant à des situations profondément contradictoires qui coexistent pourtant au sein du groupe. En utilisant le déroulement de l’enquête comme révélateur, j’analyse enfin les mécanismes qui empêchent la structuration interne du groupe et maintiennent les hommes de peine sous l’emprise des stéréotypes citadins.

L’homme de peine, témoin de l’Histoire

  • 3 La revue est devenue depuis al-Mustaqilla.

6Au cours des années 1990, la figure du journalier misérable s’est imposée comme thème de contestation implicite. La revue al-Qabbaya3 en témoigne, qui s'est fait une spécialité de tourner en dérision la politique des États arabes à travers les bons-mots de shuqât ayant plus ou moins perdu la raison. Quoi qu’en disent ses détracteurs, qui la surnomment « le journal des fous », cette manière d’évoquer crûment la misère est porteuse en elle-même d’un message politique.

7Il faut dire qu’une majorité des shuqât que l’on voit sur les trottoirs des villes du pays font partie des 800 000 travailleurs Yéménites expulsés par l’Arabie Saoudite lors de la crise du Golfe de 1990, en représailles à la position pro-irakienne défendue par le Yémen réunifié au conseil de sécurité de l’ONU. Conformément au climat idéologique de l’époque, le shâqî s’est trouvé identifié à l’honneur de la nation yéménite par rapport à ses riches voisins : il choisit la pauvreté par fidélité à sa Patrie…

8En 1994, le pays fraîchement réunifié entre en guerre civile. Le Nord victorieux recentre le pouvoir à Sanaa aux dépends d’Aden. Taez aussi sort affaiblie économiquement et politiquement : à présent il faut monter à Sanaa pour réussir. Là encore, le shâqî incarne une figure de martyr dans l’espace public : on en fait le témoin de l’injustice d’un progrès confisqué par les puissants. Face à une modernisation qui exclut et marginalise le Peuple, il représente un monde rural ancestral, campé sur les valeurs d’antan, presque borné… Peu s’en faut en effet pour que la charge idéologique associée à l’homme de peine ne se retourne contre lui, justifiant a posteriori son échec. Comme on l’entend parfois : « Un âne qui meurt avec en poche le salaire d’un jour, voilà ce qu’est le shâqî ! ».

  • 4 Sur le tribalisme de circonstance de la bourgeoisie d’État à Taez, voir (Planel 2004). Il faut dire (...)

9Les spécialisations régionales participent de ce ruralisme ambigu, folklorisé par les citadins : « Pour le travail de la pierre, la réputation des gens de abir n’est plus à faire… Ceux de Zabîd se sont illustrés dans le béton et ceux d’al-Bayâ’ dans la peinture… », m’explique-t-on souvent, même si dans la réalité les spécialisations ne sont pas aussi systématiques. Dans le contexte actuel, le « régionalisme » (manâiqiyya) est plutôt synonyme d’arriération : il faut au contraire afficher son allégeance au pouvoir central, incarné à Taez par l’accent de la région de Sanaa (hauts plateaux) et plus généralement par les attributs de la « tribalité » (qabaliyya)4. L’enfermement du shâqî dans des particularismes régionaux passe pour le signe de son incapacité à vivre avec son temps : il légitime en dernière analyse une répartition inégale des richesses, au profit des citadins.

10Il y a plus de dix ans, certains auteurs faisaient déjà le constat de la « réabsorption » problématique des rapatriés du Golfe, dans un contexte aggravé de crise économique (Lucet, 1995 ; Stevenson, 1993). Plus d’une décennie après leur arrivée, les shuqât restent cette main-d’œuvre rurale que l’on vient solliciter aux portes de la ville comme si elle débarquait à peine du village. Les shuqât font l’objet à la fois d’un déni de contemporanéité et d’un déni d’urbanité : deux exclusions qui se renforcent mutuellement et semblent ancrées dans « l’ordre des choses ». Le groupe n’existe que par ce statut que la ville projette et lui assigne : une poche de main-d’œuvre rurale, « surplus » généré par la crise et maintenu, depuis plus d’une décennie, au cœur de la ville. Mais au-delà des tourments de l’histoire récente, comment le mot shaqî en vient-il à signifier cette condition si particulière ?

  • 5 Mohamed Sbitli, communication personnelle.

11Participe actif du verbe shaqâ, « se fatiguer », le mot shâqî existe dans le dialecte yéménite depuis le Moyen Âge5 et désigne ceux qui vendent leur labeur pour le compte d’un autre. Dans les campagnes, le shaqî était un ouvrier agricole, travaillant une terre sans s’y rattacher : cette forme de salariat était en soi synonyme de vagabondage et de précarité (Catusse et al., 2005). Mais le salariat se généralise au cours du xxe siècle : dans le port britannique d’Aden (stimulé par les deux guerres mondiales) puis sur les chantiers des pays du Golfe (après le choc pétrolier de 1973), ou encore dans les plantations californiennes, les hommes travaillent pour améliorer le sort de leur groupe. Au sortir de la révolution, le Yémen se projette dans un effort de construction nationale, qui met à plat les anciennes inégalités statutaires. « Qu’est-ce que tu crois ? Nous sommes tous des shuqât ! Même le Président, quand il était jeune, il gardait les moutons… », déclarera un homme d’âge mûr, chez qui le mot renvoie simplement au labeur physique auquel ne rechignaient pas les hommes de sa génération.

  • 6 La crise monétaire des années 1990 (Al-Maytami 1999) se traduit par une hausse dramatique du prix à (...)
  • 7 Le mot ne renvoie donc pas à un statut immuable : son sens et sa force d’assignation est fonction d (...)

12Pourtant dans le climat actuel de récession, « ceux qui peinent » sont ceux qui n’ont pas su stabiliser à temps leur situation, qui n’ont pas pu ou pas voulu investir dans un commerce ou fonder une société de maîtrise d’œuvre… Expulsé de son pays d’émigration ou bien victime du ralentissement du marché de la construction6, l’« ouvrier » (‘âmil) redevient « homme de peine » (shâqî) : loin d’annoncer des jours meilleurs, son labeur est la sanction de son isolement. Le mot redevient synonyme d’un statut de vagabond7.

13À l’échelle du pays, la décennie 1990 est souvent vécue comme l’irruption dans le paysage social d’hommes sans attaches, sans place définie dans le système tribal, et tenus à ce titre pour cause de désordre (Dresch, 1994). De même les shuqât sont souvent des hommes en rupture avec leur communauté, bien qu’on les identifie toujours en référence à telle ou telle origine régionale. À l’examen des parcours des ouvriers les plus jeunes, on s’aperçoit que le travail journalier est aujourd’hui l’arène d’une marginalité instituée : une option parmi d’autres pour faire son entrée en ville sans se placer sous l’autorité d’un parent… Malgré leur statut de « pauvres hommes » (maskîn), les shuqât inspirent donc une méfiance diffuse. Leur présence est continuellement refoulée au plus loin des espaces d’habitation : s’il leur arrive de s’abriter du soleil à l’entrée d’une ruelle, ils seront invariablement chassés par des seaux d’eau lancés par les femmes depuis les étages supérieurs (Photo n°2).

14Avec l’afflux des hommes de peine, les villes yéménites sont en fait confrontées à une situation relativement nouvelle. Autrefois dans la vieille ville de Sanaa, le « Cheikh de la Nuit » régulait la présence de migrants isolés au sein des murailles (Mermier, 1997). Mais la ville moderne, ouverte par nature, est dénuée de telles institutions. La régulation de cette présence est seulement assurée par l’action informelle d’acteurs, qu’il faudra évoquer plus loin mais qui ne sont pas immédiatement identifiables. Car en dépit du régionalisme que l’on prête systématiquement aux shuqât, leur monde est rarement régi par des influences communautaires.

Photo n°2

Agrandir

Le seuil de ce magasin fermé pour travaux a été maculé de cambouis pour éviter qu'il ne soit investi par les shuqât, par égard pour les citadines du quartier voisin qui empruntent parfois cette margelle (comme ici). Un ouvrier, porteur, s’y est néanmoins installé.

Ruralités ambiguës

  • 8 Outre l’éloignement, le cas des bétôniers de la Tihâma (non-abordé ici) exigerait des précisions hi (...)

15Parmi les différentes spécialités du bâtiment, la peinture et le béton sont les plus dévalorisés : elles sont payées autour de 800 RY (3€) la journée. Les régions qui en héritent sont al-Bayâ’, massif montagneux reculé (200 km à l’est de Taez), et la région côtière de la Tihâma (100 km au nord-ouest)8. Certaines spécialités plus valorisées sont payées autour de 2 000 RY (8€) : zingage, carrelage ou crépis sont plus ou moins associés traditionnellement aux différentes vallées environnantes d’al-Hujariyya, à quelques dizaines de kilomètres. Enfin la taille de pierre et la construction (bannaî), spécialités les plus nobles pour lesquelles le prix de journée tourne autour de 4 000 RY (16€), sont censées être l’apanage des ouvriers originaires du Jabal abir, au pied duquel se situe Taez. La valorisation traditionnelle des métiers semble donc corrélée, en première approximation, à la proximité de chaque région à la ville : derrière l’identification folkloriste d’une origine géographique et d’une spécialité plus ou moins considérée, le stéréotype scelle un rapport de force, produit de l’histoire sociale, entre la ville et une région particulière. Mais le développement économique et la diversification des activités urbaines change la donne : aujourd’hui entre ces différentes régions, on observe surtout des modes d’appartenance profondément différents.

Les peintres d’al-Bayḍâ’ : une ruralité collective

16En dépit du ralentissement économique, le groupe professionnel des peintres bayânis a conservé sa cohérence communautaire. Les Bayânis vivent dans l’entre-soi : ils migrent en ville entre parents et compagnons de village, dorment dans un local du souk loué collectivement (dukkân) et partagent leurs repas… Leur sociabilité est encadrée par la communauté d’appartenance régionale, ce qui leur permet de perpétuer en ville jusqu’à leur rythme de vie, calqué sur le rythme villageois : les Bayânis se lèvent avant la prière de l’aube et sont parmi les premiers postés sur le rond-point. Comme sur les marchés ruraux, c’est au petit matin que l’activité sociale est la plus intense, que l’on s’interpelle dans la rue, bruyamment, à une heure où beaucoup de citadins ne sont pas levés ; les Bayânis se couchent tôt, vers huit heures, quand la vie urbaine bat encore son plein.

Photo n°3

Agrandir

Quatre Bayḍânis, dont trois jeunes hommes, posent devant le magasin de matériaux, dépositaire de l’honneur d’une profession. Un Ṣabri bâtisseur (à droite) et quelques Tihâmis (derrière) se sont joints à la photo.

17Transplantée dans une ville étrangère, cette communauté développe une fierté régionale qui se confond avec une fierté professionnelle. Les rouleaux de peinture, dont le manche télescopique atteint jusqu’à quatre mètres, deviennent l’emblème d’un savoir-faire qui fait l’honneur de la région. Cette mise en avant de l’appartenance régionale s’inscrit dans une stratégie de visibilité professionnelle qui encourage en retour l’adhésion au groupe (Barth, 1999). Mais la spécialisation repose aussi sur l’existence d’une communauté organisée : l’intégration continuelle des nouveaux venus s’opère en même temps que la transmission effective du savoir-faire qui fait la réputation des Bayânis. Ce groupe spécialisé connaît donc un renouvellement générationnel qui n’en altère pas le fonctionnement social.

18L’étrangeté à la ville et à ses codes est un facteur en soi de cohésion interne de la communauté. Les jeunes Bayânis parlent exclusivement leur dialecte régional, sont très timides et ont du mal à interagir avec ceux qui leurs sont étrangers. Les plus âgés, parfois plus à l’aise, s’adressent à moi dans l’arabe « pidgin » en vigueur dans les pays du Golfe pour s’adresser aux Indonésiens et autres travailleurs non-arabes. L’absence d’alternative dans les perspectives professionnelles est telle que les Bayânis continuent à privilégier des tentatives périodiques d’émigration illégale vers l’Arabie Saoudite, aujourd’hui incertaine et dangereuse.

  • 9 Plante euphorisante consommée par les Yéménites.

19Au fond, l’organisation communautaire des peintres bayânis n’est pas affectée par son rapatriement dans les villes yéménites. En cela, elle représente un cas à part, manifestement lié au caractère reculé de la région d’al-Bayâ’ qui est faiblement représentée dans la société citadine. Il faut dire aussi que la peinture est une spécialité à part au sein des métiers du bâtiment, moins touchée que les autres par les restructurations induites par la crise : jusqu’à aujourd’hui, on vient souvent chercher le peintre « après coup », sans l’intermédiaire d’un maître d’œuvre. L’identification d’une spécialité à une région d’origine garde donc toute son importance : « Sur le arâj, un peintre qui ne serait pas Bayâni, ce serait louche… On ne l’emploierait pas ! ». Enfin, l’activité des peintres s’inscrit plus largement dans des réseaux d’influence et de dépendance à l’égard des cheikhs : lorsque le propriétaire de la maison est proche des milieux du pouvoir, il est fréquent qu’il offre du qât9 aux Bayânis (et à eux seuls), s’étant préalablement renseigné sur l’identité de leur cheikh…

Un ruralisme de réclusion

20Dans les campagnes de la région de Taez, le pouvoir des cheikhs est très limité, l’organisation tribale souvent inexistante. Le cas des journaliers venant des alentours est donc tout à fait différent. Bien qu’ils viennent des montagnes les plus proches de Taez, la ville leur est paradoxalement de plus en plus inaccessible. En effet la crise économique a encouragé les alliances entre compétences autour d’un maître d’œuvre, voire même la fondation de sociétés, évolutions qui transcendent les appartenances villageoises : pour les ouvriers les plus actifs, le téléphone portable a remplacé le arâj… Les ouvriers les plus isolés se dirigent donc vers le harâj par défaut, parce qu’ils sont insuffisamment intégrés aux réseaux, urbains, d’accès à l’emploi. Dans une grande précarité, ils peuplent des dortoirs collectifs (lukanda) répartis autour du carrefour, où chaque jour d’occupation coûte 100 rials (0,40€). Et comparée au dukkân du souk dont on partage le loyer, la lukanda n’est pas une solution si économique… Comme le constate Vincent Martignon à Sanaa (2003), les pensionnaires des lukanda sont en fait à la marge des réseaux villageois de migration.

21Cette moindre intégration communautaire s’est ressentie dans la manière dont les ouvriers des environs de Taez ont vécu la crise de 1990. Pour les peintres bayânis, par exemple, l’expulsion du royaume saoudien a bien eu pour effet une baisse drastique des revenus, les contraignant à de plus longues absences loin de leurs villages. Pourtant cette dégradation a été vécue collectivement par des équipes de camarades soudés dans l’émigration. À l’inverse, chez les ouvriers issus des alentours de Taez et qui ne sont pas parvenus à s’y réintégrer convenablement, ce rapatriement brutal a été vécu comme un échec personnel, d’autant plus humiliant que leurs salaires faisaient vivre autrefois de nombreuses personnes. Sans doute beaucoup ne peuvent plus se résoudre à rester au village et préfèrent conserver leur statut d’antan, reproduisant à Taez leur vie de travailleur exilé dans des conditions à peine viables économiquement. Pour autant, cela n’assure pas la permanence du système de spécialisation régionale. Dans ces conditions d’extrême précarité, les « tailleurs de pierre du Jabal abir » ou les « carreleurs d’al-alû » (Hujariyya) sont souvent contraints d’accepter n’importe quelle tâche…

22Les stéréotypes de spécialisation régionale fonctionnent ici comme refuge d’une dignité malmenée, en participant de la construction d’une identité « rurale ». D’ailleurs les propos de ces hommes trahissent souvent une familiarité relative avec la ville, mais ils minimisent toujours leurs attaches citadines : ils insistent sur le fait qu’ils y « travaillent » mais qu’ils « vivent » au village. Contrairement aux peintres baydânis, les ouvriers des alentours de Taez revendiquent leur appartenance à un monde rural soi-disant préservé plutôt qu’à une région particulière. En adoptant la posture de chefs de famille exilés en ville pour nourrir ceux qui sont restés au village, les shuqât se distinguent par leur refus d’exposer leur famille à la corruption morale supposée des mœurs citadines. Car pour ces hommes usés, la ville n’est plus prometteuse d’ascension sociale : leur rejet de toute citadinité participe d’une résignation, d’un fatalisme qui prend aussi l’allure avantageuse de la piété. Comme chez ce vieil homme, couvrant ses mains de baisers qu’il envoie vers le ciel : « Si je trouve du travail, Dieu soit loué ! Si je n’en trouve pas, Dieu soit loué ! »

  • 10 Cette problématique est centrale dans mon travail de thèse, en cours, sous la direction de Jocelyne (...)

23Sur ce carrefour profondément marqué par les bouleversements sociaux contemporains, le « ruralisme » des ouvriers les place à l’abri de la méfiance générale. Bien que largement obsolète dans la réalité sociale, la logique des spécialisations régionales demeure dans les esprits où elle définit le domaine du familier, l’ordre des choses auquel il est encore possible de se rattacher. Aussi offre-t-elle aux ouvriers les plus marginaux une profession crédible et un statut préservé, hors du temps, inaltéré par les faux-semblants qui caractérisent l’époque actuelle10. Alors qu’autrefois chaque origine régionale attestait d’une compétence particulière, aujourd’hui c’est inversement la spécialité qui marque une ruralité « authentique », construite en référence à un monde en train de disparaître. Avec son intégrité désuète noyée dans la violence urbaine, le shaqî se coule dans une figure du pathos collectif : il inscrit son échec personnel dans un drame national, voile sa blessure de nostalgie citadine, et adopte le mutisme du « pauvre homme » (maskîn).

Informateurs et définition d’un groupe social

  • 11 Outre le parti pris empirique associé à la méthode ethnographique (Weber, 1989), ma démarche est ic (...)

24Individuellement, un homme de peine ne peut exister socialement qu’à condition de se conformer à un certain « ordre des choses » du travail et de la pauvreté : jusque dans ses sentiments d’appartenance, il doit « former sa propre subjectivité à partir de son objectivation » (Bourdieu, 1977 : 4). Mais sur un plan collectif, on peut encore s’étonner de la permanence de ces stéréotypes : qu’est-ce qui empêche, localement, l’émergence de paroles collectives contradictoires ? Par sa capacité à révéler les contraintes qui pèsent sur la prise de parole, l’enquête ethnographique se trouve directement aux prises avec les enjeux de représentation des groupes sociaux, question sociohistorique par excellence (Boltanski 1982). L’absence d’informateurs incite à rechercher les processus locaux qui « tuent dans l’œuf » l’émergence de personnalités singulières, contribuant à maintenir ce groupe figé dans l’Histoire11.

La « démission » des maîtres-ouvriers

25La désorganisation qui règne sur le arâj du Hawdh al-Ashraf est tempérée par quelques restaurants et commerces qui structurent partiellement cette scène sociale. Par exemple il est fréquent que les employeurs s’adressent directement au patron du magasin de matériaux de construction (Photo n°3), qui entretient donc autour de lui une sorte « d’équipe » d’ouvriers recommandables. Distingués par cette reconnaissance, ces quelques ouvriers font figure d’élite, porteuse d’une éthique du " travail bien fait " (shughl naîf) : on les qualifie de « maître-ouvrier ».

26Au travers de cette population de maîtres-ouvriers, on entrevoit une culture professionnelle profondément citadine (bon nombre d’entre eux vivent en ville avec femme et enfants). La tombée de la nuit, heure par excellence de sociabilité citadine, est rythmée par des tournois de dominos qui les opposent, sous l’attention d’un public groupé autour du jeu. Les joueurs les plus admirés, véritables champions, font systématiquement partie des ouvriers dont la qualification est la plus reconnue, comme si l’accession au "club" très fermé des ouvriers recommandés s’effectuait au prix d’une renommée acquise sur le terrain du jeu. Véritable rite de socialisation où les plus jeunes sont mis à l’épreuve avec sévérité, le jeu des dominos est le lieu où s’élabore partiellement une hiérarchie interne au milieu des journaliers : il exerce sur les ouvriers les plus ambitieux une attraction évidente, comme un lieu où l’on acquiert un prestige dans le champ restreint de la respectabilité professionnelle. Mais en pratique bon nombre de shuqât n’iront jamais se lancer dans la compétition, notamment les plus « ruraux », ne serait-ce qu’à cause de l’horaire auquel elle se déroule…

27Les « maîtres-ouvriers » (’usâ) font certes partie des shuqât, mais cette « élite ouvrière » se définit largement dans la négation de la marginalité associée au mot. Cela s’exprime par une urbanité affichée (pantalon et chemise « à l’européenne ») mais aussi par une certaine dissociation du collectif : les ’usâ ne s’impliquent en aucun cas dans les disputes, les délations et le contrôle social. Ainsi les maîtres-ouvriers resteront-ils longtemps à distance du remue-ménage provoqué par mon arrivée. Lorsque j’ai commencé, muni de mes carnets, à observer les dominos parmi les autres spectateurs, on émettait des commentaires à voix basse, sans lever le nez : « Note… Note, ya ashshâsh, mouchard ! »… En tant que « sociologue », l’intérêt que je portais n’était manifestement pas la bienvenue.

28Le jeu de dominos, que rien ne saurait perturber, est souvent interprété comme une « fuite de la réalité ». Cette interprétation récurrente, y compris parmi les shuqât eux-mêmes, illustre bien la prégnance d’une perception misérabiliste et uniforme du collectif. Mais les dominos s’inscrivent surtout dans une stratégie de distinction à l’égard des composantes les plus misérables du collectif : « n’existent » à leurs yeux que ceux qui jouent…

« Porteurs » de la parole légitime

29Pour enquêter dans le milieu des shuqât, je fus tenté de m’y faire introduire par des commerçants ou des résidants rencontrés lors de ma précédente enquête. Cette stratégie déboucha sur une impasse, mais elle fut très instructive sur la perception citadine des shuqât. Jamais on n’envisageait de m’introduire à un ’usâ, mais plutôt à certaines personnes emblématiques, toujours les mêmes. Ces personnes sont, parmi les ouvriers, les rares à être connues à titre personnel, les seules à se détacher de la « masse » indistincte du reste des shuqât. On s’aperçoit à l’observation que ces quelques ouvriers trouvent toujours du travail auprès des commerçants du carrefour (livraison d’électroménager, déchargement de marchandises…). Pourtant l’activité de porteur (ammâl) n’apparaît pas comme spécialité instituée : le mot est utilisé pour désigner un type de prestation, jamais une identité professionnelle spécifique. Ces personnes font au contraire figure de « shâqî par excellence », statut dont ils s’accommodent bien. Dans l’enquête pourtant, ils m’apparaissent vite comme de piètres intermédiaires, presque des obstacles, du fait de leur application à me « rabattre » sans cesse vers les citadins. Là réside la fonction objective de ces porteurs : gardiens d’une répartition, conforme à la représentation légitime du monde social, des ressources matérielles… mais aussi des « instruments symboliques » de production de cette représentation (au nombre desquels l’ethnologue) (Bourdieu, 1977).

30Grâce au maintien de leur ancrage parmi les ouvriers, les porteurs connaissent en permanence l’identité des hommes présents sur le rond-point. Cela leur permet d’intervenir dès lors que l’intérêt d’un citadin est menacé, au besoin en assistant le travail de la police, ou plus fréquemment en collaborant avec les différentes « bandes » (shilla) constituées dans les quartiers environnants (Planel, 2004). Le porteur assure donc une fonction de contrôle social relativement analogue à celle du « Cheikh de la Nuit » dans la vieille ville de Sanaa (Mermier, 1997), sans qu’aucun terme ne vienne institutionnaliser cette fonction.

31La stratégie professionnelle de ces ouvriers les incline à « courtiser » leurs employeurs commerçants. Mais il y a là plus largement une stratégie individuelle de promotion sociale auprès de la population citadine dans son ensemble. La familiarité manifeste de ces hommes avec la ville, qui pourrait en elle-même susciter la méfiance, est neutralisée par une attitude délibérée d’humilité. La revendication de leur place de shâqî renvoie à une « ruralité » qui les fait apparaître comme « dignes de confiance » : sous couvert d’un statut de « manœuvre », le porteur va s’imposer comme « homme de main », imperceptiblement.

32Ce travail de construction d’une reconnaissance sociale s’effectue largement sur le terrain urbain : les porteurs se font les gardiens de la sanctuarisation des espaces d’habitation avoisinants, contribuant à l’instituer comme enjeu majeur dans la mise en scène de l’ordre social (Depaule, 1990 ; Raymond, 1989). Une simple margelle qui surplombe le carrefour focalise notamment leur attention (Photo n°2 et Photo n°) : certains s’appliquent à en chasser les autres shuqât, au prétexte qu’il convient de libérer le passage pour les citadines ; d’autres, moins assurés, se contentent d’afficher leur légitimité en se postant tout de même à proximité des habitations (ayant auparavant « négocié » la tolérance des autres porteurs). Là, ils seront mécaniquement repérés puis reconnus par l’ensemble des citadins. Souvent le porteur est originaire d’une région tribale (régions du Nord comme Kawkabân ou Dhamâr), et les citadins ne refuseront pas longtemps de lui serrer la main, lui accordant ainsi aux yeux de tous une reconnaissance formelle. Un porteur noir devra se contenter de passer sa main dans la chevelure des enfants courant sur la margelle (qualifié de « roi des shuqât », il jouit d’une célébrité relayée par d’innombrables plaisanteries…). Mais cela ne restreint pas sa marge de manœuvre lorsqu’il s’agit d’observer, d’avertir, et de tirer parti des situations.

33Les porteurs interviennent dans les contentieux internes aux journaliers en s’arrogeant l’autorité de faire des médiations. Pourtant leurs positions sont loin de refléter une opinion collective : ils trahissent plutôt un souci constant d’adhérer aux valeurs « tribalisantes » énoncées par le monde citadin, notamment la distinction entre « gens respectables » (nâs mutaramîn) et « petites gens » (nâs basîîn). Tout en respectant la hiérarchie professionnelle illustrée par les ’usâ - ils participent aux tournois de dominos… et perdent le plus souvent - les porteurs énoncent un principe complémentaire de distinction, dérivé d’une réalité appréhendée d’un point de vue citadin. Aux habitants inquiets de cet afflux de populations misérables, ils offrent un visage rassurant : celui d’un monde social hiérarchique et structuré, pauvre mais résigné, dominé par de braves hommes assurant une présence vigilante.

Photo n°4

Agrandir

Séance de qât sur le rond-point des hommes de peine : un porteur, le « roi des shuqât » s'est installé en hauteur, au pied d'une façade, d'où il "monte la garde". Les jeunes de Jabal Ṣabir, à l'inverse, se mettent en scène dans les espaces tenus pour les plus dégradants.

34Les porteurs forment au sein des shuqât une sous-population soudée par le partage d’une certaine « vision du monde », malgré la diversité de leurs origines régionales. Mais elle n’existe pas socialement en tant que groupe, n’apparaît pas comme « spécialité » porteuse d’intérêts qui lui sont propres : précisément parce qu’elle contredit la logique régionaliste, son influence sur la vie sociale du arâj passe largement inaperçue. Véritables entrepreneurs de contrôle social, les porteurs sont pourtant les vecteurs de l’imposition des stéréotypes dominants. Par la nature de leurs interventions dans le monde social dont ils se revendiquent, ils étouffent dans l’œuf l’émergence de figures et de prises de parole qui contrediraient un tant soit peu les principes de l’entendement citadin. Les ouvriers effacés et soumis sont qualifiés de " pauvres hommes " (masâkîn) ; les autres sont des voyous (arâîr). Si l’un de ces " malappris " (mish mû’addab) s’aventure à me parler, c’est sans doute qu’il prépare un mauvais coup ! Aussi les porteurs me pressent-ils sans cesse de retourner à mes précédentes fréquentations…

La défiance des Âṣbûr

  • 12 Je dois dire ici ma dette particulière à l’égard de Muḥammad ‘Alî al-Sabi’î, jeune citadin d’une fa (...)

35Passer outre la représentation folklorique et lénifiante du monde des hommes de peine n’a finalement été possible qu’à partir du moment où j’ai profité de l’alliance des Âbûr (pluriel de Sabrî)12. Ici on ne parle pas de ces tailleurs de pierre robustes et ingénieux réputés dans le Jabal abir, mais d’une « bande » (shilla) d’une vingtaine de jeunes ruraux, issus de cette montagne qui s’élève aux portes de Taez. Ici, pour une fois, la logique régionaliste de spécification professionnelle est totalement éclipsée par un phénomène social émergent.

36Les Âbûr sont bien des villageois, fils d’agriculteurs et globalement peu scolarisés. Néanmoins la ville leur est quelque peu familière : tous comptent des proches ayant une situation à Taez, même si dans la conjoncture actuelle ces relations ne leur offrent aucune perspective. Espérant trouver leur place quelque part ou tenter un jour leur chance dans l’armée, ils se rendent au cœur de Taez, « là où les choses se passent », et s’efforcent d’y acquérir peu à peu l’expérience sociale nécessaire pour réussir.

37Outre leur jeunesse, les Âbûr se distinguent par une stratégie professionnelle opportuniste, associée à une valorisation ludique du " bon plan " (‘arta). On se vante après coup et l’on met son point d’honneur à ne pas même mentionner la peine prise à les gagner : « La semaine dernière, j’ai gagné 2000 rials (10 €) en 3 heures ! » Souvent sélectionnés pour leur forme physique apparente, ils partent effectuer des tâches éprouvantes (marteau-piqueur, gravats à évacuer…). Les Âbûr se tiennent prêts sur le trottoir jusqu’à une heure tardive, car les « bons plans » peuvent arriver à tout moment. Partageant le rythme de vie citadin, ils se montrent très sensibles aux charmes de la ville (consommation, regards jetés aux filles…) et leur posture marque une volonté délibérée de s’approprier l’espace urbain. Ils s’affichent en bande imposante (Photo n°) et ne s’interdisent pas, saisissant l’occasion que leur donne ma présence, d’interagir sur un pied d’égalité avec des commerçants de leur âge ou de s’aventurer à l’intérieur des zones résidentielles. L’esprit de cette désinvolture n’est pas du goût de tous. Pourtant les conflits opposant les Âbûr à des clients sont plutôt rares : comme les autres, ils aspirent à la recommandation des magasins de matériaux et s’efforcent de "fidéliser" leur clientèle. Ils apprennent aussi à prendre l’employeur par l’épaule et désigner pour lui une équipe d’ouvriers… Sur l’arène du arâj, les Abur acquièrent peu à peu l’aisance nécessaire pour convaincre et inspirer la confiance, art indispensable pour réussir en ville.

38Les Âbûr savent qu’ils n’ont aucune légitimité locale : pour une simple dispute, beaucoup ont dû quitter le carrefour et s’établir ailleurs. Leur expérience sociale est celle d’une confrontation frontale avec les citadins, et d’abord avec les porteurs qui parlent en leur nom. C’est d’ailleurs grâce à cela qu’ils conçoivent de me faire partager leur expérience, en me relatant les anecdotes les plus éloquentes sur le fonctionnement social du arâj : les incidents quotidiens entre employeurs soupçonneux et ouvriers affamés, ceux qui opposent tel abri à tel jeune citadin hautain, ou tel porteur « qui se donne des airs de Sanaani », tous prennent à leurs yeux une portée bien plus large que les enjeux locaux. Souvent ils se font l’écho, timidement, d’une perspective qui assimile les citadins à une classe de fonctionnaires (muwaẓẓafîn) corrompus : « Tu vois… Tous des voleurs… ».

Conclusion

39En dépit de toute la charge symbolique associée à la présence des hommes de peine dans l’espace urbain, on ne saurait réellement comprendre ce phénomène sans s’intéresser de près aux modalités les plus anodines de sa gestion sociale. Cette approche de « l’histoire (sociale) au ras du sol » (Revel, 1989) démontre en effet combien la forme que prend cette présence dans l’espace urbain, loin de découler d’une équation macroéconomique, dérive surtout de la manière dont ces « perdants de l’Histoire » que sont les shuqât trouvent localement leur place dans un certain « ordre des choses » collectivement défini. En cela, un détour par le local permet de réinscrire le problème des hommes de peine dans l’antagonisme plus large qui traverse la société yéménite contemporaine, et qui trouve à Taez une formulation particulière.

40La question du « régionalisme » renvoie en effet à la crise financière de l’État central, dont la rente pétrolière suffit de moins à moins à entretenir une pléthorique « bourgeoisie d’État ». Cette dernière se voit menacée de déclassement, notamment face aux milieux du petit commerce, plus spontanément structurés selon l’origine régionale et dont l’existence repose plutôt sur les ressources de l’émigration. En quête de distinction, bon nombre de citadins promeuvent à Taez une tribalité « déterritorialisée », conçue comme négation de l’appartenance régionale, comme marque de respectabilité et d’allégeance à l’État central. C’est dans ce contexte global d’incertitude et de déclassement qu’émerge la ségrégation qui frappe les shuqât, renvoyés à un « régionalisme » synonyme d’arriération.

  • 13 Sur l’idée de décalage entre structures mentales et structures matérielles, voir (Duby, 1974).

41La logique de spécialisation régionale peut nourrir une vision lénifiante de la réalité sociale, celle d’un « concert des régions » pacifié. Mais détournée comme vecteur d’assignation à la ruralité, elle finit par se retourner, incitant à comparer et à contester les privilèges accordés à chaque région (Dakhlia, 1990). Ironiquement donc, la posture des Âbûr s’apparente toujours formellement à une revendication régionaliste13. Mais c’est bien sur la base d’une position dans un « système de production », et pas seulement d’une origine géographique, que s’élabore la spécificité de leur vision du monde. Subrepticement, le « régionalisme » perd sa dimension communautaire et s’apparente de plus en plus à la dénonciation des élites étatiques et d’un clientélisme qui se donne des airs « tribaux » (qabîlî, employé ici au sens péjoratif). Les formes de cette revendication s’inscrivent aussi dans un contexte politique marqué par l’éclipse, dans la décennie qui suit la guerre civile de 1994, du socialisme hors du paysage idéologique : avec ce régionalisme contestataire, n’est-ce pas un peu l’idéologie qui « prend le maquis » du ruralisme… ?

Haut de page

Bibliographie

Al-Maytami M. A.-A.-W., 1999, « La réforme économique au Yémen : résultats et implications », in R. Leveau, F. Mermier & U. Steinbach (dir.), Le Yémen contemporain, Paris, Karthala : 339-365.

Barth F., 1999, « Les groupes ethniques et leurs frontières », in P. Poutignat & J. Streiff-Fénart (dir.), Théories de l'ethnicité, Paris, PUF : 203-249.

Boltanski L., 1982, Les cadres. La formation d'un groupe social, Paris, Les éditions de Minuit.

Bonnenfant P., 1995, « Zabîd, anti-développement et potentialités », Peuples méditerranéens 72-73 : 219-242.

— 2004, « Les descendants des Akhdâm à Zabid. Pauvreté, dépendance et exclusion », in B. Destremau, A. Deboulet & F. Ireton (dir.), Dynamiques de la pauvreté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, Paris/Tours, Karthala/Urbama : 193-216.

Bourdieu P., 1977, « Une classe objet », Actes de la Recherche en Sciences Sociales 17/18 : 2-5.

Catusse M., Destremau B. et Longuenesse É., 2005, « Le travail et la question sociale au Maghreb et au Moyen-Orient. » Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 105-106 :15-43.

Dakhlia J., 1990, L'oubli de la cité. La mémoire collective à l'épreuve du lignage dans le Djerid, Paris, La découverte.

Depaule J.-C., 1990, « Des territoires en formation : jeunesse et urbanisation au Caire », Égypte/Monde Arabe 1 : 153-161.

Destremau B., 2001, « Baladiyya ! De l'informalité à l'illégalité les brouettes de Sanaa », Chroniques yéménites 9 : 117-132.

Dresch P., 1994, Tribes, government and history in Yemen, Oxford, Oxford University Press.

Duby G., 1974, « Histoire sociale et idéologies des sociétés », in J. Le Goff & P. Nora (dir.), Faire de l'histoire, Paris, Gallimard : 147-168.

Lepetit B., (dir.), 1995, Les formes de l'expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel.

Lucet M. 1995, « Les rapatriés de la crise du Golfe au Yémen : Hodeida quatre ans après », Maghreb-Mashrek 148 : 28-42.

Martignon V., 2003, « Les lûkanda de Sanaa. Structures urbaines d'intégration sociale pour les travailleurs migrants ? », Chroniques yéménites 11 : 87-100.

Mermier F., 1997, Le cheikh de la nuit, Sana'a : organisation des souks et société citadine, Paris, Actes Sud.

Planel V., 2004, « "Zaïd, Za'îm al-hâra" : analyse sociologique d'un charisme de quartier », Chroniques yéménites 12 : 81-102.

Raymond A., 1989, « Espaces publiques et espaces privés dans les villes arabes traditionnelles », Monde Arabe Maghreb Mashrek 123 : 194-202.

Revel J., 1989, « L'histoire au ras du sol », préface à Le pouvoir au village. Histoire d'un exorciste dans le Piémont du xviie siècle. G. Levi. Paris, Gallimard

Stevenson T. B., 1993, « Yemeni workers come home - reabsorbing one million migrants », Middle East Report 181 : 15-20.

Weber F., 1989, « Le métier d'ethnographe », Le travail à côté, Paris, INRA-EHESS :17-50.

Haut de page

Notes

1 En traduisant shâqî par l’expression « homme de peine », on espère évoquer les cas un peu comparables de spécialisations régionales qui existaient encore à Paris il n’y a pas si longtemps, comme les « bougnats », charbonniers auvergnats, ou les ramoneurs savoyards.

2 Terrain mené de juillet à octobre 2004 dans le cadre d’un DEA de sciences sociales sous la direction de Jocelyne Dakhlia. Je remercie Paul-André Rosental pour ses remarques lors de la soutenance.

3 La revue est devenue depuis al-Mustaqilla.

4 Sur le tribalisme de circonstance de la bourgeoisie d’État à Taez, voir (Planel 2004). Il faut dire que dans les campagnes de Taez, le système tribal tombe depuis longtemps en désuétude. C’est l’inverse à Sanaa, où l’identité urbaine se définit largement par la négation du tribalisme (Mermier, 1997). Ironiquement le « tribalisme » à Sanaa et le « régionalisme » à Taez sont dénoncés dans des termes assez comparables, en tant que « réaction » s’opposant à un État centralisé…

5 Mohamed Sbitli, communication personnelle.

6 La crise monétaire des années 1990 (Al-Maytami 1999) se traduit par une hausse dramatique du prix à l’importation des matériaux.

7 Le mot ne renvoie donc pas à un statut immuable : son sens et sa force d’assignation est fonction du contexte économique. C’est sans doute aussi le cas pour le statut de khâdim (« serviteur ») des populations noires (Bonnenfant, 2004).

8 Outre l’éloignement, le cas des bétôniers de la Tihâma (non-abordé ici) exigerait des précisions historiques sur la dévalorisation de cette région (Bonnenfant, 1995).

9 Plante euphorisante consommée par les Yéménites.

10 Cette problématique est centrale dans mon travail de thèse, en cours, sous la direction de Jocelyne Dakhlia.

11 Outre le parti pris empirique associé à la méthode ethnographique (Weber, 1989), ma démarche est ici fortement influencée par la microanalyse et par les débats qui ont accompagné la réception française de la microstoria italienne (Lepetit, 1995 ; Revel, 1989).

12 Je dois dire ici ma dette particulière à l’égard de Muḥammad ‘Alî al-Sabi’î, jeune citadin d’une famille originaire de Ṣabir, qui en 2004 s’était fondu dans ce groupe. C’est largement sa présence qui a rendu possible mon intégration.

13 Sur l’idée de décalage entre structures mentales et structures matérielles, voir (Duby, 1974).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Planel, « Les hommes de peine dans le paysage urbain », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 14 décembre 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/4913

Haut de page

Auteur

Vincent Planel

Anthropologue, mmsh-idemec.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page