Navigation – Plan du site
III. Crises des modèles ?

Les diplômés scientifiques tunisiens : la « voie moyenne » des études à l'étranger

Vincent Geisser
p. 229-246

Résumés

À partir des résultats d'une enquête menée sur les étudiants tunisiens de retour dans leur pays après une formation à l'étranger, ce texte tente d'analyser plus spécifiquement le cas de ceux issus des filières de sciences fondamentales. Malgré la dévalorisation du statut des scientifiques tunisiens (universitaires, chercheurs), ces filières continuent à jouir d'un certain prestige, en particulier au sein des classes moyennes supérieures. Sur la base de représentations scolaires antérieures aux orientations néo-libérales actuelles, les diplômés en science de l'étranger persistent à véhiculer une forme d'idéal scientiste - exprimé sur un mode académique - qui se traduit notamment par la recherche d'emplois publics.

Based on the results of a survey carried out on Tunisian students returning to their country after having studied abroad, this text tries to specifically analyze the case ofthose who specialized in fundamental sciences. In spite of the devalorization of the statute of Tunisian scientists (scholars, researchers), these specializations continue to enjoy a certain prestige, in particular, within the higher middle class. On the basis of school representations prior to current neo-liberal orientations, graduates in science from abroad persist in conveying a form of scientistic ideal - expressed in an academic mode - which results, in particular, in a search for public employment.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

Les études scientifiques à l'étranger sur le banc des accusés ?

1Dès les premières années de l'indépendance, les autorités éducatives tunisiennes accordèrent une place centrale aux disciplines scientifiques, considérées comme « moteur du développement et du progrès » (Siino, 1997 : 30). Aussi, leur souci était-il de favoriser la propagation de la « science » à tous les échelons du système scolaire tunisien, en s'appuyant notamment sur la formation à l'étranger qui, à l'époque, était presque entièrement monopolisée par l'ancienne puissance coloniale. Celle-ci représentait à la fois le pays d'accueil « naturel » des premiers étudiants des filières scientifiques et le modèle éducatif que l'on se devait d'imiter. Cette relation forte avec la France ne constituera pas simplement une étape dans la conquête de « l'indépendance éducative » mais elle imprègnera l'ensemble de l'expérience tunisienne, et produit encore aujourd'hui, un certain nombre de contradictions et d'effets pervers sur la gestion des filières scientifiques dans le système universitaire (facultés des sciences) et extra-universitaire (écoles et instituts supérieurs), à tel point que d'aucuns parlent de « science importée », soulignant ainsi la situation de totale dépendance de la politique scientifique tunisienne à l'égard de l'extérieur.

  • 1  On se référera notamment aux nombreuses critiques formulées par les « nouveaux économistes » de l' (...)

2Dans cette perspective, le champ scientifique tunisien ne constituerait en quelque-sorte qu'un modèle réduit de son homologue français, reproduisant ses défauts et ses dysfonctionnements : le poids de l'académisme au détriment de l'enseignement finalisé, la dérive théoriciste des recherches menées, la longueur excessive des études scientifiques (dix ans après le bac pour décrocher un doctorat), la prédominance de l'enseignement facultaire de masse sur les petites structures à vocation technologique, l'absence quasi totale de relation avec les entreprises. Dans ce procès fait aujourd'hui aux filières scientifiques par les nouveaux réformateurs du champ scolaire1, il serait tentant d'accuser le « système » et plus particulièrement l'enseignement universitaire. Mais, contrairement aux apparences, il ne s'agit pas là exclusivement d'un « effet de structures », mais bien du produit d'interactions concrètes entre les politiques étatiques (nationales et transnationales) et les stratégies individuelles d'universitaires et de chercheurs tunisiens, formés le plus souvent à l'étranger. À ce titre, partant d'une analyse centrée sur les acteurs, les travaux de François Siino sur le champ scientifique tunisien ont le mérite de mettre en exergue l'influence des sociabilités scientifiques et universitaires sur la construction du « système » et sur les orientations générales de la politique scientifique :

« de véritables filières, basées sur des réseaux d'interconnaissance et des intérêts communs pour les mêmes problématiques se mettent en place dont il est difficile de s'écarter. La principale conséquence est une faible diversification des spécialisations scientifiques, le développement privilégié de certaines spécialités disciplinaires fondamentales sur la base du choix initial d'un "aîné" » (Siino, 2000 : 86-87).

3En ce sens, l'absence de planification des études scientifiques à l'étranger durant les quarante années suivant l'indépendance résulterait moins du choix, ou plutôt du "non-choix" des acteurs étatiques, que de stratégies individuelles (professeurs, maîtres de conférences, chercheurs de renom) qui tentent d'imposer aux décideurs leurs "vues scientifiques" et, d'une manière plus générale, leur conception de la place et de la fonction de la science dans la société post-indépendance. Il s'en suit un certain nombre de tendances lourdes sur lesquelles s'accordent les principaux acteurs de la politique universitaire et scientifique du nouvel État, sans oublier bien sûr les acteurs de la coopération, principalement le ministère français des Affaires étrangères, qui finance directement la formation des futures élites scientifiques tunisiennes : recrutement des candidats au départ sur la base d'un compromis entre le mérite universitaire (les lauréats) et le choix personnel de la filière d'études, accent mis sur la formation des formateurs, c'est-à-dire des enseignants du secondaire et du supérieur, priorité donnée au développement de sciences fondamentales sur les sciences techniques... Il s'agit généralement "d'injonctions douces", laissant une certaine liberté aux "patrons de la recherche publique" et aux mandarins universitaires qui conseillent à leurs étudiants de suivre telle ou telle spécialité dans telle ou telle université étrangère :

« dans de nombreux cas, c'est l'excellence [des boursiers de la coopération] qui contribue à les orienter vers les filières les plus "théoriques", c'est-à-dire les plus cotées, selon les critères universitaires français de l'époque, où ils acquerront surtout une expérience de la science la plus fondamentale (...). C'est donc à ces laboratoires [français] qu'ils adresseront leurs futurs étudiants, leur faisant par la même emprunter une voie très proche de celle qu'ils ont eux-mêmes suivie » (Siino, 2000 : 87).

Tableau 1. Évolution de la part des étudiants tunisiens en 3e cycle poursuivant des études à l'étranger selon les filières d'études (en %)

Image1
  • 2  Tension qui, selon François Siino est déjà présente au moment de la mise en place de l'Université (...)

4Les deux premières décennies après l'indépendance sont ainsi marquées par une forme de paradoxe : l'Etat autoritaire et planificateur (1956-1986) intervient finalement peu dans l'orientation et le déroulement des cursus scientifiques à l'étranger, alors que l'Etat actuel (1987-2002), se réclamant pourtant du néolibéralisme et de la revalorisation de l'initiative individuelle, se montrerait davantage interventionniste, appliquant aux études scientifiques à l'étranger une gestion fortement sélective, voire même un retour à la planification autoritaire des départs ; une gestion largement cautionnée, il est vrai, par la politique sécuritaire des pays de formation (pré-inscription obligatoire, visas d'études, comptes bancaires bloqués...). Si les études scientifiques ne sont pas les premières à être concernées par la critique néo-libérale du gaspillage des compétences tunisiennes formées à l'étranger, elles en expriment la contradiction majeure, traduisant cette tension permanente2 entre l'idéal scientiste de la « science pour la science » et une visée utilitariste de la science au service du développement économique du pays, conception toujours réaffirmée par les autorités tunisiennes à la veille de l'an 2000 :

  • 3  Discours du président de la République Zine El Abidine Ben Ali à l'occasion de la Journée du Savoi (...)

« dans le cadre de la réforme universitaire, nous nous sommes préoccupés de diversifier les filières de l'enseignement supérieur, tout en leur conférant la flexibilité requise, afin d'enrichir la formation scientifique de base et de mieux adapter la formation aux exigences du développement et de l'emploi, dans le sens du renforcement des échanges d'expériences et des avantages et de l'interaction féconde entre l'institution universitaire et son environnement économique et social »3.

5Une nouvelle doctrine éducative s'impose progressivement — les spécialistes des politiques publiques diraient un « nouveau référentiel » - qui produit des retombées directes sur les objectifs assignés à la formation à l'étranger : priorité à l'enseignement extra-facultaire (instituts supérieurs et Grandes écoles), aux cursus finalisés et aux formations scientifiques offrant des débouchés industriels probants :

« en ce sens, les questions relatives aux flux d'étudiants maghrébins (départ et retour) ne peuvent plus faire abstraction du nouveau contexte économique et migratoire qui incite les décideurs à une gestion sélective des compétences scientifiques et universitaires au détriment d'une gestion quantitative. L'objectif des pouvoirs publics maghrébins n'est plus de former massivement et rapidement des diplômés, comme dans les années 1960-1970, mais de redéployer la formation supérieure vers des objectifs dits "stratégiques", adaptés aux contraintes de l'économie de marché et au contexte de globalisation des échanges » (Ben Sedrine ; Geisser, 1999 : 20).

6Dans ce processus de redéfinition publique des finalités de l'envoi des diplômés à l'étranger, les filières littéraires, sciences humaines et sociales connaissent une dévalorisation totale alors que les filières prestigieuses des instituts supérieurs et des grandes écoles d'ingénieurs se voient promues comme « modèles » de la coopération universitaire et scientifique entre la Tunisie et ses partenaires européens (principalement la France et l'Allemagne). Entre les deux, les filières scientifiques universitaires paraissent « camper » sur une position intermédiaire, faisant l'objet de critiques identiques aux filières dites « académiques » et « classiques » (coûteuses, peu rentables et trop fermées sur elles-mêmes) tout en continuant à bénéficier du prestige développementaliste des formations scientifiques.

7Cette série de remarques nous conduit à poser l'hypothèse centrale de cette contribution : dans le contexte actuel de segmentation de la formation à l'étranger, avec d'un côté, les filières jugées « utiles et porteuses » (sciences techniques, sciences de l'ingénieur et hautes études commerciales) et, de l'autre, les filières dévalorisées et en perte de vitesse (sciences humaines et sciences sociales), les diplômés scientifiques occupent une sorte de juste-milieu entre l'académisme universitaire décrié et le nouveau modèle des formations extra-facultaires dites performantes et ouvertes sur l'environnement socio-économique. Nous tenterons d'objectiver cette hypothèse de « position intermédiaire » des diplômés scientifiques de l'étranger en privilégiant trois plans d'observation :

  1. la position sociale et scolaire des diplômés avant leur expatriation,

  2. le déroulement du séjour d'études dans le pays de formation,

  3. les conditions du retour et de réinsertion dans le pays d'origine.

  • 4  Sur les aspects méthodologiques et les modalités précises de construction de l'échantillon d'enquê (...)

8Pour ce faire, nous nous appuierons sur une enquête personnelle conduite en Tunisie entre 1997 et 1999 auprès de 625 diplômés tunisiens formés à l'étranger au cours des années quatre-vingt-dix4. À partir de cet échantillon global, concernant l'ensemble des filières et des niveaux d'études, nous réaliserons un « effet de zoom » sur les formations scientifiques de type fondamental (mathématiques, physique, chimie et biologie) que nous distinguerons des formations scientifiques de type « technique » (techniciens supérieurs et ingénieurs) qui ne font plus l'objet du même traitement de la part des autorités éducatives du pays d'origine et des acteurs de la coopération.

Tableau 2. Distribution des diplômés tunisiens par filière d'études : comparaison diplômés nationaux I diplômés de l'étranger (en %)

Image2

**année de référence : 1996-1997. ***probablement inclus dans les autres filières

Source : Ben Sedrine, Geisser, 1998-99. année de référence : 1997-1998.

9Au-delà des apparences homogénéisantes du label « étranger » des titres acquis dans l'enseignement supérieur hors-Tunisie, il existe bien des modes de différenciation qui aboutissent à légitimer une hiérarchie sociale des filières, représentation véhiculée tant par les diplômés eux-mêmes que par les pouvoirs publics nationaux et internationaux.

Un processus de hiérarchisation sociale des diplômes favorisé par les acteurs publics nationaux et internationaux

10L'étude de la distribution des diplômés tunisiens de l'étranger indique une prédominance des filières littéraires (près de 23 %) et des sciences sociales (34 %) qui, à elles seules, constituent près de la moitié de l'effectif. En revanche, les diplômés issus des filières scientifiques ne représentent qu'environ 9 % de la cohorte, proportion à peu près équivalente aux diplômés des filières agronomiques (7,5 %) et des sciences médicales (8,3 %).

11Cette distribution ne signifie pas forcément que les étudiants des filières scientifiques partent moins à l'étranger que ceux des autres filières, mais reflète davantage la structure nationale des diplômes préparés dans l'enseignement supérieur (tableau 2). On assiste en effet depuis quelques années à une baisse relative des effectifs des disciplines scientifiques et corrélativement à une croissance des filières littéraires et sciences sociales. Toutefois, la politique sélective appliquée depuis quelques années par les autorités tunisiennes et les acteurs de la coopération universitaire, via l'attribution de plus en plus ciblée des bourses d'études, tend à rétablir un certain équilibre au profit des disciplines scientifiques et techniques, jugées « utiles ». En effet, depuis le début des années 1990, l'on observe que les diplômés « en sciences fondamentales et sciences techniques ont subi moins fortement que les autres la politique sélective d'inscription à l'étranger. Probablement les bourses et les visas d'étude en Europe, notamment en France, sont accordés en priorité pour cette catégorie de diplômés dont la formation est supposée répondre aux besoins de l'économie tunisienne qui doit affronter la concurrence internationale » (Ben Sedrine, 1998 : 298) (cf. tableau 1).

12Moins choyés que les étudiants des classes préparatoires et que les élèves des Grandes Écoles, les diplômés scientifiques à profil universitaire parviennent tout de même à tirer leur épingle du jeu, en « se maintenant » tant bien que mal dans le système des aides publiques aux études : par rapport à la répartition des bourses, les diplômés des filières scientifiques se situeraient plutôt dans une position intermédiaire : 43,4 % d'entre eux ont bénéficié d'une bourse nationale tunisienne (BN) ou d'une bourse de coopération (BC), contre 56,6 % qui n'ont reçu aucune aide publique. Cette situation intermédiaire les place devant les diplômés littéraires et sciences humaines (31,8 % de boursiers), les diplômés en sciences sociales (à peine 15,4 %) et les sciences médicales (25 %), mais loin derrière les élèves des écoles d'ingénieurs (70,2 % de boursiers) et les étudiants d'instituts supérieurs d'agronomie (83,7 %). Au regard des aides publiques aux études à l'étranger, on serait tenter de dire que les sciences fondamentales ne constituent qu'une « demi-priorité » des autorités éducatives du pays d'origine et des acteurs de la coopération universitaire (France, Allemagne et Canada).

Tableau 3. Distribution des diplômés boursiers et non boursiers selon les filières d'études (en %)

Agrandir

Tableau 4. Distribution des diplômés par types de bourses selon les filières d'études

Bourse du gnt tunisien

Bourse de coopération

Autre type de bourse*

Langues/se humaines

72,2 %

75 %

33,3 %

Sciences fondamentales

64,7 %

58,8 %

37,5 %

Sciences sociales

34,6 %

57,7 %

30,4 %

Sciences de l'ingénieur

58,3 %

61 %

19,2 %

Sciences agronomiques

31,6 %

87,9 %

11,1 %

Sciences médicales

50 %

72,7 %

50 %

Moyenne

53,5 %

68,4 %

26,1 %

* Exemple : les allocations de recherche distribuées aux lauréats de troisième cycle inscrits en France. Les pour­centages présentés dans le tableau constituent des moyennes.

Lire le tableau de la manière suivante: sur 100 étudiants en sciences sociales 34,6 % ont bénéficié d'une bourse du gouvernement tunisien, 57,7 % d'une bourse de coopération et 37,5 % d'un autre type de bourse. Rappelons que les étudiants peuvent cumuler plusieurs bourses pendant toute la durée de leur séjour à l'étran­ger, ce qui explique que la somme des pourcentages dépasse 100.

Source: Ben Sedrine, Geisser, 1998-99.

13À cet égard, le système d'attribution des bourses publiques est révélateur des choix stratégiques accomplis par le gouvernement tunisien en matière éducative et des nouvelles priorités fixées par les responsables de la coopération. En somme, plus une discipline est considérée comme prioritaire pour le développement national et la politique d'infitah (ouverture économique), plus les bourses attribuées sont nombreuses. Mais, il convient ici d'introduire deux autres variables qui viennent nuancer cette logique sélective : le niveau d'études des lauréats et surtout leur pays de formation. Car tous les diplômés scientifiques à l'étranger sont loin d'être logés à la même enseigne. Au processus global de hiérarchisation des filières d'études se conjugue un processus de différenciation interne aux disciplines scientifiques en fonction des cycles (court, moyen et long) et des destinations (Europe de l'Ouest, Amérique du Nord, Maghreb, Machrek et ex-pays socialistes). Dans la nouvelle doctrine éducative tunisienne, le pré carre utile des filières scientifiques (par opposition aux filières peu porteuses) tend à se limiter de plus en plus aux formations doctorales et aux cursus accomplis dans les universités européennes prestigieuses, tout le reste étant considéré comme « secondaire », ne justifiant plus un départ à l'étranger, et encore moins un financement public.

14En effet, de tous les diplômés formés à l'étranger, ce sont ceux issus des filières scientifiques qui se dirigent le plus vers la France qui représente leur principale destination d'études (65,4 %), loin devant les pays du Maghreb (à peine 17,3 %) et le reste du monde (17,3 %). Les cursus nationaux de sciences fondamentales restent donc fortement liés, sinon totalement dépendants, des cursus français : l'Université française constitue toujours le principal lieu d'excellence en sciences fondamentales pour des diplômés post-maîtrise désireux de suivre des formations doctorales ou divers types de spécialisation.

Tableau 5. Distribution des diplômés par pays de formation selon les filières d'études

Agrandir

15Ce lien avec l'ancienne puissance coloniale, s'il apparaît comme évident pour les sciences fondamentales, ne l'est plus aussi nettement pour les autres disciplines. La France n'a plus le monopole de l'accueil des étudiants en sciences médicales (35,4 %), en sciences agronomiques (30,2 %) et en ingénierie (41 %). Ce recul est encore plus net dans les sciences sociales (33 %) et surtout dans les études littéraires et les sciences humaines (23,4 %). Pour ces deux dernières filières, on relève une très forte croissance des étudiants se dirigeant vers les pays frères du Maghreb (Algérie et Maroc) et parfois du Machrek (Egypte, Iraq, Syrie...). Sur ce plan, on serait tenté de conclure que les diplômés scientifiques sont de loin les plus dépendants de l'ancienne puissance coloniale pour la poursuite de leurs études ainsi que leur perfectionnement.

  • 5  Cette dépendance des filières scientifiques tunisiennes à l'égard de l'ancienne puissance colonial (...)

16L'attachement à la France - au sens fort du terme — est renforcé par les types de trajectoires universitaires observés chez les diplômés scientifiques. Ces derniers quittent généralement la Tunisie après l'obtention d'une maîtrise pour se spécialiser et suivre une formation doctorale sur les conseils de leurs enseignants tunisiens qui continuent à entretenir des relations régulières avec les équipes de recherche françaises. C'est une émigration post-maîtrise — les premier et second cycles ont quasiment disparu - qui est rendue nécessaire par l'absence de telles spécialisations dans le pays d'origine5. Les diplômés en sciences formés en France sont majoritairement issus d'un troisième cycle (58,5 %) et plus rarement en licence-maîtrise (26,4 %) ou en premier cycle (9,4 %). Il existe donc une forte corrélation entre la poursuite des études scientifiques en France et l'accomplissement d'une spécialisation pointue et/ou rare. En revanche, cette corrélation est moins forte dans les autres filières (lettres, sciences humaines et sciences sociales), où l'on recense davantage d'étudiants inscrits en premier et second cycles ou dans d'autres types de formation, telles les écoles d'ingénieurs.

Tableau 6. Distribution des diplômés par niveau de diplôme selon les filières d'études

Agrandir

17Mais plus fondamentalement, cette différence observée dans le « choix » des destinations d'études renvoie à un processus global de segmentation du marché de la formation supérieure, où chaque pays tend à jouer aujourd'hui un rôle spécifique. La concentration des diplômés scientifiques dans la destination française est révélatrice d'une tendance lourde : désormais, la France devient principalement une destination de spécialisation et d'excellence universitaire (Ben Sedrine ; Geisser, 1999), se contentant d'accueillir les étudiants tunisiens confirmés (titulaires d'une licence ou d'une maîtrise) et se fermant progressivement aux étudiants des premier et second cycles. Seules exceptions à ce tableau hexagonal, les lauréats des classes préparatoires qui, dès le plus jeune âge (20-24 ans), intègrent les filières élitistes (math « sup », math « spé » et écoles d'ingénieurs). À l'opposé, les pays du Maghreb et du Machrek, longtemps considérés comme des « destinations poubelles », auraient plutôt tendance à accueillir « les laissés pour compte », c'est-à-dire ceux qui ont échoué dans le système universitaire tunisien ou ceux qui anticipent un éventuel échec en raison de sa réputation de forte sélectivité. Ces derniers se recrutent davantage dans les filières littéraires et sciences sociales entièrement arabisées et rentrent au pays avec un niveau d'études moyen (licence ou maîtrise).

18En définitive, l'on peut mettre en exergue un premier type de segmentation du groupe hétérogène « diplômés formés à l'étranger », avec d'un côté les diplômés scientifiques et techniques formés majoritairement en Occident et rentrant au pays avec niveau d'études élevé (DEA, doctorat et diplôme d'écoles d'ingénieurs), et de l'autre, les diplômés littéraires et sciences sociales qui se répartissent entre les différentes destinations, y compris dans les destinations maghrébines et machrékines.

19Toutefois, ce processus de hiérarchisation sociale des études à l'étranger ne peut être expliqué exclusivement par l'attitude sélective des pouvoirs publics nationaux et internationaux. Il trouve également son origine dans l'évolution des représentations sociales des diplômes universitaires, où le prestige des filières classiques est en train de céder la place à une forme de « pragmatisme scolaire », valorisant les filières porteuses sur les plans économique et professionnel. Dans ce contexte, l'on peut se demander quelle est la valeur sociale accordée aux disciplines scientifiques par les classes moyennes supérieures qui traditionnellement alimentent l'émigration d'études.

Les filières scientifiques à l'étranger résistent-elles au « pragmatisme scolaire » des classes moyennes supérieures ?

20L'analyse des milieux sociaux de recrutement des diplômés tunisiens de l'étranger est riche d'enseignements, dans la mesure où elle tend à relativiser le processus de dévalorisation des filières classiques, mettant à jour une forme de dissonance normative entre la nouvelle doctrine éducative néo-libérale et les représentations scolaires des groupes sociaux dominants. Si certaines disciplines universitaires subissent, en effet, une forme de « déclassement social » (les sciences humaines, les lettres et les sciences sociale), les disciplines scientifiques à cursus universitaire semblent résister à cette tendance, attirant toujours les catégories sociales supérieures et dans une proportion tout aussi importante que les nouvelles filières valorisées par les acteurs publics (instituts scientifiques supérieurs et Grandes Écoles).

21Les diplômés scientifiques de l'étranger à profil universitaire continuent à être recrutés principalement dans les classes moyennes supérieures, voire même dans les couches aisées de la population tunisienne. On recense parmi eux 32,1 % d'enfants de professions libérales et de cadres supérieurs, 13,2 % d'enfants de cadres moyens et 11,3 % d'enfants d'artisans-commerçants. En revanche, les milieux populaires sont quasiment absents des filières scientifiques à l'étranger, puisque l'on ne recense que 3,8 % d'enfants d'ouvriers et à peine 2 % d'enfants d'employés. Cette sur-représentation des catégories sociales intermédiaires et supérieures, si elles se vérifient en partie dans les autres filières d'études à l'étranger, apparaît cependant avec moins de netteté. Ainsi, les enfants des professions libérales et des cadres supérieurs sont beaucoup moins représentés chez les diplômés de lettres et de sciences humaines (9,2 %), chez les diplômés de sciences de l'ingénieur (15,5 %), des sciences médicales (18,2 %), des sciences agronomiques (12,2 %) et des sciences sociales (23,6 %). En définitive, les études scientifiques à l'étranger constituent les filières les plus élitistes dans leur recrutement social, ce qui tend à confirmer le phénomène de dissonance normative décrit ci-dessus : les filières scientifiques à l'étranger semblent, en partie, préservées du processus de dévalorisation qui touchent aujourd'hui l'ensemble des filières classiques préparées au sein de l'Université, résistant davantage à la concurrence des filières techniques des écoles d'ingénieurs et des instituts. Cette préservation se fait au prix d'une forte sélectivité scolaire : ce ne sont pas n'importe quels étudiants scientifiques qui partent à l'étranger mais seulement ceux qui ont franchi avec succès toutes les étapes de la méritocratic scolaire tunisienne.

Tableau 7. Les origines sociales des diplômés de l'étranger selon les filières d'études (en %)

Agrandir

22Ce recrutement des diplômés scientifiques dans les catégories supérieures de la population active tunisienne est corroboré par le niveau d'instruction des parents. En effet, les sortants de la filière « sciences fondamentales » sont ceux dont les parents possèdent le niveau d'instruction le plus élevé : 37,7 % des pères ont un niveau d'études supérieures, 34 % d'études secondaires et 17 % d'études primaires. On ne recense que 11,3 % de diplômés scientifiques ayant un père analphabète. Cette distribution selon le niveau d'instruction du chef de famille atteste d'une forme de reproduction sociale et scolaire, que l'on ne retrouve pas avec la même ampleur dans toutes les filières d'études. Dans les sciences agronomiques, comme dans les études littéraires et les sciences humaines, les diplômés sont souvent issus de milieux modestes et à capital scolaire peu élevé. Par exemple, à peine 9,2 % des diplômés littéraires et 19 % des diplômés des filières agronorhiques ont un père qui a fait des études supérieures. À certains égards, les diplômés des filières scientifiques à l'étranger font figure d'héritiers, et cela, de manière plus significative que les élèves des écoles d'ingénieurs : ils sont souvent eux-mêmes enfants de diplômés de l'Université, ce qui constituait un fait relativement rare dans les générations nées avant l'indépendance. Certes, à l'instar de la grande majorité des étudiants tunisiens, ils ont bénéficié d'un phénomène de mobilité ascendante intergénérationnelle mais aussi - c'est ce qui fait leur particularité - d'une forme d'héritage culturel et scolaire transmis par la famille.

Tableau 8. Le capital scolaire du père des diplômés selon les filières d'études (en %)

Agrandir
  • 6  Cf aussi l'analyse de François Siino : « Ce faible engouement étudiant pour les sciences technique (...)

23La distribution des diplômés de l'étranger par filière et spécialité est révélatrice des représentations professionnelles et de l'idéologie scolaire propre à chaque groupe social dans la Tunisie des années 1990-2000 : prestige de la profession de médecin (tabib, douktour) dans les milieux artisans-commerçants, influence de la ruralité chez les enfants d'agriculteurs qui souhaitent devenir « ingénieurs agronomes » et rapport particulier aux sciences fondamentales des enfants des professions libérales et des cadres supérieurs (Ben Sedrine ; Geisser, 1999). On peut penser que ces catégories sociales urbanisées et à capital culturel élevé (accès aux livres et aux biens de consommation culturels) véhiculent une forme d'idéal scientiste et qu'elles expriment par leur choix de la filière « sciences » une volonté d'accéder à la modernité technologique qui fait encore défaut dans de larges secteurs de la société tunisienne6. Cet idéal scientiste qui se décline encore sur le mode académique (choix de l'Université) vient contredire, en partie, l'idéal scientiste des tenants de la nouvelle doctrine du développement (NDD) qui défendent, eux, davantage une vision techniciste de la « science utile » (choix des petites unités de formation à finalité professionnelle). L'une des conséquences majeures de ce phénomène de dissonance entre discours des acteurs publics et représentations sociales des groupes dominants réside dans les réticences des lauréats scientifiques formés à l'étranger à s'insérer professionnellement dans le secteur privé concurrentiel qui fait toujours l'objet chez eux de préjugés négatifs.

Débouchés professionnels et stratégies d'insertion des diplômés scientifiques : acteurs résignés d'une « science marginalisée » ?

24Vers quel secteur (public/privé) les diplômés scientifiques formés à l'étranger orientent-ils leur recherche d'emploi ?

25Leurs réponses se distribuent assez équitablement entre ceux qui orientent exclusivement leur recherche vers le secteur public (44,4 %) et ceux qui développent une stratégie de recherche dite « mixte », c'est-à-dire privilégiant les deux secteurs à la fois (41,7 %). En revanche, les diplômés scientifiques recherchant du travail uniquement dans le secteur privé sont rares (à peine 14 % de notre échantillon). Sur ce plan, nous n'observons pas de différences majeures avec les diplômés issus des autres filières classiques (lettres, sciences humaines et sciences sociales) qui répartissent leur recherche d'emploi entre les deux secteurs, misant tout de même massivement sur le secteur public. La seule exception tunisienne concerne les élèves des écoles d'ingénieurs qui sont finalement les seuls à orienter majoritairement leur recherche d'emploi vers le secteur privé concurrentiel :

« en ce sens, l'ingéniorat apparaît comme la filière d'études la plus « sensible » à la politique actuelle de libéralisation et de privatisation. Les diplômés des écoles d'ingénieurs ne misent plus exclusivement leur avenir professionnel dans le pays d'origine sur les grandes entreprises publiques qui firent autrefois les beaux jours de l'ère développementaliste et de la période bourguibienne, mais sont contraints de s'orienter vers le secteur privé. Nombreux parmi eux recherchent des emplois dans les entreprises privées étrangères installées en Tunisie qui leur offrent souvent des conditions de travail et de salaires plus avantageuses que dans la fonction publique nationale » (Ben Sedrine ; Geisser, 1999 : 104-105).

26Mais rappelons le, ces sortants des écoles d'ingénieurs constituent des exceptions en termes d'insertion, puisque la grande majorité des diplômés tunisiens (nationaux ou formés à l'étranger) espèrent décrocher un emploi dans le secteur public. Cette confiance excessive accordée au secteur public doit aussi pour beaucoup aux incertitudes du processus actuel de libéralisation et d'infitah : pour les diplômés de l'enseignement supérieur, le secteur privé reste encore « à la traîne » et les opportunités professionnelles y sont réduites. Dans ces circonstances, une majorité de lauréats issus des filières scientifiques de type universitaire continuent à nourrir des projets professionnels axés presque exclusivement sur le secteur public (expression sociale d'une certaine fétichisation du public), puisque c'est précisément dans ce secteur qu'il ont de réelles chances de se construire un avenir professionnel stable, confirmant cette recherche de la « voie moyenne » évoquée dans nos hypothèses.

Tableau 9. L'orientation sectorielle de la recherche d'emploi (public/privé) selon les filières d'études (en %)

Agrandir

27Mais contrairement aux autres disciplines académiques et classiques, les diplômés scientifiques de l'étranger connaissent une insertion professionnelle relativement « aisée » les rapprochant cette fois-ci des élèves des écoles d'ingénieurs et des sortants des instituts supérieurs. En effet, dans les trois ans qui suivent le retour au pays, les diplômés en sciences fondamentales ont moins de chance de se retrouver au chômage que les sortants des autres filières universitaires. Le taux de chômage enregistré lors de notre enquête était de 7,5 % chez les scientifiques contre 22,7 % pour les diplômés en sciences sociales et 25,2 % pour ceux en sciences humaines. De plus, ils sont également moins concentrés dans les emplois précaires (emplois d'attente) que les diplômés des autres filières universitaires formés à l'étranger. Au moment de l'enquête, 64,2 % déclaraient avoir un emploi stable (emploi définitif), contre environ 40 % à peine pour les diplômés en sciences humaines et sociales. Cette distinction établie par les économistes entre « emplois d'attentes » et « emplois définitifs » est essentielle, car elle permet de mesurer la qualité de l'insertion et de mettre en évidence les situations de plus ou moins grande précarité qui existent aujourd'hui en Tunisie dans les différents secteurs professionnels. Sur ce plan, les diplômés scientifiques parviennent à stabiliser rapidement leur insertion et à s'installer durablement dans une situation professionnelle qu'ils jugent « convenable ». En effet, c'est chez les sortants des filières scientifiques que l'on enregistre les taux d'adéquation emploi/formation et emploi/spécialité les plus élevés (90 %). Cela signifie que non seulement les diplômés scientifiques trouvent du travail assez rapidement et assez facilement dans le pays d'origine, mais qu'en plus, ils expriment une certaine satisfaction professionnelle, jugeant leur activité « adéquate » à leur niveau de diplôme et à leur spécialité.

  • 7  A titre d'illustration, on peut citer une nouvelle fois les critiques de l'académisme universitair (...)

28Ce décalage entre la relative satisfaction des lauréats scientifiques formés à l'étranger et le processus de dévalorisation des filières scientifiques fondamentales au sein de l'Université tunisienne (remise en cause de leur caractère trop théorique et hermétique)7 doit être recherché dans l'idéologie professionnelle véhiculée par les groupes sociaux « dominants » qui, malgré les récentes évolutions (libéralisation, privatisation et partenariat avec l'Europe), restent imprégnés des valeurs du développementalisme post-indépendance : la réussite sociale passe d'abord par la conquête d'une position « noble » dans le secteur public et étatique, et si possible dans le milieu universitaire qui représente toujours la « voie royale » pour les classes moyennes supérieures. En effet, pour près de la moitié des diplômés scientifiques formés à l'étranger (48,8 %), l'enseignement secondaire et supérieur reste le principal débouché professionnel, loin devant la recherche-développement (23,3 %) et les nouvelles professions liées à l'informatique (environ 10 %).

Tableau 10. Panorama détaillé des situations rencontrées par les diplômés tunisiens formés à l'étranger trois ans après leur retour (en %)

Agrandir

29Il existe donc non seulement un décalage entre les processus socio-économiques à l'œuvre et l'idéologie des groupes sociaux, mais aussi un décalage entre les nouvelles orientations libérales prônées par les gouvernements tunisiens et les représentations professionnelles des individus et des familles qui restent marquées par une culture de secteur public et un attachement très fort à une « conception académique » de la réussite scolaire et sociale, et qui entend s'opposer à la vision techniciste de la science au service de l'économie. De ce point de vue, on peut se demander dans quelle mesure cette culture dominante n'est pas en train de devenir aujourd'hui une « culture de résistance », animée par des groupes sociaux qui prennent progressivement conscience de leur déclassement.

Conclusion : un double paradoxe, une double tension

30La combinaison de plusieurs approches - sociologique, économique, politologique et histoire des idées - nous permet de dépasser les visions caricaturales et manichéennes du devenir des diplômés scientifiques dans la société tunisienne d'aujourd'hui, comme si celui-ci se réduisait à l'alternative simpliste marginalisation intégration et de mettre l'accent sur un double paradoxe.

  • 8  Selon une récente étude, l'affectation au temps de recherche des enseignants-chercheurs au sein de (...)

31Le premier de ces paradoxes relève de l'apparente contradiction observée entre le processus de dévalorisation des disciplines scientifiques enseignées à l'Université et l'attrait qu'elles continuent à exercer sur les classes moyennes supérieures, comme si celles-ci étaient peu réceptives au nouveau discours de la « performance technico-scientiste » des autorités tunisiennes et des acteurs de la coopération internationale, sans oublier les pressions de plus en plus fortes exercées par les bailleurs de fonds, tels que le FMI et la Banque mondiale, dont les conclusions sont particulièrement sévères quant à la qualité de l'enseignement universitaire tunisien (Ben Kahla, 2000). À ce niveau, on serait tenté de conclure que la formation à l'étranger et notamment en France participe à réduire cette tension, en sélectionnant les « meilleurs » (majors, lauréats...) et en ralentissant de ce fait le processus de dévalorisation sociale des disciplines scientifiques de type académique. Mais cette politique sélective de formation à l'étranger produit aussi des effets pervers, mis en évidence par François Siino (2000) : elle aboutit à consolider la conception d'une « science extravertie », sans prise avec les réalités tunisiennes, où les domaines de recherche les plus avancés côtoient la misère matérielle de l'enseignant-chercheur, confronté quotidiennement au manque de temps8, de moyens et de financements.

  • 9  Cf. les travaux de François Siino et ceux de Saloua Bennaghmouch et Bernard Fourcade.

32Le deuxième paradoxe réside davantage dans le positionnement individuel des diplômés scientifiques à l'égard des modes d'intégration sociale et professionnelle. Comment expliquer, en effet, ce décalage entre la marginalisation statutaire qu'ils subissent depuis de nombreuses années et la relative satisfaction professionnelle qui ressort des enquêtes d'insertion ? À ce niveau du raisonnement, il semble qu'il nous faille faire intervenir ici la notion de dissonance normative entre les champs sociaux et les angles d'observation : en tant qu'acteurs scientifiques, les diplômés de l'étranger subissent incontestablement un processus de marginalisation statutaire attesté par toutes les études sociologiques sur le champ scientifique tunisien9 ; en tant qu'acteurs universitaires, il semble déjà que leur jugement soit plus nuancé, dans la mesure où ils manifestent une relative satisfaction professionnelle ; en tant qu'acteur social, enfin, ils incarneraient plutôt cette « voie moyenne » où la réussite personnelle ne se mesure pas exclusivement par la production de savoirs inédits et originaux mais plutôt par une intégration de type conformiste : la légitimité acquise par les titres scolaires prestigieux se combine de plus en plus à une forte propension à la débrouillardise individuelle. La norme n'est plus alors celle de l'innovation scientifique et pédagogique mais plutôt celle de la sécurité professionnelle et de la stabilité sociale, comportement « suiviste » qu'avait déjà mis en évidence l'essayiste Hélé Beji dans les années soixante-dix :

« L'intellectuel chez nous ne veut pas être en marge ; il se dépense sans compter dans toutes les formes d'intégration possibles avec la majorité tout en voulant garder une position d'éclaireur » (Béji, 1982).

33Une telle perspective, qui vise à dissocier les champs d'observation et les univers de sens, permet de mieux comprendre le phénomène de dissonance entre la vision critique développée par les diplômés scientifiques à l'égard de leur statut d'enseignants-chercheurs et leur relative satisfaction en tant qu'acteurs sociaux, parvenant à « remplir leur couffin » et à préserver relativement une image de prestige (le magistère intellectuel) dans un contexte de raréfaction des ressources publiques et de contrôle autoritaire des productions du savoir (Guiter, 1997).

Haut de page

Bibliographie

BÉJI H., 1982, Désenchantement national, Essai sur la décolonisation, Paris, Maspero.

BEN KAHLA K., 2000, « La « crise » de l'Université tunisienne au crible de la Banque mondiale. Analyse critique d'une rhétorique opportuniste », in V. GEISSER (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éditions, pp. 154-175.

BENNAGHMOUCH S., FOURCADE B., 1998, « Enseignement supérieur et recherche en Tunisie », in J-M. PLASSARD et S. BEN SEDRINE (dir.), Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Toulouse, Presses de l'Université des sciences sociales de Toulouse.

BEN SEDRINE S., 1998, « Rendement interne de l'enseignement supérieur et mécanismes d'orientation universitaire », in J-M. PLASSARD et S. BEN SEDRINE (dir.), Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Toulouse, Presses de l'Université des sciences sociales de Toulouse.

— 1998, « Entrée dans la vie active et stabilisation des diplômés du supérieur », in J-M. PLASSARD et S. BEN SEDRINE (dir.), Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Toulouse, Presses de l'Université des sciences sociales de Toulouse.

GEISSER V., BEN SEDRINES., 1999, Le retour des diplômés. Enquête sur les étudiants tunisiens formés à l'étranger dans les années 1990, Tunis, IMRC-INTES-Institut Français de Coopération.

— 2000, Le retour des diplômés, Tunis, Centre des Publications Universitaires.

GUITER L., 1997, « L'Université tunisienne, histoire d'une normalisation », Les Cahiers de l'Orient, n° 46 : 93-101.

SIINO F., 1997, « La science tunisienne : au cœur du discours, aux marges de la société », Monde arabe Maghreb-Machrek, n° 157.

— 2000, « La construction du système universitaire tunisien. Flux croisés et importation des pratiques scientifiques », in V. GEISSER (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS-Éditions.

ZOUARI-BOUATTOUR S., 1998, « L'enseignement supérieur en Tunisie : les enjeux », in J-M. PLAS-SARD et S. BEN SEDRINE (dir.), Enseignement supérieur et insertion professionnelle en Tunisie, Toulouse, Presses de l'Université des sciences sociales de Toulouse.

Haut de page

Notes

1  On se référera notamment aux nombreuses critiques formulées par les « nouveaux économistes » de l'éducation qui en appellent à une réforme en profondeur du système scolaire tunisien et plus spécifiquement de l'enseignement facultaire jugé peu performant : « ces filières situées dans des établissements de très grande taille jouent un rôle régulateur de la demande croissante des flux de bacheliers. On y observe souvent une détérioration de l'infrastructure et l'insuffisance des moyens pédagogiques dans les salles de classe, les amphithéâtres, les laboratoires et les bibliothèques. De telles conditions d'enseignement ne sont guère motivantes pour une population qui n'a pas choisi directement ces filières. On ne s'étonnera pas que l'absentéisme aux cours et l'abandon ne soient pas rares » (Ben Sedrine, 1998 : 94).

2  Tension qui, selon François Siino est déjà présente au moment de la mise en place de l'Université tunisienne en 1960 : « Parallèlement à cette vaste perspective de « rattrapage intellectuel total » (et parfois en contradiction avec elle) se manifeste souvent une conception beaucoup plus techniciste (ou instrumentaliste) de la science mise au service du développement. » (Siino, 1997 : 30).

3  Discours du président de la République Zine El Abidine Ben Ali à l'occasion de la Journée du Savoir, Carthage le 17 juillet 1996. Source : documentation officielle de la présidence de la République, fascicule, partie en français, pp. 8-9.

4  Sur les aspects méthodologiques et les modalités précises de construction de l'échantillon d'enquête, se reporter à l'introduction de notre ouvrage (Ben Sedrine ; Geisser, 2000).

5  Cette dépendance des filières scientifiques tunisiennes à l'égard de l'ancienne puissance coloniale est en quelque sorte un héritage de la situation des années 1960 et 1970, époque où c'était « au sein des universités et des laboratoires français, sous la direction de professeurs et en compagnie de pairs français, que s'effectue la formation universitaire de la quasi-totalité des futures enseignants-chercheurs de l'université tunisienne », (Siino, 2000 : 80).

6  Cf aussi l'analyse de François Siino : « Ce faible engouement étudiant pour les sciences techniques, écrit-il, tient sans doute aux représentations dominantes, tant dans le système éducatif français que dans le système traditionnel tunisien, qui valorisent les disciplines classiques, censées former « l'honnête homme » (le adib en Islam), alors que les matières techniques relèvent plutôt de l'apprentissage » (2000 : 83).

7  A titre d'illustration, on peut citer une nouvelle fois les critiques de l'académisme universitaire formulées par les « nouveaux économistes » de l'éducation : « un processus de sélection adverse marque la hiérarchisation du système. Les bacheliers médiocres sont orientés vers le secteur académique qui est censé produire et faire avancer le savoir, secteur qui se situe théoriquement au sommet de l'ordre intellectuel et exige l'excellence. Les meilleurs bacheliers sont par contre surreprésentés dans les formations professionnalisées moins exigeantes en capacités intellectuelles » (Zouari-Bouattour, 1998 : 63).

8  Selon une récente étude, l'affectation au temps de recherche des enseignants-chercheurs au sein de l'Université tunisienne (coefficient de recherche) serait d'environ 10 % contre 40 % dans une structure comme l'Institut Pasteur de Tunis, cité par Saloua Bennaghmouch, Bernard Fourcade (1998 : 188).

9  Cf. les travaux de François Siino et ceux de Saloua Bennaghmouch et Bernard Fourcade.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Geisser, « Les diplômés scientifiques tunisiens : la « voie moyenne » des études à l'étranger », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 101-102 | juillet 2003, mis en ligne le 25 octobre 2004, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://remmm.revues.org/51

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page