Navigation – Plan du site
II. Lectures

Khoury Gérard D., Une tutelle coloniale – Le mandat français en Syrie et au Liban – Écrits politiques de Robert de Caix, Paris, Belin, 2006, 535 p.

Nadine Méouchy
p. 277-281

Texte intégral

1Voilà de nombreuses années que Gérard D. Khoury  recherche activement dans les archives publiques et privées des documents inédits susceptibles d’éclairer plus précisément la période charnière de l’histoire du Proche-Orient contemporain qui vit l’éclatement de l’Empire ottoman, à la fin de la Première guerre mondiale, et le partage de ses provinces syriennes entre les deux grandes puissances coloniales de l’époque, la France et la Grande-Bretagne. En 1993, Gérard D. Khoury ouvrait ainsi sa route des archives en publiant un ouvrage qui mettait notamment à la disposition des historiens le texte, inédit et signé, du célèbre accord Faysal-Clemenceau (6 janvier 1920) dont l’existence se voyait par là-même confirmée1.

2Avec le temps cette route des archives est devenue une voie royale. C’est en effet à la persévérance de cet historien que nous devons aujourd’hui la publication des écrits politiques inédits de Robert de Caix, écrits qui placent le lecteur au cœur de la prise de décision politique française et du devenir de la Syrie et du Liban entre 1919 et 1923. Ces années, est-il utile de le rappeler, sont celles des négociations politiques autour de l’avenir des provinces syriennes, de l’attribution des mandats à la France et à la Grande-Bretagne et de la division de ces provinces en États : le Grand Liban et la Fédération des États de Syrie (pour la partie sous tutelle française). C’est tout le destin contemporain du Proche-Orient qui se joue là, entre les mains des Français et les Britanniques.

3L’importance de ces textes tient donc à la centralité de leur contexte historique et à ce que ces documents nous en révèlent, mais aussi et surtout à la personnalité et au rôle de leur auteur : Robert de Caix de Saint Aymour (1869-1970). Diplômé de l’Institut d’Études politiques de Paris, il travaille comme « publiciste » dans deux célèbres périodiques de la capitale, le Journal des Débats et le  Bulletin de l’Asie française entre 1893 et 1919. « Animateur de plusieurs comités coloniaux », il est « un conseiller très écouté du Quai d’Orsay » et il commence à s’intéresser à la question syrienne pendant la Première guerre mondiale. C’est grâce à son amitié avec Philippe Berthelot, Secrétaire général du Quai d’Orsay, qu’il franchit le pas qui sépare le journalisme et le conseil politique de la diplomatie. En avril 1919, Clemenceau le charge de conduire les négociations avec l’émir Faysal, chef du gouvernement arabe de Damas. Puis il est envoyé seconder le général Gouraud à Beyrouth comme Secrétaire général du Haut-Commissariat (1919-1923). Les écrits publiés ici sont donc bien ceux d’un acteur de premier plan de la mise en place du mandat, un acteur qui fut également le théoricien, pour le Levant, du divide et impera.

4Ces écrits, réunis sur plus de 300 pages, sont constitués dans leur majorité de lettres adressées par Robert de Caix au Ministre des Affaires étrangères, à Philippe Berthelot et à Albert Kammerer, Sous-directeur d’Asie au Quai d’Orsay. À ces lettres s’ajoutent des notes, de longueurs diverses, le tout portant sur moult sujets dont les principaux concernent soit l’état des négociations avec Faysal soit l’organisation à donner ou donnée à la Syrie et au Liban sous mandat français (voir en particulier la note du 17 juillet 1920 qui influa directement sur le découpage territorial décrété par le Haut-Commissaire). G.D. Khoury complète ces écrits par une série d’annexes fort utiles, comme par exemple l’article 22 du Pacte de la SDN, la charte du mandat, etc. augmentées d’un glossaire et de repères chronologiques.

5Ces documents apportent un éclairage nouveau sur des réalités que nous connaissions déjà pour certaines  – comme le fait que le Liban n’est pas au centre des préoccupations françaises avant la fin de la guerre (Cloarec, 1998 ; Khoury, 1993) – , et ils contribuent surtout à nuancer ces réalités : par exemple le sort du Grand Liban se joue véritablement entre janvier et mars 1920, et de 1921-22 jusqu’en 1926, la question de ses frontières est encore négociable pour plusieurs responsables français. Parmi ces écrits politiques, se trouve en effet un très gros rapport de Robert de Caix (p. 394-456), daté de 1926, qui discute clairement les frontières du Grand Liban et qui recommande « la sortie de Baalbeck et ses environs (chiites) et de Tripoli (sunnite) pour alléger le poids des Musulmans au Liban ».

6Ces écrits attestent la façon dont le milieu colonial ne considère la Syrie qu’à partir de la France, dans l’obsession de la rivalité impériale britannique : autrement dit la suprématie française doit se réaliser contre la suprématie britannique, destinée à l’éliminer de la région, et subséquemment, doit dénier toute réalité propre à la moindre velléité nationaliste arabe puisqu’elle est perçue comme une instrumentalisation de la puissance qui demeure pour lontemps encore la perfide Albion. Tous les acteurs ayant tenté de comprendre ou de défendre la position arabe sont mis en joue par la plume acérée de Robert de Caix : d’un côté il y a les Britanniques, intrinsèquement hostiles, tels Lawrence d’Arabie, « arabomane illuminé », rejeté dans la même « arabophilie » pathologique que Gertrude Bell (p. 403) ; de l’autre il y a les Français et de Caix fustige Massignon et les colonels Cousse et Toulat, « des nigauds » « miraculés de St Faysal » « qui se sont fait rouler à Damas avec une constance admirable » (p. 217, 230, 244) (Khoury, 2004).  Il est clair, analyse Gérard D. Khoury, que « contrairement à Berthelot et probablement à Massignon, Robert de Caix n’est pas tenté par une politique arabe pour la France » (p. 56). Contrairement aussi à Clemenceau dont l’auteur dit qu’il fut sans doute le seul responsable et certainement le dernier à avoir tenté de concilier les intérêts de la France et ceux des Arabes, à avoir

« failli restaurer les bases majoritaires d’une nouvelle politique française en Orient en s’appuyant sur le nationalisme arabe de la famille hachémite et son représentant, l’Émir Faysal, sans négliger la clientèle chrétienne d’Orient, particulièrement les maronites du Mont-Liban » (p. 93)

7(en cela l’accord Faysal-Clemenceau eût changé la face du Proche-Orient s’il avait été appliqué).

8Si Robert de Caix a travaillé méthodiquement à défaire l’accord Faysal-Clemenceau, dont il saisit parfaitement tous les enjeux, c’est fondamentalement pour des raisons idéologiques : il ne reconnaît pas aux peuples non occidentaux l’égalité et donc le droit à l’autodétermination. Pour lui, ces peuples se divisent en clients et en instruments, ce qui revient au même in fine : en dominés. Dans l’optique coloniale, et Robert de Caix est tout sauf un clérical, la création du Grand Liban ne fut pas le résultat d’une politique d’appui à ceux qui le réclamaient (les Maronites étant rejetés dans le même mépris que les autres « indigènes ») mais bien le résultat d’un calcul politique visant à donner « un cadre favorable au développement de nos vieilles clientèles » (p. 372). Dans cette incapacité à reconnaître « l’indigène », de Caix est toutefois représentatif de son époque, bien au-delà du seul cercle colonial2. Mais comme le souligne Gérard D. Khoury, le changement de cap de la politique française (qui passe d’un appui sur la majorité musulmane instauré à partir de François Ier à une politique d’appui aux minorités) qui s’imprime avec l’histoire du mandat est fondamental et pourrait bien avoir été, à terme, une cause du déclin de l’influence française au Proche-Orient (p. 94).

9Ceci étant dit, ces écrits politiques dévoilent surtout la vision propre élaborée par Robert de Caix qui, d’une certaine façon, n’est représentatif que de lui-même par son indépendance d’esprit, son pragmatisme quasi machiavélique et sa lucidité redoutable auxquels n’échappent ni ses amis (tel le général Gouraud3) ni les agents coloniaux. Même en poste à Beyrouth, de Caix continue à affirmer que « dans le monde il n’y a pour moi que deux choses : ce qui sert mon pays et ce qui peut lui nuire » (p. 315). Une manière aussi de se défendre contre ses détracteurs français dont le nombre est à la mesure de son exigeance politique. Brandissant l’étendard de la patrie française, de l’intégrité et du mérite républicains, il s’interdit toute ouverture devant un adversaire - tel un Lawrence ou un Faysal qui tous deux le séduisent pourtant – et ne juge les personnes – y compris de son camp politique – qu’à l’aune de la grandeur de la France ; une grandeur exigeante comme il le proclame en décembre 1920 lors de l’inauguration de la faculté de droit de Beyrouth : « La civilisation d’un peuple vaut ce que vaut la justice qui se rend en son nom » (p. 294).

10Robert de Caix n’aura pas uniquement travaillé au projet politique de la France en Syrie et au Liban (organisation du mandat, division de la région, stratégie à adopter face à la Grande-Bretagne et à la Turquie), il aura aussi observé attentivement la pratique de ce mandat. Il stigmatise « le parti des administrateurs coloniaux » (p. 356) ; de Gouraud, il se plaindra à Berthelot qu’il est « un chef auquel les arbres cachent trop facilement la forêt » (p. 371) ; il critique la pratique administrative et politique des hauts-commissaires qui se succèdent et très vertement celle d’une partie du personnel français dont il dénonce la médiocrité, l’incompétence et le comportement : ces agents font « obstruction » à la politique du mandat à force de ne comprendre que l’administration directe (p. 399). Une abomination selon lui, le mandat étant, « avant tout, un conseil et un contrôle » et devant reposer sur « le développement de la langue française, outil indispensable » à sa pérennité (p. 29).

11Habité par une vision du monde qui est celle du rapport des forces, il dénonce aussi bien la rivalité entre agents civils et militaires du mandat 4 que plus tard, au risque de la rigidité, la politique d’entente (avec les nationalistes) prônée par le premier haut-commissaire civil, Henry de Jouvenel, au lendemain de la Grande Révolte.

12Avec la publication de cette somme documentaire d’une grande richesse, Gérard D. Khoury apporte une contribution majeure – qui vient compléter les apports historiques de son ouvrage de 1993 – non seulement sur les modalités de la mise en place des États de Syrie et du Liban mais aussi sur un acteur français central de cette histoire et jusque là mal connu du grand public comme des spécialistes5. Robert de Caix est une figure complexe à plus d’un titre et son action « montre comment un homme peut modifier la politique d’un État comme la France » (p. 29). Ce lien entre un homme et un événement ou une politique ne peut pas être déterminé a priori. On voit bien par exemple comment l’échec de l’accord Faysal-Clemenceau est lié à la victoire électorale de la droite française qui libéra le prosélytisme têtu du divide et impera de Robert de Caix.

13Ultimement, et l’auteur y consacre tout son chapitre 5, ces écrits renvoient concrètement aux conséquences à moyen et long termes de ces politiques coloniales de fractionnement ainsi qu’aux tentations néo-coloniales, porteuses des mêmes aveuglements, d’administrations conservatrices comme nous le voyons aujourd’hui non seulement en Irak mais aussi en Israël.

Haut de page

Bibliographie

Cloarec Vincent, 1998, La France et la question de Syrie, 1914-1918, CNRS Éditions, Paris.

Doty Bennett J., 1930, La Légion des damnés, (traduit de l’anglais) Librairie Stock, Paris.

Fournié Pierre, 2002, « Le Mandat à l’épreuve des passions françaises : l’affaire Sarrail (1925)  »,  in N. Méouchy (édit.), France, Syrie et Liban, 1918-1946 – Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire, IFEAD, Syrie :125-168.

Khoury Gérard D., 1993, La France et l’Orient arabe – Naissance du Liban moderne, 1914-1920, Armand Colin, Paris.

— 2004, « Robert de Caix et Louis Massignon : deux visions de la politique française au Levant en 1920 », in N. Méouchy et P. Sluglett (eds) avec la collaboration amicale de Gérard D. Khoury et de Geoffrey Schad, The British and French Mandates in Comparative Perspectives/Les mandats français et anglais dans une perspective comparative, Brill, Leiden-Boston :165-183.

Méouchy Nadine, 2004, CR de  Jean-David Mizrahi, Genèse de l’État mandataire,  REMMM 103-104 : 321-327.

Mizrahi, Jean-David, 2003, Genèse de l’État mandataire. Service de Renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Publications de la Sorbonne, Paris, 462 p.

Haut de page

Notes

1 Khoury, 1993. Cet auteur  s’intéresse actuellement aux colonels Cousse et Toulat, qui furent officiers français de liaison à Damas auprès du gouvernement arabe de Faysal.
2 On peut se reporter par exemple au remarquable témoignage de Bennett Doty sur la grande révolte syrienne de 1925.  L’auteur, citoyen américain ayant étudié la littérature et l’économie politique, sans sympathie particulière pour la France ou sa politique mais engagé volontaire dans la Légion étrangère française participe à la répression dans le Jabal Druse. S’il condamne les violences françaises et admire la combativité et le courage des Druses, à aucun moment il ne se pose la question de la légitimité de la présence coloniale en Syrie. Elle va de soi. Doty, 1930.
3 De Caix a rencontré Gouraud au Maroc en 1911-1912 et « entretiendra des relations durables » avec lui avant de devenir son « proche collaborateur » à Beyrouth (p. 14-15).
4 Sur cette rivalité, voir Mizrahi, 2003 et Méouchy, 2004.
5 Hormis sans doute Pierre Fournié, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine Méouchy, « Khoury Gérard D., Une tutelle coloniale – Le mandat français en Syrie et au Liban – Écrits politiques de Robert de Caix, Paris, Belin, 2006, 535 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 123 | juillet 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 27 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/5153

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page