Navigation – Plan du site
III. Lectures

Basset Karine-Larissa, Le légendaire sarrasin en France (configuration et histoire d’un contre-récit national, XIXe-XXe siècles), Documents d’ethnologie régionale – vol. 26, Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie, Grenoble, 2006, 334 p.

Pierre Guichard
p. 328-329

Texte intégral

1Karine-Larissa Basset donne, avec l’édition de sa thèse, un curieux livre, bien documenté, témoignant d’une réflexion personnelle et originale, souvent suggestif, parfois excessif et agaçant, qui, à mon sens, n’entraîne que très partiellement la conviction.

2Sur la question apparemment usée des « Sarrasins » dans la France du haut Moyen Age, elle ne s’embarrasse aucunement de la réalité historique des invasions, sur lesquelles il ne semble pas, effectivement, que l’on puisse aller bien au delà des études existantes. Ce qui l’intéresse, c’est d’essayer de comprendre la signification de la supposée mémoire populaire qui se rattache à ces Sarrasins, et du légendaire qui s’est constitué autour d’eux. Elle égratigne au passage les folkloristes (comme Van Gennep) et les médiévistes (comme Philippe Sénac) qui, à ses yeux, n’ont pas accordé assez d’attention à ces « traces » et à ces « récits », considérant que l’influence « savante » exercée par les érudits locaux excluait tout cela du folklore, et que le peu de fiabilité des récits rencontrés ne permettait pas au médiéviste d’en tirer quoi que ce soit (p. 6-7).

3 Elle se situe donc au niveau non pas de l’histoire d’un lointain passé, mais de la signification, à la fin de l’époque moderne et surtout depuis le XIXème siècle, des multiples « traces » (toponymiques en particulier) et récits locaux se présentant comme une « mémoire » des invasions et de la présence sarrasine. Elle accorde une attention préférentielle à ceux qui se référent à des îlots de population, des groupes ou même des personnes qui se prétendent ou que l’on prétend remonter à une telle origine. On conviendra volontiers avec elle que « cet objet étrange, insaisissable, polymorphe ne se laissait pas appréhender par les méthodes historiques classiques » (p. 9), d’où le recours à une démarche radicalement différente : non plus chercher la vérité « externe » de ces récits, mais en pénétrer la logique et donc en faire sortir une sorte de vérité interne, qui nous parle non pas du Moyen-Age, mais de ce que représente ce « légendaire » depuis le moment où il est saisissable dans la littérature et l’historiographie.

4Elle atteint ainsi, au plus loin, le XVIIe siècle, mais plutôt pour l’essentiel la fin du XVIIIe et le début du XIXe, la « grande époque » des travaux ou, moins souvent, des ouvrages littéraires en rapport avec le thème sarrasin correspondant à la seconde moitié de ce dernier siècle. Dans le principe, on serait peut-être fondé à lui reprocher de n’avoir pas cherché à remonter plus haut dans le temps, ou du moins à effectuer des comparaisons avec ce qui a pu exister plus anciennement de « mémoire sarrasine ». Il faut avouer que cela l’aurait entraînée sans doute trop loin, à rechercher ce qu’il peut y en avoir au delà de l’exploitation des chansons de geste. Jacques Rossiaud, dans son récent ouvrage sur Le Rhône au Moyen Age (Aubier, 2007), ouvre sans doute quelques pistes dans ce sens, mais le travail aurait certainement été énorme pour un résultat plus qu’incertain.

5Sa documentation même l’amène donc à étudier plus particulièrement ce qui a été publié au XIXe siècle. Le dépouillement qu’elle a fait de la littérature consacrée à cette « mémoire » sarrasine dans trois régions privilégiées à cet égard, le « Grand Est » (de la Bourgogne au Dauphiné), la Provence, et pour l’ouest l’Indre-et-Loire et le Maine-et-Loire d’une part, le Poitou d’autre part, est tout à fait intéressant, et les trois bibliographies chronologiquement ordonnées qui en résultent (p. 304-318) constituent un excellent instrument de travail pour qui s’intéressera à la question de l’élaboration de ce « légendaire ». Mais on peut se demander si ces listes bibliographiques ne mériteraient pas une étude en elle-même, plus poussée que celle qu’elle leur consacre, bien qu’elle fasse pertinemment ressortir certaines différences tout à fait suggestives, entre par exemple la « quête érudite » qui caractérise l’Est, où prédominent les érudits locaux (le chapitre I), et l’aspect bien différent et bien plus « littéraire » de la bibliographie provençale, dans laquelle sont convoquées, outre Mistral, les Lettres de mon Moulin et le roman de Paul Arène intitulé La chèvre d’or (le chapitre II, intitulé : « Aux sources de la nationalité. Provence sarrasine »).

6Ces différences tout de même assez accusées amènent, il me semble, à s’interroger sur la validité de la démarche d’ensemble qui se développe dans les chapitres qui suivent, tout aussi « hétérogènes » à première vue. Le troisième est consacré au « Tissu légendaire en Véron », petit pays situé dans le confluent de la Loire et de la Vienne, où vit, dans le bourg de Savigny-en-Véron, une population que l’on présente ou qui se présente elle-même comme issue d’un groupe de Sarrasins installés là après la bataille de Poitiers, si bien qu’on leur applique volontiers le qualificatif de « bédouins ». KLB y a mené une enquête orale, destinée à approfondir la façon dont se voient et sont vus les habitants. Avec le chapitre IV : «La quête autobiographique de Robert Cousin », on entre dans un autre type d’étude, celle, approfondie, de la démarche singulière d’ « un homme originaire du département des Deux-Sèvres (souffrant) d’une maladie héréditaire [dite de Rendu-Osler] dont il (cherche) à démontrer l’origine sarrasine » (p. 184). Il est impossible de résumer en quelques mots cette partie, longue (p. 185-263), dense et complexe de l’ouvrage, dont il ressort que Robert Cousin, « pour donner un sens à sa maladie [et, pourrait-on dire aussi bien, à sa vie], devait trouver la vérité de ses origines » (p. 218), celles-ci étant à ses yeux également sarrasines.

7Se plaçant d’emblée (p. 11) sous l’invocation de Paul Ricoeur et du concept d’ identité narrative », ainsi que d’autres auteurs moins connus, KLB cherche l’unité de ces différentes « revendications », qui au premier abord pourraient sembler de nature bien différente, d’une lointaine origine arabe ou arabo-berbère de populations ou de personnages, dans le rattachement de ces prises de position sur un réel ou mythique passé sarrasin à un commun « Grand Récit ». Elaboré sous des formes différentes selon les lieux, il relèverait d’une même inquiétude de populations plus ou moins marginales ou marginalisées face à la progression de la modernité, avec pour fond une confuse hostilité ou méfiance vis à vis de l’histoire officielle et de la domination des élites. Ainsi Robert Cousin cherche-t-il la vérité de ses origines, « une vérité qui, selon lui, avait été sciemment occultée au long de treize siècles d’histoire, la fondation sarrasine étant, pour les détenteurs du pouvoir religieux ou politique, inacceptable » (p. 218). Les Sarrasins se trouveraient ainsi investis d’ « une capacité à susciter l’identification individuelle et collective par assimilation aux vaincus et inversion de la position de héros » (p. 289). De la sorte, selon le sous-titre du livre, le légendaire sarrasin en France s’élaborerait-il comme une sorte de « contre-récit national ».

8Résumée ainsi, en trop peu de mots, la thèse centrale du livre peut apparaître excessivement schématique. Elle l’est incontestablement dans certains passages, comme lorsque le « récit national dominant » semble abruptement assimilé aux idées du Front National (p. 284). Les analyses des travaux érudits du Grand Est données dans le premier chapitre sont nettement plus nuancées : il est intéressant d’y voir comment leurs auteurs, soucieux de construire un histoire régionale, l’insèrent si l’on peut dire dans les « failles » et les lacunes de l’histoire « officielle », dont ce qui apparaît bien souvent comme des élucubrations sans guère de fondement s’attache en quelque sorte à combler les vides. Dans son principe, ce « contre-récit » s’appuie alors sur le « récit national » bien plus qu’il ne s’oppose à lui. Mais les historiens « parisiens », dépourvus d’une pareille inquiétude, et justement méfiants vis à vis de ces constructions, peuvent alors susciter logiquement en retour une certaine hostilité, et se voir accusés de ne pas « laisser parler le peuple ».

9On lit ce livre avec intérêt sinon agréablement. Le style en est parfois un peu amphigourique (p. 117 : « La narration de R. Cousin est d’une grande cohérence ; le récit étiologique qu’il crée renvoie à la représentation de la maladie comme entité ontologique, et fait découler le biologique de l’histoire, du social » (217), mais parfois aussi heureusement ramassé (p. 214-215 : « Habiter la maladie pour connaître la vérité sur elle »). La préface élogieuse de Philippe Joutard aide à mieux saisir la cohérence d’une argumentation à laquelle il arrive d’être un peu contournée. Le livre refermé, on se demande quelle est la part de construction subjective unifiant, ingénieusement mais peut-être artificiellement, les faits, et celle d’une approche nouvelle d’une réalité, elle aussi historique, mais se situant, celle-ci, aux deux derniers siècles de notre histoire.

10N’est-il pas par exemple bien hasardeux de situer dans un même cadre, et de faire correspondre à une même inquiétude, les fantaisies historiennes parfois échevelées de certains érudits locaux de la seconde moitié du XIXe siècle, des recherches plus sérieuses soucieuses de remplir les vides de l’histoire « officielle », le mythe d’une Provence que l’on cherche romantiquement à rattacher à la lointaine présence sarrasine, et, quelle que soit l’empathie qu’éprouve l’auteur pour un personnage sans doute attachant, les fantasmes de ce dernier s’agissant de la maladie qui l’affecte et à laquelle il voudrait « donner un sens » ?

11Sans doute ces différentes positions et situations relèvent-elles toutes d’une certaine « marginalité », mais ces marginalités sont-elles de même nature ? Il me semble que, le livre refermé, il est permis d’en douter. Quant au « héros » du livre, Robert Cousin, sans doute accumule-t-il les indices (qui sont pour lui des preuves) qui lui permettent de confirmer la vérité intuitive qu’il porte en lui (p. 219), mais le fait que sa trajectoire singulière l’amène à produire aux environs de l’an 2000 un récit de l’histoire qui entre en résonance avec son histoire individuelle (p. 259), ne garantit en rien l’intégration de ce dernier à un hypothétique « grand récit ». On l’aura compris, ce livre ne laisse pas indifférent, mais on reste au total très dubitatif face à la thèse qu’il veut défendre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Guichard, « Basset Karine-Larissa, Le légendaire sarrasin en France (configuration et histoire d’un contre-récit national, XIXe-XXe siècles), Documents d’ethnologie régionale – vol. 26, Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie, Grenoble, 2006, 334 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 124 | novembre 2008, mis en ligne le 18 juillet 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/5613

Haut de page

Auteur

Pierre Guichard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page