Navigation – Plan du site
Lectures

El-AbedOroub, Unprotected: Palestinians in Egypt since 1948, Washington, DC, Institute for Palestine Studies / Ottawa: International Development Research Centre, 2009, 253 p.

Françoise de Bel-Air

Texte intégral

1L’ouvrage proposé par Oroub El-Abed sur les Palestiniens d’Égypte comble un manque : cette communauté n’avait, en effet, encore jamais fait l’objet d’une étude scientifique de grande ampleur telle que celle entreprise par l’auteur sous les auspices du programme Forced Migration and Refugee Studies de l’Université américaine au Caire. L’ambition initiale de Oroub El-Abed et de son équipe était de réaliser une enquête de terrain portant sur un échantillon de 300 ménages répartis dans 15 gouvernorats égyptiens, mais ce projet n’a pu être complètement mené à bien en raison de l’interruption du travail de terrain par les autorités égyptiennes. L’équipe avait alors déjà rendu visite à 80 familles, soit 401 personnes, résidant dans trois des gouvernorats du pays. L’ouvrage repose sur ce riche matériau d’interviews, resitués dans le contexte historique de l’Égypte et de la question palestinienne depuis 1948.

2Paradoxalement, ces brutaux aléas d’un travail scientifique pourtant entrepris avec les autorisations officielles nécessaires démontrent la pertinence du projet. Malgré leurs faibles effectifs (quelques 75 000 personnes), les Palestiniens d’Égypte incarnent, en effet, des enjeux essentiels pour ce pays : ceux de l’implication égyptienne dans le processus de paix israélo-arabe. Leur vulnérabilité sociale, la précarité politique dans laquelle ils vivent depuis 1978, qui conditionne leur extrême dénuement économique, sont donc consubstantielles des stratégies d’instrumentalisation de la cause palestinienne aux niveaux régional et international par les autorités du pays d’accueil. Cette problématique sous-tend la démonstration, même si l’ouvrage est présenté comme une monographie centrée sur, premièrement, « la façon dont les Palestiniens mobilisent leur capital matériel et symbolique afin de rechercher des opportunités de revenus, de garantir [leur accès] à l’éducation et aux services et, plus généralement, de planifier leur avenir » et, deuxièmement, sur « une définition des contours de la communauté, de son histoire globale et du contexte général, les politiques du pays d’accueil, les lois, les attitudes sociales » (p. 4-5). Cette monographie se concentre, en outre, sur les membres les plus vulnérables de cette communauté, les « Palestiniens cachés », en raison de l’interruption du travail de terrain qui n’avait pas encore touché la totalité de l’échantillon prévu et, en particulier, les classes les plus aisées, mais aussi dans le but de mettre en cause le mythe de l’opulence de cette communauté, si répandu en Égypte (p. 5).

3Les deux premiers chapitres retracent l’historique de l’arrivée des réfugiés palestiniens en Égypte (avant 1948, en 1948 et 1967), replacée dans son contexte politique national et régional. Si une politique visant à distinguer les territoires (Bande de Gaza / Égypte lors de l’administration égyptienne de cette zone) et les populations (Égyptiens / Palestiniens) a toujours prévalu, les aléas des stratégies politiques des régimes et les événements régionaux détermineront aussi les mesures prises par les autorités et l’attitude de la société égyptienne à l’égard des réfugiés. Par exemple, le militantisme de Nasser en faveur de la cause palestinienne (ou l’instrumentalisation de celle-ci, cf. p. 128-129) entraînera l’application de politiques accordant aux réfugiés une quasi-égalité de traitement avec les citoyens égyptiens, dans l’accès à l’éducation publique, aux infrastructures de santé et surtout au travail, jusque dans la fonction publique égyptienne. À l’inverse, la signature des Accords de Camp David marque le début d’un retrait progressif de ces droits, jusqu’à l’assimilation des réfugiés à des étrangers, la situation prévalant de nos jours. Les relations entre les Palestiniens et la société d’accueil fluctuent également au gré des événements politiques : les mouvements de solidarité nés de la « catastrophe » de 1948, des massacres de Sabra et Chatila en 1982, des Intifadas de 1987 et de 2000 alternent avec des périodes de tension parfois violente (après l’assassinat du ministre Al-Siba’i en 1978 ou lors de la première guerre du Golfe). Cette précarité politique est encore aggravée par l’absence d’une institution de secours aux réfugiés palestiniens en Égypte : l’UNRWA, en effet, n’opère pas sur ce terrain où les réfugiés n’ont pas été recueillis dans des camps. Ils ne peuvent donc bénéficier du filet de sécurité minimal (produits de première nécessité, éducation, services sociaux de base) garanti par l’Agence dans d’autres États d’accueil de la région (p. 65).

4Abondamment illustrés par de nombreux extraits d’interviews, les trois chapitres suivants décrivent les politiques appliquées aux Palestiniens et les réponses apportées par ceux-ci, les stratégies d’adaptation et de survie de réfugiés désormais considérés comme des étrangers si ce n’est dans le domaine de la santé, toujours accessible gratuitement. Des droits en principe acquis sont de ce fait annulés, dont l’accès au logement et à la propriété immobilière ou foncière (p. 117) et le droit à la scolarisation (maintenant limitée à l’enseignement privé) ; la quasi-fermeture du marché du travail légal aux Palestiniens les confine en majorité au secteur informel (p. 82). Enfin et surtout, les règlementations administratives gouvernant l’attribution, le renouvellement et la perte des permis de résidence, décrites en détails au chapitre 4, poussent dans l’illégalité une proportion grandissante de la population palestinienne en Égypte, l’exposant ainsi à tous les risques économiques, politiques et sociaux. Dans une telle situation, les intermariages avec des ressortissants égyptiens restent pour les jeunes le seul moyen d’acquérir une résidence légale, tandis qu’une solidarité familiale renforcée et, dans certains cas, des réseaux d’entraide entre voisins restent les seules autres garanties d’une sécurité économique minimale. Seuls les Palestiniens employés par les instances de l’OLP bénéficient d’une protection institutionnelle (chap. 6).

  • 1  Les recherches du démographe Marwan Khawaja montrent par exemple, pour la Cisjordanie, la bande de (...)

5Après un passage en revue au chapitre 7 des textes internationaux et des possibilités légales de leur application aux Palestiniens d’Égypte, la conclusion aborde une question essentielle de l’ouvrage, celle de la résilience ou de la dilution d’une « identité » palestinienne en contexte de « ghurba » (exil), voire d’« acculturation » (p. 175). L’enquête de Oroub El-Abed avait montré une assimilation progressive des descendants des réfugiés de Palestine dans la société égyptienne, confirmant ainsi une tendance observée dans d’autres sociétés d’accueil1 en dépit de la diversité politique de ces contextes. L’auteur l’explique par le facteur générationnel et l’affaiblissement dans le temps des revendications, par l’action d’un système éducatif promouvant  l’identité nationale égyptienne, par un environnement politique et social instable qui décourage les manifestations d’un particularisme palestinien mais surtout par les obstacles administratifs posés à la résidence des réfugiés sous le prétexte de garantir leur droit au retour, qui obligent les familles à rechercher des unions avec des partenaires égyptiens, une stratégie d’ajustement parmi d’autres.

6La thèse de Oroub El-Abed est ici énoncée :

« Trop souvent en Égypte (et dans d’autres pays arabes), il existe un conflit entre citoyenneté et / ou tawtin, d’une part et l’attribution de droits et d’une protection élémentaires, d’autre part. [….]. En d’autres termes, les Palestiniens doivent être privés de droits afin de préserver leur identité palestinienne » (p. 182-183).

7Or, l’enquête prouvant justement que cette privation de droits a l’effet inverse, il est urgent, selon l’auteur, de dissocier la protection de la « cause » palestinienne du sort fait aux « individus » palestiniens en termes de droits humains élémentaires, en appliquant les provisions des accords internationaux sur les réfugiés et, plus particulièrement, du Protocole de Casablanca.

  • 2  Outre le fait qu’elle dérogeait à la règle de la domination patriarcale au sein de la société, com (...)

8Cette conclusion aurait mérité d’être plus développée, et c’est là la principale critique pouvant être formulée à l’égard de cet ouvrage. Oroub El-Abed hésite, en effet, à problématiser son propos, ce qui l’empêche de proposer une analyse politique de la contradiction qu’elle relève, entre les discours hostiles à l’implantation (tawtîn) des régimes des pays d’accueil et les politiques menées par ces régimes. Par exemple, le vote en 2004 d’une loi autorisant la transmission de la nationalité égyptienne par la mère et l’épouse est interprété en termes de respect des droits fondamentaux par l’auteur (chap. 2 et p. 184-185). Cette question de la transmission de la nationalité par les femmes est d’actualité dans les autres pays d’accueil des réfugiés palestiniens au Moyen-Orient, dont la Jordanie, bien étudiée dans d’autres travaux par Oroub El-Abed. Intégrée dans les revendications des groupes de protection des droits des femmes et appuyée par la reine Rania, épouse du roi Abdullah II, cette loi a été rejetée à plusieurs reprises par le Parlement jordanien sous le prétexte qu’elle menaçait le droit au retour en rendant possible une installation des réfugiés, un rejet dû à sa portée plus symbolique que démographique2, à l’instar du cas égyptien. Replacé dans un cadre régional et dans une analyse en termes politiques des aléas du traitement des réfugiés palestiniens en Égypte, cet événement aurait pris une signification bien plus forte que le compromis social avancé par l’auteur.

9L’étude des dynamiques migratoires en termes de droits humains et de stratégies d’ajustement des migrants, légitime pour sa vertu de témoignage, montre ici sa faible portée scientifique, renforcée par le parti-pris de l’auteur de se limiter à une monographie descriptive, une décision que la sensibilité du sujet peut bien sûr justifier. Il faut donc saluer dans cet ouvrage l’aboutissement d’une recherche menée dans des conditions difficiles mais, surtout, la persévérance d’un chercheur qui interroge « de l’intérieur » un sujet brûlant.

Haut de page

Notes

1  Les recherches du démographe Marwan Khawaja montrent par exemple, pour la Cisjordanie, la bande de Gaza, la Jordanie et le Liban, une convergence des comportements de fécondité entre les palestiniennes détentrices du statut de réfugiées vivant hors des camps et les populations des zones et pays d’accueil (Khawaja, M. “The Fertility of Palestinian Women in Gaza, the West Bank, Jordan and Lebanon”, Population (édition en anglais), vol. 58, 2003/3, pp. 273-302).

2  Outre le fait qu’elle dérogeait à la règle de la domination patriarcale au sein de la société, compte-tenu du fait que les réfugiés et déplacés résidant aujourd’hui sur la rive est ont été naturalisés seuls quelque 60 000 réfugiés de Palestine (originaires de Gaza ou résidants de Cisjordanie) et leurs enfants auraient pu en bénéficier, de même que 20 000 Jordaniennes épouses d’autres étrangers (estimations ministère de l’Intérieur jordanien, 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise de Bel-Air, « El-AbedOroub, Unprotected: Palestinians in Egypt since 1948, Washington, DC, Institute for Palestine Studies / Ottawa: International Development Research Centre, 2009, 253 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 04 juin 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6558

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page