Navigation – Plan du site
Lectures

Schneuwly Purdie Mallory, Gianni Matteo et Jenny Magali (dir.), Musulmans d’aujourd’hui, Identités plurielles en Suisse, Fribourg (Suisse), Labor et Fides, 2009, 205 p.

Haoues Seniguer

Texte intégral

1Musulmans d’aujourd’hui : identités plurielles en Suisse tombe à point nommé dans l’état du monde actuel où l’islam et les musulmans sont régulièrement mis à l’index et ce, là où ils vivent ; la votation de novembre 2009 interdisant désormais la construction de minarets sur le territoire national helvétique ne laisse pas, semble-t-il, de confirmer un tel constat. Aussi, cet ouvrage vient apporter un éclairage scientifique sur le sujet et rectifier nombre d’amalgames dont sont souvent l’objet l’islam et les musulmans.

2L’ouvrage offre neuf contributions à la fois courtes, denses et de surcroît complémentaires. Elles gravitent autour d’une thèse centrale que le sous-titre résume à lui seul : l’islam et les musulmans suisses ou de Suisse, seraient éminemment divers, tant en ce qui concerne leurs origines ethno-nationales que dans les rapports qu’ils entretiendraient, quotidiennement, avec les pratiques liées ou attribuées ordinairement à l’islam. L’ensemble des textes allie, en outre, réflexions théoriques et éléments empiriques.

3L’introduction, rédigée par les soins de Mattéo Gianni (p. 13-21), laquelle se veut la plus ouverte possible, précise, et ce dès les premières lignes, combien la question de la présence de l’islam et des musulmans, autrement dit leur nouvelle visibilité sociale, n’est pas spécifique à la Suisse. Elle se poserait avec tout autant d’acuité à d’autres sociétés européennes ou occidentales. La visibilité des musulmans susciterait, au-delà du seul prisme sécuritaire, toutes sortes d’interrogations sinon d’inquiétudes d’ordres culturel et philosophique, parmi lesquelles : la compatibilité ou l’incompatibilité de l’islam avec les normes libérales de la société d’accueil et ses traditions séculaires, des frictions supposées ou réelles avec la laïcité, le problème de l’islamophobie, la question de l’intégration des minorités religieuses, etc...

4La présence de plus en plus visible de ces musulmans aurait été ensuite exploitée, par les leaders d’opinion ainsi que par une minorité du spectre politique (notamment le parti d’extrême droite qu’est l’UDC (Union Démocratique du Centre), à l’occasion de violences perpétrées justement par des musulmans, ou commises, plus généralement, au nom de l’islam (attentats du 11 septembre 2001, attentats de Madrid et de Londres, etc...) en dépit du fait qu’aucun Suisse ou résident suisse ait jamais été impliqué dans ces violences.

5Le premier chapitre (p. 23-36) écrit par Mallory Schneuwly Purdie, est central, puisque la chercheuse se propose de dresser non seulement une sociographie élaborée, et en partie chiffrée (statistiques entre 1970 et 2000), de l’islam suisse et de ses composantes humaines, mais également énonce-t-elle, de façon fort heureuse, les leçons sociopolitiques que nous pouvons en partie tirer de tels indices statistiques. Aussi nous donne-t-elle des informations empiriquement éclairantes sur la composition ethnique de la population musulmane de Suisse, les rites principaux pratiqués, le pourcentage d’hommes et de femmes, par tranche d’âge, leur évolution démographique, l’évolution des musulmans de nationalité suisse et les principaux lieux de localisation territoriale. L’analyse et l’interprétation des chiffres, fonction des nombreux paramètres utilisés, lui permettent en retour, de conclure, d’une part, à l’hétérogénéité de la population musulmane suisse - bien que marquée par une prédominance de personnes issues des Balkans - , en termes de rites et de nationalités d’origine, et d’autre part, au fait objectif que l’islam suisse est essentiellement européen ; ce qui, pour le coup, fait complètement voler en éclat les discours essentialistes ou culturalistes qui tendent à faire de l’islam et des musulmans un ensemble compact, homogène et forcément allogène ; c’est-à-dire relevant plus de d’ordre de l’extranational et/ou de l’extra-européen que ressortant du national.

6La suite des textes vient en quelque sorte prolonger et étayer, sous des angles d’approches différents, les éléments empiriques présentés et commentés dans le chapitre I. L’article de Samuel Martin Behloul (p. 53-72) montre comment le discours totalisant du personnel public (médias, politiques et catégories de chercheurs), lequel fait de plus en plus de l’islam le filtre d’analyse privilégié dans l’appréhension de la question migratoire notamment (en particulier les tensions sociales qu’elle génère), a eu des effets pervers parmi les musulmans. Ainsi, il est mis en évidence que les populations musulmanes sont constamment montrées du doigt, et tenues, bon an mal an, de se justifier moins à partir de leurs origines ethniques, supposées ou réelles, qu’à partir de l’islam qui leur est imputé ; et ce, indépendamment de leurs façons de pratiquer l’islam auxquels ils sont, quelquefois bien malgré eux, identifiés. « L’islamisation imposée », comme l’écrit lui-même le chercheur, en p. 61, a entraîné, par exemple, après le 11 septembre 2001, chez ces populations supposées musulmanes, le sentiment de devoir se justifier continuellement sur leur islamité sitôt que l’islam est mentionné dans une tragédie ou un fait divers. Celles-ci seraient comme tenues à l’obligation de se prononcer sur la norme islamique et conséquemment, contraintes au plan social, de donner de nouveaux gages de loyauté à la société dont ils sont pourtant parfois originaires. L’auteur parvient à démontrer comment au discours culturaliste du politique répond, de manière paradoxale, un discours tout aussi culturaliste des citoyens ou résidents musulmans prisonniers du processus « d’islamisation imposée ». Au fond, les musulmans suisses ou de Suisse, concernés ou pas du tout par le culte et les dogmes islamiques, procèderaient en tant qu’agents exogènes et pathogènes (porteurs d’éventuels risques pour la société), puisqu’ils chercheraient à apparaître aussi légitimes que leurs concitoyens non-musulmans éprouvant le sentiment d’être stigmatisés et associés aux dérives supposées de l’islam ; ce qui confinerait à une espèce de situation d’étrangeté ou d’altérité permanentes.

7Pourtant, dans certains des textes rassemblés dans l’ouvrage, tout concourt à renforcer l’idée inverse. Nous apprenons par exemple que les citoyens et résidents de religion musulmane ont fait leurs les valeurs helvétiques ou les normes sociales et culturelles en vigueur dans la société d’accueil. Nadia Baghdadi (p. 111-126), au travers de l’exemplification de récits de vie, souligne que les femmes musulmanes, contrairement aux poncifs essaimés dans l’opinion publique, sont non seulement comme n’importe quelles autres femmes, mais aussi, qu’elles sont à même de s’émanciper davantage de leurs maris, dans le cadre d’une démarche d’approfondissement du savoir religieux, révélant, par ailleurs, leur autonomie intellectuelle et domestique.

8L’intérêt heuristique du collectif ne s’arrête pas là. En effet, loin de se contenter de décrire sociologiquement la réalité de l’islam et des musulmans dans l’espace helvétique, certains des textes présentés sont engagés sans qu’ils ne soient pour autant militants. Autrement dit, les contributeurs s’efforcent de penser la pluralité religieuse, (notamment à la lumière de la nouvelle visibilité de l’islam et des musulmans) bien au-delà de l’analyse purement descriptive. À ce titre, les articles de Mattéo Gianni (p. 73-93) et de Stéphane Lathion (p. 177-200) envisagent, de façon originale, l’intégration des minorités sur la base d’une réflexion renouvelée de la citoyenneté. Ils proposent une définition de la citoyenneté et de l’intégration de façon ouverte, positive ou dynamique (« intégration processuelle ») et non plus passive et statique (« intégration adaptative »), laquelle renferme pour sa part des relents assimilationnistes. En d’autres termes, les deux chercheurs essayent d’explorer l’idée suivant laquelle, les musulmans seraient non seulement en mesure de s’adapter aux normes politiques, sociales et culturelles en vigueur dans la société suisse mais tout aussi capables d’être des associés, tout aussi légitimes que leurs concitoyens non-musulmans, dans l’élaboration des normes sociales communes.

9Cependant, quelques critiques dépréciatives, fussent-elles mineures, peuvent être formulées ça et là. En effet, quelques légères confusions et expressions malencontreuses transparaissent parfois. Outre des expressions contestables telles que la catégorie, logiquement contradictoire, « musulmans non-croyants », en note infrapaginale n° 20 à la p. 81, l’islam est par ailleurs présenté, à tort, en p. 112 notamment, comme une « communauté » alors qu’il s’agit davantage d’une religion plurielle avec des modes d’identification variable ; trait qui a pourtant été plusieurs fois souligné en maints articles. D’autres propos, qui plus est normatifs, versent dans une espèce de déterminisme psychosociologique. Contrairement à ce qui est quelquefois soutenu (cf. article p. 37-52), il n’y a jamais de correspondance absolue entre d’un côté la nature des attitudes individuelles et collectives des musulmans (notamment s’agissant de celles et ceux qui sont nés et ont été socialisés en Suisse) vis-à-vis du pays d’origine de leurs parents et de l’autre côté, les attitudes adoptées vis-à-vis de la République helvétique. Le continuum n’est pas systématique car, cela signifierait, a contrario, en plus de relents déterministes, que les autres musulmans ou les autres islam(s) (non balkaniques) seraient eux moins intégrables en Suisse du fait de traditions culturelles moins laïques comme celles de certains pays du Maghreb par exemple. Enfin, il est fort dommageable que l’accent n’ait pas davantage été mis, d’une part sur les chiites suisses ou de Suisse, et d’autre part, sur d’autres groupements religieux, politisés ou non, présents et actifs dans le pays.

10Cet ouvrage collectif est salutaire à maints égards en ce qu’il permet d’avoir une idée informée et précise du visage de l’islam et des musulmans suisses ou de Suisse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Haoues Seniguer, « Schneuwly Purdie Mallory, Gianni Matteo et Jenny Magali (dir.), Musulmans d’aujourd’hui, Identités plurielles en Suisse, Fribourg (Suisse), Labor et Fides, 2009, 205 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 07 juin 2010, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6561

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page