Navigation – Plan du site

La nisba tribale entre identification individuelle et catégorisation. Variations dans la Sicile des xe-xiie siècles

Individualizing and categorizing: the tribal nisba and its variants in Sicilian sources of the Xth-XIIth centuries
Annliese Nef

Résumés

Il s’agit ici de cerner le rôle de la nisba tribale dans le cadre de l’identification par l’anthroponymie en Sicile entre le xe et le xiie siècle. Les sources considérées permettent, pour une part (chroniques, ouvrages de abaqât), de retracer le contexte dans lequel s’insèrent les documents locaux analysés, tous fruits de la pratique administrative ou notariale.

Le foisonnement du nom islamique permet de décliner des dénominations sélectives en fonction du contexte et la nisba tribale n’est pas un élément décisif de l’identification par la dénomination individuelle dans la Sicile des xie-xiie siècles. Arborée par les savants et, surtout, quasiment obligatoire pour les témoins énumérés dans les actes notariés, elle qualifie les élites urbaines et est un signe d’appartenance à une aristocratie, à une notabilité. En revanche, dans les zones rurales, documentées partiellement par des listes fiscales, elle apparaît très effacée.

La nisba tribale véhicule d’autres éléments (honorabilité, appartenance aux élites, etc.) que ceux strictement nécessaires à l’identification personnelle. Elle n’individualise pas mais identifie en renvoyant à un groupe, ici la tribu et sa célébrité. Il s’agit donc plus d’un élément de catégorisation que d’individuation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous nous contentons ici de renvoyer à l’introduction au volume établie par N. Michel et I. Grangau (...)

1La production bibliographique sur l’histoire de l’identification est aujourd’hui abondante1. On peut donc se demander s’il y a dans ce domaine des spécificités propres à l’aire culturelle islamique. La question est vaste et l’on s’en tiendra ici à l’identification par l’anthroponymie, ce qui réduit notablement le champ d’investigation, mais correspond à la nature des sources pour des périodes et des régions avares en documents d’archives.

  • 2 La kunya exprime la parenté descendante (« père de », « mère de », etc.) mais peut aussi être la fo (...)
  • 3 Partie du nom, reçue à la naissance, qui renvoie le plus spécifiquement à l’individu qui la porte.
  • 4 Le nasab renvoie à la parenté ascendante (« fils de », « fille de »...).
  • 5 Surnom ou titre (du nom de métier au surnom dynastique).
  • 6 « Adjectif terminé en î (i long), iyya au féminin, ou ânî, marque la connexion du personnage avec u (...)

2Une des particularités de l’identification par l’anthroponymie, qui n’est que l’un des moyens dont on dispose pour ce faire, en Islam, est qu’aucun des éléments qui la composent — kunya2 (Sublet, 1991 : 9), ism3 (Sublet, 1991 : 9), nasab4 (Sublet, 1991 : 9), laqab5 (Sublet, 1991 : 10), nisba6 (Sublet, 1991 : 10), etc. — n’est en réalité indispensable à l’identification d’une personne et que chacun des éléments peut suffire à identifier un individu dans un contexte donné. Le rôle de l’ism en particulier est limité, ce qui offre un contraste avec d’autres aires culturelles. On a avancé qu’il s’agissait là de protéger, de voiler la partie la plus intime du nom, mais cette idée devrait sans doute être revue pour faire toute sa place à un système anthroponymique et d’identification par le nom qui a ses règles propres. Considérer l’ism comme la partie la plus importante de la dénomination revient en effet à poser un système anthroponymique comme référence : celui où l’ism joue un rôle prédominant, si tant est qu’un tel système existe.

  • 7 L’origine de ces éléments n’est pas simple à déterminer : on a souvent mis en avant la dimension gé (...)

3Le grand nombre des éléments anthroponymiques mobilisables en Islam pourrait en effet refléter un souci d’exhaustivité et la volonté de livrer (ou de se faire livrer) la dénomination individuelle la plus identifiante possible. Toutefois, le fait que chaque élément puisse suffire à désigner un individu explique que l’identification par l’anthroponymie prenne des formes éminemment variables et dépende fortement du contexte de son utilisation, y compris lorsque l’État ou ses représentants formulent cette demande d’identification (juges, agents chargés de la fiscalité, etc.). Elle partage donc avec d’autres systèmes d’identification par l’onomastique une grande variabilité en fonction du contexte (dont dépend en particulier l’importance du rôle joué par le « face-à-face » et par des instruments d’identification ad hoc), mais elle est spécifique en cela qu’elle articule un nombre conséquent d’éléments anthroponymiques7.

4Notons également que, contrairement, à ce que l’on relève ailleurs, notamment dans l’Occident chrétien contemporain, nulle « révolution » ne semble à l’œuvre dans l’anthroponymie islamique médiévale. Ceci ne signifie pas que des évolutions ne seraient pas perceptibles si l’on menait une enquête systématique à grande échelle, mais elles joueraient probablement sur la mise en valeur de certains éléments par rapport à d’autres au cours du temps. Il faut attendre la période contemporaine pour qu’une transformation nette se fasse jour à travers l’introduction du modèle « nom individuel + nom de famille » comme norme générale d’identification administrative (qui n’efface pas nécessairement les autres pratiques par ailleurs).

5L’anthroponymie islamique présente donc, en raison de ce « foisonnement » anthroponymique, l’avantage de rendre particulièrement visible l’importance du contexte dans le processus d’identification par le nom. Dans le contexte sicilien des xe-xiie siècles, nous nous interrogerons sur le rôle que joue dans l’identification des individus une des parties du nom, retenue ici comme un poste d’observation privilégié : la nisba tribale.

  • 8 Le clan lui-même pourrait être mentionné mais il donne rarement lieu à l’élaboration d’une nisba. D (...)
  • 9 Elle a pu être considérée comme révélatrice de l’existence de structures tribales, comme exprimant (...)

6La nisba tribale est un des éléments de la dénomination islamique et, à ce titre, elle constitue une des données de l’identification ou de l’auto-identification dans le monde islamique médiéval. Sans être indispensable à ces dernières, elle permet en théorie de replacer un individu au sein d’un groupe plus vaste que celui de la famille ou du clan. Elle renvoie en effet à la tribu ou à la confédération tribale auxquelles se rattache l’individu dont elle constitue un des éléments de la dénomination8. À ce titre, elle s’est vu accorder une portée et une signification dans l’identification9 variées et sur lesquelles il convient de revenir.

7On se cantonnera ici au cas de la Sicile et pour mener l’enquête, on passera en revue des sources variées, datant des xe-xiie siècles, en quête de nisba-s tribales. L’analyse d’une partie des sources considérées vise à permettre de retracer le contexte dans lequel s’insère les données qui nous retiendront au premier chef. Ce cas de figure est celui des chroniques (xe-xiie siècles) et des ouvrages de ṭabaqât (xe-xiie siècles). On pourra lire sur cet arrière-plan large les informations fournies par les documents locaux, tous fruits de la pratique administrative ou notariale, dont le garant commun est, en dernier ressort, l’État. Ce second type de sources regroupe des listes fiscales établies entre 1095 et 1183 et des actes notariés du xiie siècle, ce qui ne va pas sans poser la question de l’éventuel impact de la conquête normande (à partir de 1060) sur l’identification par l’anthroponymie en Sicile. Soulignons immédiatement qu’aucun document ne nous est parvenu qui se référerait à une situation de mobilité, en particulier à longue distance (commerce, diplomatie...), alors que la gestion administrative de ces déplacements lointains met en général en avant des critères et méthodes d’identification spécifiques dès une haute époque (Moatti et Kaiser, 2007).

8Rappelons enfin, pour en finir avec les prémisses, que le contexte exact (modalités, déroulement, agents précis en cause, intervention éventuelle d’experts) de l’établissement des documents administratifs et notariés siciliens nous échappe, ce qui ne facilite pas leur interprétation.

9Cette étude tentera donc de déterminer le rôle de la référence tribale dans l’identification et son éventuelle évolution en Sicile entre le xe et le xiie siècle dans un cadre local. L’idée est de procéder à l’inverse de ce que l’on a fait jusqu’ici : plutôt que de s’interroger sur les variations du nom islamique et de l’identification dans une source unique, on se concentrera sur l’utilisation d’un élément du nom dans des types de sources variées. Utilise-t-on toujours la nisba tribale ? Dans quels cas l’utilise-t-on ? Que peut-on en tirer quant à son rôle mais aussi quant à celui des sources prises en examen ?

10Les sources retenues peuvent donc être rangées dans deux catégories : la première regroupe les sources littéraires qui ont un usage ou un horizon d’attente large, au moins en théorie (chroniques et ouvrages biographiques) ; la seconde renvoie à des sources administratives et juridiques dont l’usage est local : actes notariés renvoyant à un contexte sicilien et listes fiscales.

Les chroniques des xe-xiie siècles

  • 10 La célèbre Chronique de Cambridge, datée au xie siècle, dont on conserve deux versions indépendante (...)
  • 11 Nous ne citons ici que les chroniques les plus détaillées sur le sujet.

11Les chroniques passées en revue ici n’ont pas été rédigées par des auteurs siciliens, à une exception près10 (Amari, 1988 : 1, 190-203 et Schreiner, 1975 : 326-340) ; il s’agit des grandes chroniques utilisées couramment comme sources de l’histoire de l’Occident islamique11 (al-Baladhûrî, 1968 ; Ibn al-Athîr, 1851-1876 ; Ibn ‘Idhârî, 1948-1951 et al-Nuwayrî, 1955).

12On retrouve essentiellement des mentions de nisba-s tribales dans deux contextes différents : pour qualifier les individus qui assument le gouvernement d’une part et comme référence à des factions politiques, à Palerme en particulier.

13Dans le premier cas, ces nisba-s soulignent, entre 827 (début de la conquête sicilienne) et le début du xe siècle (avènement des Fatimides), le lien entre les lignages qui gouvernent la Sicile et ceux qui gouvernent l’Ifrîqiya (ce sont essentiellement des Banû Tamîm, portant la nisba al-Tamîmî), puis, au début du xe siècle, entre les premiers et les Kutâmâ, soutiens essentiels de l’avènement fatimide, et enfin entre les premiers et un lignage proche des Fatimides, mais qui revendique une ascendance arabe (du sud) et assume un gouvernement autonome dans l’île de 948 au premier tiers du xie siècle, les Kalbides (Nef, 2008 et Nef, 2009).

  • 12 La source principale est fatimide ; il s’agit d‘Abû ‘Alî al-Manṣûr al-Jawdharî, Sîrat Ustâdh Jawdha (...)

14Le second type de contexte apparaît essentiellement lors de l’opposition des Banû Ṭabarî, visiblement bien implantés à Palerme12 (Abû ‘Alî al-Manṣûr al-Jawdharî, 1958), aux Fatimides et à leurs représentants dans la capitale insulaire au début du xe siècle.

15Dans l’ensemble, la référence tribale ne sert donc guère à identifier de manière systématique dans les chroniques ; elle est utilisée en général pour qualifier tel ou tel individu. Pour désigner des groupes, elle est extrêmement rare et lorsque distinction il y a, on utilise plutôt, de manière très épisodique, celle entre « Africains » et « Siciliens ». Elle apparaît toutefois ponctuellement en relation avec le jeu des factions politiques à Palerme.

16Si les chroniques ne se focalisent guère sur les individus, sinon les plus célèbres, les ouvrages de ṭabaqât présentent la caractéristique inverse.

Les ouvrages de ṭabaqât

  • 13 C’est un peu ce que suppose Le voile du nom de J. Sublet.
  • 14 On trouve ainsi trois dénominations composées d’un élément unique et huit noms qui allient ism et n (...)
  • 15 Une étude systématique de l’ensemble des données disponibles à l’échelle du dâr al-islâm serait san (...)

17Dans les ouvrages de ṭabaqât, c’est l’identification individuelle qui est en cause pour la question qui nous intéresse, la construction d’une identité de groupe (savants, élites, etc.) et la validation de cette identification ayant fait l’objet de travaux abondants (Van Renterghem, 2000 et Van Renterghem, 2010), nous n’y revenons pas. On pourrait penser, a priori, que les dictionnaires biographiques islamiques sont la source par excellence qui permet d’étudier les identifications anthroponymiques les plus développées13. Ayant comme horizon d’attente, l’ensemble des élites arabo-musulmanes, elles passeraient en revue tous les éléments dont dispose leur auteur. Or, la complexité des noms livrés est extrêmement variable14, même si, dans l’ensemble, ils vont au-delà de la combinaison ism + nasab. Conjurer le risque d’homonymie n’est donc pas la seule motivation de la forme du nom dans les ouvrages de ṭabaqât15.

18On verra, en outre, que tous les éléments connus d’un nom individuel ne sont pas nécessairement présents dans ces dénominations. Une lecture attentive des ouvrages de ṭabaqât, guidée par une interrogation sur l’identification, remet donc en question ce qui était attendu. Au point que l’on pourrait émettre l’hypothèse que l’identification se joue ailleurs que dans le nom du personnage traité, même si ce nom constitue l’entrée de la notice et la base du classement de ces ouvrages. La véritable identification réside dans le récit de vie et les ouvrages attribués à l’individu dont la biographie est dressée. On en veut pour preuve que le nom donné par le biographe peut être cité sous plusieurs formes (tout comme les titres de ses ouvrages) sans que l’auteur tranche entre les différentes versions. Quelle que soit la situation, il n’y a pas de nom de savant type.

  • 16 Nous n’énumérons pas toutes les sources passées ici en revue ; elles le sont dans l’article auquel (...)
  • 17 Si l’on prend en compte le siècle durant lequel l’activité du sujet de la biographie est concentrée (...)

19Quelle est donc la place de la nisba tribale dans les ouvrages biographiques qui traitent de la Sicile ? Commençons par préciser que les dictionnaires dont il s’agit ici traitent tous exclusivement de savants et de lettrés et que la Sicile y apparaît toujours comme un appendice de l’Ifrîqiya16 (Nef, 2004). Dans les 117 fiches qui se rapportent à la Sicile17, 27 nisba-s tribales sont mentionnées, soit un quart environ des dénominations. Ajoutons que, dans un cas au moins, celui du très célèbre émir kalbide de Sicile, Ja‘far Ṭâj al-dawla, la nisba tribale du personnage n’est pas mentionnée (Al-Iṣfâhânî, 1986 : 2, 232). Cela confirme qu’elle n’était pas indispensable, y compris quand on la connaissait.

20Les données sont les suivantes :

  • 18 Sans être une nisba tribale, la nisba Anṣârî, qui désigne les descendants des premiers soutiens de (...)

1 Azdî (m. 1038) ; 2 Anṣarî18 (1 mort en 1037 et l’autre ayant vécu au xiie siècle) ; 1 Bakrî (m. 990) ; 1 Ghassânî (m. 930-932) ; 1 Kala‘î (xiie s.) ; 5 Kalbî (1 m. 270H ; 2 de la fin du xe s. et 2 amîrs du xie s.) ; 1 Kinânî (m. 1116) ; 3 Lawâtî (2 au xie s. et 1 au xiie s.) ; 2 Qaysî (1 mort en 926 et un mort en 526H, au xie s.) ; 5 Qurashî (1 du milieu du xie s. ; 1 [ou Ġuwâthî] qui vit après 1058 ; 1 mort après 1113 ; 1 au xiie s. ; 1 mort en 1126) ; 4 Rabî‘î (1 des xe-xie s., 1 mort entre 1019 et 1027 ; 1 au xie s. ; 1 au xiie s.) ; 1 Zubaydî ? (xie s.).

21La nisba géographique, apparaît, par contraste, beaucoup plus fréquemment : 53 savants en portent au moins une, dont de nombreuses al-Ṣiqillî, qui renvoient à la Sicile ou à Palerme, qui peut être désignée par le même nom. On sait que ces nisba-s n’identifient pas toujours l’origine du personnage, mais peuvent renvoyer à celle de ses ancêtres, ou à des lieux où il a séjourné, étudié ou enseigné. On comprend donc pourquoi, dans le cadre d’ouvrages qui visent aussi à évaluer la part des différentes régions ou villes à l’élaboration du savoir islamique, volontiers présenté comme unique, la nisba géographique peut acquérir plus d’importance que la nisba tribale.

22Les nisba-s tribales relevées pour la Sicile sont très majoritairement arabes. La seule nisba tribale berbère est en effet celle de Lawâtî (3 mentions). Les noms qui apparaissent sont, en outre, tous très célèbres et peu individuants, en revanche, ils signifient l’appartenance aux élites des personnages concernés, trait que l’on retrouve pour les actes notariés.

Les actes notariés du xiie siècle

  • 19 J. Johns a établi un catalogue provisoire des actes privés en arabe dans l’appendice 2 de son ouvra (...)
  • 20 Catalogue Johns, II 2 (1112), 6 (1137), 9 (1161), 18 (1180), 19 (1183), 26 (1190), 27 (1193), 29 (1 (...)
  • 21 Catalogue Johns II, 5 (1132).
  • 22 Catalogue Johns II, 23 (1187).
  • 23 Catalogue Johns II, 8 ( ? 1130-1160).
  • 24 Catalogue Johns II, 16 (1177).

23Les archives siciliennes (Bresc, Nef, 2009) conservent pour le xiie siècle treize documents notariés privés en langue arabe19 (Johns, 2002). Les actes notariés répondent à des logiques distinctes de celles qui président à la rédaction des sources jusqu’ici considérées. En effet, notaires et juges mettent en pratique des normes qui donnent leur valeur à des documents privés, mais garantis en dernier ressort par l’État dont ils sont les représentants à des degrés divers. Les documents siciliens comptent neuf contrats de vente d’immeubles20, un contrat d’échange de tours d’eau entre deux propriétaires musulmans21, un accensement22, le brouillon d’un contrat commercial23 et, enfin, une reconnaissance de vilainage24, que l’on traitera à part. Dans les douze actes pris en considération ici, sont contenus 118 noms, cités dans ou au pied des parchemins, parmi lesquels on compte 74 nisba-s tribales identifiables.

Vendeurs/acheteurs 

- 48 noms, dont 16 nisba-s tribales identifiables

- 10 chrétiens (6 noms non arabes) : aucune nisba tribale

- 13 nisba-s tribales arabes (+ 4 mineurs liés à une nisba tribale : 3 Qaysî et 1 Azdî) : 1 Anṣârî, 3 Azdî, 1 Kindî, 2 Qaysî, 3 Qurashî, 3 Tamîmî

- 3 nisba-s tribales berbères : 1 Judhâmî, 1 Hawwârî, 1 Lawâtî

Garants 

- 5 noms, dont 3 nisba-s tribales identifiables

- 2 nisba-s tribales arabes : 1 Kindî, 1 Lakhmî

- 1 nisba tribale berbère : 1 Lawâtî

Témoins 

- 65 noms, dont 55 nisba-s tribales identifiables

- 35 nisba-s tribales arabes : 4 Anṣârî, 1 Azdî, 1 Kindî, 1 Lakhmî, 7 Qaysî, 7 Qurashî, 3 Rabî‘î, 11 Tamîmî

- 20 nisba-s tribales berbères : 10 Hawwârî, 1 Kutâmî, 6 Lawâtî, 3 Zanâtî

  • 25 Les documents qui ne nous renseignent pas sur leur parenté (au-delà des relations de filiation entr (...)

24Le milieu des vendeurs/acheteurs et des témoins est le même pour l’essentiel : il est constitué de membres des élites musulmanes palermitaines, néanmoins la proportion de nisba‑s tribales est nettement plus importante dans le groupe des témoins. Il n’est sans doute pas indifférent qu’aucun chrétien, y compris si son nom est arabe, ne porte de nisba tribale : elle est le privilège des musulmans. Notons également que les tribus auxquelles renvoient ces dénominations sont toutes des tribus majeures, qu’elles soient arabes ou berbères. Les qâḍî-s qui interviennent ne portent jamais de nisba tribale en revanche, même si leur dénomination est de loin la plus détaillée. Tous les qâḍî-s palermitains cités appartiennent à un même lignage : celui des Banû Rajâ, que l’on suit sur trois générations25 (Johns, 2002 : 236-239 ; Amara et Nef, 2000 : 121-127).

  • 26 On retrouve le même phénomène dans les actes plus tardifs analysés par Nicolas Michel ; cf. l’artic (...)

25En outre, un indice isolé semble converger avec ces données : dans un acte de 1137, un des vendeurs est cité avec sa mère, qui porte une nisba tribale, tandis que lui n’en porte pas. La disproportion entre les deux groupes est également renforcée par le fait que les dénominations sont toutes complexes, composées d’au moins trois éléments, tandis que les noms cités dans les limites des terrains ou des maisons, que nous n’avons pas détaillés ici, sont beaucoup plus simples26. Les vendeurs/acheteurs ne sont donc pas désignés plus simplement que les témoins, mais les éléments retenus ne sont pas les mêmes (noms de métiers et qualificatifs honorables sont plus nombreux : shaykh, ḥâjj, etc.).

  • 27 Dans l’article qu’il publie dans ce même volume.

26Mathieu Tillier a rappelé27 que la norme, à une époque haute, prévoit de fournir la référence au clan tribal plutôt qu’à la nisba tribale, mais rien de semblable n’est observable ici. Le rôle limité de la nisba tribale dans la dénomination identifiante, témoins exclus, est confirmé par l’analyse des épitaphes funéraires du xiie siècle, qui renvoie aux mêmes élites urbaines (Amari, 1971 et Grassi, 1997). Quoique parfois incomplètes, seules quatre stèles sur trente-quatre contiennent des nisba-s tribales identifiables (Amari, 1971 : 152, 154, 170, 181 et 183). Un tel usage confirme le caractère non indispensable de cet élément pour identifier un individu comme unique dans la Sicile du xiie siècle.

  • 28 Comme l’a bien montré C. Müller dans sa communication du 23 mai 2008 prononcée dans le cadre de la (...)

27La présence massive de la nisba tribale pour qualifier les témoins n’en est pas moins frappante. On peut donc s’interroger sur son rôle exact dans l’identification de ces derniers et sur la nature de cette identification. Le grand nombre de nisba-s tribales ne souligne pas seulement l’importance du contexte et de la norme véhiculée par l’acte notarié. Elle n’est pas seulement identifiante au sens où elle distinguerait chaque individu des autres, même si elle l’est probablement en partie, mais elle reflète surtout l’honorabilité qui est requise des témoins. Nous ne savons rien des enquêtes menées par les juges siciliens ni des listes de témoins honorables qu’ils auraient établies. Toutefois, ici comme dans les documents du Ḥarâm al-Sharîf28, les nisba-s tribales sont très nombreuses et il semble bien que la nisba tribale vaille honorabilité. En Sicile comme à Jérusalem, seules les nisba-s tribales les plus célèbres figurent dans les actes conservés. Qu’elles soient fictives ou non importe peu, elles signifient l’honorabilité, elles la donnent à voir et insistent probablement sur l’identité arabe et musulmane des témoins, sans que l’on puisse savoir si les témoins sont choisis en raison de leur nisba tribale, s’ils portent une nisba tribale parce qu’ils sont honorables, ou encore si celle-ci est mentionnée pour souligner leur honorabilité. Ce dernier point ne change toutefois rien à la signification de cet élément dans le contexte des actes notariés.

28De ce point de vue, la proportion de noms berbères requiert quelques commentaires car elle suggère que les nisba-s tribales se valent dans la capitale de la Sicile normande : leur honorabilité est équivalente dans un acte notarié, même si la supériorité numérique des nisba‑s tribales arabes suggère une hiérarchie de fait.

29Qu’en est-il donc hors de Palerme ? c’est ce que les jarâ’id de Sicile permettent d’entrevoir.

Les jarâ’id de Sicile

  • 29 Une liste de vilains pour la cathédrale de Palerme et deux pour celle de Catane. On trouvera un cat (...)
  • 30 Une liste de vilains pour un chevalier de la région de Messine.
  • 31 Catalogue Johns I, 18 (1141), 21 (1145), 22 (1145), 24 (1145), 25 (1145), 26 (1145 ?), 30 (1151), 4 (...)

30Les jarâ’id siciliens sont des documents fiscaux établis par l’administration entre 1095 et 1183, sous la dynastie normande des Hauteville, au nom du souverain sicilien. Jusqu’à l’accession à la royauté de Roger II (1130), les jarâ’id qui ont survécu suivent des règles différentes et variables ; ils sont au nombre de 3 pour 109529 et un pour 111130. Les actes que l’on peut qualifier de dîwânî, c’est-à-dire qui ont été produits par le dîwân, équivalent de « bureau administratif » en arabe, ne sont documentés qu’à partir de 1133. Neuf jarâ’id postérieurs à cette date ont été conservés31. Ils sont quasiment toutes bilingues grec-arabe. Jeremy Johns a bien montré que l’administration sicilienne a été réorganisée à partir des années 1130, tandis que l’on assistait à une ré-arabisation parallèle de la production documentaire. Le dîwân al-ma‘mûr (« le bureau prospère ») était chargé de gérer les biens et les revenus du domaine royal ; le dîwân al-taḥqîq al-ma‘mûr (« le bureau prospère de la vérification ») était une subdivision du premier qui renouvelait et actualisait les documents qui avaient besoin de l’être. À partir des années 1130, les agents de cette administration établissent les actes en qui nous occupent ici.

  • 32 Il est très difficile de généraliser à partir d’une documentation lacunaire, mais les actes conserv (...)

31Les méthodes, les techniques mises en œuvre et une partie du formulaire adaptent ceux utilisés dans des administrations islamiques contemporaines, on ne reviendra pas ici sur cet aspect. Soulignons, toutefois, que le milieu, ou plutôt les milieux, des agents et collaborateurs du dîwân sont mal connus. Au niveau local, là où la population est majoritairement arabo-musulmane32, l’administration s’appuie sur l’expertise des représentants des élites locales, désignés par les termes de quwwâd (pl. de qâ’id) et de shuyûkh (pl. de shaykh), mais ceux-ci ne sont pour nous, dans la très grande majorité des cas, guère plus qu’un nom.

  • 33 La Sicile est certes passée sous domination chrétienne, ce qui explique en partie que ces documents (...)

32Ces actes concèdent ou renouvellent des concessions à des grands ou à des institutions ecclésiastiques. Ils contiennent des listes d’individus aux statuts distincts (le plus grand nombre est qualifié de rijâl), sans que soit mentionné le montant dû par ces derniers, sauf à deux reprises, de manière collective. Ces diplômes livrent ainsi le nom des membres de chaque communauté rurale solidaire devant l’impôt, dont le montant, désormais levé par le concessionnaire, était enregistré sur d’autres documents. Sont ainsi connus 3357 noms, ce qui pour le milieu rural est, dans les pays d’Islam, exceptionnel à cette date33. Il arrive que des groupes soient distingués selon un classement qui obéit à des règles fiscales (veuves, aveugles, qui bénéficient de taxes inférieures, mais aussi juifs et chrétiens, qui sont régis par une fiscalité spécifique, devenue en l’occurrence plus légère que celle des musulmans après la conquête chrétienne), mais cela ne peut être mis en relation avec une variation de type anthroponymique.

33Sur ces 3357 dénominations, 702 (soit 20%) sont composées d’un élément unique, 721 (soit 20%) sont constituées d’un élément suivi d’un nasab et 373 (soit 10%) d’un ism et d’un nom de métier ou d’un surnom. La variété des dénominations est donc très grande. Or, en dépit de cette variété et d’une complexité relative, seules 33 nisba-s tribales sont contenues dans ces documents (contre 211 nisba-s géographiques, ce qui n’est guère important non plus). Si, d’une part, les dénominations dans l’ensemble ne permettent d’éviter les risques d’homonymie, la nisba tribale est donc quasiment absente. Dans la simplicité des dénominations joue le contexte d’établissement des listes : les paysans ne sont pas censés quitter leur communauté rurale de rattachement et, dans ce cadre, ceux qui font partie de la même communauté peuvent attester de leur identité. Il est donc probable qu’en cas de problème, l’identification est établie par un témoignage local. Les communautés concernées comptent au maximum une centaine de foyers : tous se connaissent. Dans ce contexte, la nisba tribale n’apparaît donc pas comme une donnée indispensable de l’identification.

34Les nisba-s tribales se répartissent de la manière suivante :

1 ‘Abbâsî (1141), 2 ‘Ajîsî ( 1145), 2 Bakrî (1178), 2 Fihrî (1178), 4 Hawwârî (1141), 3 Kutâmî (1178), 2 Lawâtî (1151, 1178), 1 Maklâtî (1145), 2 Masimârî (1145), 1 Maslatî (1145), 2 Miṣrâtî (1141), 1 Maṣmûdî (1183), 1 Nafuzâwî (1145), 3 Qaysî (1145 et 2 en 1178), 3 Ṣanhâjî (1141 et 2 en 1183), 3 Zughbî (1095, 1145, 1183).

35On note immédiatement la prépondérance des nisba-s tribales berbères qui regroupent 25 des 33 nisba-s tribales. En outre, si certaines tribus sont célèbres, d’autres le sont moins. Les nisba-s tribales sont donc plus variées que dans les actes notariés, moins normées en quelque sorte.

  • 34 Catalogue Johns II, 16.

36On peut, en outre, supposer que d’autres nisba-s tribales étaient « dormantes », non activées, ou rarement, et pour des raisons qui tiennent à l’histoire de la dénomination individuelle de chacun. Le confirme l’acte de reconnaissance de vilainage évoqué plus haut34.

37Il indique qu’en 1177, Jabrûn, Ibrahîm et ‘Abd al-Raḥman, tous trois fils de Mûsâ, appelé Sh.b‘ât, se reconnaissent rijâl al-jarâ’id et regagnent leurs terres de Manzil Yûsuf en acceptant de payer une taxe dont le montant est fixé. Or, parmi les témoins qui portent chacun une nisba tribale arabe célèbre (2 Qurashî et 1 Qaysî), figure leur oncle maternel, un certain Abû-l-Faraj b. Salâm al-Laḥmî. Il semble donc bien que les deux fuyards auraient pu être identifiés par ce nom, mais de toute évidence point n’en était besoin pour les reconnaître dans leur communauté villageoise : ism, nasab et surnom suffisaient. Cela confirme une fois de plus que la nisba tribale n’apparaît qu’en position honorable.

Conclusions

38Nombre de questions demeurent ouvertes dans l’attente d’un élargissement de l’enquête qui montrera si la Sicile est exceptionnelle ou ordinaire dans l’usage qui y est fait de la nisba tribale. Toutefois un certain nombre de données éclairent de manière générale l’identification par le nom en Islam ; d’autres le cas sicilien, jusqu’à ce que l’enquête soit prolongée.

39Certains points mis en lumière par cette analyse sont communs et ne sont pas spécifiques à l’Islam : ils vont de pair avec l’identification. Ainsi, notamment, retrouve-t-on l’imbrication entre normes et pratiques juridiques et normes et pratiques sociales de l’identification. De manière générale, la précision de la dénomination reflète la taille de la communauté susceptible de confirmer l’identification : plus la seconde est réduite, plus la première est limitée.

40Autre acquis : les pratiques montrent que pour les individus concernés l’accumulation d’éléments n’est pas la garantie d’une dénomination identifiante ; le foisonnement du nom islamique permet surtout de décliner des dénominations sélectives en fonction du contexte. D’une certaine manière, le système anthroponymique permet de rendre particulièrement visible un phénomène général mais moins perceptible dans le cadre d’un système anthroponymique composé d’un nombre réduit d’éléments.

41Ces constatations ne présument pas de la nature des éléments de la dénomination retenus. La nisba tribale n’apparaît pas comme un élément décisif de l’identification par la dénomination individuelle dans la Sicile des xie-xiie siècles. Elle est arborée par les savants et, surtout, quasiment obligatoire pour les témoins énumérés dans les actes notariés. Elle qualifie donc les élites urbaines et apparaît comme un signe d’appartenance à une aristocratie, indispensable dans le second cas. En revanche, dans les zones rurales, documentées partiellement par des listes fiscales, cette référence apparaît très effacée, au profit de la référence à la proximité familiale (le dâr).

  • 35 Elargir l’enquête en se penchant sur le détail des autres actes notariés disponibles pour le dâr al (...)

42La nisba tribale, référence en réalité relativement vague, véhicule d’autres éléments (honorabilité, appartenance aux élites, etc.) que ceux strictement nécessaires à l’identification personnelle. Elle n’individualise pas mais identifie en renvoyant à un groupe, ici la tribu et sa célébrité. Il s’agit plus d’un élément de catégorisation que d’individuation. C’est une manière de rattacher l’espace où sont rédigés les actes notariés au dâr al-islâm, et ce indépendamment du fait, ici, que la Sicile n’en fasse désormais plus partie. Les nisba-s tribales particulièrement célèbres utilisées en Sicile35 renvoient à la fois aux temps anté-islamiques et à l’islam, elles ancrent les documents dans le dâr al-islâm. Lisibles par tous, les nisba-s tribales identifient donc ces témoins socialement ; elles sont moins descriptives que symboliques : elles signifient l’appartenance aux élites.

43On ne peut donc déduire de la présence ou de l’absence de ces nisba-s tribales dans la Sicile des xe-xiie siècles l’importance ni la faiblesse des structures tribales au sein de la société, et, de ce point de vue, les références à des clans, mais aussi leur nombre limité, sont sans doute plus significatives. La véritable question devient donc de savoir si l’usage, peu individualisant et ne renvoyant guère à des structures tribales, par les élites urbaines siciliennes de la nisba tribale ne justifierait pas que l’on change de terminologie : « tribal » est-il ici le bon vocable ?

Haut de page

Bibliographie

Abû ‘Alî al-Manṣûr al-Jawdharî, 1954, Sîrat Ustâdh Jawdhar, éd. M. Kâmil Ḥusayn et M. ‘Abd al-Hâdî Sha’îra, Le Caire.

Abû ‘Alî al-Manṣûr al-Jawdharî, 1958, Vie de l’ustâdh Jaudhar, contenant sermons, lettres et rescrits des premiers califes fâtimides, écrite par Mansûr le Secrétaire, trad. M. Canard, Alger, Publications de l'Institut d'études orientales de la Faculté des lettres d'Alger (IIe série. T. XX), 235 p.

Amara Alloua et Nef Annliese, 2000, « Al-Idrîsî et les Ḥammûdides de Sicile : nouvelles données biographiques sur l’auteur du Livre de Roger », Arabica 67, p. 121-127.

Amari Michele (éd.), 1988, Biblioteca arabo-sicula, en arabe, rééd. revue par Umberto Rizzitano, Palerme, Accademia nazionale di Scienze, Lettere e Arti di Palermo (Edizione nazionale delle opere di Michele Amari — Serie arabistica), 2 vol.

— 1971, Le epigrafi arabiche di Sicilia, trascritte, tradotte e illustrate, Palerme, 1875, rééd. revue par F. Gabrieli, Palerme, 351 p.

al-Baladhûrî, 1968, Futûḥ al-Buldân, éd. M. J. De Goeje, Leyde, Brill, 474 p. 

Bresc Henri et Nef Annliese, 2009, « Les actes en arabe dans la Sicile d’époque normande », in L’autorité de l’écrit au Moyen-Âge (Orient-Occident), XXXIXe Congrès de la SHMESP, Le Caire, 30 aril-5 mai 2008, Paris, p.73-87.

Grassi Vincenza, 1997, « Iscrizioni del V-VI secolo dell’Egira nel Museo Pepoli di Trapani », Anaquel de Estudios Arabes 8, p. 129-140.

Ibn al-Athîr, 1851-1876, Kitâb al-kâmil, éd. C. J. Tornberg, Leyde, Brill, 15 vol.

Ibn ‘Idhârî, 1948-1951, Histoire de l’Afrique du Nord et de l’Espagne musulmane intitulée Kitâb al-Bayân, éd. G. S. Colin et E. Levi-Provençal, Leyde, Brill, 2 vol.

Al-Iṣfâhânî, 1986, Kharîdat al-Qaṣr wa jarîdat-al-‘aṣr, parties sur le Maghreb et Al-andalus, éd. A. Adharnûsh, M. al-‘A. al-Matawî, M. al-Marzûqî et Ibn al-Ḥâjj Yaḥyâ, Tunis, Al-Dâr al‑tûnisiyya, 763 p.

Johns Jeremy, 2002, Arabic Administration in Norman Sicily, Cambridge, 389 p.

Kaiser Wolfgang et Moatti Claudia (dir.), 2007, Gens de passage en Méditerranée de l‘Antiquité à l'époque moderne : procédures de contrôle et d'identification, Paris, Maisonneuve et Larose et Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 512 p.

Nef Annliese, 2010, « Les armées arabo-musulmanes en Sicile et en Italie du Sud (IXe-Xe siècles) : composition des troupes et silences des sources », à paraître in Dominique Barthélémy et Jean-Claude Cheynet (dir.) Guerre et société, Byzance – Occident (VIIIe-XIIIe siècle), Paris, Centre de recherche d’histoire et civilisation de Byzance (Monographies 31).

2008, « La désignation des groupes ethniques de la Sicile islamique dans les chroniques en langue arabe : source d’information ou topos ? », Annales islamologiques 42, p. 57-72.

2004, « Les élites savantes urbaines dans la Sicile islamique d’après les dictionnaires biographiques arabes », in Alessandra Molinari et Annliese Nef (éd.), La Sicile islamique. Questions de méthode et renouvellement récent des problématiques (actes de la table ronde de Rome, 25 et 26 octobre 2002), Mélanges de l’Ecole française de Rome — Moyen Age 116/1, p. 451-470.

Al-Nuwayrî, 1955- , Nihâyat al-‘arab, Le Caire, maisons d’édition variées, en cours.

Schreiner Peter (éd.), 1975, Die byzantinischen Kleinchroniken, vol. 1 : Einteilung und Text, Vienne, Österreichischen Akad der Wissenschaften (Corpus fontium historiae Byzantinae, 12, Series Vindobonensis), 688 p.

Sublet Jacqueline, 1991, Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, Paris, Presses Universitaires de France, 208 p.

Van Rentherghem Vanessa, 2010, Les élites bagdadiennes au temps des Seldjoukides, Paris, Les Indes savantes.

2000, « Les élites dans le monde arabo-musulman médiéval. L’exemple de Bagdad sous les Seljouqides », Hypothèses 1, p. 77-85.

Haut de page

Notes

1 Nous nous contentons ici de renvoyer à l’introduction au volume établie par N. Michel et I. Grangaud.

2 La kunya exprime la parenté descendante (« père de », « mère de », etc.) mais peut aussi être la forme que prend un surnom ; théoriquement honorifique, cette dernière dimension explique que, dans la réalité, elle ne le soit pas toujours.

3 Partie du nom, reçue à la naissance, qui renvoie le plus spécifiquement à l’individu qui la porte.

4 Le nasab renvoie à la parenté ascendante (« fils de », « fille de »...).

5 Surnom ou titre (du nom de métier au surnom dynastique).

6 « Adjectif terminé en î (i long), iyya au féminin, ou ânî, marque la connexion du personnage avec une idée, un lieu, un événement, un individu notamment ». La nisba tribale marque donc la relation qui existe entre l’individu nommé et une tribu.

7 L’origine de ces éléments n’est pas simple à déterminer : on a souvent mis en avant la dimension généalogique des dénominations islamiques, mais on aimerait en savoir plus sur les pratiques administratives précoces en Islam. On peut se demander en particulier si les nisba-s géographiques ou tribales n’ont pas été utilisées dans un premier temps par l’administration comme critère de répartition des ressources et des charges collectives (on peut penser à l’anthroponymie grecque : nom du dème, etc.).

8 Le clan lui-même pourrait être mentionné mais il donne rarement lieu à l’élaboration d’une nisba. Dans le contexte sicilien, il n’apparaît quasiment jamais (cf. infra).

9 Elle a pu être considérée comme révélatrice de l’existence de structures tribales, comme exprimant une conscience tribale moins structurée, ou même comme un élément d’une construction variant en fonction du contexte.

10 La célèbre Chronique de Cambridge, datée au xie siècle, dont on conserve deux versions indépendantes, l’une en grec et l’autre en arabe.

11 Nous ne citons ici que les chroniques les plus détaillées sur le sujet.

12 La source principale est fatimide ; il s’agit d‘Abû ‘Alî al-Manṣûr al-Jawdharî, Sîrat Ustâdh Jawdhar.

13 C’est un peu ce que suppose Le voile du nom de J. Sublet.

14 On trouve ainsi trois dénominations composées d’un élément unique et huit noms qui allient ism et nasab seulement, sur 117 noms.

15 Une étude systématique de l’ensemble des données disponibles à l’échelle du dâr al-islâm serait sans doute utile pour établir ou infirmer cette hypothèse.

16 Nous n’énumérons pas toutes les sources passées ici en revue ; elles le sont dans l’article auquel nous renvoyons.

17 Si l’on prend en compte le siècle durant lequel l’activité du sujet de la biographie est concentrée, quinze personnages sont documentés pour le ixe siècle, neuf pour le siècle suivant, soixante pour le xie siècle, trente-trois pour le xiie siècle.

18 Sans être une nisba tribale, la nisba Anṣârî, qui désigne les descendants des premiers soutiens de Muḥammad, renvoie elle aussi à la péninsule arabique et à une aristocratie. C’est pourquoi nous l’avons intégrée dans ces calculs.

19 J. Johns a établi un catalogue provisoire des actes privés en arabe dans l’appendice 2 de son ouvrage, nous y renverrons par l’abréviation : Catalogue Johns II.

20 Catalogue Johns, II 2 (1112), 6 (1137), 9 (1161), 18 (1180), 19 (1183), 26 (1190), 27 (1193), 29 (1196), et 1 (s.d.).

21 Catalogue Johns II, 5 (1132).

22 Catalogue Johns II, 23 (1187).

23 Catalogue Johns II, 8 ( ? 1130-1160).

24 Catalogue Johns II, 16 (1177).

25 Les documents qui ne nous renseignent pas sur leur parenté (au-delà des relations de filiation entre ces trois individus), empêchent de trancher la question de savoir si les Banû Rajâ sont un simple lignage ou un clan. Les Banû Ḥajar, d’origine ḥammûdite, sont les seuls membres des élites arabo-musulmanes de Sicile à pouvoir être qualifiés de la sorte de manière certaine.

26 On retrouve le même phénomène dans les actes plus tardifs analysés par Nicolas Michel ; cf. l’article de cet auteur qui figure dans ce même volume.

27 Dans l’article qu’il publie dans ce même volume.

28 Comme l’a bien montré C. Müller dans sa communication du 23 mai 2008 prononcée dans le cadre de la première session de ce séminaire et intitulée : « Variations du nom propre dans les actes du Ḥaram al-Sharîf (Jérusalem, VIIIe/XIVe siècle) ».

29 Une liste de vilains pour la cathédrale de Palerme et deux pour celle de Catane. On trouvera un catalogue des actes publics siciliens en arabe dans Johns, 2002, appendice 1, abrégé ici Catalogue Johns I.

30 Une liste de vilains pour un chevalier de la région de Messine.

31 Catalogue Johns I, 18 (1141), 21 (1145), 22 (1145), 24 (1145), 25 (1145), 26 (1145 ?), 30 (1151), 43 (1178), 45 (1183).

32 Il est très difficile de généraliser à partir d’une documentation lacunaire, mais les actes conservés documentent une population majoritairement arabo-musulmane.

33 La Sicile est certes passée sous domination chrétienne, ce qui explique en partie que ces documents nous aient été conservés, dans les chartriers ecclésiastiques, mais les dénominations des paysans énumérés sont islamiques, même si elles contiennent, très rarement, des éléments grecs.

34 Catalogue Johns II, 16.

35 Elargir l’enquête en se penchant sur le détail des autres actes notariés disponibles pour le dâr al-islâm médiéval permettrait de mesurer l’éventuelle spécificité sicilienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annliese Nef, « La nisba tribale entre identification individuelle et catégorisation. Variations dans la Sicile des xe-xiie siècles », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 15 juin 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/6586

Haut de page

Auteur

Annliese Nef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page