Navigation – Plan du site
Lectures

Tobich Faïza, Les statuts personnels dans les pays arabes : de l’éclatement à l’harmonisation, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2008.

Stéphane Papi

Texte intégral

1Trop rares sont les ouvrages juridiques traitant du monde arabe. Il semble que cette aire géographique soit laissée à l’appétit des historiens, politologues et sociologues qui nous éclairent utilement sur l’histoire et l’état actuel de leurs sociétés et régimes politiques. Les problématiques juridiques sont souvent évoquées à travers ce prisme qui ne permet pas d’en saisir toute l’ampleur, car même si le droit ne peut se réduire à une approche strictement positiviste, il constitue aussi un ensemble de normes qu’il convient d’analyser avec précision. Dans ce contexte, l’ouvrage de Faïza Tobich a le mérite d’offrir une vue détaillée des évolutions juridiques en cours, l’étude des statuts personnels étant d’une grande utilité pour s’informer sur l’état des sociétés et des mentalités qui les traversent.

2Le monde arabe est vaste et divers et l’auteur ne pouvait dignement, au risque de sombrer dans une approche trop émiettée, embrasser l’ensemble des codes ou textes régissant cette matière dans la totalité des pays arabes. Elle a donc du opérer des choix, en l’occurrence assez heureux puisque les quatre pays qui sont évoqués dans la première partie nous semblent parfaitement refléter cette diversité.

3L’Égypte, géant démographique et phare culturel du monde arabe, ne pouvait être éludée sans risque d’omission, la mosaïque libanaise et sa diversité confessionnelle offrait un terrain d‘étude particulièrement varié, la Tunisie, avant-gardiste en matière de droits accordés aux femmes, ainsi que le Maroc, longtemps traditionnel mais en en voie d’ouverture, constituaient des terrains d’études également appropriés. Par ces choix, l’auteur a su également établir un lien entre les deux pôles du monde arabe, le Maghreb et le Machrek, souvent perçus à travers leurs seules différences et donc étudiés séparément.

4Mais la principale originalité de l’ouvrage consiste en l’étude du projet de code du statut personnel de la Ligue des États Arabes ainsi que celle des perspectives d’harmonisation juridique arabe en matière de statut personnel. L’ensemble est appuyé par une bibliographie particulièrement riche, comprenant de nombreuses références en langue arabe (notons que l’emploi de caractères arabes pour les signaler aurait peut-être permis au lecteur arabophone ou arabisant de s’y retrouver plus facilement).

5Cet ouvrage est particulièrement digne d’intérêt car il permet de s’interroger sur deux questions importantes : celle de l’universalité des droits fondamentaux de la personne, notamment l’égalité des sexes, face aux particularismes culturels et religieux, ainsi que celle des voies permettant au monde arabe d’accéder à la modernité, avec en toile de fond les problématiques de la sécularisation juridico-institutionnelle et du renouveau de la pensée religieuse islamique.

6L’auteur soutient la thèse qu’une harmonisation juridique des statuts personnels arabes peut provoquer leur évolution conformément aux « standards internationaux » en matière de droits de l’homme, cette dernière devant être appuyée sur un renouvellement de la pensée islamique dans le cadre d’une interprétation moderniste du corpus religieux.

7Assez curieusement, alors qu’une entière partie de son ouvrage lui est consacrée, l’auteur semble peu convaincu de la pérennité d’une telle harmonisation, insistant sur les obstacles réels qui s’y opposent. Il est vrai que cette dernière, à la différence de l’exemple européen, ne pourra s’appuyer sur une organisation régionale efficace, la Ligue des États Arabes étant paralysée par le vote à l’unanimité qui régit la plupart de ses organes. On pourrait également ajouter qu’en ce domaine, les nombreuses disparités entre États, tant strictement juridiques qu’économiques et sociales ajoutent encore à la difficulté d’une telle harmonisation ; qu’y a-t-il de commun entre la Tunisie où les femmes jouissent de droits importants depuis plus d’un demi siècle et l’Arabie Saoudite où elles ne peuvent sortir sans être accompagnée par un homme de leur famille ?

8Faïza Tobich  croit, à raison nous semble-t-il, davantage à la pression exercée par « la montée en puissance du discours sur les droits de l’homme comme discours juridique universel minimal » (p.303) qui a joué un rôle non négligeable dans l’adoption des réformes, comme par exemple celle de la moudawana marocaine et par l’action des sociétés civiles, notamment les associations féministes et le développement des nouvelles technologies de communication.

9On pourrait également ajouter, particulièrement pour les pays du Maghreb, le rôle des diasporas installées en Occident qui peuvent également être actrices d’évolutions juridiques en cours ou à venir (Papi, 2008-2009).

10Mais cet ouvrage a le grand mérite de ne pas éluder un point qui nous semble primordial : celui de l’émergence d’une « modernité islamique », œuvre d’un processus d’évolution interne au monde arabe et plus largement arabo-musulman, basé sur des interprétations religieuses audacieuses.

11La première partie, consacrée aux réformes intervenues dans les quatre pays arabes précités, démontre, en effet, l’importance de la référence religieuse dans les statuts personnels, en évalue les conséquences, sans s’appesantir - selon nous à regret -  sur les causes, notamment sur le poids, au Maghreb, de la période coloniale au cours de laquelle, face à un colonisateur « infidèle », le colonisé s’est replié sur son « être profond » (Charnay, 1966).

12Ces réformes sont intervenues, non pas au nom d’une sécularisation, voire d’une laïcisation des statuts personnels, mais au contraire au nom d’une continuité avec des préceptes religieux dont les gouvernants ont voulu promouvoir une nouvelle interprétation, s’appuyant en cela sur les idées réformistes du xixe et du début du xxe siècle.

  • 1  L’auteur procède en p. 316 à une recension précieuse des associations représentatives du « féminis (...)

13La majorité des associations, notamment féministes1 qui réclament davantage d’audace réformatrice de la part des gouvernants, le font également au nom de l’islam (Bras, 2007).

14L’islam reste donc une référence centrale et toute œuvre réformatrice ne pourra l’ignorer, Faïza Tobich mesurant bien le risque d’une telle démarche : celle d’une autocensure à caractère religieux aboutissant à une fossilisation de la pensée. Elle cite, comme paravent à cet écueil, plusieurs penseurs contemporains, des hommes et depuis quelques années également des femmes qui, dans et hors du monde arabo-musulman, militent pour un renouveau de la pensée islamique que certains auteurs n’hésitent pas à qualifier d’« islam des Lumières » (Chebel, 2004).

15Foncièrement optimiste, ou souhaitant peut-être contrebalancer l’image stéréotypée d’un islam rétrograde si familière au lecteur et téléspectateur occidental, Faïza Tobich n’évoque que très peu la vivacité dans le monde arabo musulman de l’idéologie qualifiée selon des auteurs d’intégriste, d’islamiste, de fondamentaliste ou de wahhabite, qui, utilisant les moyens modernes de communication, œuvre au repli de l’islam sur des valeurs régressives.   

  • 2 « L’analphabétisme touche aujourd’hui encore près de la moitié de la population marocaine âgée de 1 (...)

16Il aurait pourtant été utile d’en analyser les causes, les conditions économiques et sociales n’étant certainement pas étrangères à ce repli, l’effectivité de la mise en œuvre des réformes du statut personnel butant souvent sur un manque d’information (Harras, Sarehane, 2006) favorisé par un taux d’analphabétisme encore élevé, notamment chez les femmes en milieu rural2.  

17Il aurait également été intéressant d’approfondir la question des rapports que le monde arabe peut entretenir avec l’Europe, sa voisine proche. L’Europe a-t-elle intérêt, comme semble le penser Faïza Tobich à l’émergence d’un espace juridique arabe unifié et plus largement d’une unité arabe effective, ou préfèrera-t-elle continuer à avoir comme partenaires une kyrielle d’Etats souvent concurrents ?   

18L’Europe, et plus largement l’Occident, pourront-t-ils, sans renoncer à une hégémonie économique, politique et culturelle encore patente (Bessis, 2002), favoriser l’émergence d’une modernité endogène dans le monde arabe afin que cet ensemble puisse participer à la définition d’une universalité conçue comme la synthèse des divers héritages socio-culturels traités sur un pied d’égalité ?

Haut de page

Bibliographie

Bessis Sophie, 2002, L’Occident et les autres : histoire d’une suprématie, La Découverte.

Bras Jean-Philippe, octobre-décembre 2007, « La réforme du code de la famille au Maroc et en Algérie : quelles avancées pour la démocratie », Critique Internationale 37, p. 93-125.

Charnay Jean-Paul, 1966, « Introduction » in Jean-Paul Charnay et de Jacques Berque (dir.), Normes et valeurs dans l’islam contemporain, Payot, p 7.

Chebel Malek, 2004, Manifeste pour un islam des Lumières : 27 propositions pour réformer l’islam, Hachette.

Harras Mokhtar et Sarehane Fatna, 2006, L’application du Code de la famille, acquis et défis : étude de la pratique dans les tribunaux de la famille de Tétouan et de Casablanca, Association marocaine de lutte contre la violence à l’égard des femmes, Editions Hexagone.

Papi Stéphane, Année 2008-2009, « La reconnaissance du mariage mixte des musulmanes dans les législations maghrébines », Annuaire droit et religions, vol.3, p. 149 à 163.

Haut de page

Notes

1  L’auteur procède en p. 316 à une recension précieuse des associations représentatives du « féminisme islamique » qui, à côté des associations féministes « classiques », militent pour une réforme des statuts personnels.

2 « L’analphabétisme touche aujourd’hui encore près de la moitié de la population marocaine âgée de 10 ans et plus (49%) : en milieu rural, il est de 68%, en milieu urbain de 34% et concerne 62% de femmes et 37% d’hommes et plus les femmes rurales que les femmes urbaines : près de 84% des femmes rurales (environ 9 femmes rurales sur 10) sont analphabètes contre moins de 45% en milieu urbain » : Rapport du Haut Commissariat au Plan du Royaume du Maroc « Prospective Maroc 2030 : dynamiques sociales et évolution des statuts des femmes au Maroc, présenté par Malika Benradi, décembre 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Papi, « Tobich Faïza, Les statuts personnels dans les pays arabes : de l’éclatement à l’harmonisation, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2008. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 31 août 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/6799

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page