Navigation – Plan du site
Lectures

Thibon Jean-Jacques, L’œuvre d’Abû ‘Abd al-Rahmân al-Sulamî (325/937-412/1021) et la formation du soufisme, Damas, Institut Francais du Proche-Orient, 2009, 649 p.

Rachida Chih

Texte intégral

1Les historiens du soufisme et de l’islam en général ne pourront que saluer la sortie de l’ouvrage de Jean-Jacques Thibon véritable synthèse non seulement sur un personnage et son oeuvre, mais aussi, sur une époque et ses doctrines. Cette époque, le xe siècle, est celle de la formation du soufisme à laquelle Sulamî a fortement contribué, à sa manière. Le travail est impressionnant : afin de nous faire connaître le personnage, son milieu et le rapport qu’il entretenait avec son œuvre, l’auteur s’est attelé à une lecture minutieuse des écrits de Sulamî, 54 ouvrages connus à ce jour, certains édités d’autres encore à l’état de manuscrit. Ce n’est qu’au prix d’une lecture attentive des sources que la recherche peut avancer. Le résultat est un précieux outil de travail et d’analyse non seulement pour les médiévistes mais aussi, et peut-être surtout, pour les modernistes. Dans leur quête de la nouveauté, ces derniers ont mis sous un même terme de néosoufisme ou renouveau soufi des courants religieux non seulement très différents, mais ils ont aussi oublié en chemin les processus concrets de transmission du soufisme. De John Voll (1987) à Stefan Reichmuth (2009), ces études ont mis en avant comme élément nouveau du soufisme, à partir plus ou moins du xviiie siècle, la figure centrale du Prophète et le rôle du hadîth. L’analyse de l’œuvre de Sulamî montre que, plutôt que de rechercher la nouveauté à tout prix, il faut se pencher sur une histoire ininterrompue de la spiritualité musulmane avec l’intercession du Prophète au centre. De même que la place qu’occupe le hadîth dans les livres de Sulamî illustre le lien profond qu’ont toujours entretenu cette discipline et la voie spirituelle, toutes deux fondées sur une transmission dont l’authentification est garante de la tradition.

2Sulamî a vécu entre le xe siècle et le début du xie siècle, une période charnière dans l’histoire de la spiritualité musulmane, celle de l’élaboration et de la codification de la voie qui va de pair avec son intégration dans la société. Les manuels de soufisme de l’époque, les Luma’ de Sarrâj (m. 988), le Ta’arrûf de Kâlâbâdhî (m. 995) ou le Qût al-Qulûb d’al-Makkî (m. 996), toujours imprimés de nos jours, jouent un rôle important dans la diffusion du soufisme. L’œuvre de Sulamî correspond à la fin de cette période de consolidation : il est à la fois récepteur et transmetteur de traditions spirituelles qu’il contribue à fonder dans une vaste synthèse.

3L’ouvrage de J. J Thibon est divisé en trois parties. Dans une première partie historique très riche, l’auteur nous rappelle que Sulamî a vécu dans une région, le Khorassan avec sa capitale Nishapûr, et à une époque traversées par divers courants religieux : les Karrâmiyya, à qui l’on doit probablement la fondation des premières khanqâh ; les Malamatiyya, les « gens du blâme » ; et la Futuwwa, qui tient à la fois de la chevalerie et du compagnonnage. Ces mouvements ont suscité suspicions et attaques de la part de soufis bagdadiens et sont d’ailleurs généralement présentés comme des réactions au soufisme qui commençait à se codifier, à s’organiser et à acquérir une certaine visibilité. Sulamî intègre dans son œuvre tous ces courants, soufisme de Baghdad, malamatî, futuwwa, zuhd et hikma. L’auteur a voulu, néanmoins, dépasser l’image collée à son personnage, celle d’historien du soufisme qui s’est contenté d’amasser, d’ordonner et de classer les écrits des maîtres précédents pour les générations futures. Son influence sur l’enseignement soufi lui même ne doit pas être négligée, ne serait-ce que par ses choix dans ce travail de collection. On comprend qu’il est difficile de rechercher ce qu’il y a d’original dans l’œuvre de Sulamî, ce qui lui appartient de ce qu’il a transmis, sachant que l’originalité n’était pas la préoccupation des auteurs médiévaux. Les interrogations de l’auteur se sont plutôt portées sur le rôle de transmetteur de Sulamî, sur le type de soufisme et donc de message qu’il fait passer, sur les caractéristiques de son écriture, tout cela à partir d’une lecture minutieuse des écrits de Sulamî, des plus utilisés comme des moins connus.

4Cette longue analyse des textes fait l’objet de sa deuxième partie : elle nous dresse le portrait d’un Sulamî, muhaddith et soufi, engagé dans la défense d’un soufisme empreint de sobriété qui a pour source le hadîth. Si Soufisme et hadîth sont intimement liés depuis une époque ancienne, leur destinée devient avec Sulamî, consubstantielle, comme l’exprime l’auteur. Sulamî associe hadîth et paroles des maîtres afin d’en établir la rigoureuse complémentarité, fondatrice de l’orthodoxie des doctrines et pratiques soufies. Ces pratiques convergent vers un but unique, la sainteté, dont l’énoncé contient des affinités avec al-Tirmidhî et annonce déjà des concepts et des classifications qu’Ibn ‘Arabî établira deux siècles plus tard avec plus de précision et d’ampleur.

5En troisième et dernière partie, l’auteur a choisi de nous présenter, comme échantillon représentatif de l’œuvre de Sulamî, vingt-cinq textes sous formes d’unités indépendantes, consultables séparément.

6C’est un éclairage nouveau que Jean-Jacques Thibon jette sur Sulamî et son œuvre dont il a réussi à nous montrer la cohérence et la finalité, une œuvre destinée aux disciples, ceux qui fréquentent les khanqâh fondées dès le xe siècle au Khorassan, ceux qui suivent les premières voies qui commencent à se former, et enfin aux générations futures, pas seulement de soufis, mais de croyants en général.

Haut de page

Bibliographie

Levtzion N. et Voll J., 1987, Eighteenth Century Renewal and Reform in Islam, Syracuse University Press.

Reichmuth S., 2009, The World of Murtadâ al-Zabîdî, Gibb.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachida Chih, « Thibon Jean-Jacques, L’œuvre d’Abû ‘Abd al-Rahmân al-Sulamî (325/937-412/1021) et la formation du soufisme, Damas, Institut Francais du Proche-Orient, 2009, 649 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 02 septembre 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/6803

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page