Navigation – Plan du site
Lectures

Puig Nicolas, Farah. Musiciens de noces et scènes urbaines au Caire, Paris, Sindbad-Actes Sud, 2010, 214 p.

Catherine Miller

Texte intégral

1À l’heure où les termes de culture ou musique urbaines semblent presque automatiquement associés au mouvement hip-hop ou à ses dérivés, cet ouvrage retrace les heurs et malheurs d’un milieu artistique populaire cairote étroitement associé à une avenue emblématique du Caire : les musiciens de noces de l’avenue Mohamed Ali.

2À travers l’histoire de cette avenue, de ses cafés et de ses musiciens, Nicolas Puig nous montre combien les styles musicaux sont liés à des périodes politiques, des lieux, des modes de vie et participent ainsi intimement à l’identité urbaine. Privilégiant l’interview et l’observation (notes, photos et films), l’auteur a pendant trois ans fréquenté les musiciens des orchestres populaires de l’avenue se donnant comme programme « d’observer les pratiques musicales et sociales, les relations entre les musiciens, entre ces derniers et leur public, leur voisinage, leurs amis et leurs famille ». La recherche s’inscrit donc dans un courant anthropologique et sociologique (très marqué par les références à l’école de Chicago) qui étudie la musique comme pratique sociale et urbaine à part entière et pas seulement comme production esthétique. L’ouvrage reprend le contenu de plusieurs articles de N. Puig publiés dans des revues ou des ouvrages collectifs (la liste est présentée dans la bibliographie). Il est organisé en deux parties complémentaires : une première partie qui contextualise le milieu des musiciens de noces dans son milieu urbain et une deuxième partie qui laisse la parole aux acteurs/témoins de ce milieu sous forme de récits de vie. L’analyse de la première partie se nourrit beaucoup des témoignages de cette deuxième partie.

3Bien que l’industrie musicale ait toujours tenue une place économique et sociale prépondérante en Égypte, assurant une partie de son rayonnement dans le reste du monde arabe, au moins jusque dans les années 1980, peu d’études se sont penchées sur le milieu des musiciens populaires et sur la place sociale de la fête (farah) dans la société égyptienne, en dehors des fêtes religieuses comme les mouleds qui occupent une place fondamentale dans l’espace urbain du vieux Caire (voir en particulier les travaux de Anna Madoeuf sur le mouled de Sayida Zeinab, Madoeuf 2006 et pour un renouvellement du genre Peterson 2008). N. Puig a choisi ici de circonscrire sa recherche à un milieu spécifique des musiciens populaires, ceux de l’Avenue Mohamed Ali, milieu dont l’histoire et la situation actuelle sont hautement symboliques des transformations sociales et urbaines du Caire. Cette histoire est essentiellement vécue comme un déclin social, rendu sans doute plus marquant encore par le déclin architectural qui l’accompagne et marque cette célèbre avenue, l’une des grandes artères du Caire, construite au début des années 1870 et symbole de ce mouvement de réforme urbaine entreprise par Mohamed Ali et ses successeurs.

4N. Puig souligne combien l’installation de musiciens et artisans avenue Mohamed Ali, à l’aube du xxe siècle, s’inscrit dans un mouvement de modernité urbaine et musicale, mais aussi de montée en puissance du nationalisme égyptien. Les musiciens de l’avenue Mohamed Ali vont accompagner l’âge d’or de la chanson égyptienne à partir de 1904. Cet essor est relayé par les nouveaux médias (radios-télévisions) et les cafés de la rue Mohamed Ali sont fréquentés à la fois par les musiciens et les employés des médias. L’avenue devient le haut lieu du prestige musical et ses cafés sont des lieux d’apprentissage incontournables qui on vu débuter de nombreux chanteurs devenus célèbres par la suite. Cet âge d’or de la musique égyptienne « constitue un moment de l’histoire dans lequel la relation entre musique et société est pacifiée » par l’usage politique et nationaliste qui en est fait.

5À partir des années 1970-80, l’avenue et cette tradition musicale populaire se marginalisent et se paupérisent, les musiciens qui le peuvent vont migrer vers des lieux plus prestigieux dans des quartiers plus modernes et des clubs. La paupérisation entraine une modification des gouts et des esthétiques, une restriction des styles musicaux, le bruit et les rythmes rapides s’imposent, la chanson plus savante se réfugie dans les instituts de musique et les musiciens voient leur art se rétracter sur la danse du ventre et les musiques de noce. Les cafés ne sont plus fréquentés que par ces musiciens de noce qui voient leurs cachets diminuer, du fait d’une concurrence féroce.

6Le déclin de la rue Mohamed Ali traduit la reconfiguration urbaine du Caire caractérisée par « l’étalement spatial, l’augmentation des mobilités, le renouvellement des centralités » (p. 62). La musique se pratique dorénavant dans des lieux très différents et les cérémonies de mariage de rue ont elles-mêmes beaucoup évolué. N. Puig consacre un beau chapitre au rôle croissant de l’animateur (le nabatshi, sorte de M. Loyal des cérémonies) et à la visibilité de l’argent et du don. Il explique l’omniprésence de l’argent par le fait que « La fête de mariage constitue l’une des rares arènes de visibilité mutuelle disponibles dans la société citadine populaire dans laquelle il soit possible d’exposer ou de bâtir un statut » (p. 107). Cette évolution est associée à la transformation des pratiques consuméristes liées à l’infitah (ouverture économique) initiée par Sadate.

7La deuxième partie de l’ouvrage regroupe quatre récits de vie de musiciens et musiciennes, trois hommes et une femme (qui est la fille de l’un des musiciens), tous originaires du quartier populaire de Darb-al-Ahmar (quartier historique du Caire qui a servi de trame à de nombreux romans de Naguib Mahfouz). Les trois hommes sont nés entre 1955 et 1963 et ont donc connu les belles heures de l’avenue. Si certains semblent avoir plus de succès que d’autres, on retrouve plusieurs points communs dans ces récits de vie : l’attirance personnelle irrésistible pour la musique et le milieu des musiciens, malgré la réprobation familiale et plus largement sociale entourant cette profession ; la conscience qu’il s’agit d’une pratique musicale en déclin, de plus en plus dévalorisée ; la fierté cependant de pratiquer un art qui demande non seulement du talent musical mais également du talent psychologique pour adapter son jeu aux demandes d’un public diversifié. Tous considèrent que le public et le style musical des années 1960-1970 étaient plus raffinés qu’aujourd’hui, tous souffrent de la dévalorisation de leur métier et du fait que les fêtes de mariage soient de plus en plus des lieux d’exhibition de l’argent et souvent de comportements déviants (bagarre, etc.).

8Un des liens forts entre les deux parties de l’ouvrage est le constat d’une époque urbaine et musicale révolue qui aurait accompagné la période nationaliste et nassériste. On retrouve ce constat dans d’autres récits comme dans le beau film de la réalisatrice libano-égyptienne Nabbeha Lotfy, Sharia Mohammed Ali, (2003), curieusement non mentionné par N. Puig dans sa filmographie. Une autre ligne forte est le fait que la pratique de la musique populaire était et reste fortement ambivalente, comme le sont également les notions de culture populaire ou de quartier populaire. Les gens aiment cette musique, perçue comme l’essence même de l’identité cairote, voir égyptienne, de même que les quartiers populaires historiques sont associés à l’âme du Caire. Mais ceux qui pratiquent cette musique populaire sont méprisés, y compris par leurs proches qui acceptent mal d’avoir un fils ou une fille musicienne. Certains musiciens qui ont quitté leur quartier traditionnel cachent leur véritable activité à leurs nouveaux voisins, et ne veulent pas faire honte à leurs enfants, un point qui n’est pas sans rappeler l’attitude des chanteuses populaires marocaines (sheikkhat) décrit par Fanny Soum-Poulayet qui ont honte de leur profession (2007).

9L’ouvrage constitue donc un témoignage de ce milieu et une analyse anthropologique sensible des pratiques musicales urbaines cairotes. Ce faisant, l’auteur poursuit des travaux initiés au Liban, en Syrie et en Égypte (Mermier et Puig, 2007) et creuse un sillon de recherche qui mérite d’être plus largement développé dans le reste du monde arabe.

10On retrouve dans Farah la même qualité d’écriture, la même acuité et pertinence du regard que dans la monographie précédente et exemplaire de N. Puig (2003) qui portait sur les relations entre Bédouins sédentarisés et société citadine à Tozeur (Tunisie). Mais on n’y retrouve pas tout à fait la même rigueur, ni la même profondeur de réflexion. Les remarques finales sur l’ambigüité du terme populaire et sur les rapports différenciés aux territoires auraient pu être développées, surtout quand on connaît les associations actuelles entre un certain type de musique populaire et un certain type de quartier informel (cf. les chanteurs cités en note 34 souvent opposés aux chanteurs des vieux quartiers populaires cf. Puig, 2008, Miller, 2007). Peut-être N. Puig n’a t-il pas voulu trop reprendre ce qu’il avait abordé dans des articles précédents mais il y a de fortes chances que la plupart des lecteurs de l’ouvrage n’iront pas chercher des articles plus ou moins accessibles ! Une autre question aurait sans doute pu être approfondie : le déclin de la rue Mohamed Ali, l’évolution des pratiques festives populaires comme celles des comportements consuméristes sont-ils uniquement liés à la période de l’infitâh ? La période nassérienne, peu favorable à la préservation du patrimoine architectural de la période khédiviale, n’a-t-elle pas contribué à la marginalisation progressive de l’avenue, et par conséquent de ses musiciens ? La question du rapport entre politique et pratiques musicales reste à explorer pour l’Égypte.

11Enfin on regrettera que les références bibliographiques affichées en fin d’ouvrage omettent plusieurs références citées dans le texte (dont Abu-Lughod, 1971 citée p. 44 ; Al-Shawan Castelo Branco, 1992 cité p. 51 ; Danielson, 1999 cité p. 51 ; Mubarak, 1980 cité p. 43 et suivantes ; Poffandi, 1908 cité p. 49 ; van Nieuwkerk, 1996 cité p.71) laissant l’impression d’un ouvrage fini un peu à la va-vite, ce qui est regrettable pour l’éditeur (dont on apprécie toujours la qualité visuelle des couvertures par exemple, ici une très belle photo de Denis Darieux) et pour l’auteur et ne rend pas justice à la qualité et l’intérêt de l’ouvrage.

12Malgré ces quelques imperfections, l’ouvrage a l’avantage d’associer observations ethnographiques et réflexions plus générales sur les territoires urbains et sur la recomposition des liens sociaux. Il a aussi le grand mérite de ne pas céder aux sirènes de la mode et de rendre hommage à un milieu social trop souvent méprisé.

Haut de page

Bibliographie

Madoeuf Anna, 2006, “Mulids of Cairo: Sufi Guilds, Popular Celebrations, and the ‘Roller-Coaster Landscape’ of the Resignified City”, in Diane Singerman and Paul Amar (eds.), Cairo Cosmopolitan: Politics, Culture, and Urban Space in the New Globalized Middle East 465-487, Le Caire, The American University in Cairo Press.

Mermier Franck and Puig Nicolas (eds.), 2007, Itinéraires esthétiques et scènes culturelles. Beyrouth, IFPO.

Miller Catherine, 2007, « Les quartiers populaires du Caire : dénominations, mise en scène et dynamiques linguistiques », in T. Bulot et A. Louinissi (eds), Ségrégation spatio-linguistique. Dynamiques socio-langagières et habitat dit populaire, Alger, Atfalona-DKA, p. 43-68. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00446471/fr/.

Peterson Jennifer, 2008, “Remixing songs, remaking mulids: The merging spaces of dance music and saint festivals in Egypt” in Samuli Schielke and Georg Stauth (eds.), Dimensions of Locality: The Making and Remaking of Islamic Saints and Their Places, Yearbook of the Sociology of Islam 8,Bielefeld, Transcript Verlag.

Puig Nicolas, 2003, Bédouins sédentarisés et société citadine à Tozeur (sud ouest tunisien), Paris, IRMC-Karthala.

— 2006, “Egyp's Pop-Music Clashes and the 'World-Crossing' Destinies of Muhammad Ali Street Musicians”, in Diane Singerman and Paul Amar (eds.), Cairo Cosmopolitan: Politics, Culture and Urban Space in the New Globalized Middle East 513-538, Le Caire, The American University in Cairo Press.

Soum-Poulayet Fanny 2007, Le Corps, la Voix, le Voile.Cheikhat marocaines,Paris, CNRS Éditions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Puig Nicolas, Farah. Musiciens de noces et scènes urbaines au Caire, Paris, Sindbad-Actes Sud, 2010, 214 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 25 octobre 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/6816

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page