Navigation – Plan du site
Lectures

Clément François (coordination), Les vins d'Orient, 4000 ans d'ivresse, Éditions du Temps, Nantes, 2008.

Mohamed Bakhouch

Texte intégral

1Cet ouvrage est l'aboutissement d'un projet des « rencontres du vin lettré » organisées par le Centre d'Études du Monde Arabe et de l'Asie. Il se compose d'un préambule et de six chapitres.

2Archives, religion et littérature (à la fois savante et populaire) sont les principales sources des études rassemblées dans ce livre. Traitant du vin au Proche-Orient et dans l'Espagne musulmane, à différentes époques, elles soulignent toutes la place importante qu'il occupa et occupe encore dans les civilisations d'Orient ; et offrent au lecteur de nombreuses pistes pour approfondir ses connaissances dans ce domaine.

  • 1 - L'auteur signale que le vin fut connu au Proche-Orient bien avant cette époque.

3Le premier texte, « Le vin et l'ivresse dans les archives de Mari » (p. 15-40), est une étude passionnante, dans laquelle son auteur, Alain Bouvier, fait parler les archives de Mari et transporte le lecteur dans cette cité, deux mille ans avant J. C.1.

4Les documents analysés nous apprennent que les Mariotes maîtrisaient les méthodes de vinification, la technique de coupage et la culture de la vigne. Nous apprenons également qu'ils connaissaient trois variétés de vin et les distinguaient les unes des autres en fonction du degré de vieillissement. Les mêmes sources signalent que les vins de Mari étaient parfumés. Le sucre, rapporte l'auteur (p. 17), leur « permettait d'améliorer la viabilité du vin, notamment au terme d'un voyage ». En outre, les archives de Mari montrent (p. 19-20) que les zones de production étaient situées dans le Nord ; les grandes villes du Sud, dont Babylone, n'en produisaient pas. En fait, le Nord était le « pays du vin » et le Sud le « pays de la bière ». L'Euphrate, mais aussi la voie terrestre, étaient utilisés pour le transport du vin (p. 20). Les archives révèlent par ailleurs que le vin à Mari était assimilé à un produit de luxe. Deux indices le montrent : son prix et son utilisation dans les échanges diplomatiques. Le vin était aussi consommé lors des fêtes et des banquets. Il y avait par exemple près de 70 000 invités pour célébrer la construction de la ville de Kalhu ; et 10 000 outres de vin avaient été consommées ! Les deux pages consacrées par Alain Bouvier à l'ivresse et à la gouvernance recèlent des anecdotes qui soulignent l'aspect négatif de l'abus de vin. Enfin, l'auteur aborde dans la dernière partie de sa contribution le rapport entre le vin et la divination (p. 30-33).

5Le deuxième chapitre (p. 45-50), dû à Pierre Chouchan, est intitulé « Le vin dans la tradition juive ». Dans cette communication, l'auteur fait un trop rapide survol du sujet et la tradition juive y est synonyme de religion.

6Dans le chapitre suivant (p. 55-83), Edgar Weber se propose d'étudier le statut du vin dans la civilisation arabo-musulmane. Ce chapitre comporte deux parties : la première traite du vin dans la poésie arabe de l'époque antéislamique jusqu'à l'époque abbaside et se termine par des « variations andalouses » sur le même thème. La seconde partie, quant à elle, commence avec une séquence intitulée « Témoignages sur la production du vin en Orient », l'auteur y cite le géographe Ibn awqal (xe siècle). Il poursuit en évoquant (p. 72-74) « Le vin dans le Coran », puis chez « Les traditionistes » (p. 74-75). Il présente ensuite (p. 75-77) « La position des juristes et la répression » et l'article se termine (p. 77-78) par un très bref passage sur « Le vin mystique ».

7Les propos de l'auteur sur le vin dans la poésie arabe ancienne et le choix des textes présentés, constituent une bonne introduction à ce genre poétique. Cependant, l'assertion dans laquelle il considère (p. 55) que le thème bachique « en tant que registre poétique autonome » s'étend « sur tous les siècles de l'époque classique » et cette autre dans laquelle il affirme (p. 58) qu'au premier siècle de l'islam, le même thème bachique « prend alors toute son autonomie », nous semblent sujettes à discussion. En effet, nous pensons que la notion d'autonomie ne rend pas vraiment compte de la double présence du vin dans la poésie arabe, d'abord, comme thème dans la qaîda pluri-thématique et ensuite comme sujet unique du poème.

8Dans la contribution intitulée « Vignes et vins dans l'Espagne musulmane » (p. 87-137), François Clément se propose : 1- De faire le point sur la culture de la vigne à l'époque musulmane, ainsi que sur la production et la consommation du vin. 2- De déterminer les cépages et les crus. C'est un panorama complet, bien documenté, cartes à l'appui, que nous livre l'auteur de cette communication. Des régions agricoles à l'alcoolisme mondain et manières de boire, en passant par les techniques et les instruments aratoires ou les maladies et leur traitement, les vendanges, les récipients vinaires, etc., tous les aspects de la vigne et du vin dans l'Espagne musulmane sont abordés dans ce riche travail. Une déception cependant, l'auteur déplore (p. 111) l'absence de renseignements sur le vin que buvaient les Andalous. Même la poésie n'est d'aucun secours (p. 111) :

9« On pourrait croire, également, que le riche lexique poétique du vin permettrait de distinguer les crus, les qualités, les âges. Il n'en est rien. Ces termes sont des outils rhétoriques, ils n'ont de pertinence que dans le vers, par leur valeur prosodique, par leur sonorité, par les jeux de mots qu'ils autorisent. Mais, du point de vue œnologique, ils sont interchangeables : […] ».

10Le passage sur les vendanges recèle des informations intéressantes, nous apprenons ainsi (p. 102) que « Les vendanges donnaient lieu à de grandes réjouissances. A l'époque nasride (xiiie-xve siècle), les villes se vidaient de leur population. Tous partaient dans les vignes ». L'auteur ajoute (p. 102) : « Même les imams étaient tentés de délaisser leurs mosquées. […] » ; puis, il relève que certains parmi ces derniers « tiraient une partie de leurs revenus de vignes dont ils étaient les propriétaires ou les usufruitiers, […] ».

11La lecture de cette communication fort intéressante, donne l'impression au lecteur de ne plus rien ignorer sur la vigne et le vin dans l'Espagne musulmane.

12Le cinquième chapitre (p. 141-169), a pour titre « Le vin dans le roman de Baïbars », ses auteurs, Georges Bohas et Jean-Patrick Guillaume, plongent le lecteur dans l'univers de l'un des plus célèbres contes populaires arabes : Le roman de Baïbars, en étudiant le rôle « non négligeable » (p. 141) qu'y joue le vin. Ils retiennent « trois aspects bien contrastés : le vin et la bravoure, le vin et le vice, et enfin, le vin comme ruse de guerre », pour démontrer l'importance de ce rôle. De nombreux épisodes de ce fameux conte sont cités, dans cette étude fort intéressante, pour illustrer chacun des trois aspects retenus.

13Dans le dernier chapitre de l'ouvrage, « Le vin dans la poésie dialectale libanaise » (p. 173-188), Naoum Abi-Rached étudie la présence du vin dans le zajal. Ce dernier terme désigne, au Liban, une poésie en dialectal chantée en public. Selon l'auteur (cf. p. 173) « les bases théoriques et pratiques ont été établies entre les deux guerres : il s’agit de joutes poétiques entre poètes-chanteurs zajjâlûn sur un thème déterminé en début de séance, mais pouvant changer en cours de joute ». Il précise (p. 173-174) : « Techniquement, une séance est généralement composée de trois parties : un exorde (matlaʿ) suivi par un qasîd (poème plus ou moins long) et pour finir, un qirrâdî (composé généralement de quatrains). Chemin faisant, les groupes rivaux se forment et la joute proprement dite (muhâwara, ou bien musâjala shiʿriyya) se déroule au grand plaisir de l’assistance qui se trouve ainsi entraînée par l’ambiance et galvanisée par la cadence de la musique, la présence d’esprit, la vivacité, la rapidité de la réplique, l’art de la répartie et la richesse des images dont font preuve les différents poètes-chanteurs (qawwâlûn) ». Dans les séances de zajal, l'alcool est « presque une condition sine qua non », signale l'auteur (p. 174), mais il arrive aussi qu'il soit lui-même le sujet de joutes.

14Dans sa communication, Naoum Abi-Rached étudie un corpus qu'il organise en quatre rubriques : « vin et nature ; vin et religion ; vin et amour ; vin et ivresse » ; et contribue à faire connaître une poésie populaire riche et vivante, mais malheureusement négligée par les chercheurs.

15Par la diversité et la richesse des sources : Archives, poésie arabe d'Orient et d'Occident (Andalousie), textes sacrés, contes populaires du Moyen-Orient arabe, poésie dialectale libanaise, les contributions de cet ouvrage invitent le lecteur à un voyage à travers l'espace et le temps, pour mieux comprendre les rapports des civilisations d'Orient au vin. L'amateur de vin et le lecteur curieux seront comblés.

Haut de page

Notes

1 - L'auteur signale que le vin fut connu au Proche-Orient bien avant cette époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Bakhouch, « Clément François (coordination), Les vins d'Orient, 4000 ans d'ivresse, Éditions du Temps, Nantes, 2008. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 03 janvier 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/7006

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page