Navigation – Plan du site
Lectures

The British-Yemeni Society Journal, vol. 16, Londres, 2008, 64 p + ill. (également disponible sur http://www.al-bab.com/bys/journal.htm)

Patrice Chevalier

Texte intégral

1Outre des poèmes illustrés et une interview, cette nouvelle livraison de la British-Yemeni Society comprend quatre articles. Ces varias nous donne à lire la « petite histoire » au travers des parcours individuels ou collectifs trop souvent négligés par la « grande » mais qui seuls permettent d’approcher au plus près ce qu’a concrètement été le Yémen et les Yéménites d’autrefois. Le chercheur pourrait regretter que les articles ne soient pas toujours assez fouillés et un peu trop « grand public », mais la ligne éditoriale de la revue est de s’adresser au plus grand nombre.

2Le premier de ces quatre articles retrace l’histoire des péripéties de l’italien Amedeo Guillet dans le Yémen des imams al-Mutawakkîl. Il ne manque pas d’intérêt. Il n’amène toutefois pas de nouvelles révélations puisqu’il s’appuie uniquement sur la biographie publiée en 1987.

3L’auteur résume le parcours de Guillet, nommé en 1939 commandant du Gruppo Bande Amhara, l’un des bataillons italiens de cavalerie posté en Abyssinie et dont la mission est de freiner l’avancée des Alliés en Afrique de l’Est pendant la seconde guerre mondiale. Malgré les nombreuses défaites italiennes, Guillet s’engagera vainement dans des actions de guérilla pour désorganiser les troupes alliées. Fin 1941, après une tentative infructueuse, il réussira à s’embarquer pour le Yémen afin d’échapper aux Britanniques. Arrivé à Hodeïda, il est emprisonné par les autorités yéménites, puis mené devant l’imam Ya/hyâ qui l’accueille favorablement au point de lui confier l’entraînement de ses gardes du corps. Après la guerre, Guillet embrasse la carrière diplomatique et retourne au Yémen dans les années cinquante où, fort de son ancienne amitié avec le nouvel imam, il affermit les relations entre les deux pays.

4Dans un deuxième article très détaillé, Adel al-Aulaqi revient sur l’histoire de l’unité médicale que la compagnie pétrolière British Petroleum (BP) a ouverte en juillet 1954 à Little Aden. Vouée initialement à n’être qu’une structure temporaire réservée aux seuls employés de l’entreprise, elle s’est rapidement révélée indispensable non seulement à ces derniers, mais également aux populations locales environnantes qui y ont petit à petit eut accès. C’est ainsi que face à l’augmentation du nombre de patients, entre 1957 et 1977, l’unité a embauché du personnel soignant (expatrié et yéménite) et a ouvert de nouveaux services. Entre 1978 et 1983, période durant laquelle l’auteur exerce sa profession de médecin au sein de cette structure, l’heure est à la transition. La République Démocratique et Populaire du Yémen a décidé de nationaliser BP. L’annonce en a été faite en mai 1977. Conscients de l’importance sociale acquise par l’unité médicale et voulant que celle-ci perdure après le départ des Britanniques, les dirigeants socialistes semblent avoir mené une politique intelligente et efficace avec des objectifs concrets, réalistes et planifiés sur cinq ans. Les objectifs étaient doubles : 1) étendre les soins à une plus large population, ouvrir de nouveaux services et s’assurer un personnel hautement qualifié ; 2) yéméniser complètement le personnel de l’équipe tout en conservant les standards britanniques de santé. Tout ne s’est pas forcément déroulé comme prévu en matière de formation et de passation de pouvoir. Certains problèmes n’ont pas trouvé de solution précise A. al-Aulaqi, néanmoins le cas de cette unité médicale est l’histoire d’une yéménisation réussie. Toujours en activité, elle jouit encore d’une très bonne réputation chez les Adénis nombreux à s’y faire soigner. Peut-être faut-il voir là une leçon d’histoire dont les politiques de yéménisation actuelles devraient s’inspirer.

5Signé du rédacteur en chef de la revue, l’article suivant raconte comment celui-ci est parti en quête d’une partie de l’héritage perdu d’un des grands poètes adénis ‘Alî Luqmân, fils de l’intellectuel, avocat et journaliste Mu/hammad ‘Alî Luqmân, père du mouvement réformiste et de la Renaissance littéraire et sociale adénie qui a fondé le premier journal local, Fatât al-Jazîra. ‘Alî Luqmân qui a suivi les traces de son père, a trente-trois ans quand, en 1939, il est engagé comme traducteur au bureau de l’Information britannique alors dirigé par Freya Stark. Connue pour avoir écrit plusieurs récits de voyage dans le sud de la péninsule Arabique, celle-ci racontera avoir donné à Luqmân un recueil des sonnets du Britannique Wordsworth. Passionné par ces textes dépeignant les tentatives d’invasion subie par l’Angleterre entre 1801 et 1806, Luqmân souhaita aussitôt les traduire. L’auteur de l’article a cherché à savoir ce qu’étaient advenues les traductions. En vain. Nul ne sait ce qu’ils sont advenus. Pour compenser cet échec, l’un des neveux de Luqmân a bien voulu refaire le travail de son oncle et retraduire deux des poèmes en question. Ils sont reproduits en fin d’article.

6Le dernier article est le compte-rendu fait par Rebecca Johnson à propos de deux expositions traitant de l’histoire encore trop peu connue et étudiée (au moins pour ce qui est de la recherche francophone) des émigrés yéménites qui se sont expatriés au siècle dernier en Grande-Bretagne.

7La première de ces manifestations, intitulée The Last of the Dictionary Men – Stories from South Shields’Yemeni Sailors, s’est tenue en avril 2008 au Baltic Centre for Contemporary Art de Gateshead et retraçait l’histoire de ces hommes originaires d’Arabie du Sud venus à Cardiff et South Shields. Main d’œuvre bon marché, ces Yéménites exécutaient les tâches les plus pénibles sur les bateaux britanniques. Si la plupart d’entre eux retournait au Yémen une fois leur travail accompli, un nombre non négligeable est resté en Grande-Bretagne. Dans les années trente, les Yéménites formaient la plus grande communauté musulmane du pays, mais après la seconde guerre mondiale, l’industrie maritime britannique déclinant et le travail se faisant rare, la quasi-totalité de ces Yéménites est peu à peu rentrée au pays.

8La seconde exposition, intitulée Coal, Frankincense and Myrrh, qui s’est déroulée à Sheffield, retraçait l’histoire des Yéménites venus dans les années cinquante et soixante pour travailler dans les usines métallurgiques de Sheffield et Birmingham, mais aussi dans la région des Midlands. Lors de la guerre civile de 1994, de nombreux Yéménites ont profité des relations entretenues avec ces travailleurs émigrés pour les rejoindre et grossir les communautés yéménites de Grande-Bretagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Chevalier, « The British-Yemeni Society Journal, vol. 16, Londres, 2008, 64 p + ill. (également disponible sur http://www.al-bab.com/bys/journal.htm) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 129 | juillet 2011, mis en ligne le 02 février 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/7014

Haut de page

Auteur

Patrice Chevalier

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page