Navigation – Plan du site
Lectures

Alouani Salah, Tribus et Marabouts. Aʽrâb et walâya dans l’intérieur de l’Ifriqiya entre le Ve/XIIe et le XIIe/XVIIIe siècles, Introduction de Pierre Guichard, Suomalaisen Tiedeakatemian Toimituksia 358, Helsinski, Annales Academiae Scientiarum Fennicae, 2010, 307 p.

Pierre Bonte

Texte intégral

1De la lecture de cet ouvrage de Salah Alouani on retiendra d’abord l’originalité de l’objet d’étude qui a aussi attiré l’attention de Pierre Guichard, auteur d’une chaleureuse préface. L’histoire régionale n’est pas, en effet, le genre le plus pratiqué s’agissant du Maghreb. Il l’est d’autant moins quand il s’agit d’une région de l’intérieur de l’Ifriqiya, éloignée des centres côtiers depuis le déclin de la romanisation, parcourue par les nomades hilaliens depuis le XIe siècle et de ce fait aux limites mouvantes, définies grossièrement par les zones de hautes-steppes, région marginale enfin par rapport aux pouvoirs centraux durant toute la période couverte par l’étude, du XIIe au XVIIIe siècle. La conséquence des traits que présente cette aire géographique, que l’auteur dénomme le « pays des Nomades », est la rareté des sources historiques, leur caractère discontinu, éclaté. Il lui faudra exploiter des documents bien particuliers : les hagiographies (manâqib) et autres biographies laissées par des écrivains locaux, ou se tourner vers une littérature coloniale qu’il utilise avec bonheur, ressuscitant les notes évocatrices de Louis-Charles Féraud ou se référant aux travaux plus récents de Charles Manchicourt par exemple.

2À partir de ces sources, Salah Alouani ébauche les grandes lignes d’une histoire régionale, qu’il n’est pas aisée parfois de replacer dans un cadre plus large. Le contexte géographique, les fondements sociaux et économiques, ne sont pas toujours assez développés. Mais il met aussi l’accent sur une histoire politique locale qui, en définitive, restitue avec un certain bonheur les caractéristiques de la vie tribale. Au-delà d’un conservatisme tribal, peut être trop souvent invoqué, émergent des figures historiques fortes : le bédouin « repenti », Ahmad Tlîlî, que sa quête de spiritualité amènera à fonder la première grande zâwiya-madrasa locale, le « Sultan » Buʽazîz, combattant acharné en faveur de l’indépendance des tribus, en sont deux modèles exemplaires. Ils illustrent une dynamique tribale, alimentée de compétition et de conflits, de trahisons et de faits héroïques guerriers, ou symboliques, quand Amad Tlîlî rassemble autour de sa zâwiya, au péril de sa vie, les reliques de ses saints ancêtres.

3Là n’est pas le seul intérêt de l’ouvrage. Il aborde aussi une série de thèmes dont la pertinence m’apparaît d’autant plus clairement qu’ils recoupent mes propres expériences d’une autre province du Maghreb : le désert ouest-saharien, la Mauritanie actuelle, monde tribal là encore, marqué de même de la présence hilalienne, mais aussi d’une forte influence du soufisme sunnite « berbère » dont Salah Alouani explore l’implantation dans son « pays des Nomades ». La restitution des étapes de cette implantation, des premiers ribât jusqu’à la formation des premières zâwiya rurales/tribales constitue un thème essentiel de l’exposé, mettant l’accent sur le rôle des « Arabes repentis » (istitâbat al-Aʽrab), ayant pratiqué la tawba chère aux soufis, et imposant un nouvel ordre social soucieux des préceptes de la religion. Salah Alouani accorde une importance particulière au creuset qayrawanais où se mêlent les idées et les hommes dans cette diffusion du soufisme local.

4Un second thème important, dont je retrouve aussi les traits dans l’Ouest-saharien, est la formation d’une « chefferie maraboutique » à côté de la chefferie traditionnelle et parfois à ses dépens, qui « devient entre le VIIIe/XIVe et le XIIe/XVIIIe siècle le principal facteur d’encadrement social et d’intégration » (p. 27). S’identifiant avec la arîqa soufi dans le cas de l’« État šâbbiyya » qui apparaît au XVe siècle, recomposant des apports arabes et berbères dans le cadre de la confédération anânsha qui prolonge l’action de cette âriqa, ou s’organisant autour de saints locaux, dont certains proviennent de l’Ouest-saharien, de la Sâqiya al-amrâ.

5C’est de fait dans l’ensemble du Maghreb que cette dernière origine est revendiquée, fournissant un modèle de la recomposition tribale qui opère à partir du XVIe siècle et rend plus particulièrement compte de la fusion des éléments berbères et arabes du peuplement, sous l’étiquette générale d’aʽrâb. L’affaiblissement progressif de la population tribale résultant des manipulations politiques et militaires des pouvoirs centraux, afsides puis ottomans, réduit ses capacités d’intervention sur ceux-ci, mais voit se perpétuer un certain irrédentisme du « pays des Nomades » organisé par la šâbbiyya puis relayé par la nébuleuse confédérée des anânsha jusqu’à la veille de la colonisation.  

6    Le travail de Salah Alouani est, ainsi, un apport intéressant à l’histoire maghrébine, dans ses dimensions rurales et tribales, dont l’histoire dynastique n’exprime qu’un pâle reflet. Il présente aussi certains défauts. S’agissant d’une histoire régionale on regrettera particulièrement le manque de lisibilité des cartes, du fait de leur composition et de leur mise en page. Le plan laisse apparaître quelques répétitions et parfois, de ce fait ou par souci d’évoquer exhaustivement les sources, des longueurs. La dimension événementielle de certains développements souligne le constat de raccourcis regrettables s’agissant de la mise en perspective des faits régionaux dans un cadre économique, social et même politique plus large. Mes principales réserves portent, cependant, sur le traitement des données ethnographiques auxquelles se réfère parfois l’auteur. C’est le cas de l’usage de la notion de ʽaabiyya à l’appui de la conception conservatrice de la tribu, qui reflète d’ailleurs les préjugés des études anthropologiques elles-mêmes. L’idée d’un « noyau cultuel » traversant les siècles et les civilisations berbères n’est peut être pas fausse mais aurait demandé à être plus argumentée. Enfin, mais ceci est peut être une conséquence de la nature des sources, la culture tribale n’apparaît vivre que dans ses dimensions politiques factionnelles et ses représentations et institutions religieuses islamiques, effaçant d’autres dimensions institutionnelles ou rituelles que l’on aurait aimé voir évoquées pour compléter le tableau que nous en donne Salah Alouani.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bonte, « Alouani Salah, Tribus et Marabouts. Aʽrâb et walâya dans l’intérieur de l’Ifriqiya entre le Ve/XIIe et le XIIe/XVIIIe siècles, Introduction de Pierre Guichard, Suomalaisen Tiedeakatemian Toimituksia 358, Helsinski, Annales Academiae Scientiarum Fennicae, 2010, 307 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/7026

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page