Navigation – Plan du site
Lectures

Rowe Nicholas, Raising Dust : A cultural History of Dance in Palestine, I.B. Tauris, 2010, 246 p.

Krystel Khoury

Texte intégral

1Raising Dust se présente comme une fouille archéologique tentant de dépoussiérer l'histoire passée et contemporaine de la danse en Palestine, en l'articulant au contexte politique fort mouvementé de ce territoire. L'objectif principal du livre est d'éclairerla façon dont la danse, en tant que pratique sociale et artistique, est reliée au politique ; comment les deux se font échoet peuvent être porteurs et reflets du changement social. À cet effet, l’auteur privilégie l'approche historique et sociopolitique pour l'étude des pratiques dansées.

2De par le sous-titre choisi, une histoire culturelle de la danse en Palestine, l'engagement de N. Rowe est clairement énoncé. Il s'agit de l'histoire locale de la danse des habitants de Palestine, à partir du xixe siècle - moment où les productions écrites commencent à se multiplier - et jusqu'en 2008. Le point de vue qu'il adopte s'inscrit, d'emblée, dans le cadre plus large des démarches historiennes révisionnistes qui remettent en question le discours historiographique généralement admis. Cet ouvrage tente, en effet, de réintégrer dans le paysage de la production du savoir historique et culturel, l'histoire des populations locales sous domination ou sous occupation militaire, en l'occurrence, selon les termes de l'auteur, celle du mouvement colonial sioniste. Le choix de l'emploi controversé du terme “indigène” pour qualifier la population palestinienne est, toutefois, discutable. Bien que N. Rowe en justifie l'utilisation pour souligner le caractère colonial de la domination que subit la population des territoires occupés, ce qualificatif reste trop fortement connoté politiquement pour ne pas être ambigu. Il répond à une construction épistémologique et idéologique spécifique qu'il est difficile d'outrepasser. Il nous semble que ce terme non-émique peut porter préjudice à la population locale. Il piège l'auteur dans un discours que lui-même tente de déconstruire.

3N. Rowe se distancie, en effet, d'une vision folklorisante, homogénéisante et complaisante de l'histoire de ces pratiques. Il dévoile les méandres politiques derrière les stratégies culturelles et identitaires et n'hésite pas à en dénoncer certaines. Il souligne la complexité de l'écriture de cette histoire culturelle et pointe sa discontinuité en lien avec le contexte historique et son évolution.

4Pour ce faire, l'auteur propose une description factuelle des évènements socio-politiques marquants de l'histoire palestinienne et les met en résonance avec l'évolution des danses de cette population. L'objet d'étude - les pratiques dansées - se révèle, dans ce contexte, fort original. Sur le plan de la recherche académique, les pratiques dansées dites extra-européennes ont été peu étudiées ou n'ont souvent été reconnues que par les liens tissés avec d'autres activités festives ou ritualisées (Grau et Wierre-Gore, 2005). Bien que cette situation ait évolué depuis les années 1950, les recherches conférant à la danse dans toutes ces formes une autonomie du point de vue empirique et conceptuel sont peu nombreuses, en comparaison avec d'autres sujets. Si, depuis quelques années, on observe une recrudescence de recherches dans ce domaine, les travaux académiques significatifs portant sur la danse dans le monde arabophone et moyen-oriental restent pourtant rares ; d'où la teneur pionnière que revêt la publication de Raising Dust. Ce texte qualitativement documenté et finement ciselé est sans doute une contribution non négligeable dans ce champ d'étude.

  • 1  Le paradigme de sauvegarde ou salvage paradigm est un mode opératoire suivant lequel une culture d (...)

5Afin de montrer les entrelacs entre danse et politique, Raising Dust se divise en quatre parties thématiques. Elles reprennent de façon chronologique les changements politiques majeurs de la Palestine. L'analyse se construit ici autour du paradigme de sauvegarde1 des cultures (salvage paradigm) emprunté à Cliffort Geertz. A partir de là, l'auteur souligne les enjeux politiques et identitaires de première instance que revêt la danse comme pratique corporelle. Il décrypte tout au long de son étude les différentes formes que prend ce paradigme.

6Dans une première partie introductive, N. Rowe expose sa méthode et explicite les orientations politiques qui l’ont guidé dans son étude. Le livre s'ouvre sur une anecdote autobiographique décrivant la première entrée de l'auteur dans les territoires occupés palestiniens en 1998. Cette anecdote est une subtile entrée en matière. Dans un second temps, l’auteur évoque les pratiques dansées qui auraient existé dans cette région autrefois, et que l’on connaît à partir de données archéologiques.

7La deuxième partie traite des pratiques dansées depuis la fin de la période ottomane (xixe siècle) et jusqu'a la fin du mandat britannique (1920-1948). Dans une visée historiographique, N. Rowe réunit, commente et revisite les productions sporadiques écrites sur les pratiques en danses durant la première partie du xxe siècle. Il critique la sauvegarde de type anthropologique (anthropological salvage) du début du xxe siècle qui fige les danses dans des temps an-historiques dans l'illusion de préserver leur authenticité. Il passe, ainsi, en revue la vision orientaliste et romantique qu'en ont les voyageurs européens à la quête d'une Palestine biblique. Toutefois, ces textes forment une source d'information précieuse et montrent la diversité des danses sociales participatives existant dans les sociétés rurales. Les formes de danses sociales basées sur des styles de mouvement et des esthétiques provenant d'Europe seront introduites avec l'arrivée des Britanniques, à travers les programmes d'éducation physique enseignés dans les écoles mandataires. Elles sont essentiellement pratiquées par les élites des classes moyennes et aisées dans les villes. Parallèlement, certaines des pratiques locales rurales sont vouées à la disparition du fait de l'influence des courants idéologiques inspirés des Frères musulmans et qui apparaissent en signe de résistance contre le pouvoir britannique. Ces deux influences, britannique et islamique, expliquent la rupture dans l'évolution de ces danses. Mais c'est sans doute la Nakba (la catastrophe de mai 1948) en tant qu'évènement traumatique, qui aura l'impact le plus profond sur la continuité de l'existence de ces pratiques dansées.

8La troisième partie, qui s'étend de 1948 à 1980, porte sur les mouvements de renouveau qui sont apparus suite à la Nakba. À partir de 1947-1948, la dépossession des habitants de leurs terres, les expropriations, l’exil forcé dans les pays avoisinants ou les déplacements au sein même du territoire, destructurent la société palestinienne, ses cultures et son patrimoine. Beaucoup de pratiques de danse, sorties de leur environnement géographique et social, vont se perdre. D'autres vont subir des modifications ou des transformations. L’urgence d'une sauvegarde de ces traditions est ressentie par la population. Les danses passent, ainsi, d'une première à une seconde existence qui comprend une réappropriation par des groupes sociaux qui n'y sont pas nécessairement engagés. Parallèlement, nous assistons à un phénomène d'appropriation de certaines de ces danses par le mouvement sioniste.

9N. Rowe s'adonne à une analyse acerbe de ces processus de sauvegarde, des idéologies qui les fondent, et des esthétiques différentes qu’ils révèlent. Il en distingue trois, qu'il qualifie comme suit :

10La sauvegarde sioniste (Zionist salvage) par l'appropriation culturelle de ces danses par des chorégraphes israéliens dans l'optique de créer de nouvelles danses traditionnelles promouvant une identité culturelle israélienne. Ces chorégraphes procèdent à l'étude des pas, des formations et des mouvements et les répliquent pour leurs formes esthétiques en dehors de leur premier contexte d'émergence. Ils leur donnent des significations symboliques nouvelles en lien avec le nationalisme sioniste.

11La sauvegarde pan-arabe (Pan-arab salvage) suite à l'annexion de la Cisjordanie à la Jordanie à partir de 1947 et jusqu’à l’ocupation de 1967, à travers la mise en avant des points communs aux danses des pays arabes, cherchant à affirmer une identité régionale commune. Elle se caractérise par une appropriation des danses paysannes locales et leur réadaptation suivant des normes esthétiques théâtrales européennes. Elle s'illustre, notamment, par la création de chorégraphies de danses traditionelles sur scène et de formes de dabkeh théâtralisée. Les influences esthétiques proviennent essentiellement du Liban.

12La sauvegarde palestinienne nationaliste (Palestinian nationalist salvage) après la défaite de 1967. En vue de la construction d'une identité nationale, les mouvements nationalistes politiseront en particulier la dabkeh. Cette danse est ritualisée comme un symbole de résistance représentatif de l'identité nationale palestinienne. Elle est mythifiée. N. Rowe pointe, en passant, le processus de masculinisation de cette danse, qui marginalise la représentation de la femme. Ce phénomène se manifeste par la séparation des hommes et des femmes en deux lignes distinctes dans les danses et par l'attribution de rôles secondaires, illustratifs et théâtraux, à la femme.

13La quatrième partie couvre la période de 1980 jusqu'à 2008 et porte sur la Cisjordanie. L'auteur y développe le paradigme de post-sauvegarde. Cette période de l'histoire contemporaine se caractérise par la création de troupes de danse autonomes, créatrices, ne revendiquant pas une affiliation politique. Parmi ces groupes, les plus emblématiques sont Al Founoun et Sarayet Ramallah. Ces compagnies professionnelles se réapproprient les danses et les modifient à l'image de leurs aspirations sociales et artistiques.

14En se focalisant sur le contexte, N. Rowe donne des interprétations fonctionalistes de l'effet social et psychologique des danses (Spencer, 1985) : danses génératrices d'une solidarité sociale, danses cathartiques, danses comme moyen d'expression artistique individuel ou danse comme véhicule de résistance et de préservation d'une identité collective. Au fil des pages, la danse est décrite comme réceptacle de tous les points de tension majeurs attirant les forces politiques et civiles qui la réinventent. Sauvegarde, contrôle, instrumentalisation forment plusieurs facettes d'un même pouvoir exercé par un corps sur un autre. L'étude se veut exhaustive. Conversations, entretiens, vidéos, photographies et références théoriques et historiques multiples constituent les matériaux sur lesquels s'appuient cette recherche. Nous devinons l'intérêt porté envers d'autres sujets, mentionnés brièvement, la question du genre et le rôle de la femme, ou les liens entre la danse et le traumatisme. Mais, l'espace manque à l'auteur pour les approfondir .

  • 2  De 2000 à 2008, Nicholas Rowe s'installe à Ramallah en Cisjordanie et travaille avec des groupes d (...)

15C'est sans doute la puissance de l'expérience vécue à travers le travail participatif et actif2 que N. Rowe a mené sur le terrain qui fonde son engagement, oriente son écriture, justifie ses prises de positions. Mais de ce fait, on est amené à se demander à qui s'adresse son livre : au lecteur extérieur, “occidental” ou au lecteur du dedans?

16Il reste néanmoins, qu'en proposant cette histoire alternative, en mettant en son centre celle des danseurs palestiniens, N. Rowe leur donne, par l'écriture, une visibilité, une reconnaissance. Sa plume, imprégnée d'une encre sensible à faire entendre leurs narrations, réussit à conjuguer avec délicatesse le champ historique à celui de la danse pour reconstituer un vase désormais éclaté en milles morceaux. En ce sens, Raising Dust est un travail de restauration à la fois historique et contemporaine des pratiques dansées en Palestine.

17Savoir comment et pourquoi quelqu'un danse fera-t-il une différence, s'interroge N. Rowe à la fin de son ouvrage ? Il est dans tous les cas certain que de ne pas le savoir participe au processus de rejet, d'acculturation et de désintégration, non pas d'une culture, mais de ceux qui la portent en eux. Ne pas inscrire ces expériences corporelles participe ainsi à la non-reconnaissance de l'être humain dans ce qu'il a de plus tangible, son corps.

Haut de page

Bibliographie

Grau A. et Wierre-Gore G., Anthropologie de la danse, Genèse et construction d’une discipline, Centre National de la Danse, Collection recherche, 2005.

Geertz Clifford, The interpretation of Cultures, Basic Books, 1989.

Spencer Paul (ed), Society and the Dance, Cambridge University Press, 1985.

Haut de page

Notes

1  Le paradigme de sauvegarde ou salvage paradigm est un mode opératoire suivant lequel une culture dominante, souvent eurocentrique, perçoit une culture subordonnée comme morte ou en voie de disparition et tente de la sauvegarder de la disparition. De ce fait, la culture dominante habituellement fausse, mystifie, mythifie ou détruit l'autre culture.  

2  De 2000 à 2008, Nicholas Rowe s'installe à Ramallah en Cisjordanie et travaille avec des groupes de danses et des institutions culturelles. Il développe des projets artistiques et pédagogiques dans plusieurs villes, villages et camps de réfugiés.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Krystel Khoury, « Rowe Nicholas, Raising Dust : A cultural History of Dance in Palestine, I.B. Tauris, 2010, 246 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/7028

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page