Navigation – Plan du site
Lectures

Gourdin Philippe, Tabarka. Histoire et archéologie d’un préside espagnol et d’un comptoir génois en terre africaine (xve-xviiie siècle), Rome-Tunis, École française de Rome – Institut national du patrimoine de Tunis, 2008, 625 p. (Collection de l’École française de Rome, 401).

Dominique Valérian

Texte intégral

1La présence à Tabarka, dans l’ouest de la Tunisie actuelle, de bancs de corail a généré très tôt une exploitation de ce produit de luxe qui faisait l’objet d’un grand commerce international, en direction de l’Europe et de l’Orient. Après un chapitre introductif sur la période antique dû à Monique Longerstay, Philippe Gourdin rappelle les débuts de Tabarka, à partir principalement des géographes arabes qui montrent une exploitation précoce du corail – le témoignage le plus ancien est cependant Ibn Hawqal, au milieu du xe siècle, ce qui invite à être plus prudent que l’auteur sur une supposée prospérité à l’époque aghlabide et fatimide. Mais c’est surtout à partir de la seconde moitié du xve siècle que l’activité de pêche commence à être véritablement documentée, avec l’intérêt que lui portent les Européens, catalans d’abord puis génois. Reprenant des articles qu’il avait publiés antérieurement, Ph. Gourdin montre les débuts de la présence latine dans l’exploitation du corail maghrébin, à Marsacarès et Tabarka, et l’échec rapide de ces premières expériences. Son travail s’attache cependant principalement à en étudier l’évolution entre le xvie et le xviie siècle, alors qu’elle est une enclave chrétienne et génoise en terre maghrébine. C’est aussi la période la mieux documentée, et l’auteur mobilise des sources variées et abondantes : quelques chroniques arabes, mais surtout des textes latins (descriptions de voyageurs) et des documents rassemblés dans les archives de Gênes, Trapani, mais aussi Simancas, Paris ou dans des fonds de moindre importance en Italie (Parme, Savone, Rome, Turin). L’auteur mobilise également une riche documentation iconographique présentée dans le volume, notamment des vues et plans anciens de Tabarka dont il fait une analyse précise. Enfin il s’appuie sur les résultats, encore partiels, de cinq campagnes de fouilles menées entre 1987 et 1993, dont la publication complète a malheureusement pris beaucoup de retard.

2En 1542 le roi d’Espagne, en vertu d’un traité signé avec le sultan de Tunis, accorde à un consortium de grandes familles génoises le monopole de l’exploitation du corail sur les côtes hafsides. Tabarka devient alors le centre de cette entreprise, et l’île est fortifiée, permettant l’installation de pêcheurs venus exclusivement de Ligurie, sous la conduite d’un gouverneur nommé par les concessionnaires. À partir des années 1570 la famille des Lomellini devient l’unique bénéficiaire de la concession, et les changements politiques liés à la disparition des Hafsides et à l’installation de la Régence ne remettent pas en cause leur situation. Ce n’est qu’en 1741 que les beys de Tunis s’emparent de l’île et y réinstaurent leur pleine souveraineté. Cette longévité de près de deux siècles d’un établissement chrétien en terre maghrébine surprend, surtout si on la compare aux présides espagnols ou aux expériences d’autres compagnies de corail ou de commerce dans la région. Un des mérites de l’étude de Ph. Gourdin est d’expliquer cette singularité et ce succès par l’étude minutieuse des conditions d’installation de cette colonie latine et de ses relations avec les forces en présence au cours de la période, dans le double contexte de l’histoire du Maghreb et de la Méditerranée. L’origine de cette installation est la concession accordée par le roi d’Espagne à des familles d’entrepreneurs génois, qui permet à ces derniers de profiter pendant plusieurs décennies de la protection des forces espagnoles présentes en Méditerranée et à Tunis pour lancer l’exploitation des bancs de corail et de fortifier l’île de Tabarka. Lors de la chute de la dynastie hafside et l’installation du pouvoir turc, ce dernier leur conserve leurs privilèges contre le paiement de taxes, et par la suite la colonie réussit à survivre aux différentes périodes de troubles grâce à ses murailles qui permettent un repli provisoire sur l’île. Cette situation explique notamment la plus grande résistance de Tabarka que les autres établissements chrétiens de la région aux soubresauts de la politique régionale. Mais ce qui explique surtout ce succès est que la présence génoise parvient à satisfaire toutes les puissances en présence. Les Lomellini mettent tout d’abord en place une exploitation du port dont l’auteur évalue le succès économique, relatif mais réel : en plus de la production de corail, qui connaît des fluctuations importantes au cours de la période, le commerce devient un élément important de la prospérité de Tabarka, qui profite du ralentissement temporaire du commerce génois dans les autres ports maghrébins et jouit d’une situation de port franc, les marchandises ne payant de taxe ni au pouvoir espagnol, dont la souveraineté est très symbolique, ni aux régences. Si les importations visent surtout à satisfaire les besoins de la communauté ligure installée dans l’île, les exportations montrent une intégration poussée dans les réseaux régionaux d’échanges, d’abord avec des cuirs et des laines, produits traditionnellement exportés par le Maghreb, puis surtout à partir de la fin du xvie siècle les céréales de la plaine de la Medjerda. Enfin Tabarka s’affirme au xvie siècle comme un centre de rachat des captifs, autre activité susceptible de générer des profits importants. Pour la monarchie espagnole, jusque dans les années 1570, l’île fait partie de son dispositif politique et militaire au Maghreb, et bénéficie pour cela d’une importante aide financière ; après le retrait espagnol de Tunis, Tabarka reste un point important d’observation et de renseignements sur les régences et un relai vers les possessions italiennes de la couronne, même si les rois se contentent d’une souveraineté largement symbolique, n’intervenant pas dans la nomination des gouverneurs par les seuls Lomellini. La question de l’intérêt des pouvoirs musulmans – hafsides puis turcs – est plus complexe. Philippe Gourdin explique les premières concessions accordées par les Hafsides par une perte de l’expertise technique par les populations locales, qui aurait rendu nécessaire l’appel à une main d’œuvre étrangère familiarisée avec les techniques d’extraction du corail en Sicile ou en Sardaigne. Il est cependant difficile de prouver ce recul technique par le seul fait qu’après Idrisi les géographes ne parlent plus de la production de corail à Tabarka, dans la mesure où l’on ne dispose plus de telles descriptions du Maghreb après le xiie siècle. Plus sûrement, on peut penser que les capacités financières de ces grandes familles catalanes puis génoises ont facilité les concessions de fermes par un pouvoir à la recherche de rentrées fiscales régulières et rapides, et les lourds investissements que nécessitait l’exploitation des bancs de corail. Enfin leur maîtrise des réseaux marchands permettait aux Génois d’assurer la commercialisation de la production en l’insérant dans les courants commerciaux européens. Par la suite, sous les régences, c’est le versement régulier de lismes, ces redevances dues au pouvoir de Tunis mais aussi d’Alger au titre de l’affermage et contre la garantie de protection des pouvoirs locaux, qui justifie le maintien de cette présence génoise à Tabarka. Une partie de ces redevances allait par ailleurs aux tribus de l’arrière-pays afin de s’assurer de leur bienveillance et protéger la petite communauté ligure et les pêcheurs. Pour ces tribus en outre, le commerce par le port de Tabarka et en particulier celui des céréales fournissait des revenus importants, renforcés par l’augmentation de la production agricole destinée à l’exportation. La neutralité des Génois dans les conflits régionaux, entre les deux régences mais aussi avec les tribus, leur garantissait ainsi une tranquillité relative et a assuré la pérennité de leur présence à Tabarka. Mais ce que montre bien Ph. G. est qu’au cours de la période, en dépit de la puissance économique que procurait aux Lomellini leur exploitation du corail et du port, ce sont les pouvoirs maghrébins qui restent maîtres du jeu, la petite garnison de l’île n’ayant pas les moyens de résister longtemps à une éventuelle intervention militaire et les régences jouant des rivalités commerciales entre les différents établissements européens installés sur la côte maghrébine.

3Les deux siècles de l’établissement génois permettent le développement d’une société coloniale originale, étudiée principalement à partir des documents d’archives et de l’archéologie. Atteignant jusqu’à 1 800-2 000 habitants dans les années 1730, la population de l’île de Tabarka est composée exclusivement de Ligures, pêcheurs, administrateurs, soldats, mais aussi leurs familles car les femmes sont autorisées à venir s’installer. L’auteur analyse le fonctionnement de la compagnie, l’organisation de la production de corail et de cette micro-société dirigée par un gouverneur envoyé depuis Gênes par les Lomellini et qui en assure l’encadrement. Ce sont donc des modèles génois qui s’appliquent largement à Tabarka, que ce soit sur le plan de l’organisation politique et économique ou des formes de l’habitat ou la culture matérielle telles que les révèle l’archéologie. La question des relations avec les populations locales est moins fouillée, en raison principalement des sources mobilisées – qui poussent l’auteur à utiliser systématiquement un vocabulaire aujourd’hui désuet (« maures », « Berbérie ») que rien ne justifie pleinement. Les contacts avec l’environnement musulman apparaissent principalement à travers les échanges commerciaux noués avec les tribus de l’intérieur, et parfois les conflits qui en découlent, mais aussi à travers le problème de l’éventuelle acculturation des populations ligures de Tabarka. Celui-ci est abordé surtout à partir de la culture matérielle (on aurait aimé davantage de développements sur l’arabisation linguistique, très rapidement traitée) qui montre des emprunts aux traditions locales pour le bâti et surtout les objets du quotidien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Valérian, « Gourdin Philippe, Tabarka. Histoire et archéologie d’un préside espagnol et d’un comptoir génois en terre africaine (xve-xviiie siècle), Rome-Tunis, École française de Rome – Institut national du patrimoine de Tunis, 2008, 625 p. (Collection de l’École française de Rome, 401). », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/7032

Haut de page

Auteur

Dominique Valérian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page