Navigation – Plan du site
Lectures

Abécassis Frédéric et Meynier Gilbert (s/d), Pour une histoire franco-algérienne. En finir avec les pressions officielles et les lobbies de mémoire. Paris, Éditions la Découverte, 2008, 250 p.

James McDougall

Texte intégral

1Ouvrage hors du commun, issu d’un projet de collaboration exceptionnelle, ce livre témoigne d’une grande ouverture du champ auquel il se consacre, l’histoire de l’Algérie coloniale. Il annonce en même temps, et volontairement semble-t-il, quelque chose de bien plus important encore qu’il ne soit, seul, en mesure de fournir. Fruit du (très) grand colloque - 64 communications en tout - tenu à l’Ecole normale supérieure des lettres et sciences humaines de Lyon, en juin 2006, sous le titre, Pour une histoire critique et citoyenne, au-delà des pressions officielles et des lobbies de mémoire : le cas de l’histoire franco-algérienne, ce livre échappe, toutefois, à la formule classique des ‘actes’. Il offre, plutôt, une mise en perspective des différentes communications présentées au colloque, dans une suite de chapitres thématiques rédigés par une équipe choisie parmi les intervenants qui, tels les rapporteurs des débats, nous fournissent un « ouvrage de synthèse…restituant…le sens de notre démarche et les principaux acquis du colloque » (p. 12) .

2Ce livre ne présente donc pas au lecteur les textes des intervenants au colloque, revus et retravaillés selon l’usage, mais une « table d’orientation » , une carte à grande échelle à partir de laquelle le lecteur - chercheur, enseignant, grand public - pourra plonger dans le détail des dizaines de communications qui sont, elles, librement accessibles (texte et vidéo) en ligne sur le site que l’ENS de Lyon continue de consacrer au colloque : http://ens-web3.ens-lsh.fr/colloques/france-algerie .

3Il faut donc lire le livre comme résumé, complément et guide des actes en ligne, et en parallèle, prendre la publication en ligne comme faisant partie intégrante de ce projet originel de publication. Le résultat peut déboussoler, mais la démarche est réussie ; au lieu d’un ouvrage collectif qui eût nécessairement été à la fois volumineux et sélectif, on dispose d’un outil de référence synthétique et assez serré, et d’un site web fonctionnel, facilement navigable, riche en ressources et visuellement bien conçu. Pour tous ceux qui s’intéressent au sujet, et plus particulièrement à tous ceux qui l’enseignent à quelque degré que ce soit, les deux outils pris ensemble fournissent un excellent point de repère pour renseignement, éclaircissement et débat fondé sur une approche scientifique claire et documentée. À cet égard, l’un des principaux objectifs du colloque est atteint : de mettre à la disposition du grand public, ainsi que des spécialistes universitaires, une mise au point de « l’histoire des historiens » pour contrecarrer les pressions qui veulent imposer, en France, une histoire officielle émanant de certains « lobbies de mémoire » (et qui risquait, au moment de l’organisation du colloque, de se faire entériner par l’article 4 de la loi du 23 février 2005), et en Algérie, une histoire officialisée depuis longtemps par l’appareil du pouvoir, doublée d’une absence d’histoire librement discutée dans le domaine public.

4L’ouvrage se divise en six chapitres. Une courte introduction situe la démarche du projet dans sa dimension citoyenne ainsi que dans son contexte historiographique, aussi bien algérien que français. La conclusion, en forme de bilan du colloque, esquisse l’état des lieux mais survole aussi des absences et des pistes qui restent à suivre. Le traitement thématique se déroule autour de sommaires/discussions, certains plus détaillés que d’autres, des différentes communications du colloque, selon une progression chronologique. Le chapitre 1, ‘Formes et processus de colonisation’, porte sur la mise en place du système colonial et met en relief quelques-uns de ses supports-clés (administration, fiscalité, capitalisme, armée) ; le chapitre 2, ‘Sociétés coloniales et traces de la colonisation’, considère les structures et les processus sociaux issus de ce système ; le chapitre 3 aborde ‘La question nationale algérienne : enjeux et conflits’ dans une lecture épisodique de l’histoire politique du nationalisme algérien, de ses points de nœud et de rupture, surtout à partir de 1945, et des retombées de la crise algérienne dans le paysage politique français. La suite est tout naturellement donnée à ‘La guerre d’indépendance des Algériens’ dans le chapitre 4, qui s’adresse à la guerre, à ses acteurs, à ses expériences vécues et aux difficultés rencontrées, encore aujourd’hui, à en écrire une histoire tant soit peu « apaisée ». Les deux derniers chapitres, moins nettement intégrés dans la problématique établie jusque-là, abordent les séquelles du conflit de décolonisation et les questions de mémoire liées tant aux courants de migration et de ‘rapatriement’ , à leurs dimensions culturelles et politiques, qu’au contexte social et politique du colloque lui-même tel qu’évoqué dans les sous-titres de l’événement et du livre : ‘Migrations, culture et représentations’ et (très sommairement) ‘Les défis de la demande sociale de l’histoire’.

5Actes en ligne et ouvrage en forme de guide-interprète donnent accès à un gisement très riche d’études et de débats, permettant au lecteur de faire le point des recherches sur une série très étendue d’aspects de l’histoire algérienne. Il y a, certes, des absences ; on peut, aussi, relever beaucoup de présentations sommaires de travaux antérieurs et connus, de sorte que l’un des mérites, mais aussi peut-être l’une des faiblesses, du projet aura été de rassembler une sorte « d’encyclopédie » de chercheurs et de travaux sur l’Algérie coloniale, plutôt que de donner l’impulsion à des travaux nouveaux et novateurs. Le défi de faire la jonction entre histoire critique et histoire citoyenne est visible dans l’adhésion du monde associatif au projet du colloque, mais le traitement plus direct des « pressions officielles » et des querelles mémorielles - elles aussi matière pour l’histoire de notre temps au-delà, ou au-dessous, de l’antagonisme qu’elles présentent à l’histoire scientifique - reste quelque peu en marge, comme le témoigne le très court chapitre 6 (3 pages sur 207, annexes en moins). Les fortes tensions liées au sujet restent visibles à travers les discussions, y compris entre auteurs de l’ouvrage, dans leurs appréciations, parfois divergentes, des travaux discutés (voir, par exemple, p 147-9).

6Il reste au lecteur de s’interroger sur le bien-fondé, ou la possibilité (on le souhaiterait pour des motivations à la fois scientifiques et citoyennes), de l’écriture d’une ‘histoire franco-algérienne’ lisible en commun, plutôt que d’en reconnaître un enchevêtrement d’histoires distinctes, parallèles, qui se jouxtent (« entrelacées », dit Berque) mais ne se partagent pas. À cet égard, on attend toujours la ‘décolonisation’ de l’histoire de part et d’autre de la Méditerranée qu’évoqua dans son intervention (quoique in absentia) au colloque l’historien algérien Lemnouar Merouche :« Décoloniser l’histoire doit se comprendre comme un effort de sortir de certaines visions étriquées de l’époque coloniale et des effets qu’elles entraînent. Toute société doit s’approprier son histoire et porter un regard autonome, et de l’intérieur, sur son passé. » Toutefois, « cette appropriation nécessaire serait un terrible appauvrissement et une grave régression si elle récusait l’échange enrichissant avec l’extérieur et, en particulier, l’apport combien précieux de chercheurs et de penseurs étrangers libérés de cette maladie universelle qu’est l’ethnocentrisme. » C’est bien dans cet esprit, et contre tout cloisonnement « mémorialiste », qu’ont voulu travailler les organisateurs du colloque de Lyon et dans ce sens, cet ouvrage constitue un véritable pas en avant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

James McDougall, « Abécassis Frédéric et Meynier Gilbert (s/d), Pour une histoire franco-algérienne. En finir avec les pressions officielles et les lobbies de mémoire. Paris, Éditions la Découverte, 2008, 250 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://remmm.revues.org/7257

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page