Navigation – Plan du site
Lectures

Le Houérou Fabienne, Darfour : Le Silence de l’araignée, Paris, l’Harmattan, 2009, 208 p.

Lisa Anteby-Yemini

Texte intégral

1Cet ouvrage, construit avec clarté, cherche à donner des clés de lecture pour mieux comprendre le conflit au Darfour, ses conséquences et le sort des déplacés, tels ceux réfugiés en Egypte, tout en remettant en cause nombre d’idées reçues.

2Une première partie, historique, retrace la chronologie du conflit au Darfour en analysant les divers facteurs de cette crise sur la longue durée : l’eau, le climat, la terre, le pétrole, la culture, les rivalités ethniques et politiques, les enjeux géostratégiques, la marginalisation. L’auteure revient sur le sultanat multiethnique – souvent oublié - qui a régné au Darfour du xviie au xxe siècle, en rappelant les migrations anciennes de peuples nomades lybico-berbères et leur métissage avec les autochtones africains de l’époque. La colonisation anglo-égyptienne du Soudan est ensuite examinée en montrant la progressive marginalisation du Darfour pendant le « condominium » britannique. Le sous-développement de cette région se poursuit après l’indépendance du Soudan (1956) par une politique de mise à l’écart de l’Ouest du pays (d’où le ressentiment de la population envers Khartoum et, plus tard, l’émergence de mouvements armés appelant à la rébellion). En 1983-84, une importante famine entraîne les premiers réfugiés climatiques à quitter le Darfour mais pousse, également, les nomades arabes à trouver refuge sur les terres des paysans sédentaires, ce qui provoque une compétition pour l’eau et les terres. Cependant, si le conflit au Darfour est souvent présenté, aujourd’hui, en termes ethniques et mêmes raciaux, Fabienne Le Houérou remet en cause ce fondement ethnique, trop souvent réduit à l’opposition entre membres de la civilisation « africaine» et membres de la civilisation « arabe », et à la fracture entre paysans sédentaires noirs, d’origine africaine, et nomades des tribus arabisées. L’auteure explique que cette simplification et radicalisation des identités sont issues, en premier lieu, des crises climatiques et de l’absence d’un gouvernement central qui a délaissé cette région.

3« L’araignée soudanaise » est la métaphore que Fabienne le Houérou choisit, tout au long de l’ouvrage, pour caractériser le gouvernement de Khartoum, dont la violence (administrative et physique) face aux rebelles du Darfour et le recrutement de milices locales (Janjawids) pour les écraser, rappellent la violence des araignées qui tissent leur toile de façon discrète et calculée pour paralyser leurs proies avant de les faire mourir à petits feux. À ce titre, l’auteure retrace l’historique des responsabilités du gouvernement soudanais dans les massacres au Darfour, en apportant des arguments qui témoignent d’une politique consciente de terreur afin de déplacer les populations civiles du Darfour (en particulier Four, Massalit et Zaghawa qui, dès 2003, s’associent pour se rebeller contre le gouvernement central). Toutefois, si Fabienne Le Houérou nous offre une présentation très claire des chefs d’accusation contre le gouvernement soudanais, en partie basés sur les rapports de la Cour Pénale Internationale de La Haye, elle montre, parallèlement, que « l’intention systématique de détruire », selon des critères de race, n’a pu être prouvée ; or, c’est dans cette caractéristique de décimation « systématique » que réside toute la différence entre génocide et ethnocide. Aussi l’auteure se justifie-t-elle d’utiliser dans cet ouvrage le terme d’ethnocide, plutôt que celui de génocide, pour qualifier la crise au Darfour car, d’après elle, il s’agit de « l’élimination d’un peuple… pour des motifs qui ne sont pas réellement raciaux mais économiques et politiques » (p. 11). Les Janjawids, et ceux qu’ils déciment, sont, en effet, tous musulmans et Soudanais, mêmes si les uns sont plus clairs de peau que les autres ; mais les milices recrutées parmi les nomades arabes proches de Khartoum massacrent les paysans sédentaires moins en raison de leur identité raciale, que pour leur appui aux mouvements politiques en rébellion contre Khartoum.

4Enfin, une dernière donne dans ce conflit repose sur les enjeux économiques et politiques du pétrole qui représente un potentiel certain, mais encore insuffisamment exploité, au Darfour. Une large zone d’exploitation dans cette région est attribuée à une compagnie chinoise, la Chine étant le principal investisseur dans le pays et le grand rival des USA qui s’est retiré du Soudan en raison des sanctions internationales contre Khartoum.

5La seconde partie de l’ouvrage, intitulée « Le loup et l’agneau », essaie de restituer les discours sur cette crise, en donnant la parole à la fois aux bourreaux et aux victimes. Ces témoignages, à travers les voix des victimes réfugiées ou des opposants politiques exilés, croisent les données historiques présentées dans la première partie, en donnant, à leur tour, leur propre version de l’histoire et du conflit. Le lecteur, muni des clés de l’histoire, est à même de mieux apprécier les propos des personnes interrogées et leurs analyses de la situation au Darfour. Pour ce faire, l’auteure contextualise le conflit en analysant, d’abord, le silence et l’indifférence de la communauté internationale face à la crise ; puis, elle dresse un tableau utile de l’émergence des milices janjawid, en définissant minutieusement des termes souvent utilisés à tort et à travers (« janjawid », « Baggara», « Fellata »). Ensuite, elle nous offre in extenso un entretien avec le chef de l’opposition au gouvernement islamiste actuel, Sadek el-Mahdi, réfugié au Caire et accusé d’être l’instigateur des milices janjawids au compte de Khartoum. Il y explique les dérapages des milices qui, au départ, sont « une vilaine jeunesse » (p. 101) qui devait intimider les populations locales pour les dissuader de soutenir les rebelles, mais sur lesquelles le gouvernement central perd rapidement le contrôle. Il donne également une interprétation originale des relations interethniques, en affirmant que « l’identité arabe est culturelle » (p. 95). Enfin, un riche chapitre sur les relations entre réfugiés soudanais et égyptiens locaux, à travers le portrait d’une femme du Darfour (Aïcha) et de son voisin égyptien, donne une image fort différente des liens, souvent tendus et racisés, entre ces groupes. Cependant, Aïcha nous parle aussi du racisme quotidien au Caire, de la violence extrême des milices, de sa nostalgie du pays et, surtout, de la fiction de l’ethnie au Darfour. Aïcha remet en cause les catégories raciales que Fabienne Le Houérou a subtilement montré comme « artificielles » dans l’exposé historique, quand cette réfugiée soutient que les nomades arabes, soi-disant plus clairs de peau, sont tout aussi noirs qu’elle, et qu’ils le découvrent au Caire quand ils sont traités de Noirs par les Égyptiens (p. 103)!

6La dernière partie porte plus précisément sur les réfugiés soudanais au Caire en mêlant, dans une écriture originale, le récit de ces exilés et le récit de l’auteure sur le film documentaire qu’elle a tourné parmi eux (Hôtel du Nil, Voix du Darfour, 2007, CNRS images, wapiti productions, accessible sur www.imagmundi.com). C’est tout d’abord le silence et une « absence au monde » qui caractérisent la condition de nombreux réfugiés au Caire et que Fabienne le Houérou a choisi de traduire par la métaphore de l’ombre dans son film. C’est, avec beaucoup de pudeur et une grande discrétion, que l’auteure évoque les viols et les abus sexuels, qu’elle a choisi de ne pas traiter en tant que tels, nous offrant une réflexion éthique et méthodologique quant à la position du chercheur(e) face aux normes du dicible et de l’indicible dans la société étudiée. Elle s’arrête aussi sur la question épistémologique de la parole dans ces situations parfois impossibles à narrer.

7Fabienne Le Houérou montre avec subtilité, par des images et des phrases parfois cruelles, le racisme quotidien dont souffrent les réfugiés au Caire, tout en nuançant les trajectoires de discrimination et de réussite en prenant l’exemple de trois femmes issues de groupes socio-ethniques différents. La détresse des hommes semble plus profonde – et leur travail dans une décharge en atteste - d’autant plus que la tragédie d’être débouté du statut de réfugié signifie qu’ils sont doublement victimes (au Soudan, puis en Égypte) comme le clame un des réfugiés : « Nous sommes les victimes de l’Onu « (p. 151). Cet organisme, et plus précisément le HCR (Haut Commissariat aux Réfugiés), est accusé de les avoir trahis en ne leur offrant pas de protection en tant que réfugiés statutaires. En faisant parler ces réfugiés, l’auteure expose à nu ce qu’elle nomme leur « misère juridique, économique et psychologique » dont le cri de colère de l’un d’eux ne peut laisser le lecteur insensible : « nous voulons nos droits en tant qu’humains ! C’est tout. ». Pour finir, Fabienne Le Houérou revient sur la manifestation de 2005 et sa fin tragique, en montrant les responsabilités partagées non seulement du HCR mais aussi des leaders communautaires, des réfugiés eux-mêmes et, surtout, des universitaires dont le rôle n’est souvent pas évoqué dans les travaux sur la migration forcée. Cette réflexion sur l’échec d’une politique humanitaire, que ce soit dans les pays d’origine ou dans les pays d’accueil des réfugiés, mène l’auteure à les qualifier « d’humains superflus ».

8Cet ouvrage donne une solide analyse de la complexité des facteurs à l’origine du conflit au Darfour et a le mérite de déconstruire, par d’astucieuses mises en perspectives, des notions-clés comme celles de nomades, sédentaires, Arabes ou de Noirs. Ce livre pose des questions centrales sur l’accueil des réfugiés dans les pays du Sud mais interroge aussi la gestion des réfugiés dans les pays du Nord, en questionnant l’indifférence de la diplomatie internationale face à divers conflits et son échec à protéger les réfugiés par ses institutions, telles que l’ONU. De plus, les enjeux du terme génocide interrogent d’autres terrains, suggérant des comparaisons pertinentes.

9Par ailleurs, Fabienne Le Houérou croise dans son texte plusieurs sources écrites (documents historiques, rapports d’ONG et de la CPI, ouvrages scientifiques, sites internet sur le Darfour), orales (témoignages de réfugiés et de leaders politiques) et cinématographiques (dont de superbes photos issues du film), nous offrant, ainsi, plusieurs points de vue sur le Darfour et la migration forcée. L’idée originale d’associer les récits de l’exil avec la narration d’une expérience filmique permet de montrer comment l’outil vidéo est exploité pour narrer l’horreur des massacres ou le désespoir des réfugiés, sans tomber dans le piège du sensationnel. L’écriture, très touchante, dévoile l’implication émotionnelle de l’auteure sur le terrain, qui nous livre ses sentiments, ses interrogations, ses hésitations avec une sincérité qui reflète son constant souci de réflexion sur sa position de chercheure. Ainsi, en rapportant avec vivacité des scènes de la vie ordinaire, à travers l’observation participante et la restitution de la parole des réfugié(e)s, elle nous donne à voir le conflit et la construction des identités sous un jour nouveau.

10Il est, toutefois, regrettable que le texte comporte autant de fautes de frappe et d’erreurs d’orthographe dans les noms (on lit tantôt Nimeiry p.64 tantôt Nimery p. 65 ou Béschir puis Béchir p. 181) ainsi que de répétitions. L’auteure aurait pu exploiter davantage la littérature comparative sur les réfugiés soudanais dans d’autres pays de la Méditerranée ou même aux USA et au Canada. Mais c’est peut-être justement la piste qu’elle nous ouvre, en suggérant une comparaison avec les mondes turcs ou maghrébins pour savoir si l’expérience des Soudanais en Égypte fait sens pour le reste des mondes arabes (p. 175)…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisa Anteby-Yemini, « Le Houérou Fabienne, Darfour : Le Silence de l’araignée, Paris, l’Harmattan, 2009, 208 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://remmm.revues.org/7269

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page