Navigation – Plan du site
Lectures

Mermier Franck, Varin Christophe (sous la dir. de), Mémoires de guerres au Liban (1975-1990), Paris, Sindbad Actes Sud, 2010, 620 p.

Élizabeth Picard

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Franck Mermier (alors directeur des Études contemporaines à l’Institut Français du Proche-Orient) et Christophe Varin (directeur du Centre d’Études sur le Monde Arabe Moderne à l’Université Saint Joseph de Beyrouth) est issu d’un programme conjoint de recherches intitulé « Pratiques, traces et usages [des mémoires de guerre] ». Ses responsables sont partis du constat selon lequel « dans un contexte d’inflation mémorielle et de prise en charge par certains acteurs de la société civile de fragments de la mémoire collective à des fins de revendications identitaires et, parfois, victimaires, la question de la mémoire est devenue un enjeu culturel et politique majeur » au Liban. D’autant que dans ce pays, souligne la présentation en ligne du projet sur le site de l’IFPO, les mémoires individuelles et collectives viennent subvertir une représentation officielle de la mémoire historique, tandis qu’« une fragmentation communautaire et territoriale de la mémoire » fait écho à l’absence de mémoire nationale.

2Après quinze années de silence, sans doute nécessaires à une génération pour survivre à la guerre, et malgré l’amnésie imposée par une élite décidée à établir un nouveau contrat politique faisant table rase du passé, le travail de mémoire sourd de toutes parts de la société libanaise, comme en témoignent débats de presse et colloques, production artistique et archivistique, et publications de témoignages et de travaux historiques. Le livre de F. Mermier et C. Varin paraît, d’ailleurs, à peu près en même temps que deux livres en anglais traitant des mêmes thèmes et qui lui font écho, la belle thèse de Sune Haugbølle sur la reconfiguration de l’espace public libanais dans l’après-guerre, et les passionnantes observations anthropologiques de Lucia Volk sur les monuments et les commémorations de la guerre.

3Mémoires de guerres au Liban, livre copieux (trente chapitres et plus de six cents pages), contient des articles dont l’apport documentaire original et la maîtrise analytique contribuent excellemment à notre intelligence de la guerre civile libanaise, de sa généalogie, de ses traces mémorielles mais aussi de ses effets sur les recompositions sociales et la crise politique endémique des vingt années qui l’ont suivie. Même s’il n’épuise pas le sujet, il esquisse une feuille de route multidirectionnelle pour les recherches futures. Le lecteur trouvera d’ailleurs dans une judicieuse bibliographie sélective en fin de volume (p. 603-618) un état des lieux riche bien que déjà dépassé. Le livre est divisé en trois parties.

4La première est consacrée aux productions multiples et multi-supports de la mémoire de guerre : travaux d’historiens, écrits de plus en plus abondants de participants au conflit, leaders ou anonymes, fondation d’institutions et d’ONG vouées à une réflexion sur la guerre et la réconciliation, témoignages, débats et blogs sur l’Internet. Dans cette présentation, le point de vue des auteurs est privilégié afin de restituer leurs perceptions de la violence de guerre et les stratégies de mobilisation politique dont elles sont porteuses. On trouve aussi dans cette partie un chapitre traitant de la symbolique d’un lieu de guerre (le passage du Musée à Beyrouth). Au total, elle fait une part modeste au travail historien – rien n’égale le livre phare de Samir Kassir sur la première partie de la guerre et dont il n’envisageait d’ailleurs pas d’écrire la suite. Elle s’attache, plutôt, aux mémoires des protagonistes du conflit – chantier qui s’ouvre à peine et dans lequel on comprend que les questions de la classification et de la qualification (qu’est-ce qu’un « acteur » de la guerre ?) constitueront un enjeu majeur.

5La deuxième partie traite la mémoire de la guerre dans sa dimension politique. D’abord, quatre chapitres esquissent le tableau des principales parties engagées, à travers l’étude de la fabrique et de l’exposition des mémoires de combattants. L’évocation par Franck Mermier de la guerre des mémoires qui oppose le Parti Communiste et le Parti Social National Syrien en plein cœur de la rue Hamra (p. 185-204) donne à entrevoir l’ampleur et la diversité des sujets à exhumer et à travailler, comme fait Olfa Lamloum (p. 205-225) qui s’intéresse, à bon escient, aux affrontements meurtriers entre Hezbollah et Amal en 1987 et 1988, épisode dont les partis chiites n’aiment guère se souvenir. Suivent des chapitres consacrés aux victimes civiles : les disparitions forcées, le processus de réconciliation organisé par l’État et ses ratés (un article riche et nuancé de Aïda Kanafani-Zahar, p. 295-312), l’autocensure des victimes et les traces psychiques, refoulées ou exhibées, de la guerre.

6Intitulée « Espaces de la mémoire », la troisième partie contient d’abord un livre dans le livre (p. 363-441). Soit trois superbes articles d’écrivains sociologues libanais qui livrent, chacun, une enquête de terrain dépouillée de commentaires généralisants. Mounzer Jaber décrit minutieusement les cimetières de la banlieue sud de Beyrouth, cimetières dont les monuments et les inscriptions disent la guerre, la prolongent et l’expient. Mohamed Abi Samra a eu l’audace d’interroger des chrétiens qui ont quitté cette banlieue sud dans les premières années du conflit et dévoile, à travers leurs témoignages parfois virulents, l’envers de la « chiitisation » à Haret Hreik. Waddah Charara restitue la parole d’une jeune enseignante dont la famille, plusieurs fois déplacée, est à la veille d’être expulsée du squat où elle campe, à Beyrouth ouest. Cette troisième partie continue avec un article consacré à un quartier situé sur la ligne de séparation de la capitale durant la guerre – sur lequel je reviendrai - puis avec une revue copieuse (mais pas exhaustive ; par exemple, le cinéma, aujourd’hui bien étudié, est laissé de côté) des productions culturelles sur la guerre. Elle se termine par deux études qui font ressortir les affinités spécifiquement libanaises entre imaginaire religieux et symbolique politique, à propos du rituel chiite de Achoura à Nabatiyeh et du culte de la sainteté en milieu chrétien. L’ouvrage se clôt par une brève, mais vigoureuse et pédagogique, réflexion de Fawwaz Traboulsi sur la nécessité de se souvenir et le besoin d’oubli.

7On retrouve là la trame conceptuelle qui a été celle du séminaire précédant la mise en livre : tantôt à travers des références aux écrits de Mahmoud Darwish et d’Edward Said – car s’il est une comparaison heuristique pour penser l’expérience traumatique libanaise, c’est celle de la dépossession des Palestiniens ; tantôt dans le sillage des lumineuses interprétations de Maurice Halbwachs synthétisées par Marie-Claire Lavabre, et de la réflexion de Michèle Baussant sur les mémoires en conflit et la recherche d’une « juste mémoire ».

8Dans le foisonnement d’un livre dont les contributions sont de nature, de perspective disciplinaire, de longueur et d’ambition analytique très diverses, il est illusoire de chercher à dégager des conclusions concordantes (il s’agit du Liban après tout !) même si la lecture dégage quelques axes de réflexions. Notamment sur la relation entre mémoires et histoire car si cette dernière est un peu le parent pauvre de l’ouvrage, le repérage sans exclusive et la mise en ordre des sources demeurent les exigences premières de la construction d’un débat historiographique rigoureux, comme le rappelle l’article de Candice Raymond consacré aux Harakât (les troubles sociaux et confessionnels) de 1840-1860, dans la continuité du travail magistral de Ahmad Beydoun (p. 72-95). Ou encore sur les difficultés méthodologiques de l’enquête à mener auprès des acteurs de la guerre, miliciens et civils, agresseurs et victimes, hommes célèbres ou gens ordinaires. À travers les contributions, il s’avère que l’approche anthropologique, qu’elle passe par l’entretien ou par l’image (comme le firent Monika Borgmann, Lokman Slim et Hermann Theissen dans ce film si dérangeant qu’est Massaker) est infiniment plus productive que l’approche classique, historique ou sociologique, avec ses prénotions et ses outils prêts-à-travailler, parce qu’elle opère lentement et à hauteur d’homme, et parce qu’elle place le sujet observé et non l’analyse produite, au cœur du dispositif de recherche. Une troisième problématique stimulante concerne les limites posées à l’élaboration de politiques publiques en matière de mémoire (l’écriture d’un manuel d’histoire, la mise en scène de réconciliations inter-communautaires, la définition de choix patrimoniaux et muséographiques, etc.) - limites qu’il serait utile d’examiner en regard de la promotion d’intérêt privés et séculiers (pour ne pas écrire triviaux et mafieux) autant sinon plus que de la défense d’« identités » communautaires irréconciliables.

9Il n’est pas certain que les lecteurs liront ce gros ouvrage d’une traite. Je me permets donc d’en recommander deux chapitres à la lecture desquels la satisfaction de trouver des informations originales et consistantes se double de celle de voir fournies des clefs d’analyse subtiles, et se redouble même de l’émotion d’une compréhension sensible et sans complaisance.

10D’abord, le chapitre de la partie 1 Mémoire et histoire consacré à la résurgence d’une trame mémorielle et à ses usages politiques. Dima de Clerck explore les voies plurielles de la transmission et de la restitution de la mémoire des massacres de 1860 parmi les combattants chrétiens qui participèrent à la terrible guerre de la Montagne druzo-chrétienne de 1983-4. (p. 47-71). Comment mieux donner à voir la part des facteurs socio-historiques et des héritages régionaux dans la construction de soi et de la patrie, sans occulter la rationalité du projet idéologique qui les a pris en charge et les a réinterprétés jusqu’à entraîner les combattants dans la défaite ? Malgré/en raison de l’occultation historiographique officielle d’un antagonisme formé un siècle plus tôt, mémoire sociale et mémoire historique viennent se télescoper dans une guerre qui ravive cruellement la « mémoire-fardeau » des Chrétiens libanais (p. 68-69) ? Au point, semble-t-il, que l’impossibilité de penser la défaite signifie aussi pour eux l’impossibilité de penser l’avenir.

11Ensuite, le chapitre de la partie 5 Ville et mémoire, consacré par Sophie Brones aux mémoires palimpsestes du quartier du Khandaq al-Ghamiq, quartier à cheval sur la ligne de démarcation entre Beyrouth est et Beyrouth ouest durant les années de guerre (p. 441-458). En choisissant une technique d’enquête à première vue simple – visiter le quartier avec d’anciens habitants – cette ethnologue fait surgir la mémoire d’anciens dispositifs confessionnels et sociaux de la distribution foncière et de l’habitat dans un quartier qui perdit sa mixité avant, pendant et depuis la guerre. Le lecteur est malheureusement privé d’une carte qui permettrait de visualiser sur le terrain en même temps que dans les représentations collectives les replis confessionnels successifs, l’érection de frontières identitaires et la reconfiguration spatiale du quartier. Mais il les suit au fil d’événement politiques et militaires précis dont les échos auprès des populations ne sont pas toujours directs ni immédiats. Ici, le retour involontaire des souvenirs enfouis s’opère devant les yeux de la chercheuse qui s’interroge sur la place respective du groupe et de l’espace dans la perte et la construction des mémoires.

12Aujourd’hui encore, la tentative de conciliation d’options idéologiques contradictoires au sein d’un discours historique national a minima est à l’ordre du jour plutôt que la mobilisation de l’histoire au service d’un travail de mémoire fondateur d’un processus de réconciliation (p.87). Si bien qu’il faut s’interroger sur les intentions et les stratégies des faiseurs de guerre et sur l’obnubilation de ceux qui la subissent. Autant que le démantèlement des milices et l’adieu aux armes, la paix exige le démontage et la désacralisation des mémoires de guerre.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Baussant Michèle (dir.), 2007, « Mémoires plurielles, mémoires en conflit », Ethnologie Française 37 (3).
DOI : 10.3917/ethn.073.0388

Beydoun Ahmad, 1984, Identité confessionnelle et temps social chez les historiens libanais contemporains, Beyrouth, Université Libanaise.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Halbwachs Maurice, 1995 (1925), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.
DOI : 10.1515/9783110869439

Haugbølle Sune, 2010, War and Memory in Lebanon, New York, Cambridge UP.

Kassir Samir, 1994, La guerre du Liban, de la dissension nationale au conflit régional, 1975-1982, Paris, Karthala.

Lavabre Marie-Claire, 2007, « Paradigmes de la mémoire », Transcontinentales 5, p. 139-147.

Volk Lucia Volk, 2010, Memorials and Martyrs in Modern Lebanon, Bloomington, Indiana UP.

http://www.lichtblick-film.de/english/films/documentary/productions/2004_massaker.php

http://www.ifporient.org/node/38 mis en ligne le 29 janvier 2009 : « Liban, mémoires de guerre : pratiques, traces et usages ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élizabeth Picard, « Mermier Franck, Varin Christophe (sous la dir. de), Mémoires de guerres au Liban (1975-1990), Paris, Sindbad Actes Sud, 2010, 620 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://remmm.revues.org/7272

Haut de page

Auteur

Élizabeth Picard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page