Navigation – Plan du site
Lectures

Colonna Fanny et Le Pape Loïc, Traces, désirs de savoir et volonté d’être. L’après-colonie au Maghreb, Arles, éd. Sindbad/Actes Sud, 2010, 476 p.

Karim Salhi

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif rassemble des travaux qui ont privilégié les enquêtes et les recherches sur des terrains des deux rives de la Méditerranée. Il ne s’agit pas, pour les éditeurs, de reprendre les thématiques et les analyses totalisantes jusque là dominante dans l’historiographie sur le fait colonial. La démarche s’appuie sur la recherche d’indices, témoins de traces creusées par les décennies de colonisation et déniées, ou peu mises en valeur, par les études postcoloniales et, surtout, par les manuels scolaires. L’attention est donnée aux situations et aux cas qui nuancent les sentences vindicatives, ou glorificatrices, - c’est selon- le fait colonial.

2L’enquête s’appuie sur des archives familiales, locales ou sur des histoires peu exploitées comme celle d’une mine ou d’une cimentière. Elle repose aussi sur des témoignages oraux qui sont autant la traduction d’une mémoire ou de souvenirs que les sources d’une histoire privilégiant une démarche microsociale. Ce n’est pas un regard porté à partir d’un présent, c’est-à-dire d’un temps de l’après-indépendance, mais à partir de « l’après-colonie » comme le sous titre du livre l’indique. L’indépendance, qui marque une rupture dont la vocation est d’effacer les Traces du passé, semble intenter à la continuité, mais surtout aux nuances que peut contenir un passé colonial lissé et présenté comme un temps funeste, occultant ainsi les aspérités qu’il peut dévoiler et que l’ouvrage tente de montrer. L’objet du livre apparaît alors comme « illégitime » selon le mot de Loïc Le Pape dans sa préface. Il s’agit de se démarquer de la vision totalisante du passé colonial qui sépare les colons et les colonisés et les place dans deux ensembles abstraits. Les parcours singuliers et les acteurs sont, de ce fait, privilégiés comme des indices d’une autre histoire possible loin des « histoire générales, des mythologies presque » (p.12). Cette manière de voir tente aussi de repérer les continuités entre passé et présent qui fondent une mémoire où la recherche du caché relève d’une épreuve douloureuse. Le tout repose sur le paradigme indiciaire tel que défini par Carlo Ginzburg.

3Dans l’introduction, Fanny Colonna avertit le lecteur : « le livre n’a-t-il ni l’ambition, ni même le désir, de se ranger dans la "bibliothèque postcoloniale ou post-coloniale" (p. 16). L’ambition initiale du livre était d’ethnographier des « espaces de cohabitation » entre individus apparentés aux colonisés et aux colonisateurs suivant un mode qui ne reflète pas systématiquement le schéma de domination et d’inégalité. Il s’agissait alors de repérer des histoires, des micro-histoires qui porteraient un démenti à l’idéologie totalisante sur le système colonial.

4Néanmoins, l’entreprise ne recueille que peu de textes qui répondent à l’objectif de départ. La plupart des contributions sont « plutôt des histoires cloisonnées » qui ne rendent pas compte des « espaces de contacts ». Malgré cela, le livre se démarque de la frénésie des histoires nationales et des récits nationalistes, pour montrer les contradictions et les différences d’impact de l’histoire coloniale et postcoloniale. Il en ressort que « le désir des individus dominants n’était pas principalement/toujours un désir de domination mais le désir tout court pour un monde autre » (p. 21-22).

5L’ouvrage est divisé en quatre parties. La première intitulée « Migrer », aborde à travers quatre contributions, la question des migrants qui se sont retrouvés emportés hors de leur terre d’origine par les flux provoqués soit par la colonisation, soit par la violence de la guerre d’Algérie.

6La deuxième partie, qui porte le titre « Travailler », comporte cinq chapitres qui traitent à la fois de la question du travail salarié (à travers l’exemple des mines) et de son impact sur les structures traditionnelles ; du parcours d’un médecin qui a lutté contre le trachome en Tunisie ; ou de la société des missionnaires d’Afrique et, notamment, du centre de Thibar en Tunisie.

7La troisième partie, intitulée « exister », comprend six chapitres qui abordent, chacun à sa manière, la question de l’affirmation de soi ou, tout simplement, de l’existence en tant qu’individu. Cela va de l’insoumission à l’ordre colonial dans l’Aurès ; à l’Européen qui redécouvre son pays natal ; à la quête de la nationalité française ; à des histoires singulières de naturalisation ; et, enfin, à la complexité et au paradoxe du lien avec le pays d’origine exprimés par des jeunes français d’origine maghrébine.

8Sous le titre de « Relier », la quatrième partie se décline en six chapitres. Relier suggère la reconstruction d’un lien ou bien sa pérennité. Ce que tente de montrer le chapitre consacré aux échanges associatifs entre l’Algérie et la France. En outre, deux contributions sont consacrées à l’art, qu’il soit « indigène » ou colonial. Une contribution montre comment le cimetière chrétien de Constantine peut devenir une trace physique de cette histoire sociale partagée. Enfin, cette partie renferme un texte sur l’engagement environnementaliste et son investissement dans le local. Le dernier texte appartient à un registre littéraire sous le titre « train de nuit ».

9L’ouvrage s’inscrit dans le regain d’intérêt sur les anciennes colonies. Mais, si les études dites « post-coloniales » se penchent généralement sur la globalité du fait colonial, Traces, désirs de savoir et volonté d’être le « détotalise » et se penche sur des situations et des trajectoires qui ne se présentent pas comme des singularités isolées. L’ouvrage montre ainsi que c’est dans l’ethnographie que les nuances et la complexité peuvent se donner au regard du chercheur. Il ne s’agit pas d’un regard nostalgique qui cherche à faire durer ou ressusciter le passé colonial. L’après-colonie exhume ici les traces d’une colonie que l’on ne peut dénier mais qui restent malgré tout méconnues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karim Salhi, « Colonna Fanny et Le Pape Loïc, Traces, désirs de savoir et volonté d’être. L’après-colonie au Maghreb, Arles, éd. Sindbad/Actes Sud, 2010, 476 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 21 avril 2014. URL : http://remmm.revues.org/7304

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page