Navigation – Plan du site
Lectures

Geisser Vincent, Béchir Ayari Michaël, Renaissances arabes. 7 questions clés sur des révolutions en marche, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2011, 160 p.

Haoues Seniguer

Texte intégral

1Cet ouvrage est conçu en 7 chapitres équilibrés qui correspondent à 7 questions majeures auxquelles les auteurs répondent à la fois simplement, synthétiquement et rigoureusement : « Des révolutions bourgeoises ou populaires ? Des révolutions Facebook ? Des révolutions « vertes orangées » inspirées par les États-Unis ? Coups d’État militaires ou révolutions civiles ? Des révolutions avec ou sans les femmes ? Révolutions démocratiques, révolutions démographiques ? Des révolutions laïques ou religieuses ? »

2Ce qu’il y a d’immédiatement saisissant est que les questions que (se) posent les auteurs reflètent, in fine, les questions que chacun d’entre nous s’est peut-être posé, se pose ou se posera à l’issue de mobilisations qui ne faiblissent pas, à l’heure où nous écrivons. Nous reproduirons ici les idées forces qui traversent de part en part l’analyse. Vincent Geisser et Mickaël Béchir Ayari font preuve de beaucoup de pédagogie que les lecteurs sauront assurément apprécier. Car le style est simple, dépouillé, direct, facilitant grandement la compréhension de réponses qui demeurent éminemment convaincantes. C’est un ouvrage très accessible qui évite la technicité excessive des sciences sociales sans verser dans le simplisme ou céder à la caricature.

3Dès l’introduction, les deux chercheurs précisent le fil conducteur de l’ouvrage, à savoir : « comprendre le Printemps arabe dans la profondeur de son surgissement pour tenter d’évaluer son impact de long terme » (p. 11). Le tout premier reproche, en partie sémantique, que nous pourrions d’ores et déjà formuler à cet endroit est le suivant : d’une part, n’est-il pas prématuré de parler de « printemps arabe » compte tenu de la fragilité des transitions politiques actuelles et de l’inachèvement patent du processus de démantèlement des rouages de la dictature ? D’autre part, évoquer le printemps arabe, au singulier, n’est-ce pas, nolens volens, entretenir d’une certaine façon l’illusion de l’homogénéité des situations dans le monde arabe dont les pays révoltés n’ont pas tous connu, loin s’en faut, le même dénouement que la Tunisie dont l’avenir, par ailleurs, reste encore incertain ? Enfin, ne faudrait-il pas mieux parler de mouvements sociaux (expression sociologiquement plus neutre) au lieu de révolutions pour souligner le caractère certes exceptionnel de la situation, sans pour autant la spécifier de la sorte ?

4La force de cet ouvrage tient essentiellement à la capacité de mettre en perspective historique critique les événements partis de la Tunisie après l’immolation de Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010. Pour ce faire, les auteurs s’intéressent aussi bien aux causes qu’aux conséquences qui, en définitive, s’éclairent mutuellement. Ils battent en brèche le préjugé longtemps tenace et qui a encore, à certains égards, la vie dure en France, d’une incapacité culturelle ou génétique des pays du monde arabe et/ou musulman à embrasser la démocratie. Pour Geisser et Ayari, les mobilisations populaires tunisiennes auraient inspiré non seulement les autres pays de la région mais également, bien au-delà du Maghreb et du Moyen-Orient, des pays européens ou extra-européens tels que l’Inde ou le Chili, par exemple. Ce qui renforcerait le caractère inédit, exceptionnel et sans précédent du souffle tunisien qui aurait tout emporté sur son passage. Il y aurait donc eu une résonance de ces mouvements sociaux au-delà de l’espace social arabe. Ce qui est, au passage, un démenti flagrant au culturalisme.

5À cet égard, les deux chercheurs recourent à une hypothèse qu’ils n’assument pas complètement, en parlant justement « d’étrange corrélation » entre les révoltes arabes et celles émaillant ces autres pays. Peut-on, oui ou non, postuler un lien de causalité entre les événements de la rive Sud de la Méditerranée et ceux du Chili ou d’ailleurs ? L’effet d’entraînement peut tenir autant du hasard que de la nécessité.

6Vincent Geisser et Michaël Béchir Ayari analysent de façon convaincante le profil général des acteurs engagés dans ces mouvements sociaux, expression dont, encore une fois, ils ne font pas usage, en soulignant leur caractère multisectoriel. Les revendications étaient partagées, transversales et intergénérationnelles (jeunes, moins jeunes, étudiants, travailleurs paupérisés, chômeurs, chefs d’entreprise, femmes laïques ou non, etc.). C’est pourquoi il ne s’agissait ni de « révolutions bourgeoises », ni de « révolutions prolétaires », ni de révolutions civiles ou militaires mais, de toute évidence, de « mobilisations populaires ». C’est là, du reste, que se trouve sans doute le secret de leur caractère exceptionnel ou inédit. En outre, celles-ci ne seraient pas nées ex nihilo, loin s’en faut, mais de mouvements populaires, comme ceux qui sont survenus dans le bassin minier de Gafsa, en 2008, dans le cas tunisien.

7Avec à la clé, une double conséquence potentielle à l’issue de ces mouvements sociaux pas encore totalement terminés : d’une part, du point de vue économique, la normalisation d’un système capitaliste démantelant, toujours dans le cas tunisien, le système familialiste benaliste « en éliminant la figure du rentier, parasite et racketteur ». Et du point de vue politique, le démantèlement des rouages de l’autoritarisme qui s’est appuyé, des décennies durant, sur des partis uniques ou hégémoniques. À cet égard, les deux auteurs développent un propos, aux accents certes parfois normatifs, mais éminemment intéressant, a posteriori, pour saisir les ressorts socioéconomiques du régime de Ben Ali qui donnait l’illusion, à l’extérieur, de promouvoir une économie libérale répondant aux standards occidentaux. En effet, les deux politistes rappellent (p. 27-33) comment ont émergé et se sont épuisées « des bourgeoisies rentières et parasitaires » dont la rente était littéralement gaspillée et/ou épuisée par la « consommation de produits de luxe étrangers et par la construction d’infrastructures improductives (routes, palais, édifices de luxe, plages privées) » ou par toutes sortes d’autres redistributions frauduleuses dans le cadre d’échanges clientélistes, par définition opaques. Ce qui a eu de sérieuses incidences, à compter de 2007, sur la croissance. Car ce type de relations économiques freine justement l’initiative privée, la croissance et l’emploi, nourrissant, en retour, la gronde ou la protestation sociale. Ce qui mettra précisément le feu aux poudres. En outre, l’État autoritaire a favorisé l’économie informelle qui empêche les mécanismes de prélèvement d’impôts et de redistribution au moyen d’organismes publics transparents et officiels.

8Par ailleurs, les auteurs se montrent particulièrement incisifs sur la question du rôle exact des NTIC (Facebook, Twiter) et des chaînes satellitaires telles que Al-Jazira dans le déclenchement et le déroulement des révoltes populaires. À rebours des thèses qui font actuellement florès sur une prétendue « révolution Facebook », opposant fantasmatiquement une jeunesse éduquée et « policée » et « les petites gens » contraintes à faire « la sale besogne » dans la rue face à la police, les auteurs distinguent assez nettement l’outil de la mobilisation avec la mobilisation proprement dite. Il n’y a pas, en l’occurrence, de lien direct et immédiat entre Internet et le basculement des régimes. Il y a eu toute une série de médiations physiques, de maillage spatial, de telle sorte qu’en définitive les outils technologiques jouèrent davantage comme coefficient multiplicateur que comme cause déterminante. Internet viendrait confirmer l’existence d’une nouvelle forme de militantisme, extra-associatif ou extra-partisan, qui se diffuse depuis bien plus longtemps. C’est donc que les NTIC, en soi, n’ont absolument pas été décisives.

9Cette démarche heuristique est éminemment salutaire. Car, indirectement, elle contribue à défaire les théories du complot, des plus policées aux plus farfelues, qu’on voit se développer ici ou là avec plus ou moins de malignité. Autrement dit, ce n’est pas parce que des cyberdissidents ont suivi des formations à la mobilisation non violente aux États-Unis que celles-ci constituent une clé d’explication des mouvements sociaux à venir. Cela ne suffit pas non plus à soutenir que les États-Unis étaient au courant. Ce serait, de surcroît, surestimer la place d’Internet et des puissances étrangères qui ont largement été prises de vitesse par le spontanéisme populaire. Au contraire, nombre de régimes du Nord avaient tout intérêt à maintenir le statu quo ante dans la mesure où les régimes autoritaires préservaient amplement les intérêts du Nord en termes de containment des candidats à l’émigration, de sécurité de l’État d’Israël etc. Moubarak donnait à ce sujet toutes les garanties. Mais à cet égard, les chercheurs montrent que les États-Unis étaient, quant à eux, plutôt à la recherche de nouvelles formules politiques, des sortes d’ « autoritarismes démocratiques ».

10Le chapitre 7, intitulé Des révolutions laïques ou religieuses ? est capital parce qu’il permet de lever des ambiguïtés ou la confusion au sujet de la position exacte des islamistes à l’occasion des mouvements sociaux. Tout d’abord, les politistes démontent le regard dichotomique consistant systématiquement à mettre en regard « islamistes » et « laïcs » ; les alternatives « révolutions laïques » versus « révolutions islamistes » ou autoritarismes laïques versus islamismes ne tiendraient absolument pas. Les élites autoritaires, à la laïcité affichée, intervenaient en fait massivement dans les affaires religieuses, instrumentalisant, à haute dose, l’islam au service de leurs propres intérêts. Cependant, pour les deux chercheurs, ce n’est pas parce que les mots d’ordre des mouvements contestataires sont profanes que cela signifierait, de facto, la liquéfaction de l’islamisme ou sa mise au pilori. Ils déconstruisent, avec beaucoup d’objectivité et de mesure, la thèse du « post-islamisme » dont ils soulignent certains aspects heuristiques, notamment l’idée selon laquelle les sociétés majoritairement musulmanes connaîtraient une « dialectique d’islamisation/sécularisation ». Pour les auteurs, « les révolutions arabes n’ont pas marqué la fin de l’islamisme en tant que force politique dominante, même s’il est vrai », soulignent-ils, « que les leaders et les militants de l’islam politique n’ont pas été au premier plan des manifestations contre la dictature. » (p. 134). Dont acte. Nous voudrions toutefois ajouter quelques éléments d’explication dans le prolongement de la réflexion des auteurs.

11D’une part, l’absence de prise de position claire et tranchée de la part des islamistes vis-à-vis des mouvements contestataires (collusion ou traumatismes des décennies de persécutions subies ?), en Tunisie, au Maroc, en Égypte ou ailleurs, participent, comme le soulignent également les auteurs, d’une ambivalence sinon d’une ambiguïté de ceux-ci par rapport aux élites autoritaires qu’ils ont parfois adoubées, à moindre frais, pour intégrer le champ politique. Il ne faut donc certainement pas présenter les activistes musulmans comme des opposants absolument déterminés des autoritarismes. Ils en ont été (et en sont encore parfois, comme dans le cas du PJD marocain) des faire-valoir. D’autre part, l’absence de slogans religieux, dans les manifestations, atteste moins de l’absence des islamistes que d’une modification de leurs répertoires discursifs compte tenu des révisions idéologiques qu’ils conduisent depuis quelques années déjà. Enfin, il y a un paradoxe que ne soulignent pas les auteurs, pour partie en raison de la parution de l’ouvrage avant les résultats des élections au Maroc, en Tunisie et en Égypte : comment se fait-il que des partis ou mouvements islamistes remportent des élections alors qu’ils n’ont ni initié ni véritablement accompagné, sinon beaucoup plus tard, les mobilisations populaires ? C’est précisément la période difficile de transition qui s’amorce, l’absence d’institutions publiques, de services publics fonctionnels, etc. qui expliquent en grande partie le succès du discours conservateur ou moralisateur qu’affectionnent particulièrement les islamistes. Le recours à la morale est le symptôme de l’absence d’un État légal-rationnel à même de prendre en charge la demande sociale. D’où la popularité provisoire des thèmes de l’islam politique dans un monde arabe en plein changement social.

12Celles et ceux qui veulent véritablement comprendre ce qui se passe depuis décembre 2010 dans le monde arabe seraient bien avisés de lire Renaissances arabes qui en offrent un tableau analytique de tout premier ordre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Haoues Seniguer, « Geisser Vincent, Béchir Ayari Michaël, Renaissances arabes. 7 questions clés sur des révolutions en marche, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2011, 160 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 132 | décembre 2012, mis en ligne le 26 janvier 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/7365

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page