Navigation – Plan du site
Première partie – La mer et le sacré en Islam médiéval

Commerce maritime et islamisation dans l’océan Indien : les premières mosquées swahilies (xie-xiiie siècles)

Maritime trade and Islam in the Indian Ocean:
the first Swahili mosques (eleventh to thirteenth centuries)
Stéphane Pradines
p. 131-149

Résumés

Le commerce maritime dans l’océan Indien a permis l’éclosion d’une culture africaine originale, la culture swahilie. Les premières traces archéologiques de l’islamisation en Afrique orientale remontent au xie siècle et sont caractérisées par des mosquées en calcaire corallien. L'islam swahili, tolérant et syncrétique, s'est imposé en douceur par l'intermédiaire de petits groupes de marchands et de réfugiés arabo-persans shiites, appelés shirâzis. Ces communautés ont joué un rôle décisif dans l’urbanisation de la côte orientale de l’Afrique.

Maritime trade and Islam in the Indian Ocean:
the first Swahili mosques (eleventh to thirteenth centuries)

Maritime trade in the Indian Ocean led to the emergence of an original African culture, the Swahili culture. The first archaeological evidence of Islamization in East Africa dating back to the eleventh century and are characterized by mosques built in coral limestone. Swahili Islam, tolerant and syncretic, was spread through small groups of merchants and Arab-Persian Shiite refugees, known as Shirazi. These communities have played a decisive role in the urbanization of East African coast.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 De l’Arabe, sawâhil, « les pays de la côte », Encyclopédie de l’Islam 9 : 95-956.
  • 2 Selon Ibn Madjid, la côte des Zandjî ou Zendjs commence à Warsheikh, à quelques kilomètres au nord (...)

1Wa-swahili, ou « ceux du rivage »1, désigne les habitants du littoral de l'Afrique orientale (Fig. 1). Les géographes arabo-persans appelaient « Zandjî », les habitants des côtes d'Afrique orientale2. Les Portugais avaient eux aussi remarqué une différence entre les Africains du continent et les gens de la côte, qu'ils assimilaient à des Maures ou des Caffres par référence à leur religion et à leurs coutumes. C’est au début xixe qu’apparaissent les premières utilisations du mot « swahili » comme reconnaissance d’une population ; les colons ayant besoin de classifier et de différencier les populations africaines. Les Swahilis se reconnaissent comme tels depuis la période coloniale, mais ils se dénomment entre eux selon leur région d’origine, leur île ou leur ville comme les Bajûn (wa-Gunya), les wa-Pate, ou les wa-Mvita de Mombasa. Malgré un fond commun, il n’y a pas une, mais des réalités swahilies, ce fond culturel commun englobe des populations d’origines différentes, certaines couchitiques, d’autres bantoues. Le terme « swahili » recouvre donc une réalité complexe : il ne désigne pas une population, mais une culture, composée de plusieurs groupes swahili phones. En revanche, ces populations côtières partagent une même organisation sociale, une même architecture, une même langue, le kiswahili, et, plus particulièrement, une même religion, l’islam.

2Plus de 450 sites archéologiques swahilis ont été enregistrés, répartis sur 3 000 km de côte. Ils laissent émerger le long de la côte orientale, aux Comores et à Madagascar plusieurs types d’expression homogènes, en particulier ce qui a trait au culte, car les gens traversaient les mers sur de grandes distances, tout en diffusant des idées et des techniques nouvelles. Le caractère marginal de la population swahilie, qui ressort de l’historiographie, est liée à notre vision de l'océan Indien qui sépare l'Afrique, l'Arabie et l'Asie ; alors que l’océan Indien apparaît comme un formidable trait d'union entre des cultures très variées. De ce point de vue, les Swahilis furent des acteurs dynamiques des relations transocéaniques, égaux aux marchands arabes, perses et indiens.

3L’explication de cette expansion tient avant tout à l’activité principale des Swahilis, le commerce maritime, dont il sera question dans un premier temps. Cette civilisation, à la périphérie des mondes musulman et africain, occupa une position extrêmement propice au développement d'une culture littorale originale, fondée sur les relations commerciales et la diffusion de l’islam. La construction de mosquées témoigne de ce processus d’islamisation progressif de cette très longue bande côtière. C’est cet aspect que nous allons analyser dans une deuxième partie. Parmi les acteurs de cette islamisation, les shirâzis shiites jouèrent un rôle particulier qu’il faudra examiner dans une dernière partie.

Figure 1 : Carte de l’océan Indien et des principaux ports médiévaux arabes et africains

Agrandir

Ports et commerce maritime

  • 3 Ce toponyme vient de Zandj al-Bahr, la terre des Zandjî (Freeman-Grenville, 1962 : 29).

4La côte orientale de l’Afrique bénéficie de vents de mousson qui soufflent d'avril à août dans un sens, puis changent d'orientation de décembre à mars. Ce système cyclique permettait aux bateaux arabes et indiens d'aborder facilement les côtes africaines puis de repartir vers leur point d'origine tout aussi aisément. Mogadiscio, en Somalie, forme la limite nord de l'aire culturelle swahilie. La portion de côte entre cette cité et l'archipel de Lamu est surnommée le Bénadir, mot arabo-persan signifiant la côte des ports. La limite sud de la culture swahilie correspond à la baie de Sofala du Mozambique actuel. C'est dans cette région que les islamisés venaient chercher l'or dont ils avaient besoin. À l’époque médiévale, les géographes arabes divisaient la côte africaine en quatre régions : les navigateurs touchaient d'abord « le pays des Barbares » (Bilâd al-Barbar), venait ensuite « le pays des Zandj » (Bilâd al-Zandjî) , situé entre le fleuve somalien Shebele et l'île de Zanzibar3, puis ils arrivaient au « pays de Sofala » (Bilâd al-Sufâla), zone comprise entre les embouchures du Zambèze et du Limpopo, appelée aussi « l'or de Sofala » (Sufâla al-Dhahab), enfin certains marins allaient jusqu'au mystérieux « pays des Wâk-wâk », la grande île de Madagascar.

5L'économie est au centre de la société swahilie, tributaire des échanges à longue distance. Les cités littorales formaient une interface ethnique et culturelle entre les Africains des hauts-plateaux et les marchands de l'océan Indien. Les Swahilis étaient donc extrêmement vulnérables aux fluctuations des marchés et la construction d’un port reste un facteur décisif de l'urbanisation, c’est là qu’arrivaient les marchandises et de là qu’elles repartaient ; c'est là que les taxes étaient acquittées et que les échanges furent réalisés. Le port concentre les richesses et favorise les évolutions culturelles et techniques. Malheureusement, les caractères physiques des ports swahilis sont impossibles à cerner puisqu'un bout de plage suffisait pour échouer des boutres à faible tirant d'eau. Les bateaux marchands utilisés par les Swahilis sont des boutres à voile latine et à faible tirant d'eau, appelés « dhows ». Beaucoup de navires appartenaient à des marchands et des marins indiens du Gujerat. Les bateaux partaient du golfe Persique entre novembre et décembre, faisaient escale à Merka et Barawa, puis descendaient vers Lamu et Mombasa, avant d'arriver fin février à Zanzibar et à Kilwa. Ils repartaient au printemps avec le renversement des vents de la mousson. Les caravelles et les galions portugais les concurrencèrent, sans réussir à détrôner ces modes de transport. Au xixe siècle, les grands dhows sont remplacés par des bateaux à vapeur (Pradines, 2004 : 87).

6L'Afrique orientale exportait surtout des matières premières. Ces produits sont pour la plupart invisibles aux yeux des archéologues puisqu'il s'agit de matériaux organiques, comme l'ivoire, les peaux de léopard, le tissu ou le bois. Une des marchandises les plus prisées était l'ivoire. Les défenses étaient généralement vendues brutes par les villes de Vumba, Mombasa, Malindi, Lamu et Pate puis étaient travaillées dans les lieux d’importation, comme Le Caire à l'époque fatimide. Outre les revenus du commerce et de la pêche, les cités swahilies possédaient des plantations leur permettant de subvenir à leurs besoins. Les autres produits agricoles, de chasse ou de cueillette étaient fournis par des populations de l'hinterland côtier. Divers produits agricoles swahilis étaient aussi exportés, comme les noix de coco ou le riz. Des archives du xve siècle des douanes d'Aden, font mention de riz importé de Kilwa, mais Neville Chittick pense quant à lui que ce riz ne faisait que transiter par Kilwa et venait en fait de Madagascar (Chittick, 1980 : 19). Le clou de girofle est introduit à Zanzibar en 1818 par Sa’îd ibn Sultân qui en fait le principal produit d'exportation de Pemba et de Zanzibar. Le bois d'œuvre de mangrove était exporté en grande quantité vers les pays du golfe Persique, sous le nom arabe de saj ou mwangati en kiswahili. Les Swahilis ont aussi fourni à l'Oman et au Koweit des bois travaillés, comme des portes et des frontons sculptés (P. Bonnenfant et H. Sulayman al-Harthi, 1977 : 116 et Lewcock, 1978).

7Al-Idrisi parle de plusieurs grands centres d'exploitation du fer, situés entre Malindi et Mombasa. Ce fer aurait été la première source de revenus de cette région et les Indiens auraient importé de grosses quantités de ce métal pour en faire des armes en acier (Al-Idrisi, édition de 1970 : 59-60 et 68-69). Nos recherches à Gedi ont confirmé que la production de fer était très importante dans les niveaux anciens, datés du xiie au xiiie siècle. Selon Muktahar ibn Tahir al-Maqdisî, le pays des Zendjs fournit beaucoup d'or aux Arabes dès le xe siècle (Moffa, 1995 : 96-97). Les bénéfices de ce commerce jouèrent un rôle non négligeable dans la prospérité du royaume du Grand Zimbabwe qui exploitait de nombreuses mines. L'or extrait était envoyé à Sofala, localité vassale de Kilwa Kisiwani à partir du xiie siècle. L'or était redistribué par Kilwa qui s'assura ainsi une position de monopole jusqu'au xve siècle (Mathew, 1963 : 112). En 1501, Cabral arraisonna deux bateaux de Kilwa remplis d'or (Freeman-Grenville, 1962 : 59-60). Le « métal jaune » devint le principal produit africain digne d'intérêt aux yeux des Portugais qui s'implantèrent par la suite au Mozambique et dans l'arrière pays de Sofala (Freeman-Grenville, 1962 : 59-60). L'or africain, mais aussi le cristal de roche, étaient des matières premières très demandées sous les Fatimides. Des éléments en cristal de roche ont été retrouvés sur plusieurs sites de la côte swahilie, à Gomani sur l'île de Tumbatu, à Gedi, à Manda et à Shanga. Ce minéral serait étranger aux zones littorales et viendrait de la vallée de Kerio ou de la vallée du Rift.

8Le commerce des êtres humains formait une autre catégorie de produit africain très prisé par les pays arabes. Avant le xve siècle, l'essentiel des esclaves venait du Kenya et de la Corne de l'Afrique où les ports de Zeyla et Berbera étaient réputés pour cette « marchandise » (Freeman-Grenville, 1963 : 152-156). Peu de textes portugais concernent la vente et l'exportation des esclaves entre le xvie et le xviie siècle. Pourtant Ibn Baṭṭûṭa relate que les guerres saintes de Kilwa contre des infidèles servaient surtout à trouver des esclaves. Nous pensons qu'il ne s'agissait pas d'un esclavage domestique, mais bien d'un esclavage commercial. La quantité d'esclaves exportés vers le golfe Persique devait être importante puisque 500 000 Zendjis révoltés attaquent al-Baṣra en 869 et se retranchent à al-Mukhtâra dans le bas-Irak où ils sont défaits en 883. Cette quête d'esclaves avait commencée sous les Sassanides au ve siècle et devint une véritable industrie au xixe siècle sous le Sultanat de Zanzibar. Les négriers allaient chercher les esclaves dans les ports de Masselage à l'ouest de Madagascar, dans l'archipel des Kerimba au Mozambique, à Kilwa Kisiwani ou à Zanzibar. Les dhows remontaient ensuite par Pate jusqu'à Djedda et Moka dans la mer Rouge. Les autres esclaves étaient réexpédiés en Turquie, à Mascate, à Sur et dans le Sind (Keswani, 1980 : 47). Les îles françaises de Bourbon et des Mascareignes (Réunion et Maurice) échangèrent beaucoup d'esclaves contre des armes à feu surtout entre 1775-1804. Suite à l'interdiction de ce commerce par les Britanniques, les bateaux négriers omanais se réfugièrent sous pavillon français de 1873 à 1891 (Miège, 1982 : 301 et 305).

9Les commerçants entre l’Afrique et le golfe Persique étaient très actifs. En Perse, le port de Sirâf devint plus important que celui d’al-Basrah vers le milieu du ixe siècle (Pradines, 2004 : 31-32). Al-Mas‘ûdî précise que les navires de Sirâf partaient vers Sofala et le pays des Wâq-wâq (Madagascar). Sirâf fut une escale majeure du golfe Persique sous les Buwayhides. Au milieu du xie siècle, Nâsir-i Kusraw affirme que Bahreïn et son port d’al-Hasâ sont le centre du commerce dans toute l’Arabie orientale, son seul rival étant alors le port de Sirâf. Le tremblement de terre de 977 et la chute des Buwayhides en 1050 affaiblirent Sirâf à son tour et fut supplanté par Qays en 1060-1080. Mais malgré ces événements, Sirâf continua à être un port actif jusqu’au xiie siècle (Pradines, 2004 : 32).

10Sohar était un des principaux ports d'Oman, il servait d'escale à l'entrée du golfe et fonctionnait avec les ports de Sirâf et de Bassora. Malgré l'invasion Qarmate, Sohar resta un point névralgique de l'économie du golfe pendant tout le xe siècle ; la cité fut détruite par les Buwayhides de Shîrâz en 971. Mas‘ûdî parle des navires de Sohar navigant jusqu'à l'île africaine de Qanbalû. La cité de Qanbalû est le port le plus important de la côte africaine pour cette période, certains situent cette cité sur l’île de Pemba. Au xiiie siècle, Yāqūt mentionne la ville fortifiée de Mknblu ou Mkumbuu. Cette référence plus tardive permet de placer Qanbalû sur le site de Ras Mkumbuu dans l'île de Pemba (Horton et Middleton, 2000 : 66). La cité de Qanbalû (Qanbaloh) est mentionnée en 916 par al-Mas‘ûdî et en 945, par Ja‘far b. Rachîd, connu sous le nom d’« Ibn Lâkîs », un pilote célèbre de l’océan Indien. Ibn Lâkîs relate l’arrivée d’un millier d’embarcations de pirates venus du pays de Wâq-Wâq. La cité de Qanbalû, bâtie au milieu d'un estuaire et entourée d'une muraille, parvient à repousser les pillards (al- Mas’ûdî, 916 ; Buzurg ibn Shahriyâr, 945 dans Freeman-Grenville, 1962 : 9-17). Ces derniers seraient originaires de Madagascar, ils auraient remonté la côte africaine durant un an et pillé de nombreuses villes de la côte des Zendjîs, notamment Sofala.

11À la fin du xe siècle, le déclin de Bagdad et la montée des régionalismes aboutirent à une réduction des établissements portuaires dans le golfe Persique. D'après de nombreux auteurs, la mer Rouge aurait supplanté le golfe Persique à ce moment, mais ce schéma a été largement battu en brèche par les évidences archéologiques qui montrent une continuité de l'occupation portuaire dans le golfe persique depuis les Sassanides jusqu'aux principautés indépendantes du Golfe. La mer Rouge ne remplaça pas le golfe Persique mais le concurrença pendant une brève période. À partir du xiie siècle, d’autres ports furent utilisés, souvent sur des îles comme Kish, Hormuz, Bahreïn et Mascate. Ainsi, Sohar fut remplacé par Hormuz qui devint la grande puissance maritime du xive siècle. Les marins de l’île de Kish mènent des raids esclavagistes sur la côte des Zendjîs, fomentent des actes de piraterie dans l’océan Indien, et attaquent Aden en 1135.

12La plus célèbre histoire de navigateur persan reste bien sûr celle de « Sindbâd le Marin ». Les aventures de ce marin et commerçant persan se situeraient entre 806-807. Le récit de ses voyages fut rédigé plus tard, entre 835-840, durant le règne du Calife Hârûn al Rashîd (al- Mas’ûdî, 916 ; Buzurg ibn Shahriyâr, 945 dans Freeman-Grenville, 1962 : 9-17). Lors de son deuxième voyage, Sindbâd aborde la région d’al-Qumr qui comprend l’archipel des Comores et le nord de Madagascar. Dans le port d’Hormuz, il mentionne la vente de défenses d’ivoire africaines. Durant son cinquième voyage, Sindbâd visite la Somalie et la côte orientale jusqu’à Anjouan et l’île de Mouyâ où poussent la cannelle et le poivre. Le bois d’aloès viendrait de l’île de Chadjî situé à cinq jours des Comores, certainement les Maldives. Sindbâd passe donc par les côtes africaines, puis via les Comores, il rejoint directement les Maldives jusqu’aux côtes indiennes. Cette information importante est corroborée par d’autres textes de géographes arabes contemporains comme ‘Ubayd Allâh Ibn Khourradâdhbih en 846 et Ja‘far al-Marwazî en 887. Ainsi dès le ixe siècle, il existait deux grandes routes maritimes entre l’Asie et l’Afrique, l’une longeant la péninsule Arabique, rendant les navires tributaires des côtes omanaises et yéménites et l’autre qui traversait directement l’océan Indien.

13Un autre récit de marin du golfe Persique fut écrit au milieu du xe siècle, c’est celui de Buzurg ibn Shahriyâr. Ce voyageur des mers était originaire du port d’Hormuz ou de Sirâf, il rédigea le Kitâb ‘ajâ’ib al-Hind ou « Le Livre des Merveilles de l’Inde » (Sauvaget, 1954 : 221-230). Le texte donne des informations très importantes sur les produits échangés entre l’Afrique et la Perse. Il y est fait mention des mines d’or du pays des Zendjîs, mais aussi du commerce des esclaves africains au xe siècle. Partis de l’Oman pour Qanbalû en 922, la violence des vents déroute le navire de Buzurg ibn Shahriyâr vers Sofala, une ville de la terre des Zendjîs. Les marins y sont bien accueillis et se livrent à du troc. Abusant de l’hospitalité et de la naïveté de leurs hôtes, Buzurg décide d’enlever le roi des Zendjîs et sept de ses suivants lors du départ de son bateau. Le roi est mis à fond de cale avec 200 autres captifs. Il est ensuite vendu comme esclave à Bara, où il se convertit à l’islam ; puis il est envoyé à Bagdad. Suite à un pèlerinage à la Mecque, il s’échappe en Égypte et revient dans son pays après un long périple. Des années après, le hasard des vents renvoie Buzurg et ses compagnons dans la même localité africaine. En raison de leur lâcheté et de l’importance du crime commis, ces derniers prennent peur au moment où ils reconnaissent le roi qu’ils avaient capturé auparavant, mais, touché par la grâce, le roi pardonne à ceux qui l’avaient vendu comme esclave : le destin ne voulait-il pas qu’il devînt musulman ? Le Livre des merveilles indique aussi que le roi a converti sa population. Ce fait est extrêmement intéressant car il s’agit d’une des plus anciennes relations d’islamisation en Afrique orientale.

14L’essor précoce et l’ampleur du commerce sur les côtes africaines eurent des ramifications dans l’ensemble constitué par l’océan Indien, le golfe Persique et la mer Rouge. L’Afrique orientale fut certainement islamisée entre le ixe et le xe siècle, mais les premières traces archéologiques de cette islamisation remontent au xie siècle.

La mosquée swahilie : architecture et expression de l’Islam

15La culture swahilie s'étend de Mogadiscio en Somalie, jusqu'à la baie de Sofala au Mozambique, en passant par le Kenya, la Tanzanie et le nord de Madagascar, relié au continent africain par les Comores. De nombreuses mosquées médiévales ont été recensées sur la côte orientale, notre corpus de référence est basé sur l’ouvrage de Peter Garlake : The Early Islamic Architecture of the East African Coast.

  • 4 Seules deux mosquées se démarquent considérablement du modèle swahili et peuvent être directement r (...)

16Les mosquées swahilies, du xie au xve siècle, ont une salle de prière rectangulaire flanquée d’ailes latérales étroites, faisant généralement un tiers de la largeur de la salle centrale. Ces mosquées n’ont pas de tour-minaret et sont bordées par une petite cour où se pratiquent les ablutions. Certaines mosquées comportent une rangée centrale de piliers placée face au mihrâb. La niche du mihrâb n’est pas intégrée dans le mur et forme une protubérance quadrangulaire à l'extérieur de la mosquée. Les plans des mosquées swahilies4 présentent de nombreuses ressemblances avec leurs homologues d'Arabie du sud, notamment des rivages de l’Hadramaout et de l’Oman (Costa, 2001 : 223). Ainsi, au xve siècle, le mihrâb de la grande mosquée de Gedi est décoré de 13 porcelaines bleues et blanches insérées dans les tympans et dans l'intrados de l'abside. Cette utilisation de la vaisselle, comme élément de décoration des qiblas ou des mihrâbs est aussi reconnue en Oman dans la mosquée Shawâdhnâ de Nizwa, datée de 1530 et ornée d’incrustations de coupes de porcelaines bleues et blanches (Kervran, 1996 : 126-127).

  • 5 Une autre plaque au-dessus de l'entrée du minaret de la jamia de Mogadiscio porte une inscription d (...)

17En 1331, Ibn Baṭṭûṭa constate que Mogadiscio est une des villes les plus importantes de la côte (Freeman-Grenville, 1962 : 28-30). Cette croissance entraîne de profonds remaniements de la cité, notamment la création d’un nouveau centre urbain au xiiie siècle (Pradines, 2004 : 338). La construction de la mosquée de Fakhr al-Dîn dans la partie orientale du quartier d’Omar Wani. Une plaque en marbre avec un bas-relief est insérée dans la niche du mihrâb et représente une lampe de mosquée suspendue par une chaîne qui pend du sommet d'une arche à six lobes. Au-dessus de cette dernière, une tuile glaçurée ornée d’un mihrâb recticurviligne porte une inscription datée de 1268, dédicacée au nom du fondateur : Khusru, fils de Mohammed al-Shirâzi5. Or c'est précisément cette année-là qu'Abû Bakr b. Fakhr al-Dîn fonde un sultanat ayant pour siège Mogadiscio. L'incrustation de céramique dans les mihrâbs et l’utilisation de voûtes coniques dans les mosquées de Fakhr al-Dîn, Mwana et Ungwana sont des traditions décoratives qui s'implantent en gagnant l’Afrique orientale (la Somalie et le nord du Kenya) entre le xiiie et le xive siècle. Nous pensons qu'il s'agit d'un phénomène développé par des Seldjoukides venus du golfe Persique à la demande des sultans de Mogadiscio. Les premières coupoles d'Afrique orientale sont les plus sophistiquées ; en effet la coupole polygonale à pans plats de la mosquée de Fakhr al-Dîn est constituée de pierres de taille admirablement ajustées. Cette forme architecturale rappelle les édifices religieux d'Anatolie seldjoukide, notamment la mosquée de Diwrigi datée de 1228. Au Kenya, la mosquée de Mwana, datant du xive siècle et située à l’embouchure du fleuve Tana, possède un système de couverture très proche de la mosquée de Mogadiscio (Wilding, 1975 : 149-150).

Figure 2 : Plan de la grande mosquée de Kilwa (Kisiwani, Tanzanie)

Agrandir

©Pierre Blanchard

  • 6 Horton, 1991 : 103-116 ; Pradines, 2010. L'origine et l’étude des premières mosquées swahilies repo (...)
  • 7 D'après les Portugais, des communautés indiennes sont implantées sur toute la côte orientale, des m (...)

18En Tanzanie, la grande mosquée de Kilwa est divisée en deux parties, la partie nord correspondant à la mosquée la plus ancienne, date du xiie siècle (Fig. 2). Selon les Chroniques de Kilwa, la mosquée nord fut bâtie entre 1131 et 1170 (Freeman-Grenville, 1962 : 122-125 ; Horton, 1996 : 218-223). Ces chroniques indiquent que la grande mosquée est agrandie vers le sud entre 1294 et 1302 ; l’édifice atteint ses limites actuelles et une grande coupole est ajoutée sur le côté oriental (Gray, 1954 : 22-42 et Chittick, 1974 : 61-99). Ce réaménagement correspond à un changement de dynastie, Kilwa étant dirigée par le clan des Mahdalis, originaires de l’Hadramaout sur la côte sud du Yémen à partir du xiiie siècle. L'extension sud s'écroule en 1331, à cause d'un tremblement de terre. Entre 1421 et 1442, Sulaymân ibn Muḥammad fait restaurer l’édifice et couvrir de dômes toute la zone sud sur le modèle de la grande coupole (De Barros, 1552). La multiplication des dômes et leur organisation en alternance avec des voûtes en berceaux6 rappelle les mosquées indiennes Tughluq du xive siècle ou des édifices bahmanides plus tardifs, du xve siècle (Lewcock, 1976 : 13-23), ce qui laisserait penser que les architectes de la grande mosquée de Kilwa étaient originaires du Deccan7.

  • 8 Selon Horton, la première mosquée de Shanga remonterait au ixe siècle ; mais les trois premières (...)
  • 9 Cette roche fossile forme le substrat géologique de tout le littoral de la côte orientale. Les bloc (...)

19Dans l’archipel de Lamu, au nord du Kenya, Mark Horton a fouillé la grande mosquée de Shanga datée du xive siècle dans son état final8. Néanmoins, une première mosquée est construite à Shanga entre 1015 et 1035, avec des murs constitués d'un parement de blocs en corail marin. Le bâtiment forme un rectangle d’une dimension de 11,22 sur 7,21m. Selon les traditions orales de nombreuses cités swahilies, les premières mosquées en pierre sont associées aux Shirâzis. C’est au cours du xie siècle que les bâtisseurs swahilis adoptent le corail pour la construction de leurs mosquées (Horton, 1991 ; Wright, 1992 : 81-128). Ce matériau est utilisé pour la confection des murs jusqu’au xiie siècle. Son extraction étant peu aisée, il sera ensuite réservé aux sculptures fines des pourtours des mihrâbs. Le corail de mer est remplacé par le calcaire corallien à partir du xiiie siècle9.

Figure 3 : Plan de la grande mosquée de Gedi (Malindi, Kenya)

Agrandir

© Stéphane Pradines

  • 10 Lors des fouilles archéologiques de Tumbatu (île de Zanzibar), Catherine Clark et Mark Horton ont m (...)

20D’autres mosquées, dites « shirâzies », sont bâties du xie au xiie siècle, et semblent avoir les mêmes proportions (Chittick, 1974 : 61 ; M. Horton, 1996 : 191 ; S. Pradines, 2001 : 27). Ainsi au Kenya, la première mosquée de Gedi mesurait 10m sur 7m (Fig. 3). En Tanzanie, la grande mosquée de Kilwa Kisiwani fut érigée entre 1131 et 1170 (Freeman-Grenville, 1962 : 122-125). Son plan initial est basé sur un rectangle de 11,8m sur 7,8m (Fig. 2). Toujours dans la baie de Kilwa, Sanjé ya Kati est une petite île circulaire qui abrite une grande mosquée fondée dans la seconde moitié du xie siècle ; avec ses ailes latérales, la mosquée mesure 10,21m sur 9,46m (Fig. 4)10.

Figure 4 : Plan et photographie de la mosquée de Sanjé ya Kati (Tanzanie)

Agrandir

© Stéphane Pradines et Pierre Blanchard

21Toutes les mosquées décrites précédemment possèdent une orientation nord/nord-ouest, au lieu d’être tournées plein nord vers la Mecque. Mark Horton pensait que l’orientation nord/nord-ouest de la mosquée primitive de Shanga était due à un manque de connaissances géographiques de la part des bâtisseurs. Mais son hypothèse n’était basée que sur l’exemple de Shanga. Nous avons maintenant recensé deux autres cas similaires : les grandes mosquées kenyanes de Gedi et de Manda (Chittick, 1984 : 51-53 et Pradines, 2004 : 290), sont toutes les deux orientées comme Shanga. En fait, les bâtisseurs étaient certainement d’une origine ethnique et d’une confession différente, puisque l’on passe au xiiie siècle, de shiites du golfe Persique et de l’Égypte fatimide à des sunnites, essentiellement originaires de l’Hadramaout.

22Il existe donc un lien entre l’islamisation de la côte africaine et des communautés shiites venues essentiellement du golfe Persique, et appelées génériquement « shirâzies ». Le plus ancien mihrâb swahili connu est révélateur de ces influences transocéaniques. Le mihrâb de Kizimkazi, sur l'île de Zanzibar, est orné d’un passage du Coran et porte la date de 1107. La niche est décorée d'inscriptions en coufique fleuri qui courent au niveau des chapiteaux et à l'intérieur de l'abside (Horton, 1996 : 203-208 et 229). À Bahrayn, la mosquée du Souk al-Khamîs a préservé une inscription souveraine sculptée en coufique fleuri au nom du troisième émir de la dynastie des Uyûnides dont le règne se situe entre 1131 et 1149. Le texte débute par la shahâda shiite et mentionne les imâms duodécimains. La mosquée est aussi citée dans les dernières décennies de l’empire qarmate vers 1050. Les îles de Bahreïn et de Zanzibar ont en commun ce type de mihrâb original et sobre (Kervran, 1990 : 31 et 48).

23Ces trop rares exemples archéologiques permettent de se poser des questions sur le rôle des communautés Shiites dans l’islamisation et l’urbanisation de la côte orientale de l’Afrique.

L'islamisation de la côte et le rôle des Shirâzis

  • 11 Les Swahili possédaient des archives – nyaraka - les chroniques des grandes cités-États de la cô (...)

24Selon le Kitâb al-Zandjî et les Chroniques de Pate11, l'islamisation de la côte swahilie remonterait au viie siècle. En 696, le Calife ΄Abd al-Malik b. ibn Marwân aurait envoyé des Syriens construire 35 villes sur les rivages africains. Mais les Annales d'Oman relatent des faits certainement plus proches de la réalité : les frères Sulaymân et Sa΄îd auraient quitté l'Oman avec leurs proches pour se réfugier en Afrique lors de la conquête de leur pays par ΄Abd al-Malik en 692 (Wilkinson, 1981 : 272-304).

  • 12 De 932 à 1062, les Bûyides s’installent à Bagdad, c’est la fin de l'empire abbâsside et un retour t (...)

25Cette migration forcée démontre que l'Afrique fut un lieu de refuge pour les minorités religieuses persécutées dès le viie siècle, notamment les shiites violemment réprimés par les Abbassides entre 762 et 79912. Ces populations, considérées comme hérétiques, s'installèrent au sud de la Somalie, au Bénadir. Les Zaydites constituaient un de ces groupes shiites persécutés par les Abbassides. Repérés à Pate en 760, João de Barros parle de ces migrants Zaydites qui se seraient adaptés aux us et coutumes des autochtones (Pouwels, 2000 : 256 ; Trimingham, 1964 ; Horton, 1996 : 422-423). Charles Guillain nous apprend qu’une secte shiite quitte le port d'al-Hasa et fonde les cités de Mogadiscio, Barawa, Merka et Zanzibar entre 908 et 924 (Guilain, 1856 : 6-7 et De Barros, 1552 dans Strandes, 1968 : 73).

26Cette secte était peut être zaydite, mais elle pouvait aussi bien être qarmate. Comme on le sait, les Qarmates sont issus d’un mouvement religieux basé sur les idées messianiques d’un shiisme radical. Le royaume qarmate a rayonné sur le golfe Persique du xe au xie siècle. Des liens intensifs, commerciaux et religieux, entre l’État qarmate et la côte africaine, pourraient être à l’origine du mythe shirâzi. Les Qarmates possèdaient le port d’al-Hasâ ; leur capitale était localisée à Bahreïn et étendit son influence sur la côte orientale de l'Arabie jusqu'au sud de l'Iraq. L’état qarmate, indépendant du califat, fut puissant et prospère. Les Qarmates envahirent le Yémen en 883 et mirent à sac La Mecque en 929. Ils occupèrent l'Oman en 930, et menacèrent même les portes du Caire en 971. En 1004, les Qarmates auraient possédé jusqu’à 30 000 esclaves noirs issus des terres d’Afrique orientale. Déjà au ixe siècle (869-883), la fameuse révolte des Zendjîs est riche d’enseignements tant sur la quantité d’esclaves africains présents dans le golfe Persique que sur la religion de ces personnes. Plusieurs dizaines de milliers d’esclaves noirs travaillaient dans la région de Baṣra ; ils furent contactés par le Daï de Kufa qui proposa une alliance au « Prince des nègres » (Goeje, 1886 : 9 et 26). Le déclin de la dynastie qarmate se situe à la fin du xie siècle, plus précisément en 1077, date de la fin de la dynastie (Pradines, 2004 : 140-141 ; Pouwels, 1974 : 68-70).

  • 13 Les Ibadites forment une section modérée du mouvement Kharijite. Les Ibadites omanais reviennent en (...)

27Les Shirâzis, qui arrivèrent à Kilwa en 957, trouvèrent une mosquée qui était peut-être ibadite, car Yâqût relate que les dirigeants de Pemba suivaient cette doctrine en 1116 (De Barros, Decade I, livre VIII in Freeman-Grenville, 1962 : 32 et 81 ; Horton et Middleton, 2000 : 64-67). Les Ibadites, chassés du golfe Persique et d'Arabie du sud, forment une autre communauté réfugiée en Afrique13, ainsi au xiie siècle, Yâqût relate que les dirigeants de Pemba étaient des émigrés de Kûfa. Les Chroniques de Kilwa précisent que deux frères professaient cette doctrine dans la cité en 1116. Pour Mark Horton, les mosquées de Sanjé ya Kati, Ras Mkumbuu et Tumbatu seraient des mosquées ibadites (Horton et Middleton, 2000 : 64-68). Fouillée en 1991, la grande mosquée de Tumbatu remonterait au xiie siècle, mais son mihrâb plus tardif serait du début du xiiie siècle. La niche de ce mihrâb est aménagée dans épaisseur du mur de qibla comme à Sanjé ya Kati.

  • 14 Frères « ikhwan », au pluriel, signifie « frères religieux », il pourrait donc s’agir d’une (...)

28Dans leurs traditions orales, de nombreuses cités swahilies se réclament d’origine shirazie, il s’agit bien sûr de récits fondateurs récurrents en Islam, mais qui comportent des particularités propres à la côte orientale (Pradines, 2009 : 49-53 et 71). D'après les Chroniques de Kilwa, la cité fut fondée par des réfugiés venus de Shirâz. Selon la principale version du mythe de fondation, le sultan Ali ibn Sulaymân al-Shirâzî et ses six fils ou ses six frères14 fuirent leur ville de Shirâz suite à des persécutions religieuses. Ils quittèrent le pays depuis le port de Sirâf à bord de sept navires en direction des côtes africaines. Selon une autre version, ils partirent du port d'Hormuz sur deux bateaux. D'autres traditions parlent de neuf frères partis sur trois navires depuis al-Hasâ dans le golfe Persique entre 908 et 924. Ils arrivèrent sur la côte somalienne où ils fondèrent Mogadiscio et Barawa (Freeman-Grenville, 1962 : 45-59 ; Guilain, 1856 : 6-7 et Strandes, 1968 : 73). À chaque escale sur la côte africaine, un de ces sept personnages aurait fondé une cité, dont voici la liste du nord au sud : Mandakha, Shaughu, Yanba, Mombasa, Pemba, Kilwa et Hanzuân. Mandakha serait, soit la cité de Mogadiscio en Somalie, soit la ville de Manda dans l’archipel de Lamu au Kenya (Neville Chittick, 1984). Shaughu serait le site de Shanga dans l’archipel de Lamu. Yanba correspondrait à Malindi-Gedi au Kenya. Pemba et Hanzuân, ou Anjouan au Comores, sont des îles qui regroupent plusieurs sites anciens et donc certainement ceux fondés par les Persans. Le dernier voyageur – le sultan et père, ‘Ali ibn Sulaymân, aurait été le dernier à s'arrêter sur une île de l’archipel des Comores en 985. Les dates fournies dans les Chroniques sont parfois controversées, cependant les noms des sultans associés aux événements majeurs de la cité sont confirmés par l'archéologie et la numismatique (Ducatez, 2003 : 147 et Rougeulle, 2004 : 233-234). Enfin, Mombasa et Kilwa existent toujours et ne posent pas de problème d’identification. La ville de Kilwa aurait été fondée en 957 par Hassan ibn ‘Alî, un des six fils du sultan.

  • 15 Une tradition similaire existe sur l’île de Pemba en Tanzanie, elle concerne des populations appell (...)

29Des traditions orales assez similaires existent pour les ports de la mer Rouge, notamment à Aden et Djedda, qui mentionnent l’arrivée de Perses immigrés de Sirâf au cours du xie siècle. Ces derniers auraient été de grands bâtisseurs et auraient notamment généralisé les constructions en pierre, en faisant ériger des mosquées, des caravansérails, de nouveaux puits, des enceintes et des citernes15. Ces Sirâfis furent chassés de leur cité en 1080 par un décret des instances religieuses de la Mecque, selon l’ouvrage d’Ibn al-Mugâwir daté de 1232 (Ducatez, 2003 : 139 et 147, note 65 et 2004 : 165). Au Yémen, Axelle Rougeulle a découvert et fouillé un établissement islamique fondé au xe siècle et occupé brièvement jusqu’au xiie siècle (Rougeulle, 2004 : 224-225 et 233-234). Le comptoir de Sharma, localisé sur les rives de l’Hadramaout, aurait été fondé par une diaspora de communautés du golfe Persique après le déclin de Sirâf. En réalité, le terme « shirâzi » désigne beaucoup plus que la ville de Shirâz ou le port persan de Sirâf. Ce vocable mythique regroupe un ensemble de populations du golfe Persique arrivées très tôt en Afrique orientale et partageant peut être des valeurs religieuses communes comme le shiisme.

30Pendant les premiers siècles de l’hégire, la côte swahilie n’est que faiblement islamisée, malgré l’arrivée de réfugiés politiques et de minorités religieuses. Au xe siècle, Ibn Hawqal et al-Mas‘ûdî précisent que les Zandjîs adoraient de nombreux dieux et des idoles (Ibn Hawkal, Kitâb al-Masâlik wa ‘l-mamâlik, 356/967 in Mathew, 1963 : 105). Au xiie siècle, la situation n'a guère évoluée et al-Idrisi déclare que la plupart des villes zandjîes étaient païennes et que les habitants de Barawa vénéraient des pierres dressées (Freeman-Grenville, 1962 : 41). La coexistence des religions africaines et orientales semble avoir été relativement pacifique, il n’y eut pas de conversions forcées ou de jihâd. La culture swahilie a donc reçu l’Islam par le commerce, cette religion est d’abord réservée à une élite marchande, perse ou arabe, qui collabore avec des élites locales africaines.

31Un changement se produisit au xiiie siècle, lorsque Yâqût décrit de nombreuses communautés musulmanes installées sur les rivages africains. À partir du xive siècle, tous les groupes shiites semblent avoir été remplacés par des sunnites, car, en 1331, Ibn Baṭṭûṯa ne rencontre que des sunnites shafi’ites sur toute la côte (Ibn Battûta, Voyages d'Ibn Battuta [Tuhfat al-nuzzâr fi gharâ’ib al-amsâr wa-‘adjâ’ib al-asfâr, 756/1357], édité par Defremery et Sanguinetti, 1949). Ce changement doit être vu dans une perspective globale sur le monde islamique : en effet, à la fin du xiie siècle, le Yémen est conquis par les Ayyûbides qui imposent le sunnisme dans la région. Au cours du xiiie siècle, les Princes rasûlides vont continuer à diffuser cette doctrine au Yémen et au-delà des Mers. La progression du sunnisme sur la côte orientale serait donc à imputer aux contacts avec les commerçants de l'Hadramaout. Kilwa en serait la parfaite illustration, car ses habitants se sont convertis au sunnisme au xiiie siècle avec l'avènement de la dynastie Mahdali, de confession shafi‘ite, et d'après Ibn al-Mugâwir, une école professait cette doctrine à Kilwa (Wilkinson, 1981 : 272-304).

Conclusion

32Le commerce maritime dans l’océan indien, le golfe Persique et la mer Rouge a permis l’éclosion d’une culture originale, la culture swahilie. L’Afrique orientale a été certainement islamisée entre le ixe et le xe siècle, mais les premières traces archéologiques de cette islamisation remontent au xie siècle. Ces traces sont caractérisées par des mosquées construites en corail.

33Il existe un lien entre l’Islamisation de la côte africaine et des communautés shiites, appelées génériquement « shirâzies » ; elles ont en effet joué un rôle décisif dans l’urbanisation de la côte orientale de l’Afrique. L’islamisation reste ici intimement liée à l'utilisation de l'arabe comme langue véhiculaire pour les transactions commerciales transocéaniques. L'islam swahili, tolérant et syncrétique, s'est donc imposé en douceur par l'intermédiaire de petits groupes de marchands et de réfugiés arabo-persans.

Haut de page

Bibliographie

Barros (J.), 1945, Decadas Da Ásia, dos feitos qie os Portuguezes fizeram no descubrimento, e conquista dos mares, e terras do Oriente [1552], Ministério das colonias, Lisbonne, livre I : 443 p. et livre II : 474 p.

Battûta, 1949 (1er ed. 1853), Voyages d'Ibn Battuta [1331], trad. Defremery C. et Sanguinetti B., Imprimerie Nationale, Paris, vol. 2 : 465 p.

Bonnenfant P. et G., Hamad ibn Sulayman al-Harthi S., 1977, « Architecture and Social History at Mudayrib », Oman Studies III-2, p. 107-135.

Bosworth C.E., Van Donzel E., Heinrichs W.P. et Lecomte (ed.), 1997, Encyclopédie de l’Islam. Nouvelle édition, Tome IX, Leyde, Brill.

Casanova P., 1922, Notes sur les voyages de Sindbad le marin, Bull. de l'Institut Français d'archeologie orientale du Caire 20, p. 113-98.

Chittick N., 1974, Kilwa an Islamic Trading City on the East African Coast, Nairobi, BIEA, 2 vols., 514 p.

— 1980, « L'Afrique de l'est et l'orient : les ports et le commerce avant l'arrivée des Portugais », Relations historiques à travers l'océan Indien, Histoire générale de l'Afrique, Études et documents 3, UNESCO, p. 15-25.

— 1984, Manda: excavations at an island port on the Kenya Coast, Nairobi, BIEA, 258 p.

Costa P., 2001, Historic Mosques ans Shrines of Oman, British Archaeological Reports 938, Archaeopress, Oxford, 270 p.

Ducatez G., 2003, « Aden et l’océan Indien au xiiie siècle : navigation et commerce d’après Ibn al-Mugâwir », Annales Islamologiques 37, IFAO, Le Caire, p. 137-156.

Flury S., 1922, « The kufic inscriptions of Kizimkazi Mosque, Zanzibar, 1107 A.D. », Londres, Journal of the Royal Asiatic Society, p. 257-264.

Freeman-Grenville G.S.P., 1962, The East African Coast (select documents from the first to the earlier nineteenth century), Oxford, Clarendon Press, 314 p.

— 1963, « The Coast, 1498-1840 », in R. Oliver et G. Mathew (ed.), History of East Africa 1, Oxford, Clarendon Press, p. 129-168.

Garlake P., 1966, The Early Islamic Architecture of the East African Coast, Nairobi, BIEA, 207 p.

Gray J., 1954, « The Wadebuli and the Wadiba », Tanzania Notes and Records 36, Dar es-Salaam, p. 22-42.

Goeje M.J. de, 1886, Mémoire sur les Carmathes du Bahraïn et les Fatimides, Leyde, Brill.

Guillain C., 1856, Documents sur l'histoire, la géographie et le commerce de l'Afrique Orientale, Paris, Arthus Bertrand, 3 vols. : 628 p., 556 p. et 527 p.

Horton M., 1991, « Primitive islam and architecture in East Africa », Muqarnas 8, Leyde, Brill, p. 103-116.

— 1996, Shanga. The archaeology of a Muslim trading community on the coast of East Africa, Nairobi, BIEA, 458 p.

Horton M. et Middleton J., 2000, The Swahili, Oxford, Blackwell, 282 p.

Idrisi, 1968, Description de l'Afrique et de l'Espagne, trad. de Dozy R. et Goeje M.J., Leyde, Brill, 393 p.

Kervran M., 1990, « La mosquée al-Khamis à Bahrain : son histoire et ses inscriptions », Archéologie Islamique 1, Paris, Maisonneuve-Larose, p. 7-51.

Keswani D. G., 1980, « Influences culturelles et commerciales indiennes dans l'océan Indien, de l'Afrique et Madagascar à l'Asie du sud-est », Relations historiques à travers l'océan Indien, UNESCO, p. 37-50.

Lewcock R., 1976, « Architectural connections between Africa and parts of the Indian Ocean littoral », Londres, Art and Archaeology Research Paper 9, p. 13-23.

— 1978, « Traditional Architecture in Kuwait and the Northern Gulf », Art and Archaeology Research Papers.

Mathew G., 1963, « The East African coast until the coming of the Portuguese », in R. Oliver et G. Mathew (ed.), History of East Africa, Oxford, Clarendon Press, vol. 1, p. 94-127.

Hawkal, 1883, Kitâb al-Masâlik wa ‘l-mamâlik, [967], trad. Devic (L. M.), Le Pays des Zendjs (ou la Côte Orientale d'Afrique au Moyen-Age), Paris, Hachette, 280 p.

Miège J.-L., 1982, « L'Oman et l'Afrique orientale au xixe siècle », in P. Bonnenfant (ed.), La Péninsule Arabique d'aujourd'hui, Paris, CNRS, vol. 2, p. 293-318.

Moffa C., 1995, L'Afrique à la périphérie de l'histoire, Paris, L'Harmattan, 383 p.

Pouwels R., 2000, « The East African Coast, c. 780 to 1900 c.e. », in N. Levtzion et R. Pouwels (ed.), The History of Islam in Africa, Oxford, James Currey, p. 251-271.

Pradines S., 2003, « Le mihrab swahili : Évolution d’une architecture islamique en Afrique subsaharienne », Annales Islamologiques 37, Le Caire, IFAO, p. 355-381.

— 2004, Fortifications et urbanisation en Afrique orientale, Cambridge Monographs in African Archaeology 58, British Archaeological Reports, Oxford, Archaeopress, 374 p.

— 2009, « L’île de Sanjé ya Kati (Kilwa, Tanzanie). Un mythe Shirâzi bien réel », Azania : Archaeological Research in Africa 44, Issue 1, Routledge, p. 49-73.

— 2010, Gedi, une cité portuaire swahilie. Islam médiéval en Afrique orientale, Monographies d’archéologie islamique, Le Caire, IFAO, 302 p.

Pradines S. et Blanchard P., 2005, « Kilwa al-Mulûk. Premier bilan des travaux de conservation-restauration et des fouilles archéologiques dans la baie de Kilwa, Tanzanie », Annales Islamologiques 39, Le Caire, IFAO, p. 25-80.

Rougeulle A., 2004, « Le Yémen entre Orient et Afrique : Sharma, un entrepôt du commerce médiéval sur la côte sud de l’Arabie », Annales Islamologiques 38, Le Caire, IFAO, p. 201-253.

Sauvaget J., 1948, « Relation de la Chine et de l’Inde », Collection Arabe de l’Association des Belles lettres XLI, Paris, Budé, 81 p.

Sheriff A., 1992, « Mosques, merchants and landowners in Zanzibar stone town », Azania 27, Nairobi, BIEA, p. 1-20.

Stigand C. H., 1966 (1er éd. 1913), The Land of Zinj, being an account of British East Africa, its ancient history and present inhabitants, Londres, Frank Cass, 351 p.

Strandes J., 1971 (1er éd. 1899), The Portuguese Period in East Africa, Nairobi, East African Litterature Bureau, 373 p.

Tibbetts G.R., 1981 (1ère éd. 1971), Arab Navigation in the Indian Ocean before the coming of the Portuguese, Londres, Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland, 614 p.

Trimingham J. S., 1964, Islam in East Africa, Oxford, Clarendon Press, 198 p.

Wilding R., 1975, « A preliminary note on the second mosque at Mwana », Azania 10, Nairobi, BIEA, p. 149-150.

Wilkison J.-C., 1981, « Oman and East Africa : new light on early Kilwa history from the omani sources », The International Journal of African Historical Studies 14-2, p. 272-304.

Wright H., 1992, « Early Islam (Oceanic trade and town development on Nzwani : the Comorian archipelago in the XIth- XVth centuries a.d) », Azania 27, Nairobi, BIEA, p. 81-128.

Haut de page

Notes

1 De l’Arabe, sawâhil, « les pays de la côte », Encyclopédie de l’Islam 9 : 95-956.

2 Selon Ibn Madjid, la côte des Zandjî ou Zendjs commence à Warsheikh, à quelques kilomètres au nord de Mogadiscio. Voir : Devic, 1883 : 15 ; Stigand, 1966 ; Tibbetts, 1981 : 422.

3 Ce toponyme vient de Zandj al-Bahr, la terre des Zandjî (Freeman-Grenville, 1962 : 29).

4 Seules deux mosquées se démarquent considérablement du modèle swahili et peuvent être directement reliées à des traditions étrangères : il s'agit de la grande mosquée de Fakhr al-Dîn à Mogadiscio, en Somalie et de la grande mosquée de Kilwa, en Tanzanie.

5 Une autre plaque au-dessus de l'entrée du minaret de la jamia de Mogadiscio porte une inscription de 1238.

6 Horton, 1991 : 103-116 ; Pradines, 2010. L'origine et l’étude des premières mosquées swahilies reposent pour l’instant sur les fouilles archéologiques de Mark Horton et sur nos propres recherches Nous avons dirigé des fouilles archéologiques en Afrique orientale, qui étaient soutenues et financées par la Commission des fouilles du Ministère français des Affaires Etrangères. Nous avons fouillé à Gedi de 1999 à 2003 (Kenya) ; à Songo Mnara en 2004 (Kilwa, Tanzanie) ; et à Sanjé ya Kati de 2005 à 2006 (Kilwa, Tanzanie).

7 D'après les Portugais, des communautés indiennes sont implantées sur toute la côte orientale, des marchands gujerati sont observés à Mombasa en 1504 et on trouve un maçon indien travaillant à Fort Jésus en 1593.

8 Selon Horton, la première mosquée de Shanga remonterait au ixe siècle ; mais les trois premières structures, datées de 750 à 825, sont soumises à controverse et ne sont peut-être pas des mosquées mais les restes d'une unité domestique.

9 Cette roche fossile forme le substrat géologique de tout le littoral de la côte orientale. Les blocs sont exploités dans des carrières à ciel ouvert, non loin du lieu de construction. Les premiers bâtiments sont montés avec un appareil régulier lié avec de la chaux. À la fin du xive siècle, les mosquées en pierre se généralisent et finissent par atteindre des dimensions importantes, comme la grande mosquée de Gedi qui mesure 26m de long. À partir de cette période, les murs des édifices sont érigés à l’aide d’un coffrage de moellons irréguliers noyés dans du mortier de chaux.

10 Lors des fouilles archéologiques de Tumbatu (île de Zanzibar), Catherine Clark et Mark Horton ont mis au jour les fondations d’une mosquée du vendredi du xiie siècle d’une dimension similaire, dont on attend toujours la publication.

11 Les Swahili possédaient des archives – nyaraka - les chroniques des grandes cités-États de la côte, les plus renommées étant les Chroniques de Kilwa, éditées partiellement par J. de Barros en 1552 et les Chroniques de Pate, transcrites par le Capitaine Stigand entre 1890 et 1903.

12 De 932 à 1062, les Bûyides s’installent à Bagdad, c’est la fin de l'empire abbâsside et un retour temporaire du shiisme.

13 Les Ibadites forment une section modérée du mouvement Kharijite. Les Ibadites omanais reviennent en Afrique en 1836, sous le Sultanat de Zanzibar, bien tolérés par les Sunnites, ils restèrent néanmoins minoritaires. (Sheriff, 1995 : 46-66).

14 Frères « ikhwan », au pluriel, signifie « frères religieux », il pourrait donc s’agir d’une confrérie ismaélienne (Strandes, 1968 : 73).

15 Une tradition similaire existe sur l’île de Pemba en Tanzanie, elle concerne des populations appellées wa-Debuli (Pradines, 2004 : 52).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Pradines, « Commerce maritime et islamisation dans l’océan Indien : les premières mosquées swahilies (xie-xiiie siècles) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 130 | février 2012, mis en ligne le 21 février 2012, consulté le 18 décembre 2014. URL : http://remmm.revues.org/7446

Haut de page

Auteur

Stéphane Pradines

Archéologue, IG, IFAO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page