Navigation – Plan du site
Lectures

Battesti Vincent et Ireton François (éd.), 2011, L’Égypte au Présent. Inventaire d’une société avant révolution. Paris, Sindbad-Actes Sud, 1 179 p.

Catherine Miller

Texte intégral

1Cet ouvrage de 1179 pages est une véritable « somme » qui offre un remarquable état des savoirs sur la société égyptienne contemporaine des décennies 1970-2010. Dédié à la mémoire d’Alain Roussillon, grand connaisseur de l’Égypte et ancien directeur du CEDEJ (Centre d’Etudes et de Documentation Economiques et Juridiques) au Caire, ce livre a été écrit au trois quarts par des chercheurs français, égyptiens ou européens en poste au CEDEJ dans les années 1990-2000 et reconnus comme spécialistes de leurs domaines respectifs. À ce titre, il illustre le capital de connaissance accumulé par ce centre. Il faut saluer le courage et la patience des deux éditeurs qui se sont adonnés à ce travail harassant et de longue haleine qu’est la mise en commun de ce savoir accumulé. Il faut également saluer les Éditions Sindbab d’accepter d’accompagner une telle publication. Le projet éditorial s’est construit en 2007, bien avant la révolution mais la publication de l’ouvrage en avril 2011 a été facilitée par les événements de Tunisie et d’Égypte qui ont soulevé un regain d’intérêt pour ces pays et qui ont fait que cet ouvrage est venu à point nommé. Mais dans la frénésie éditoriale qui a suivi la chute des présidents Ben Ali et Moubarrak, ce livre apparait comme l’antithèse de toutes les publications hâtives et ponctuelles. Ceux qui y chercheraient une réponse rapide et clefs en main pour comprendre la « prise de la place Tahrir » en seront pour leurs frais. Ceux qui auront la ténacité et la patience de lire ce poids-lourd éditorial comprendront mieux la complexité de la société égyptienne, ses défis et ses enjeux. Ils retrouveront, dans plusieurs articles, le constat d’un système perverti par les inégalités et les prémisses, si ce n’est d’une révolution annoncée, du moins de révoltes inéluctables, du fait du coût social d’une politique libérale accentuée dans tous les secteurs économiques et sociaux au cours des années 1990.

2Regroupant quarante articles, distribués en six grandes parties, l’ouvrage adopte une structure de type savoir encyclopédique. L’objectif est de présenter un panorama de l’évolution de l’Égypte contemporaine dans la deuxième moitié du XXe siècle dans les principaux domaines (démographie, urbanisme, économie, éducation, santé, religion, politique, culture, médias, langues etc.). Il poursuit ainsi dans le temps l’ouvrage publié en 1977 par le CNRS (Mantran, 1977) mais dans une perspective totalement renouvelée qui montre combien notre approche de l’Égypte a évolué. Il complète l’excellente somme sur le Caire contemporain publiée par D. Singerman et P. Amar (2006 et 2009), dont il se rapproche dans sa démarche. On y retrouve d’ailleurs une partie des auteurs francophones. Dans chaque partie/domaine, plusieurs articles de fond retracent en diachronie les principales évolutions et transformations et fournissent une bibliographie importante (bien sûr il y manque souvent quelques publications plus récentes dans tel ou tel domaine). On perçoit ici une construction éditoriale rigoureuse et pas simplement une simple juxtaposition d’articles, ce qui fait de cet ouvrage un vrai outil de travail et de références pour tous les chercheurs travaillant sur cette aire et qui garantit sa pérennité pour les années à venir. La plupart des articles s’appuient sur des recherches effectuées dans les années 1990 et au début des années 2000, certains travaux sont déjà connus des spécialistes, mais le regroupement de toutes ces perspectives permet de mieux saisir les dynamiques d’ensemble et de mieux comprendre le (dys)fonctionnement de l’État égyptien sans tomber dans une vision caricaturale et manichéenne.

3Un apport important de cet ouvrage est de pointer la dialectique incessante entre volonté d’action étatique et résistance(s) plus ou moins forte(s) de la société, y compris de certains secteurs de la machine administrative égyptienne, ce qui pose d’emblée la question de la gouvernance, non seulement pour l’Égypte mais pour bien d’autres pays. Car il serait faux de concevoir l’État égyptien uniquement comme un État prédateur. Quels que soient le bilan et les critiques que l’on peut faire des gouvernements égyptiens successifs, on ne peut nier leurs efforts ou tentatives pour contrôler, moderniser et réformer la société égyptienne soit à coup de grands projets (les constructions des villes nouvelles, les grands projets d’infrastructures, etc.), soit à coup de réformes économiques (nationalisation à la période nassérienne, libéralisation dans les périodes qui ont suivi). Et il est frappant de voir que ces grands projets et réformes pensés par le haut se heurtent toujours sur le terrain à de multiples formes de résistance ou de négociation qui freinent considérablement leur impact et leur efficacité présumés, et qu’ils sont la plupart du temps détournés au profit d’une minorité (qui peut changer selon les périodes). Un deuxième apport important est le croisement entre données statistiques macro et analyses qualitatives, croisement qui permet de relativiser des évaluations trop globales (quelles soient positives ou négatives) et d’affiner les constats. C’est cette finesse d’analyse qui permet justement de mieux comprendre comment et pourquoi le système est devenu de plus en plus excluant et inégalitaire malgré des réformes supposées relancer la machine économique. Un troisième apport est la composante pluridisciplinaire, la clarté de l’expression et la priorité donnée à la description des faits. Ce dernier point peut sembler banal, mais quand on voit combien les recherches portant sur des aires géographiques ou culturelles spécifiques sont souvent dénigrées au nom de la sacro-sainte spécialisation disciplinaire qui serait la seule à même de produire de la théorie de haut niveau, on ne peut que se réjouir de voir un ouvrage aussi riche du point de vue des données, aussi ancré dans le concret.

4Il est évidemment impossible de rendre compte de façon équilibrée de l’ensemble des articles. Chaque lecteur ira faire « sa pioche » en fonction de ses domaines d’intérêt. Les lignes qui suivent ne sont donc qu’un résumé des principales thématiques. On retrouve la plupart des « grands noms » des spécialistes francophones de l’Égypte contemporaine, soit comme auteurs d’articles soit cités dans les bibliographies de référence.

5La première partie aborde en huit articles les « fondamentaux » de la société égyptienne : démographie, urbanisation, ruralité qui ont marqué et marquent encore la physionomie du pays. P. Fargues fournit un panorama des mutations démographiques tout au long du xxe siècle et pointe une remontée des taux de natalité depuis les années 1990, remontée en contradiction avec les théories de la transition démographique qui se basent essentiellement sur des facteurs socio-économiques. L’auteur est réticent à recourir à des explications de type culturel (remontée du religieux, poids des valeurs de la famille, etc.) et préfère rester prudent sur l’éventuel impact de cette remontée (phénomène conjoncturel ou de plus longue durée ?). E. Denis offre une analyse extrêmement globale et synthétique du rapport espace/société dans un pays conditionné par l’immensité de son désert (distribution de la population égyptienne, flux migratoires, relation centre-provinces, anciennes et nouvelles zones de peuplement, extension des nouvelles terres agricoles, etc.). Il pointe les limites du volontarisme et l’échec relatif de ces grands projets (constat que l’on retrouve dans beaucoup d’autres articles). Ainsi, sur un siècle, les politiques de conquête des nouvelles terres apparaissent fort modestes et les inégalités entre nord et sud du pays se sont creusées. Les articles qui suivent complètent ce panorama d’ensemble sur des points plus particuliers : l’urbanisation illégale pour M. Séjourné (phénomène qui concerne 28% des Égyptiens et 50% des urbains) qui souligne elle aussi l’échec des grands projets de relogement et des villes nouvelles ; la politique du logement social par B. Florin et le passage d’une action étatique à un investissement privé qui abandonne toute démarche sociale. V. Battesti et N. Puig adoptent eux une démarche plus anthropologique en s’intéressant aux déplacements dans la ville et à son appropriation par les habitants (usages des espaces publics, identités urbaines). N. Hopkins traite de la question cruciale des crises environnementales qui ont vraiment émergé comme question sociale dans les années 2000. Qu’il s’agisse de la pollution de l’air, des traitements des déchets ou de la qualité et quantité de l’eau, les défis sont immenses. Passant aux domaines de l’agriculture, H. Ayeb montre comment la disparition de la sagya et l’introduction de la motopompe induisent le passage d’une gestion collective d’irrigation à une gestion individuelle et s’accompagnent par l’exclusion sociale croissante d’un grand nombre de paysans égyptiens. Enfin l’article de D. Harre aborde les transformations des modes de vie ruraux.

6La deuxième partie regroupe six contributions de sciences politiques : quarante années de politique extérieure (S. Pommier), quarante années de politique intérieure de Nasser à Moubarak (T. Aklimandos), l’équilibre politique sous Hosni Moubarak (J. N. Ferrié), la vie politique locale (Sarah Ben Nefisa), le syndicalisme (E. Longuenesse et D. Monciaud), les associations (Milad Yacoub). Ce sont souvent les dernières pages de chaque article qui expliquent la chute du régime de Moubarak et la montée irrésistible des Frères Musulmans : alignement trop pro-américain et israélien pour la politique extérieure (S. Pommier), montée en force de Gamal Moubarak qui arrive à imposer des réformes économiques douloureuses et rapidement impopulaires, glissement d’un nationalisme musulman à un islamisme politique (T. Aclimandos). S. Ben Nefisa analyse finement les contradictions internes de l’appareil étatique au niveau local, le passage inabouti entre État social et État libéral, la montée du clientélisme électoral de type privé. Tous ces articles pointent combien la légitimité et la base électorale du PND (ancien parti au pouvoir) étaient fragiles. Nous citerons ici l’analyse de S. Ben Nefisa qui apparaît particulièrement perspicace à l’aune du résultat des élections législatives de 2011 : « Le clientélisme électoral de type privé des hommes d’affaires et des grands commerçants, encouragé par le régime, concurrence de plus en plus le clientélisme de type « public » qui distribue des biens de l’État (les services y compris). Le clientélisme islamiste peut être considéré comme une des variantes du clientélisme électoral privé, en conservant des traits originaux… Le refus de la décentralisation exprime peut-être une incapacité du régime à contrôler son appareil administratif local et sa propre base. Cette base... sera peut-être capable, si l’occasion lui en est fournie un jour, de voter franchement pour des candidats islamistes présents sur le terrain local depuis déjà plus de deux décennies. »

7La troisième partie regroupe huit contributions socio-économiques qui fournissent les clefs pour comprendre les transformations qu’a vécues l’Égypte dans ce domaine et qui, à ce titre, sont des contributions essentielles. Toutes analysent le passage d’une économie étatique à une économie libérale et l’impact destructeur sur le plan social du néo-libéralisme. Toutes soulignent que les mesures et réformes prisent dans les années 1990-2000 par le gouvernement n’ont pas été accompagnées d’un volet social et que l’explosion était imminente. L’excellent article d’économie de l’agriculture de F. Ireton explique les phases du passage de l’encadrement étatique (réforme agraire) à la déréglementation et le retour à partir des années 1990 à une politique d’ancien régime. Même perspective diachronique sur l’histoire de l’économie politique (Kamel Sayyid) et sur l’industrie égyptienne entre 1970 à nos jours (Djoufelkit-Cottenet), sur les réformes financières (N. Bentahar). On soulignera également l’article extrêmement bien documenté de F. Clément sur les conflits sociaux et la pauvreté. Comme dans l’article de F. Ireton, on voit la présence de très nombreux conflit locaux, qui jusqu’en 2011 ne s’étaient pas traduits par un mouvement massif et étaient réprimés au coup par coup mais étaient révélateurs d’un mécontentement de plus en plus fort. Même la relative success-story du développement touristique s’illustre par le fait que ce secteur ne bénéficie au final qu’à un très petit nombre (O. Sanmartin). Cette partie est sans doute celle qui annonçait de la façon la plus claire l’inéluctabilité des mouvements de révolte.

8La quatrième partie s’attaque aux fondamentaux sociaux : santé (A.M. Moulin), éducation (L. Herrera, N. de Lavergne,), jeunesse (A. Boutaleb, M. Amer), rapport de genre (E. Ambrosetti) et pratique du droit (B. Dupret et N. Bernard-Maugiron). Chaque article est là encore une synthèse extrêmement bien documentée. À travers les questions de santé, A.M. Moulin touche aux modes de vie, à l’évolution des épidémies et leurs impacts sociaux, au rapport au corps. Pour tous ceux qui s’intéressent à l’éducation, l’article de L. Herrera qui traite à la fois des aspects quantitatifs et qualitatifs est très instructif, particulièrement concernant l’essor de l’école néolibérale. N. de Lavergne rappelle l’importance et même le développement de l’enseignement religieux (via les instituts azhariens), en particulier dans les provinces. A. Boutaleb montre comment la jeunesse est devenue, pour le meilleur et pour le pire, la cible des politiques sociales égyptiennes et des discours politiques. M. Amer décrit les problèmes de l’emploi pour les jeunes et E. Ambrosetti pointe l’inégalité de l’accès au travail pour les femmes. Dans l’emploi comme dans l’éducation, les chiffres globaux qui tendent à indiquer un certain progrès masquent en fait des différences croissantes en fonction des statuts sociaux, des régions, du genre. Le long article de B. Dupret et N. Bernard-Maugiron donne à voir à travers l’étude de plusieurs cas précis de jugements (incluant des affaires de divorce, vol, homosexualité, religion, politique, etc. dont certaines emblématiques, comme l’affaire Nasr Abu Zaid ou Saad Eddine Ibrahim), l’application réelle de la justice en Égypte, la coexistence de plusieurs systèmes juridiques et le fait que la charia n’est pas appliquée de façon mécanique.

9La cinquième partie, destinée aux questions religieuses, est la plus courte et ne compte que quatre articles. Un sur l’islam officiel et ses relations avec l’État de 1953 aux années 2000 (C. Steuer), un sur les pratiques populaires de l’islam égyptien (V. Battesti), un sur la situation de la communauté copte depuis Nasser (C. Cannuyer) et un sur les courants et tendances actuels de l’islamisme (P. Haenni et H. Tammam). Ce dernier article complète et prolonge celui de Steuer concernant l’individuation des pratiques religieuses, la volonté d’autonomisation et la nécessaire adaptation aux réalités du monde. À ce titre, les nouveaux prêcheurs islamistes sont perçus comme un vecteur de modernisation de la société. Les « purs » qui au départ refusent toutes concessions finissent toujours par devoir composer avec le réel. On retrouve chez ces trois auteurs une volonté de présenter le renouveau islamique de façon dédramatisée, en le mettant en perspective avec d’autres mouvements de renouveau religieux de par le monde. De même, C. Cannuyer souligne tous les paradoxes de la situation des coptes en Égypte, la détérioration de leurs statuts pendant la période nassérienne, le mouvement de renouveau de l’Église copte porté par le pape Cyrille VI qui s’est traduit entre autres par la résurrection des monastères, la relative résilience de la communauté copte, mais également leur marginalisation du champ politique et le conservatisme théocratique de cette Église. Ni catastrophique, ni euphorique, cet article apporte une vision nuancée d’une communauté souvent présentée comme menacée. V. Battesti montre comment s’exerce la piété religieuse populaire dans tous les domaines de la vie quotidienne de la prière, l’excision des filles, les visites aux morts, aux confréries et aux mouleds.

10La sixième partie aborde les productions culturelles et médiatiques en sept articles : deux sur les médias (T. Guaaybess pour les médias audio-visuels et E. Klaus pour la presse et les weblogs), un sur les pratiques linguistiques (M. Doss), un sur le cinéma (V. Shafik), un sur la musique (N. Puig), un sur le monde de la littérature de Nasser à Moubarak (R. Jacquemond) et un sur le débat intellectuel (M. al-Ahnaf). Si beaucoup d’observateurs ont insisté sur le déclin de la production culturelle égyptienne et de son rôle dans le monde arabe, il n’en reste pas moins qu’économiquement et socialement l’industrie culturelle égyptienne reste un phénomène extrêmement important et révélateur de l’évolution de la société. Dressant un panorama de l’évolution des chaînes de télévision étatique puis satellitaire égyptiennes de Nasser à nos jours, T. Guaaybess s’inscrit dans tout le courant actuel des recherches sur les médias, recherches boostées par l’explosion des médias satellitaires et privés. À ce titre l’Égypte, qui a investi dans huit chaines hertziennes et dans les chaines satellitaires, est un terrain passionnant pour étudier les rapports entre État et médias, entre politique de prestige et revenus financiers, entre contenus et espaces publics. L’article de E. Klaus touche à une actualité plus récente, celle de l’avènement, à partir des années 2005, des bloggeurs égyptiens qui vont secouer une information jusque là très contrôlée malgré un relatif pluralisme de la presse écrite, du fait du quasi- monopole de quelques grands groupes. Il souligne combien l’essor des bloggeurs est intimement lié à l’essor du mouvement Kifâya et à l’articulation entre le monde virtuel et le monde réel de la contestation. L’année 2005 apparaît donc comme l’année du « tournant » préfigurant les événements de 2011. Pour tous ceux qui n’auraient pas encore compris comment les bloggeurs ont investi l’espace public égyptien, à lire d’urgence ! L’article de M. Doss revient sur l’incontournable concept de diglossie et porte sur un changement important de ces dernières années, l’évolution des pratiques d’écriture et l’usage de plus en plus fréquent de l’écrit dialectal, que ce soit dans les nouvelles technologies, mais également la presse traditionnelle, la fiction etc. Viola Shafik nous livre une synthèse passionnante de l’évolution de l’industrie cinématographique égyptienne qui a su refléter les changements et les négociations idéologiques entre classes sociales. N. Puig décrit les transformations qui ont affecté le statut et l’image des musiciens populaires. R. Jacquemond, grand spécialiste du monde littéraire égyptien, dresse un panorama extrêmement complet du champ littéraire égyptien et des relations entre pouvoir et écrivains de Nasser à Moubarak, panorama incluant une analyse des institutions, des profils idéologiques, des interactions État-écrivains mais également une description de l’évolution des normes et des contenus, du poids de la traduction, de la marge de diffusion et de la question de la réception. Il souligne les liens multiples entre écrivains et médias (journaux, télévisions, radios) qui expliquent le prestige considérable du statut d’écrivain. L’ouvrage se conclut par un très bel article de Mustapha al-Ahnaf (pseudonyme), qui a très bien connu les débats intellectuels égyptiens et qui retrace à la fois les grandes figures, thèmes, supports et visions idéologiques de ces intellectuels sur plus de quarante années. Excellente synthèse qui permet de recontextualiser l’émergence du mouvement Kifâya après deux décennies de cooptation entre intellectuels « rationaux » et le pouvoir, et qui montre l’impact des évolutions de la société égyptienne et du pouvoir sur le discours intellectuel.

11La démarche générale de l’ouvrage est donc volontairement académique, valorisant les données concrètes, les chiffres, les faits et offrant une vision un peu surplombante et désincarnée (comparable à l’état du Monde version Monde Diplomatique) qui laisse peu de place, comme le soulignent les deux éditeurs dans leur préface, à une démarche plus anthropologique qui laisserait voir le quotidien, les odeurs, les corps en mouvement, etc., bref tout ce qui fait la chair de la vie quotidienne. Si les artistes ou les journalistes sont souvent mieux armés que les universitaires pour faire passer l’atmosphère des lieux, des corps et des voix dans leurs films, leurs romans, leurs chansons ou leurs documentaires, il n’en reste pas moins que certains domaines nécessitent d’être approfondis. En privilégiant une approche socio-économique centrée en particulier sur les conséquences du néo-libéralisme, l’ouvrage décrit des dynamiques que l’on retrouve dans de nombreux autres pays du monde et l’Égypte apparait ici comme un cas d’école qui n’a finalement rien de particulier. Parmi les grandes thématiques absentes de cet ouvrage, peut être parce que considérée comme éculée ou trop orientalisante, on notera la question des appartenances familiales, claniques, régionales qui jouent un rôle essentiel dans la société et tempèrent l’apparente unicité de l’Égypte. Là encore ce constat critique est reconnu par les éditeurs de l’ouvrage. Ouvrage essentiel donc pour accéder à des données solides sur la période 1970-2000 et qui laisse la porte ouverte à des recherches plus anthropologiques ou culturelles. Plus de deux cents ans d’études sur ce pays n’en ont pas épuisé les ressources !

Haut de page

Bibliographie

Mantran Robert (éd.), 1977, L’Égypte aujourd’hui. Permanences et changements, 1805-1976. Paris, Éditions du CNRS, 388 p.

Singerman Diane et Amar Paul, 2006, Cairo Cosmopolitan. Politics, Culture and Urban Space in the New Globalized Middle East, Le Caire, The American University in Cairo Press, 542 p.

Singerman Diane, 2009, Cairo Contested. Governance, Urban Space and Global Modernity, Le Caire, The American University in Cairo Press, 488 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Battesti Vincent et Ireton François (éd.), 2011, L’Égypte au Présent. Inventaire d’une société avant révolution. Paris, Sindbad-Actes Sud, 1 179 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/7563

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

IREMAM, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page