Navigation – Plan du site
Lectures

Dakhlia Jocelyne, Tunisie, le pays sans bruit, Actes Sud, 2011, 128 p.

Stéphanie Pouessel

Texte intégral

  • 1 Si le 14 janvier 2011 a permis cette libération de la parole, c’est pour le plus grand plaisir du l (...)

1Pourquoi n’a-t-on pas « voulu voir et pas pu voir ce qu’était réellement la situation politique tunisienne » (p.48) ? C’est à partir de cette question que Jocelyne Dakhlia construit ce livre qui apparaît comme la libération d’un cri longtemps étouffé. L’on peut ressentir les années de silence que la dictature a imposées à tous et dont Jocelyne Dakhlia se libère ici en partie1. Historienne tuniso-française, ses origines paternelles la relient à Metlaoui, berceau du soulèvement social inédit et précurseur en 2008. Bien que l’auteure précise avec humilité que ses écrits ne sont ici pas ceux d’une chercheuse mais la « lecture personnelle d’une citoyenne tunisienne, franco-tunisienne », ce livre est loin de constituer une lecture auto-centrée et affective, à l’instar de tant d’autres qui ont suivi janvier 2011, mais il apporte des clés théoriques de compréhension du regard ou plutôt de l’absence de regard objectif que nous portions sur la Tunisie, et plus largement sur le « monde arabe et musulman » jusqu’à l’avènement du dit printemps arabe.

  • 2 L’auteure revient sur le cliché du despotisme oriental, celui de la nature supposément despotique d (...)

2À travers une réflexion sur le pouvoir et le politique replacés dans leur essence même2, c’est-à-dire, non enserrés dans une culture ou une histoire nationale mais constitutifs de toute société, l’auteure consacre une « histoire de la nation et de l’Etat » (p.78) à partir d’exemples d’Europe, du Maghreb et d’ailleurs. La Tunisie constitue à ce titre un exemple probant de l’histoire de la Constitution, du Parlement et des droits des citoyens (avec son pacte fondamental de 1857 et sa première constitution arabe en 1861). L’auteure nous rappelle qu’« il n’est pas de « nature » démocratique de l’Europe en tant que telle ni de linéarité de cette histoire. Toute vision politique duelle, sous le signe de la spécificité culturelle, relève du fantasme et de la projection » (p.77).

3Car ce n’est pas la Tunisie en elle-même ou la « révolution » qui figure au cœur de ce petit livre mais bien le regard que l’ « Occident » a pu porter sur ce « pays sans bruit». Il y est donc bien question de l’Europe et de ses fantasmes vis-à-vis du « monde arabe ». Pour ce faire, le propos du livre tend à déconstruire un ensemble de stéréotypes véhiculés depuis l’étranger et qui contribuèrent à voiler la face de la dictature et, pour une part, à la soutenir.

  • 3 On retrouve la même critique dans Béchir Ayari et Geisser, 2011 : « une telle posture ethnocentriqu (...)

4Le stéréotype le plus ancré fut certainement celui de l’impossible association entre un régime laïc et « féministe » d’une part, et une dictature d’autre part3. Cette poudre aux yeux de l’Occident a constitué une image gravée de la Tunisie à laquelle la majorité de nos politiques ont semblé ajouter foi, même les plus « proches » de la Tunisie (Frédéric Mitterrand, etc.). Et la Tunisie « figurait une pièce intermédiaire, médiane, des rapports entre l’Europe et le monde arabe » (p.28), apparaissant comme « une petite Europe des Lumières en gestation ou dans l’enfance. Elle actualisait virtuellement le développement historique le plus idéal et référentiel qui soit pour une Europe par ailleurs en pleine recherche d’elle-même et de sa légitimité historique » (p.39). Ou encore : « comment tenir la route entre relativisme culturel et illusion d’une téléologie des Lumières, d’une accession univoque des nations à la démocratie sur le mode occidental ? » (p.44)

5La Tunisie s’avérait la grande absente des études politiques sur le monde arabe, à l’ombre de ses voisins, l’Algérie voire le Maroc, dont le grand public était davantage conscient de la nature du régime politique. L’image même de la stabilité enserrait ce pays, « un non-sujet » pour les sciences sociales (p.10), souffrant d’un« déni de sa nature politique » (p.71). Aux yeux des défenseurs des droits de l’Homme, la Tunisie était victime d’« une répression plus dissimulée, moins théâtralisée » (p.11) qui faisait même office de bonne conduite à côté d’une Libye-État voyou. Et l’attrait touristique de ce pays de la « douceur de vivre et du soleil » faisait de la Tunisie une « extension récréative, thalassothérapique et industrielle » de la France et de l’Europe (p.30).

6Au regard de l’opinion internationale, pour les Tunisiens, « concéder la dictature était donc consacrer une forme d’échec de la nation indépendante » (p.13), quand dans le même temps ils vivaient un véritable « exil intérieur » (p.58), démissionnant de toute activité publique ou engagement associatif, renonçant à voter et pour certains à la possession même d’une carte d’identité.

  • 4 A ce sujet, voir Mickaël Béchir Ayari, 2011.

7Comment la Tunisie, « après tant d’années d’existence discrète, sujette et quasi mutique » a-t-elle alors pu donner le « premier signal de la révolte contre l’autoritarisme et la dictature » (p.8) ? Différentes pistes sont avancées par l’auteure : celle de la verbalisation d’une possible alternance de la part de la première puissance mondiale ; celle d’une société solidaire composée d’une jeunesse à la conscience sociale et politique, remettant par là en cause l’idée reçue d’universités maghrébines « peuplées ‘d’analphabète dans les deux langues’ , arabe et français » (p.105) et témoignant également du fait que le rapport à l’écrit et à la langue des jeunes générations a changé, ou que cela soit dans le monde ; celle d’une « société déjà politique » (p.92) qu’ont permis différents vecteurs comme la chaîne panarabique Al Jezira, les médias français et italiens ; enfin, à rebours des thèses ambiantes et pressées, l’auteure relativise le rôle de l’interface Facebook et plus largement d’internet4.

  • 5 Des réflexions développées dans Jerad, 2011.

8C’est aussi une francophonie postcoloniale que la révolution a mis au grand jour : une langue française débranchée d’un référent français hégémonique (la France comme norme, référence ou modèle) mais réappropriée au local (à travers le fameux slogan « dégage » qui a fait le tour de la planète). Il en résulte les traits d’une révolution post-coloniale tant les Tunisiens n’attendaient rien de la France, à qui il ne lui a pas été reproché son soutien indéfectible à Ben Ali5.

  • 6 Conférence intitulée « l’écriture des sciences sociales : le sens de l’exigence », dans le cadre de (...)
  • 7 Conférence intitulée « les artistes et la révolution : compliquer l’engagement » dans le cadre de l (...)
  • 8 Dakhlia (dir.), 2006.

9Car Jocelyne Dakhlia est une historienne engagée. Comme elle l’a rappelé lors d’une conférence6, elle a tôt compris qu’il lui serait impossible de ne pas travailler sur des sujets en lien avec les stéréotypes sur l’islam et les sociétés arabes alors galvanisés par le 11 septembre. Une recherche citoyenne que la chercheuse diffuse dans des lieux insolites, comme le dernier « festival de la révolution » de Regueb en Tunisie. Lors d’une conférence7 offerte dans un simple café de la ville, elle y a évoqué le tandem art-islam souvent opposé depuis l’Occident (un artiste ne peut être qu’anti-mouvement islamiste) mais qui s’avère parfois solidaire (des œuvres d’art puisent dans le lexique musulman8).

10Ecrites courant 2011, des réflexions intuitives de ce livre se réalisent dans la Tunisie de 2012 : « un clivage se fait jour à nouveau, non seulement entre les élites de l’argent et le peuple, mais aussi entre les élites bourgeoises et citadines et les régions rurales « de l’intérieur » » (p.86). Car les stéréotypes liés à l’islam ne sont pas uniquement l’apanage de l’ « Occident », ils sont désormais directement produits depuis le « monde arabe », par une élite francophone et francophile en inadéquation avec le reste du pays.

Haut de page

Bibliographie

Béchir Ayari Mickael, 2011, « Non, les révolutions tunisiennes et égyptiennes ne sont pas des « révolutions 2.0 », Mouvements, 2, 66.

Béchir Ayari Mickael et Geisser Vincent, 2011, Renaissances arabes, sept clés sur des révolutions en marche, Paris, L’Atelier.

Dakhlia Jocelyne, 1998, Le Divan des Rois. Le politique et le religieux dans l'Islam, Paris, Aubier.

Dakhlia Jocelyne, 2005, Islamicités, Paris, Presses universitaires de France.

Dakhlia Jocelyne, 2006, Des arts en tension : la création artistique contemporaine en pays d'Islam, Paris, Editions Kimé.

Jerad Nabiha, 2011, « La révolution tunisienne : des slogans pour la démocratie aux enjeux des langues », Archivio Antropologico Mediterraneo, « les révolutions arabes », 13 (2).

Haut de page

Notes

1 Si le 14 janvier 2011 a permis cette libération de la parole, c’est pour le plus grand plaisir du lectorat pris dans un style « libre » puisque le texte est issu d’une conférence présentée à la MMSH d’Aix en Provence le 9 mars 2011 à l’initiative de Christian Bromberger.

2 L’auteure revient sur le cliché du despotisme oriental, celui de la nature supposément despotique des sociétés arabes, d’une spécificité autoritaire théorisée par la philosophie politique européenne des 17e et 18e siècles. Elle avait déjà entrepris cette critique dans des ouvrages précédents (Dakhlia 1998 et 2005).

3 On retrouve la même critique dans Béchir Ayari et Geisser, 2011 : « une telle posture ethnocentrique aboutit à conforter une vision dichotomique des protestations dans le monde arabe, opposant les « bons » mouvements sociaux (les femmes, les minorités culturelles et religieuses, les élites urbaines occidentalisées, les artistes mondialisés, etc.) aux « mauvaises » contestations (les islamistes, les fondamentalistes, les jeunes désœuvrés tentés par le radicalisme, etc.) » (p.130).

4 A ce sujet, voir Mickaël Béchir Ayari, 2011.

5 Des réflexions développées dans Jerad, 2011.

6 Conférence intitulée « l’écriture des sciences sociales : le sens de l’exigence », dans le cadre de l'Université de printemps sur « l'écriture en sciences sociales » organisée par le ReDoc, 22 mars 2012, Hammamet, Tunisie.

7 Conférence intitulée « les artistes et la révolution : compliquer l’engagement » dans le cadre de la deuxième session du « festival de la révolution », 24 mars 2012, Regueb, Tunisie.

8 Dakhlia (dir.), 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Pouessel, « Dakhlia Jocelyne, Tunisie, le pays sans bruit, Actes Sud, 2011, 128 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/7564

Haut de page

Auteur

Stéphanie Pouessel

IRMC, Tunis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page