Navigation – Plan du site
Lectures

Harb Mona, Le Hezbollah à Beyrouth (1985-2005) ; de la banlieue à la ville, IFPO-Karthala, 2010, 300 p.

Catherine Le Thomas

Texte intégral

1Cet ouvrage est tiré d’une thèse de science politique soutenue en 2005, remaniée ultérieurement. Il analyse l’action publique du Hezbollah dans les secteurs social et urbain, en le réinsérant dans un système d’action communautaire et dans le contexte spécifique du communautarisme libanais. L’échelle d’analyse privilégiée est « intermédiaire » : c’est celle des institutions liées au parti, à l’interface entre l’appareil politique du parti, les usagers et les différents acteurs des politiques publiques. Plus précisément, il s’agit pour Mona Harb de montrer comment le Hezbollah élabore et gère l’offre de services publics sur le terrain qu’il contrôle le mieux : la dahiye, ou banlieue sud de Beyrouth. L’angle d’analyse se situe à l’intersection de la sociologie politique, de l’urbanisme et des politiques publiques ; cette dernière approche est justifiée par la structure fragmentée du système libanais, où l’action publique est déconcentrée et ségréguée selon des logiques politico-communautaires. L’État est ici « encastré » dans la société et c’est en ce sens qu’on peut parler d’une action publique menée par un parti, ou plutôt du système de gouvernance qu’il élabore pour proposer des services collectifs et participer aux politiques mises en place par l’État (voire se substituer à elles).

2Le travail de terrain, mené à différentes périodes, s’étale sur une quinzaine d’années. Cette connaissance très fine de l’objet sur le temps long représente l’un des atouts majeurs de l’ouvrage ; elle offre à voir les évolutions et les infléchissements des stratégies déployées par le parti, aussi bien dans son offre de services publics que dans son positionnement politique. Le Hezbollah a réussi au cours de ses 30 années d’existence à négocier son action publique grâce à plusieurs types de rationalités et de discours, dont les légitimités sont tour à tour sociale, religieuse, politique ou technique. Cette pluralité de régimes discursifs et de modes légitimants est longuement analysée à travers quelques cas précis. L’importance accordée aux territorialités et à la manière dont elles sont gérées et réaffirmées par le parti se veut un autre axe fort de l’étude. À la suite d’anthropologues comme Lara Deeb, Mona Harb souligne l’ancrage de l’action du Hezbollah au sein d’un territoire perçu, investi et approprié, et non simple décor ou support d’un discours politique à tonalité islamique. L’espace apparaît comme un acteur à part entière, à prendre pleinement en compte puisqu’il participe, aux côtés des différents acteurs institutionnels, à la production d’une action publique. Harb envisage surtout la dahiye comme un espace autonome, avec ses propres logiques de fonctionnement économique et social, et non un simple espace périphérique dépendant du centre. Toutefois la dahiye est présentée comme un lieu de la ville « comme un autre », alors que l’auteur affirme dans le même temps que l’espace est loin d’être neutre et que cette zone est depuis longtemps stigmatisée. L’organisation de l’espace au Liban permet de dépasser cette contradiction apparente : si la dahiye possède ses propres logiques de fonctionnement, c’est peut-être précisément par sa singularité historique et politique qu’elle s’apparente à d’autres territoires communautarisés du Liban, eux-mêmes « construits sociaux » pris dans un réseau de représentations politiques sédimentées (qui peuvent être tout autres).

3Mona Harb mobilise la bibliographie relative à l’action publique et aux politiques publiques, généralement produite et appliquée dans les pays occidentaux mais adaptée ici au contexte libanais. Si cette approche s’accompagne de quelques références allusives à la littérature et d’un style parfois excessivement technique, elle n’en apparaît pas moins pertinente pour cerner les modalités et les ressorts de l’action du parti, une action qui devient alors moins contradictoire ou incohérente qu’il n’y paraît au premier abord.

4L’auteur nous montre comment pour le Hezbollah, les dimensions matérielles et symboliques de l’action sont constamment imbriquées. Elle se situe ainsi à rebours d’analyses trop souvent centrées sur le discours politique et religieux, qui courent le risque de désincarner les stratégies des acteurs politiques. Ce faisant, elle s’inscrit aussi dans un courant de recherche bien développé aujourd’hui, qui privilégie une approche des mouvements dits islamistes comme autant de mouvements sociaux et politiques aux motivations bien concrètes, adaptées aux besoins et aux pratiques d’une population donnée.

5Retraçant l’émergence de la dahiye dans le paysage urbain et le discours, l’auteur évoque l’effacement progressif des familles de notables chiites au profit des deux pôles politiques qui représentent aujourd’hui la communauté, Amal et le Hezbollah. Parallèlement émerge le vocable dahiye (banlieue), successeur sémantique de la « ceinture de misère » pour désigner cet espace au sud de Beyrouth municipe, aujourd’hui intégré à l’agglomération. C’est en 1982, année d’émergence du Hezbollah donc, que l’expression apparaît. Ce terme, et l’espace afférent, sont alors stigmatisés en tant que territoires jugés « arriérés », « sales » et inquiétants ; une intéressante comparaison est proposée ici avec les banlieues rouges françaises, qui serait à explorer. On pourrait toutefois se demander, à la lecture de la suite de l’ouvrage, si le rapport de domination ne s’est pas fortement atténué dans les années 2000, au regard des évolutions politiques et de l’ascension sociale et économique d’une partie des résidents de cet espace. À ce titre, il serait utile de retracer l’évolution de ce regard extérieur porté sur la dahiye jusqu’à aujourd’hui, au-delà du « ghetto chiite » sale et menaçant : ce genre d’image est tributaire des évolutions sociopolitiques et a probablement lui-même évolué, ne serait-ce que chez les aounistes ralliés au Hezbollah en 2006.

6Le Hezbollah apparaît aujourd’hui comme une entreprise gérée par des professionnels, ce qui explique qu’il privilégie une approche institutionnelle du processus de mobilisation communautaire. Il propose une gestion holistique (du berceau à la tombe) et efficace des services sociaux, de la part de cadres diplômés et expérimentés. Si sa base sociale est jeune, elle ne saurait être décrite comme pauvre ou peu éduquée : Mona Harb nuance ici à juste titre les perceptions naguère encore largement répandues sur les partis de type islamiste. Le Hezbollah semble ici aligné sur la plupart des autres mouvements islamistes du monde arabe, qui mobilisent une classe moyenne instruite et citadine.

7Pour mettre en œuvre son action, le parti s’appuie sur diverses organisations sociales dans les domaines de la santé, de l’éducation, de la gestion urbaine et de la recherche. Ces institutions sont finement décrites, même si certaines données (dans le domaine de l’éducation par exemple) gagneraient à être actualisées. Mona Harb décrit les organisations autour du Hezbollah comme des « réseaux de politiques publiques », dont le parti serait le coeur. Hiérarchisées, stables et ouvertes à de nouveaux types d’action, ces organisations assurent une gestion à la fois centralisée et très déconcentrée de services collectifs. Mais elles peuvent aussi s’insérer dans un cadre public : le fonctionnement de la municipalité de Ghobeyri, qui met en œuvre des processus de participation descendante, en lien avec les organisations du parti, se révèle ici particulièrement intéressant. En plus d’une opération de visibilité réussie, la conquête électorale de la municipalité s’est traduite par l’utilisation de celle-ci comme canal de distribution de services supplémentaires pour le parti de Dieu. La prise en charge de Ghobeyri sert également de vitrine : elle montre à tous que le Hezbollah est capable de produire des leaders compétents qui conduisent l’action publique locale.

8À côté des municipalités Hezbollah et des institutions spécialisées où oeuvrent les cadres du parti, les imams et les femmes volontaires complètent son dispositif humain sur des modes plus souples. Les structures du Hezbollah apparaissent ici comme des éléments de libération mais aussi d’encadrement, d’émancipation contrôlée. Pour certains membres du Hezbollah, il s’agit d’un engagement, avec ce que cela comporte d’impérieux et de total ; pour d’autres, d’une simple adhésion, volontaire et réversible. Toutefois ces dispositifs mettent en place un système de normes auquel il est difficile et très coûteux (matériellement et psychologiquement) d’échapper. C’est tout un monde de sens qui englobe et constitue le sujet, au sein de la dahiye.

9Ce que l’auteur appelle les « référentiels » de l’action du Hezbollah renvoie alors aux bases idéelles de son action : la doctrine de la guidance du théologien-jurisconsulte, théorie khomeyniste suivie par le Hezbollah, et la mission de résistance, militaire mais aussi et surtout politique. Ces référentiels sont diffusés par un réseau médiatique élaboré, qui fait du Hezbollah un acteur transnational de premier ordre tout en manifestant sa volonté de modernité et son souci de proximité sociale. Ils s’objectivent parallèlement à travers le marquage du territoire, qui n’est qu’une autre façon de « dire la ville » et de la faire parler à travers une iconographie foisonnante, plus ou moins contrôlée par l’Unité d’information du parti. Cette imagerie célèbre les martyrs, la résistance au Liban et la résistance pour la Palestine, c’est-à-dire la finalité de l’action. Deux conceptions du territoire convergent ici : le territoire comme support de l’action publique et le territoire comme espace identitaire. Au sein de ce territoire polysémique circulent des mythes, des messages, des images qui légitiment l’action du Hezbollah.

10Mona Harb revient ensuite à ce qui constitue le cœur même de son sujet : l’analyse de la production des politiques publiques, en analysant en profondeur deux études de cas dans lesquels le Hezbollah interagit avec les institutions de l’État : les élections (parlementaires et municipales) auxquelles a participé le Hezbollah depuis le début des années 1990 ; puis les projets urbains de reconstruction Elyssar (1996) et Waad (2006). L’analyse de la contribution du Hezbollah à la production du paysage urbain en banlieue sud de Beyrouth se révèle des plus éclairantes. Outil d’urbanisme utilisé à des fins économiques et politiques, rationalisé par des discours techniques, Elyssar (1996) a représenté un véritable processus d’apprentissage politique pour le Hezbollah. Allié pour l’occasion au parti chiite Amal face à un gouvernement Hariri désireux de construire des infrastructures nouvelles reliant le centre-ville à l’aéroport, le Hezbollah participe à des processus de négociations, pressions et surenchères avec les différents acteurs en présence . L’enjeu est pour lui de défendre les droits des résidents expropriés par l’opération (et à majorité chiite). Au risque de se compromettre, il négocie alors au sein du champ politique de nouveaux modes de faire. Les experts techniques du Hezbollah sortent légitimés de ce processus qualifiant. Waad, dans une démarche plus directe et autoritaire, confirme en 2006 que le Hezbollah est bien l’interlocuteur principal des résidents de la dahiye. Le projet consiste cette fois à reconstruire les zones de la banlieue sud détruites par l’offensive israélienne de juillet 2006. À l’inverse d’Elyssar, le projet Waad révèle les dimensions volontariste et planificatrice du parti : les enjeux de reconstruction du fief du Hezbollah et la nécessité de maintenir une légitimité sérieusement mise à l’épreuve par l’ampleur des destructions expliquent la différence d’approche. L’État libanais, délégitimé par ses modes de gestion maladroits du dossier, est purement et simplement contourné au profit d’une gestion centralisée et autoritaire de la part du Hezbollah. Cette option est bien sûr permise par la latitude dont le parti dispose dans la dahiye, où il règne en maître incontesté. À l’inverse, dans les villages du Sud et de la Bekaa, il est contraint d’adopter un mode de gestion plus négocié, qui ressemble largement au choix fait dix ans plus tôt pour Elyssar.

11Ces modes de gestion différenciés dans le temps et l’espace illustrent de manière très probante les capacités d’adaptation d’un mouvement dont le pragmatisme a déjà été souligné par plusieurs analystes. À l’échelle nationale, le Hezbollah est contraint à la négociation et à l’échange. La légitimité rationnelle est mobilisée dans des situations de visibilité, dans le rapport extérieur à l’autre où l’on met en avant une vision moderne, de type gestionnaire. À l’inverse, et après Weber, l’auteur qualifie de « traditionnelle » la légitimité sur laquelle s’appuie le parti dans ses rapports à sa base, mais on pourrait tout aussi bien la décrire comme religieuse ou identitaire, par opposition au discours technique et moderniste tourné vers l’extérieur.

12À travers cette analyse très fouillée, à l’interface du secteur public et du cadre communautaire, du parti et des organisations satellites, du collectif et de l’individuel, on saisit bien comment le Hezbollah a réussi à établir un système d’action publique opérationnel et performant, aussi bien au niveau de la prestation économique que de la production de sens. Il faut préciser à cet égard que Hezbollah est largement une évolution structurelle du système politique libanais. Il présente un exemple d’une des conséquences possibles du communautarisme politique, résultat paradoxal d’un système qui génère lui-même les groupes et structures susceptibles de le remettre en cause.

13Au-delà du caractère très spécifique du système libanais, cette étude de cas manie un cadre d’analyse fécond adapté aux phénomènes actuels de gouvernance en contexte de pluralité. Mona Harb l’indique elle-même à juste titre, cette étude offre un exemple utile pour éclairer les modalités de l’action publique au sein des sociétés plurielles à l’issue d’un conflit, dans le monde arabe et au-delà.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Le Thomas, « Harb Mona, Le Hezbollah à Beyrouth (1985-2005) ; de la banlieue à la ville, IFPO-Karthala, 2010, 300 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 19 juin 2012, consulté le 24 juin 2016. URL : http://remmm.revues.org/7574

Haut de page

Auteur

Catherine Le Thomas

CEMAM et IFPO

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page