Navigation – Plan du site

Heurs et malheurs du système universitaire libanais à l’heure de l’homogénéisation et de la marchandisation de l’enseignement supérieur

Highs and Lows of the Lebanese University System : Homogenization and commodification of Higher Education
Jacques Kabbanji
p. 127-145

Résumés

Après un bref aperçu du développement de l’enseignement supérieur au Liban et du rôle des communautés religieuses dans l’essor des premières universités privées, ce texte examine l’émergence récente des « universités axées sur le marché » qui viennent répondre à l’accroissement de la demande d’enseignement supérieur. L’analyse du financement de ces universités révèle le poids croissant non seulement de la charge qui pèse sur les familles, mais aussi la façon dont l’État y contribue indirectement. Enfin, il montre comment globalisation et homogénéisation vont de pair, encouragées par la coopération internationale, mais rencontrent dans les universités les plus anciennes des résistances qui sont plus un signe de crise que de bonne santé.

Highs and Lows of the Lebanese University System : Homogenization and commodification of Higher Education

This article analyzes the recent development of “market oriented universities” in Lebanon, which were designed to meet the increasing demand for higher learning. First, it will give a brief insight about the history of higher education in Lebanon, the foundation of private universities and the role of religious communities. The analysis of the funding of these universities reveals a growing financial burden on families, as well as the indirect involvement of the State to this trend. Finally, it shows the link between homogenization and globalization, and how international cooperation encourages these trends. In the oldest universities, these trends encounter resistance, which is a sign of crisis more than a sign of good health.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Au Liban à l’heure actuelle coexistent schématiquement trois systèmes d’enseignement supérieur : (...)

1Le Liban compte actuellement trente deux universités jouissant d’un statut légal. Elles fonctionnent dans un cadre institutionnel leur laissant la liberté de choisir leur système d’enseignement1. Ce sont des universités axées essentiellement sur l’enseignement. Toutefois, certaines d’entre-elles, les plus anciennes et les mieux installées dans le paysage culturel, socio-économique et politique du pays, accordent à la recherche, en particulier en sciences appliquées, un certain intérêt (Kabbanji, 2010 ; Gaillard et al., 2007). Ces différentes universités ne s’adressent pas de la même manière à leur « clientèle » potentielle. Elles n’offrent pas les même cursus et n’ont pas les mêmes stratégies d’enseignement et de formation. De plus, elles adoptent des structures de gouvernance différentes, voire même opposées, et des modes de recrutement distincts. Cependant, l’ensemble de ce paysage académique doit, à notre sens, être vu à l’heure présente dans le contexte de la tendance à l’homogénéisation à travers l’application du système américain d’enseignement supérieur ainsi que du système dit du LMD ; l’adoption de cursus et de champs de spécialisation « prêts-à-installer » ; et, surtout, la marchandisation. Celle-ci, dans le contexte libanais, devient de plus en plus importante au vu de la progression des effectifs étudiants dans les universités privées « axées sur le marché » d’une part (Melonio et Mezouaghi, 2010 : 43-44) et du financement public croissant des mêmes universités de l’autre. Le résultat de ce processus global est un rétrécissement de l’espace public dans la sphère de l’enseignement supérieur et un risque de nivellement vers le bas de celui-ci.

2Après un bref aperçu du développement de l’enseignement supérieur au Liban, nous abordons le rôle des communautés religieuses dans l’essor des premières universités privées élitistes, puis l’émergence récente des « universités axées sur le marché », en réponse à l’accroissement de la demande. L’analyse du financement de ces universités révèle le poids croissant non seulement de la charge qui pèse sur les familles, mais aussi la façon dont l’État y contribue indirectement. Enfin, nous montrons comment globalisation et homogénéisation vont de pair, encouragées par la coopération internationale, mais rencontrent dans les universités les plus anciennes des résistances qui sont plus un signe de crise que de bonne santé. En conclusion, nous revenons sur les conséquences de ces évolutions pour l’enseignement supérieur libanais.

  • 2 . Elle est fondée à l’initiative de l’Association al-Birr wa-l-Ihsan (une association de bienfaisan (...)

3Le Liban est le premier pays arabe à avoir connu un enseignement supérieur moderne. Grâce à la présence relativement ancienne des missions religieuses chrétiennes œuvrant dans le domaine de l’éducation, ce pays a vu s’installer sur son territoire, bien avant qu’il soit proclamé État en 1920, deux universités conçues à partir du modèle occidental. La première, l’Université américaine de Beyrouth (AUB), connue au début de son existence sous le nom de « Syrian Protestant College », fut fondée en 1866. La création par l’Ordre des Jésuites de la deuxième, l’Université Saint Joseph (USJ), remonte à 1875. Ces deux universités ont pratiquement accaparé la scène universitaire au Liban jusqu’en 1951, l’année où l’Université d’État, nommée Université libanaise (UL), commence son mandat. Pour des raisons relatives à l’équilibre socio-confessionnel, deux autres universités privées entrent en scène au début des années 1960. L’une, l’Université arabe de Beyrouth (BAU)2, filiale de l’Université d’Alexandrie en Égypte, est considérée à l’époque comme un contrepoids « islamique » à la domination de l’AUB et de l’USJ. L’autre, l’Université Saint-Esprit, marque l’entrée directe des moines maronites libanais dans le monde universitaire. Cette répartition de la carte universitaire restera inchangée jusqu’au début des années 1990 avec toutefois une exception notable : l’Université Notre Dame (NDU), relevant de la congrégation des frères maristes, a été autorisée en 1987. Cela nous amène à poser la question de la place de l’enseignement public dans un échiquier dominé déjà par les ordres et associations religieux. Cette question sera au centre de notre analyse une fois exposée l’évolution du monde universitaire libanais après 1990.

  • 3 . Suite à l’élection d’un nouveau président de la république en 1998, un gouvernement sans M. R. Ha (...)

4Dès la fin officielle de la guerre civile (1975-1990), à la suite de l’Accord signé à Taëf en Arabie Saoudite, le Liban entre dans une période dite de reconstruction nationale et socio-économique sous la tutelle militaire et politique du régime syrien. Un des signes les plus importants de la politique socio-éducative inaugurée alors est le virage que connaît la composition des structures de l’enseignement supérieur. Dans le contexte de la politique néolibérale des gouvernements successifs dirigés par Rafiq Hariri depuis 19923, les institutions privées à but lucratif entrent en masse dans le monde universitaire. Mélangeant identités religieuses et allégeance au système américain d’enseignement supérieur, plusieurs universités voient le jour pendant la dernière décennie du siècle écoulé. Elles prouvent par là leur habileté à ménager le principe de non contradiction entre appartenance confessionnelle et recherche du profit. Aujourd’hui, on compte 31 universités privées, en incluant les plus prestigieuses et les plus anciennes. L’Université libanaise (UL) est la seule institution publique d’enseignement supérieur.

Enseignement supérieur, communautés religieuses et recomposition de l’espace politique

5Comment a pu se faire ce passage d’un monde universitaire dominé par les institutions religieuses à un autre où communautés religieuses et marché se partagent l’essentiel contrôle des domaines institutionnel, académique et organisationnel ?

6La fondation des deux premières universités étrangères au Liban, à l’initiative des missions religieuses chrétiennes dès le xixe siècle, avait été précédée par la mise en place des réseaux scolaires portant la même étiquette religieuse. Ceux-ci constituèrent le vivier naturel qui a nourri les universités naissantes. Les mêmes universités ont servi par la suite, non sans résistance, de modèle pour les universités locales, tout en jouant un rôle pionnier dans l’éducation des femmes (Herrera, 2007 : 411). Si les deux universités ont eu à jouer un rôle essentiel dans la formation des élites locales depuis la fin du xixe siècle, l’USJ s’était distinguée par sa prise en charge de l’instruction et de la formation des grands commis d’État dès la naissance du Liban. Ainsi, son rôle est devenu crucial, pour ne pas dire hégémonique, au sein de l’appareil politico-éducatif de l’époque allant bien au-delà de l’indépendance du pays en 1946 (Kabbanji, 2010a).

  • 4 . Sans mission bien définie ni stratégie éducative précise, l’Université libanaise, créée sous la p (...)

7Loin de se limiter à un strict rôle universitaire de formation et d’enseignement, les deux universités ont fini par propager deux références culturelles plus ou moins opposées. L’une, francophone, devint dominante particulièrement au sein de l'élite chrétienne, la plus influente, grâce au soutien du mandataire français. L’autre, anglophone, se contenta en premier lieu d’exercer son influence sur une base socioprofessionnelle limitée, pour devenir par la suite une référence incontournable. Avec la naissance de l’Université libanaise en 1951, on assista à la constitution d’un espace public spécifique, ménageant tant bien que mal une cohabitation entre le français et l’arabe comme langues d’enseignement, et axé sur deux principes : d’une part, l’enseignement supérieur devint un bien public indépendant du pouvoir religieux et du marché et engageant par le fait même l’intervention de l’État comme acteur principal dans ce domaine spécifique ; de l’autre, l’université publique ne devait en aucun cas déroger à l’esprit de cohabitation avec les universités privées : ce qu’on a appelé le principe de non-concurrence4.

  • 5 . Étudiants et enseignants ont, à partir des années soixante, manifesté une opposition farouche au (...)
  • 6 . La faculté du génie agronomique et des sciences vétérinaires à l'Université libanaise a été fondé (...)

8Ce principe, qui n’a jamais été accepté par la Ligue des enseignants de l’UL ni par le mouvement étudiant de la même université5, sera atténué sous le mandat du président Fouad Chéhab (1958-1964) qui entreprit la seule réelle tentative de construire un État libanais muni d’institutions modernes, avec la création de l’Institut des Beaux-arts (incluant l’architecture) au début de la décennie 1960. Il sera définitivement brisé juste après le déclenchement des hostilités en 1975, avec la création des facultés de génie, puis de médecine. Toutefois, l’UL a mis un plafonnement à cette dérogation au principe de non concurrence : une limite est imposée au nombre d’étudiants admis dans les facultés de sciences appliquées - façon indirecte de ne pas entrer en conflit avec les universités privées élitistes et, à travers elles, avec les communautés qui les soutiennent. Les facultés de génie et de médecine de l’Université libanaise voient le jour à partir de 1980 (Kabbanji, 2010a), suivies quelques années plus tard par d’autres facultés (médecine dentaire, pharmacie, agriculture6, etc.). Cinq années après le début des guerres locales aussi bien que régionales qui vont se succéder à partir de 1975, la carte sociopolitique du Liban n’est plus la même. L’Université publique est dépecée selon un ordre politico-confessionnel : des branches comprenant quasiment toutes les disciplines sont créées dans les cinq gouvernorats libanais. Dans le même temps les universités privées les plus importantes, l’AUB et l’USJ en premier lieu, on dû subir les effets des guerres fratricides et conséquemment ont dû réduire, par moments, leurs activités.

  • 7 . Notons que les deux universités les plus anciennes, l’AUB et l’USJ, ont réduit leur dépendance à (...)
  • 8 . De l’avis de deux leaders étudiants de l’époque (l’un fut un fervent communiste tandis que l’autr (...)

9Face au rôle hégémonique des universités à affiliation religieuse7 le rôle intégrateur qu’a pu jouer l’Université libanaise n’a été que de courte durée. Pendant quinze ans (1960-1974), elle avait pu constituer un laboratoire grandeur nature où se confrontaient les idées de gauche comme de droite, les idées libanistes et arabistes. Certains y voyaient le ferment des liens nécessaires à la construction d’un État moderne8. C’était aussi un lieu de brassage de la partie la plus dynamique de la jeunesse. Cette aventure se termine prématurément en 1975 avec l’enlisement du pays dans ses propres déchirures. L’université publique a dû payer de son unité, de son rôle cohésif du tissu social, ainsi que de la qualité de l’enseignement, le prix exorbitant d’une survie difficile.

Enseignement supérieur et marchandisation : Naissance des universités axées sur le marché9

  • 9 . Market oriented universities.
  • 10 . Il est important de signaler le rôle remarquable de la Fondation Hariri (créée par l’ancien Premi (...)

10Si les universités privées les plus prestigieuses gardent toujours leur emprise sur la clientèle étudiante traditionnelle issue de la grande bourgeoisie et des couches moyennes10, elles ne peuvent cependant pas ignorer la menace que constituent à moyen terme les nouvelles universités axées sur le marché. Celles-ci commencent à attirer les étudiants en provenance des couches moyennes inférieures et, pour une part moindre, des couches populaires lorsqu’une aide financière est disponible. Ce changement est très sérieux. Dorénavant, on estime que les nouvelles universités accaparent à elles seules 25% à peu près des effectifs étudiants au Liban (Tableau I).

11Tableau I : Répartition des étudiants dans les universités libanaises 2006-2007

  • 11 . Cette catégorie inclut des universités possédant des traditions académiques remontant aux années (...)

Université

% des effectifs étudiants

Université Libanaise

46

Beirut Arab University

10

Université Saint Joseph

6

American University of Beirut

4

Université du Saint-Esprit Kaslik

4

Autres universités11

30

Total

100

12Source : CRDP/Ministère de l’éducation nationale libanais.

  • 12 . Il est révélateur que la LIU ait été autorisée alors que son fondateur, M. A.R. Mourad, était min (...)
  • 13 . Chiffre fourni par le vice président de cette université (Entretien le 8 mai 2011).
  • 14 . Hirtt remarque qu’« en effet, l’appareil scolaire (…) est appelé à servir mieux et davantage la c (...)

13Les universités les mieux positionnées sur le marché éducatif, y compris l’UL, demeurent le grand pôle d’attraction. Les nouvelles universités axées sur le marché ont néanmoins réussi à devenir un acteur à part entière sur la scène universitaire dans un laps de temps très court, quoique de manière inégale. La Lebanese International University (LIU), qui a obtenu son autorisation en 2000, fait partie de cette dernière catégorie d’institutions12. Elle a connu la croissance la plus fulgurante, et elle passe pour être une institution de taille moyenne dès le milieu de la décennie, comparable à l’AUB ou l’USEK. En 2010-2011, elle devient la deuxième université du pays, juste derrière l’UL, avec 12 500 étudiants13. Est-ce là un signe avant coureur du « passage de l’ère de la “massification” de l’enseignement à l’ère de sa “marchandisation” » (Hirtt, 2001 : 1)14 ? Comment peut-on expliquer autrement la progression impressionnante d’un type d’universités qui a fait son apparition il y a à peine une quinzaine d’années ?

14Pour pouvoir évaluer la portée d’une telle mutation, il faut se rappeler que les anciennes universités, qu’elles soient publiques ou privées, ont dû affronter les conditions les plus pénibles pendant quinze années de guerres sur le territoire libanais. Pour y échapper, certaines universités ont eu recours à des moyens qui, pour certaines d’entre elles, continuent de peser lourdement. À titre d’exemple, l’UL s’était fait démembrer en plusieurs sections, suivant les lignes de démarcation politico-confessionnelle et sécuritaire prévalant alors dans le pays. L’AUB avait elle aussi cédé aux menaces dirigées contre une partie de ses étudiants, employés et enseignants en optant pour l’ouverture d’une seconde section dans le secteur est de Beyrouth. Celle-ci a immédiatement été démantelée avec le retour à un minimum de vie normale à Beyrouth en 1990. Mais la reprise de la vie académique n’a pas été facile : certaines des infrastructures de l’UL étaient en ruine ; des professeurs étrangers de l’AUB, surtout de citoyenneté américaine ou ouest-européenne, tardaient à revenir vu les menaces persistantes contre eux (Kabbanji, 2010a).

  • 15 . La part des salaires dans le PIB était de 35,5% en 1997 dans les deux secteurs privé et public co (...)

15Le retour d’une partie des familles libanaises ou anciennement résidentes au Liban, après la cessation des combats, a rendu sensible la relative pénurie de compétences académiques et pédagogiques, alors même qu’il suscitait une nouvelle demande d’enseignement supérieur. Au sortir des guerres successives qu’il a connues jusqu’en 1990, le Liban était devenu un grand chantier : infrastructures, institutions civiles et militaires, entreprises, systèmes de santé, de protection sociale et d’enseignement, étaient à reconstruire. Rafiq Hariri, qui accède au poste de premier ministre en 1992 sous la domination politique et militaire du régime syrien, a su jouer ce rôle pour un certain temps. Il a redonné espoir au pays tout en misant sur une paix rapide entre les pays arabes et Israël et en adoptant une politique néolibérale, pleine de promesses excessives dans presque tous les domaines de l’activité économique et sociale, y compris l’enseignement supérieur. Sous prétexte que l’État n’était plus en mesure de subvenir aux grands besoins de ladite reconstruction, le secteur privé, aussi bien local qu’étranger, était appelé à la rescousse ; la Banque mondiale et le Fonds monétaire international n’ont pas tardé à s’en mêler. Pourtant, la dette publique, en 1992, était au plus bas, les salaires ne constituaient pas un fardeau énorme pour les finances de l’État15, et les dépôts bancaires étaient importants. De plus, l’aide financière d’origine arabe ou autre, sous forme de crédits assortis de modes de remboursement souples à long terme et avec un taux d’intérêt très réduit, ne manquait pas. Les considérations idéologiques étaient donc plus fortes que les faits. Les conséquences furent lourdes : le citoyen fut réduit au statut de consommateur, et l’État protecteur cèda la place à « l’Entrepreneurial Market-State » (Rabbitt, 2002) .Cette tendance s’accélèrera à partir de 2002.

16C’est dans ce contexte qu’il faut (re)considérer la naissance de la nouvelle vague d’universités axées sur le marché. Leur présence grandissante pose un défi de taille pour l’approche du système universitaire. En effet, on peut dire que « deux approches se côtoient. L’une considère l’enseignement supérieur comme un élément de globalité, dans une perspective de pluralisme et de diversité ; l’autre insiste essentiellement sur la fonction utilitaire de l’enseignement supérieur, largement inspirée par les politiques néolibérales des États » (Morin, 2007 : 4). Prétextant une forte demande sur la main d’œuvre qualifiée, en particulier dans les pays pétroliers du Golfe et l’Arabie saoudite, les gouvernements présidés par M. Hariri ont ouvert la voie à un compromis social. Pour faire face au quota imposé par le règlement interne des facultés des sciences appliquées de l’Université libanaise d’une part, et au coût élevé de ces mêmes filières dans les universités élitistes de l’autre, le gouvernement a fini, dès la moitié des années 1990, par accepter la présence des universités axées sur le marché offrant des diplômes d’études appliquées, particulièrement aux étudiants d’origine sociale modeste. Le passage de la massification de l’enseignement supérieur à sa marchandisation commence.

Financer l’enseignement supérieur privé : le double rôle de la communauté et de l’argent public

  • 16 . En effet, l’UL n’impose que des frais d’inscriptions symboliques au niveau du premier cycle unive (...)
  • 17 . L’AUB, l’USJ, et d’autres universités à filiation religieuse surtout, ont un programme d’aide aux (...)
  • 18 . Les auteurs donnent l’exemple de la fondation Hariri qui, à travers son système de bourses, a œuv (...)

17À l’exception de l’UL16, les autres universités sont toutes payantes. Certaines d’entre elles accordent une aide financière à leurs étudiants17. Melonio et Mezouagh (2010 : 60-61) dénombrent quatre sources de financement. En premier lieu il y a les frais de scolarité versés par les étudiants. Ceux-ci varient, pour les dix universités privées les plus importantes, de 6 000 à 23 000 USD par an selon les filières. En deuxième lieu viennent les dons de congrégations religieuses, de fondations d’entreprise (nationales ou internationales), de fondations familiales ou de personnes physiques18. Ensuite, les universités élitistes s’appuient sur les subventions de la coopération internationale. C’est notamment le cas de l’Université Saint-Joseph (au titre de la coopération avec la France), de l’American University of Beirut (avec les États-Unis) ou de l’Université arabe de Beyrouth (avec les pays du Golfe). Finalement, il y a l’emprunt bancaire. Mais les auteurs constatent qu’ « en raison des taux élevés pratiqués par les banques libanaises (souvent supérieurs à 10% en livres libanaises) et des maturités limitées des prêts qu’elles peuvent obtenir, les universités recourent peu au crédit bancaire pour financer des infrastructures ».

18Ces sources de financement ont un poids très inégal. Au Liban, 80 à 90% des ressources des universités privées proviennent des droits de scolarité des étudiants et reposent donc sur la solvabilité des bénéficiaires directs (Melonio et Mezouaghi, 2010 : 60). Le public de l’enseignement supérieur privé vient des couches moyennes les plus stables, c’est-à-dire les fonctionnaires d’État et les employés du secteur public et du secteur privé bénéficiant de conventions collectives, accordant une prime pour l’éducation des enfants. Profitant du sacro-saint principe de la liberté du choix de l’école, l’écrasante majorité de ces fonctionnaires et employés choisissent l’enseignement privé, y compris au niveau universitaire, à la recherche d’une formation de meilleure qualité, mais aussi du prestige symbolique attaché aux universités privées élitistes. Ainsi on observe là un mécanisme qui permet à l’enseignement supérieur privé de se financer partiellement sur les fonds publics. C’est ce qui permet de dire à certains chercheurs que le Liban, contrairement à d’autres pays arabes, « se caractérise par un système d’enseignement mixte qui bénéficie d’un financement public et privé » (Melonio et Mezouagh, 2010 : 59). Une pratique qui s’inscrit bien dans la vision néolibérale des institutions mondiales qui la préconisent. Effectivement, c’est le principe de gratuité qui est visé dans ce mode de financement où le budget public est mis au service de la marchandisation de l’enseignement supérieur. Une tendance qui cadre avec ce que conseillent des experts néo-libéraux lorsqu’ils réclament « de s’appuyer sur les exemples étrangers en matière de droit d’inscription pour substituer à la gratuité actuelle un système de prêts : ils s’appuient sur la théorie des rendements privés de l’éducation supérieure, qui justifie l’idée que la gratuité est “injuste” socialement » (Garcia, 2009 : 166). La Banque mondiale dans un rapport sur la réforme de l’enseignement dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, appelle à « la flexibilité » et à « des financements publics (additionnels) [qui] pourraient être associés aux résultats et à l’innovation, assurant ainsi la responsabilisation en ce qui concerne la performance. Enfin, les enseignants doivent opérer plus comme des médecins ou des avocats – c’est-à-dire en professionnels » (Banque mondiale 2007 : 22). La même ligne de conduite est adoptée par l’Euromed dans le cadre du pronostic fait par ses experts de la situation de l’enseignement supérieur dans les pays de l’Est et du Sud de la Méditerranée (Fouchet et Moustier, 2010 : 33).

  • 19 . Selon les comptes économiques du Liban de 2008 (Kasparian R., 2009 : 40) les salaires représentai (...)

19Quant au financement de l’université d’État, son budget annuel fait partie intégrante du budget de l’État et est voté par la Chambre des députés chaque année. Il s’agit là du budget de fonctionnement qui couvre pratiquement tous les postes : salaires des deux corps académique et administratif19, prestations, infrastructure, entretien, en plus de l’enveloppe consacrée à la recherche, etc. À tout cela il faut ajouter les dons et subventions provenant des accords de coopération internationale ou régionale, qui doivent toutefois recevoir l’aval du Conseil des ministres pour être incorporés au budget universitaire. Il est évident que le rôle de l’argent public dépasse le simple fait d’assurer le fonctionnement de l’université. Car le financement public est « une des sphères essentielles de l’interaction entre l’université moderne et la société pendant de nombreuses décennies », et de l’autonomie institutionnelle « reconnue par la société à l’enseignement supérieur par le biais de l’État », qui garantissaient son isolation relative du marché. Ce qui implique qu’aucun impératif n’est préalablement fixé quant aux biens et services publics à fournir par l’université publique d’une part et, d’autre part, « une relation de confiance implicite de la société envers les institutions de l’enseignement supérieur » (Ordorika, 2006 : 1). La question qui mérite d’être posée à ce propos est de savoir si l’Université libanaise est toujours capable de respecter cette autonomie protégée par le financement public.

Globalisation, homogénéisation et restructuration de l’enseignement supérieur

20Le contexte universitaire mondial en mutation, poussant à l'internationalisation et à l'homogénéisation de l'enseignement supérieur, a favorisé ce changement du paysage universitaire libanais :

« Globalization is profoundly affecting higher education worldwide. The interaction between higher education institutions and the environment in which they operate can thus be extended to the international context. Higher education institutions are now confronted with increasing institutional pressures to incorporate the international legitimated and legitimating criteria » (Zha 2009 : 463).

21Mais ce processus est vécu par les institutions universitaires libanaises comme une contrainte lourde. En effet, ces institutions ont accepté sans résistance l’intégration aux règles hégémoniques de l’enseignement supérieur internationalisé : normes homogénéisantes, identification à un centre international (modèle nord américain versus modèle européen) adoption de ses références culturelles, acceptation des mécanismes visant à l’uniformisation comme le processus de Bologne et l’assurance-qualité, notamment. L’homogénéisation se traduit dans plusieurs aspects de l’enseignement supérieur, au niveau organisationnel, dans la structure des systèmes éducatifs, dans les programmes et cursus, par exemple (Beerkens, 2003: 144). Elle est accentuée par la formation à distance, qui tend à uniformiser les approches pédagogiques et les contenus de la formation (Morin, 2007). Les universités libanaises, abstraction faite de la catégorie à laquelle elles appartiennent, ont montré une disposition particulière à incorporer à leurs structures des conditions imposées par les normes de coopération internationale, par le processus de Bologne et les règles édictées par la communauté européenne en général, alors même que le Liban n’est pas signataire du processus de Bologne.

22Toutefois, cette tendance à l’uniformisation de l’enseignement supérieur rencontre des limites qui relèvent du modèle hégémonique lui-même et surtout du champ d’accueil. Tout d’abord, il y a les résistances nationales qui se présentent sous formes organisationnelle et institutionnelle. En effet, malgré une volonté affichée de la part des universités locales de s’insérer dans le processus hégémonique d’homogénéisation, leurs structures institutionnelles et académiques ne sont pas de nature à faciliter une implantation du modèle homogénéisant dans les meilleures conditions. Trois exemples de résistance peuvent être donnés : le premier concerne l’état institutionnel et académique dans lequel se trouve l’université d’État, l’UL, depuis un certain temps ; l’autre est relatif à une université élitiste, l’USJ, et finalement, le dernier se rapporte à la plus importante des universités axées sur le marché, la LIU.

  • 20 . Tandis que les universités privées sont requises par la Loi sur l’enseignement supérieur de prése (...)
  • 21 . La loi cadre N° 75/67, qui sert de référence première pour l’UL, prévoyait la participation des é (...)

23L’UL a été créée par une loi20 et placée sous la tutelle du Ministère de l’éducation. Tout changement de ses statuts doit être entériné par le Conseil des ministres. Selon la loi, elle jouit d’une autonomie importante en principe, car c’est au Conseil d’université, composé de représentants du corps enseignant, des étudiants21 et des doyens, que revient la mission de sélectionner les candidats aux fonctions de professeurs, sur proposition des conseils des différentes facultés. C’est lui aussi qui approuve le budget annuel de l’université et veille sur le fonctionnement de celle-ci en se basant sur des rapports ponctuels de la part du recteur qui, en l’occurrence, préside ledit Conseil. Mais en 1997, le Conseil des ministres a confisqué par décret les prérogatives du Conseil de l’université relatives au recrutement des professeurs. Si l’on ajoute à cela le fait que le même Conseil des ministres s’est abstenu pendant les six dernières années de nommer les nouveaux doyens, on peut alors constater l’existence d’une volonté politique visant à réduire le statut autonome de cette université. Ce vide institutionnel a créé une situation où l’UL, seule université dont les statuts font une institution universitaire démocratique, est gérée par le haut, mettant ainsi le pouvoir décisionnel aux mains de son recteur et, dans une certaine mesure, aux mains du Ministre de tutelle. Les deux responsables sont, par les positions qu’ils occupent, redevables aux autorités politico-confessionnelles qui détiennent le pouvoir politique au pays.

  • 22 . L’UL a procédé à une évaluation interne en 2001. Les recommandations formulées (révision en profo (...)
  • 23 C’est l’engagement de cette université dans d’innombrables projets de coopération avec la partie fr (...)

24Ce problème institutionnel22 a des répercussions sur le plan académique. Ainsi, à la faculté des sciences, jadis considérée comme le fleuron de l’UL, les relations entre collègues libanais sont si conflictuelles qu’il a été impossible de mettre sur pied un DEA régional de mathématique, ni aucun projet de recherche (Jambu, Jazar, Waldschmidt, 2003 : 12, 17). Elle rend de même difficile toute réforme d’ensemble. Dans le cas de l'Université libanaise, cette résistance est enracinée dans des structures archaïques et une mal-adaptation académique évidente. A ce propos le rapport tempus (2010 :7) constate qu'en ce qui concerne l'installation du système LMD, l'UL éprouve d'énormes difficultés : « The major challenge facing the implementation of the LMD system is in the Lebanese University, […]where this implementation has been carried out somewhat chaotically and without expertise in the field ». Le choix de répondre aux exigences européennes d'homogénéisation, en plus d'être une fuite en avant, est donc politiquement motivé23

25Le cas de l’Université St-Joseph semble moins problématique. L’évaluation externe, à laquelle elle a été soumise en 2009, a montré une intégration sur le plan organisationnel mais une centralisation extrême de la décision entre les mains du recteur. C’est particulièrement sensible au niveau institutionnel et académique :

« Le service de GRH du rectorat ne dispose pas d’un état des lieux chiffré du potentiel d’enseignement que représentent les enseignants “cadrés” et des charges induites par la mise en place des différents cursus, par formation et/ou par discipline. Le Conseil de l’université n’a pas la possibilité d’arbitrer entre plusieurs demandes ni d’établir des priorités » (AERES, 2009 : 35).

  • 24 . Cependant, il faut prendre en considération le fait que l’USJ se distingue par sa création d’un p (...)

26La place des représentants du corps professoral est ambiguë au vu du statut hégémonique du recteur et des doyens. À cela s’ajoute le fait que l’USJ souffre sérieusement d’une faiblesse au niveau de l’activité de recherche24 :

« L’USJ ne possède qu’un potentiel de recherche modeste en nombre et en disponibilité […] Deux causes principales expliquent cet état de fait : l’absence de statut d’enseignant-chercheur nécessaire au développement de l’activité de recherche et de financements suffisants. Le nombre d’enseignants “cadrés” à plein temps est insuffisant pour qu’une part significative de leur temps soit consacrée à la recherche et par voie de conséquence, le nombre de docteurs est faible » (AERES 2009 : 42).

27Cependant, des atouts ont été relevés au niveau de l’intégration de l’USJ dans le processus d’internationalisation de l’enseignement supérieur conformément « aux références et lignes directrices dans le cadre de la construction de l’espace européen ».

28Là aussi c’est le pôle extérieur qui constitue le levier nécessaire à l’intégration à « l’espace européen ». En d’autres termes, ne s’agit-il pas ici d’une homogénéisation forcée par le haut ?

  • 25 . La LIU a choisi « d’aller là où les étudiants les moins solvables n’arrivent pas à accéder à l’un (...)

29À l’opposé, les universités axées sur le marché sont en majorité des universités à activités académiques minimales. La plupart d’entre elles ne comprennent que trois facultés, un minimum requis pour avoir le statut d’université. Leurs cursus et programmes les rapprochent plutôt de ce qui est connu aux États-Unis sous le nom de Community College. En dehors de l’enseignement, qui suit un modèle plutôt copié sur le système américain, aucune activité de recherche n’est à signaler. La plupart des enseignants dans ces universités sont vacataires et ne possèdent pas un diplôme de doctorat dans leur domaine de spécialisation. La structure institutionnelle et organisationnelle qui cadre bien avec cet état de fait est caractérisée par un management centralisé sous forme personnalisée, religieuse ou familiale, sans la moindre participation du corps enseignant. C’est la toile de fond dans laquelle baigne la Lebanese International University (LIU). Toutefois, elle se distingue par sa capacité d’attraction pour un nombre croissant d’étudiants d’une part, et d'autre part par une politique d’expansion nationale et internationale25. Sa stratégie se base sur deux éléments principaux : souplesse en matière de frais de scolarité – incluant bourses et réduction systématique des frais semestriels – et diversification des domaines de spécialisation qui en fait un cas à part en comparaison avec les autres universités axées sur le marché.

30Apparemment, la LIU, dans sa volonté affirmée de concurrencer les universités les mieux positionnées sur la scène universitaire, qu’elles soient publiques ou élitistes, mise sur la massification de l’enseignement au point de menacer la rentabilité financière de son entreprise académique. Ce fait contredit-il le passage de la massification à la marchandisation ? En aucun cas. Ce n’est en effet qu’une déclinaison de ce mécanisme qui permet plus de présence et d’influence au sein du monde universitaire libanais. En l’absence d’une représentation des enseignants dans les instances décisionnelles, caractérisées par une gestion appliquant les règles du marché, la LIU offre l’image d’une université qui court après l’étudiant-consommateur à faible solvabilité. C’est une image confortable qui ne trahit en rien l’homogénéisation et l’uniformisation, caractéristiques de la globalisation de l’enseignement supérieur : les assises locales solides d’une université privée de masse permettant la croissance supra nationale dans le cadre d’une homogénéisation galopante.

31Au-delà des explications factuelles, le mécanisme qui explique le mieux la tendance à l’homogénéisation et à l’uniformisation dans les universités en général et celles axées sur le marché en particulier, est mis en évidence par DiMaggio and Powell, (1983) :

« The institutional isomorphism approach stresses that in order to survive, organisations have to adapt to the existence of and pressures by other organisations in their environment. These adaptation processes tend to lead to homogenisation, as organisations react more or less similarly to uniform environmental conditions. Isomorphism is a constraining process that forces organisations to resemble other organisations that face the same set of environmental conditions »

  • 26 . American University of Science and Technology (AUST), American University of Technology (AUT), Am (...)

32En conséquence ce sont surtout les nouvelles universités qui affichent une identité révélatrice : universités « libano-américaine », « franco-libanaise », « libano-canadienne » ou « libano-allemande »26 ; ce qui est véhiculé à travers ces qualificatifs, c’est l’idée d’une plus-value assurée à l’étudiant, une fois son diplôme obtenu. L’étiquette nationale ou religieuse devient désuète.

33Il existe pourtant une marge importante d’hétérogénéité au sein du processus d’homogénéisation, accompagnée d’un seuil de tolérance assez élevé de la part des partenaires internationaux dans le cas libanais (Jambu et al. 2003 : 3). Cela est probablement dû au fait que l’espace européen, pour s’assurer une position concurrentielle au sein du processus d’internationalisation et d’homogénéisation face à la domination anglo-saxonne, essaie de consolider son influence dans les pays périphériques, surtout ceux qui sont culturellement acquis d’avance comme le Liban. En effet, si pour les pays anglo-saxons, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie essentiellement, la mondialisation de l’enseignement supérieur signifie avant tout la constitution d’un grand marché générant entre 40 à 50 milliards de dollars américains annuellement, les pays européens et le Japon en font un champ de bataille dans le but de garder leur influence culturelle et scientifique, y compris la recherche. Conséquemment, des pays comme la France, l’Allemagne et le Japon ont émergé en tant que concurrents sérieux aux exportateurs traditionnels en matière d’enseignement supérieur (Marginson, 2009).

34Ainsi la France a continué d’attirer un nombre croissant d’étudiants en provenance des pays arabes, surtout ceux de l’Afrique du nord, grâce aux accords bilatéraux (Bashir, 2007 : 19, 22). Le Liban a aussi profité, grâce aux liens bilatéraux entre l’Université libanaise et l’USJ en particulier avec des universités françaises, d’un statut privilégié dans un contexte d’américanisation galopante du système universitaire libanais :

« In general, Francophone countries have lagged behind other parts of the world in terms of transnational higher education activities » (Jokivirta, 2006).

  • 27 . Voir le rapport d’évaluation des activités Tempus III fait par Ecorys.

35C’est dans ce contexte que nous proposons de comprendre les objectifs d’un programme comme Tempus à l’égard des universités libanaises27, à savoir, attirer des étudiants post-secondaires dans l’espace européen en général et français en particulier.

Coopération internationale et homogénéisation de l’enseignement supérieur

36Les universités libanaises, toutes catégories confondues, profitent des institutions européennes actives dans le domaine de la coopération scientifique pour intégrer la nouvelle division du travail scientifique internationale. Ladite coopération paraît importante pour contourner les difficultés institutionnelles précédemment relevées ainsi que le cadre international contraignant. L’implication des universités libanaises dans le domaine de la coopération va bien au delà des relations bilatérales, et concerne un cadre institutionnel international entrainant les universités locales dans son sillage. Le programme Tempus en offre un bon exemple.

37Tableau II. Institutions d’enseignement supérieur libanaises qui ont enregistré la plus importante participation dans le cadre des programmes TEMPUS I à TEMPUS III (1990-2006)

INSTITUTIONS

Total

Nombre de projets

JEP*

SCM**

Université Libanaise

11

8

3

American University of Beirut

6

3

3

Université Saint-Joseph

3

3

0

Université Arabe de Beyrouth

3

1

2

Université Balamand

2

1

1

Université du Saint-Esprit Kaslik - USEK

2

1

1

Hariri Canadian University

2

0

2

Modern University of Business and Science

2

0

2

Total

31

17

14

38Source : (Tempus, 2010 : 9)

39* Joint European Projects/Projets Européens Communs

40** Structural & Complenentary Mesures/Mesures Structurelles et Complémentaires

41À travers le financement de projets Tempus (Tempus, 2010 : 9) et les trois dizaines de projets financés jusqu’à aujourd’hui, à quoi s’ajoutent quelques 90 bourses de mobilité individuelles, de nouveaux programmes ont été mis en place, de nouvelles structures de recherche créées et un programme de modernisation d’ensemble a été entamé.

42Pour mieux apprécier la signification de ce processus il faut se rappeler que cette coopération se fait en l’absence de la concertation sur le plan national, ce qui entraine une intégration en rangs dispersés des universités locales dans l’une des grandes filières de l’enseignement supérieur international. Rien d’étonnant quand on se rappelle que l’État encourage, par son effacement devant le caractère communautaire et marchand de la sphère universitaire, la compétition entre les universités libanaises. En effet, la Constitution libanaise garantit dans son préambule le droit des communautés religieuses à préserver des prérogatives dans le domaine de l’enseignement privé, niveau universitaire inclus. Ces universités sont d’autant moins enclines à coopérer entre elles. De fait, alors que le programme Tempus présente la mondialisation comme une opportunité pour resserrer les rangs des universités libanaises et favoriser leur coopération, dans la pratique, sa stratégie privilégie un traitement individualisé des universités.

Changement de structures, changement de stratégies et risques imminents

  • 28 . La plupart des universités axées sur le marché ont choisi de se regrouper au sein d’une commissio (...)

43Tout au long de cet article nous avons essayé de mettre en évidence les changements structurels, aussi bien institutionnels et académiques que financiers, qui ont abouti à une reconfiguration de la scène universitaire au Liban. Tout cela a mené à une redéfinition tacite de ce monde dans un sens précis : ce n’est plus la polarisation confessionnelle qui a la main haute sur le monde universitaire privé et public. Dans leur combat pour la survie face à une concurrence plus ou moins dure, les universités font plutôt le choix de s’intégrer à un monde de références distinctes28 d’une part et misent davantage sur des meilleurs moyens pour attirer le plus possible d’étudiants solvables de l’autre. Le prix à payer pour satisfaire ces deux conditions est crucial. Car il engage un choix de modèle académique qui devient de plus en plus uniforme dans le contexte d’une internationalisation homogénéisante de l’enseignement supérieur ne laissant pas vraiment de place à la diversité. Un fait qui va à l’encontre de ce qui a toujours distingué l’institution universitaire :

  • 29 . Le même auteur souligne à ce propos le rôle unique que jouent toujours les universités en Amériqu (...)

« Malgré de grandes ressemblances entre les systèmes et institutions du monde entier, il n’a jamais existé de conception unique de l’université. Au contraire, de grandes traditions universitaires aussi diverses que distinctes se perpétuent aux niveaux national, métanational ou régional » (Ordorika 2006 : 6)29.

44Mais à partir du moment où la recherche de profit entre en jeu, l’université change de mission et de perspective. Ce n’est plus la formation et l’enseignement basés sur la raison et l’esprit critique qui dictent leur logique, mais plutôt les supposés besoins du marché du travail. Ceci se comprend mieux si l’on prend en considération

« le découpage en petites unités [qui] favorise la "granularisation" des savoirs demandée par les fournisseurs industriels de Learning Management Systems, qui les intègrent dans une logique d'assemblage d'opérations pouvant être routinisées »(Vinokur 2008 : 7).

45En cela l’université risquerait bien de ne plus respecter sa mission de base. Pour Derrida (1983), c’est la Raison qui constitue la "raison d’être" de l’université. Conséquemment, les universités sont obligées par le fait même d’accepter cette "raison d’être" sans la questionner en aucune manière. Si les besoins du marché du travail possèdent leur raison, c’est une « raison particulière » soumise aux besoins de l’accumulation du capital. C’est pourquoi la forme marchande de l’enseignement supérieur, en se généralisant, comme dans le cas libanais, trouve son support le plus important dans les universités axées sur le marché. Vinokur (2008) remarque que :

« La mesure en heures homogènes de travail étudiant détache le crédit de l'université et de ses conditions de production. L'enseignant s'efface devant l'apprenant. Le crédit peut ainsi être émis par tout fournisseur de services d'enseignement, de formation ou d'occasions d'apprentissage, ce qui ouvre le droit de battre cette monnaie aux fournisseurs étrangers et transfrontaliers (e-learning), aux entreprises (stages, certifications internes d'entreprises), aux associations, etc. ».

  • 30 . « Il faut reconnaître que le niveau scientifique au Liban s'est sensiblement dégradé […] en raiso (...)

46Les universités libanaises, surtout les plus récentes d’entre elles, s’essoufflent dans leur tentative de s’identifier aux modéles dominants dans les pays hégémoniques à partir de leur position initiale d’universités dépendantes, qui les relègue à un rôle périphérique. Dans le contexte libanais, une telle uniformisation rampante risque de se traduire non seulement par un nivellement vers le bas en matière d’enseignement et de formation universitaires30, mais aussi par un rétrécissement de l’espace public universitaire et, dans son sillage, de l’enseignement en tant que bien public, avec la régression continue de la place et du rôle de l’Université publique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Babbitt Philip, 2002, The Shield of Achilles: War, Peace, and the Course of History, Knopf.

Bashir Sajitha, 2007, Trends in International Trade in Higher Education: Implications and Options for Developing Countries, World Bank, Edu. Working Paper Series, n° 6, 97 p.

Bashshur Mounir, 1997, « Higher Eduction in a Historical Perspective », in Adnan el-Amine (ed.) Higher Education in Lebanon, Beyrouth, LAES [en arabe], p. 15-93.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beerkens Eric, 2003, « Globalisation and Higher Education Research », Journal of Studies in International Education 7, p. 128-148
DOI : 10.1177/1028315303007002002

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Derrida Jacques, 1983, « The Principle of Reason: The University in the Eyes of its Pupils », Diacritics, Vol. XIII/3, p. 3-20
DOI : 10.2307/464997

DiMaggio P. J. & W. Powell, 1983, « “The iron cage revisited” institutional isomorphism and collective rationality in organizational fields », American Sociological Review 48, p. 147-60.

El-Amine A. & als, 2002, L'auto-évaluation de l'Université libanaise. Beyrouth, Publications de l'Université libanaise (en arabe).

Fouchet Robert et Moustier Emmanuelle, février 2010, « L’enseignement supérieur et la recherche en Méditerranée : enjeux et défis de demain en sciences sociales », EUROMED, 10 Papers for Barcelona 2010, Paper 4.

Gaillard Jacques (coll. J. Kabbanji, J. Bechara and M. Assaf), 2007, Lebanon Evaluation of Scientific, Technology and Innovation Capabilities in Lebanon Estime Project (Rigas Arvanitis Co-ordinator), IRD, France, 50 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Garcia Sandrine, 2009/1, « Réformes de Bologne et économicisation de l’enseignement supérieur », Revue du MAUSS 33, p. 154-172.
DOI : 10.3917/rdm.033.0154

Gerges, 2003, L'Université libanaise : une approche économique, sociale, démographique et financière, Thèse de doctorat. Institut des Sciences sociales/Université libanaise (en arabe).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Herrera Linda, 2007, Higher Education in the Arab World, in James J.F. Forest and Philip G. Altbach (eds.), International Handbook of Higher Education, p. 409–421.
DOI : 10.1007/978-1-4020-4012-2_20

Hirrt Nico, 2001, Les trois axes de la marchandisation scolaire,

http://www.nonalaguerre.com/~CL/pages/articles/Lestroisaxesdelamarchandisationscolaire.pdf (Consulté le 16 octobre 2011).

Kabbanji Jacques, 2010a, Rechercher au Liban. Communautés scientifiques, chercheurs et innovation. État des lieux en sciences sociales, Beyrouth, Institut des Sciences Sociales, Université libanaise.

— 2010b, « Internationalization of Social Sciences: The Lebanese Experience in Higher Education and Research », in Michael Kuhn & Doris Weidemann (eds.), Internationalization of the Social Sciences, Asia, Latin America, Middle East, Africa, Eurasia, Bielefeld, Transcript Verlag, p. 213-226.

Kasparian Choghig, 2009, L'émigration des jeunes libanais et leurs projets d'avenir, Beyrouth, Presses de l’Université Saint-Joseph.

Kasparian Robert (dir.), 2009, Les comptes économiques du Liban 2008, Beyrouth, Présidence du Conseil des Ministres, Mission des comptes économiques.

Marginson Simon, 2009, Globalization, Knowledge and Competition in Higher Education, Kumamoto University, 13 October 2009

http://www.cshe.unimelb.edu.au/people/marginson_docs/Kumamoto_University_Marginson_131009.pdf

Melonio Thomas et Mezouagh Mihoub, 2010, Le financement de l’enseignement supérieur en Méditerranée. Cas de l’Égypte, du Liban et de la Tunisie, Paris, AFD (Agence Française de Développement).

Morin Sophie, déc. 2007, Internationalisation de l’éducation supérieure et formation à distance : le pouvoir d’influence des États occidentaux, Rapport de recherche du Laboratoire d’étude sur les politiques publiques et la mondialisation, Vol. I, n° 1, 27 p.

Ordorika Imanol, 2006, S’engager au service de la société : les défis actuels pour les universités publiques de recherche

http://portal.unesco.org/education/fr/files/51618/11634243505Ordorika-FR.pdf

Ratha Dilip, Mohapatra Sanket, Vijazalakshmi K. M., Xu Zhimei, 2007, Remittance Trends. Washington, World Bank.

Vinokur Annie, 2008, « Enseignement supérieur national et normalisation internationale: contraintes et choix stratégiques. », Colloque : L'évaluation de la formation universitaire en Algérie à l'ère de l'internationalisation de l'enseignement supérieur et de la mondialisation, Oum El Bouaghi, 27-28 avril 2008.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Zha Qiang, 2009, « Diversification or Homogenization in Higher Education: A Global Allomorphism Perspective », Higher Education in Europe, 34: 3, p. 459-479.
DOI : 10.1080/03797720903356628

Rapports :

AERES (Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur), 2009, Rapport d'évaluation de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth – Liban, Paris, France.

Banque mondiale, 2007, « Un parcours non encore achevé : La réforme de l’éducation au Moyen-Orient et en Afrique du Nord— Résumé analytique », Washington : The International Bank for Reconstruction and Development / The World Bank.

ECORYS, « Ex-post Evaluation of the TEMPUS III Programme. Document de synthèse », Pas de date. 13 p.

(http://eacea.ec.europa.eu/tempus/tools/documents expost_evaluation _summary_fr.pdf)

Jambu M., Jazar M., et Waldschmidt M., 2003, « Rapport sur une Mission préparatoire à une demande de Mastère Régional de Mathématiques au Moyen-Orien », Agence universitaire de la Francophonie Bureau Moyen-Orient.

Tempus, 2010, Higher Education in Lebanon, 13 p. (http://eacea.ec.europa.eu/tempus/)

Tempus ( ?), Lebanon, Country Profile (www.tempus-lebanon.org)

Haut de page

Annexe

Entretiens :

- Sader Younès, ancien professeur à l’Université libanaise et ancien président de la Ligue des professeurs à plein temps de la même université entre 1991 et 1996, le 2 mars 2010.

- Hani Assaf, secrétaire général de la Fédération des étudiants de l’Université libanaise entre 1972 et 1974, le 28 juin 2010.

- Issam I. Khalifé, professeur à l’Université libanaise, ancien président de la Ligue des professeurs à plein temps de la même université entre 1996 et 1998 et premier président de la Fédération des étudiants de l’Université libanaise 1970-1972, le 6 juillet 2010.

- Le Président de la Lebanese International Unversity, 4 mai 2011 (Entretien réalisé par Hala Awada)

- Le Vice-président de la Lebanese International Unversity, 8 mai 2011 (Entretien réalisé par Hala Awada).

Haut de page

Notes

1 . Au Liban à l’heure actuelle coexistent schématiquement trois systèmes d’enseignement supérieur : le système à base annuelle, le système semestriel américain à base d’unités et finalement le système européen dit LMD nouvellement installé.

2 . Elle est fondée à l’initiative de l’Association al-Birr wa-l-Ihsan (une association de bienfaisance) sur décision du tribunal religieux sunnite relevant de la présidence du conseil des ministres (Bashshur 1997 : 38).

3 . Suite à l’élection d’un nouveau président de la république en 1998, un gouvernement sans M. R. Hariri est formé et dure moins de deux ans. Rafiq Hariri est à nouveau premier ministre de 2000 à 2004, il est assassiné en février 2005 quelques mois après sa démission.

4 . Sans mission bien définie ni stratégie éducative précise, l’Université libanaise, créée sous la pression des revendications populaires, a dû dès sa naissance faire face aux revendications de ses propres étudiants qui réclamaient la création de nouvelles spécialisations et le remplacement des professeurs incompétents. D’autre part, les deux universités élitistes privées dominantes à l’époque, l’AUB et l’USJ, ne voyaient pas d’un bon œil l’entrée de l’État dans le domaine de l’enseignement public par peur de voir s’installer de nouvelles réglementations de nature restrictive. Le premier recteur de l’Université libanaise, Fouad Éphram el-Boustani, s’était hâté de déclarer que celle-ci ne visait pas la concurrence avec les universités privées. De fait, l’UL s’est abstenue pendant plus d’un quart de siècle de créer des facultés de droit, d’ingénierie et de médecine qui auraient pu « concurrencer » les universités élitistes. (Gerges 2003 ; entretien avec S. Younès, ancien président de la Ligue des professeurs de l’Université libanaise, le 2 mars 2010).

5 . Étudiants et enseignants ont, à partir des années soixante, manifesté une opposition farouche au confinement de cette université aux facultés de sciences et de lettres et sciences humaines. Plusieurs grèves ont secoué cette institution à la même époque en vue d’obtenir, entre autres, l’ouverture des facultés des sciences appliquées. (entrevues effectuées avec S. Younès (déjà citée), H. Assaf ((le 28 juin 2010) et I. Khalifé (le 6 juillet 2010)).

6 . La faculté du génie agronomique et des sciences vétérinaires à l'Université libanaise a été fondée par un décret le 21 octobre 1974, mais elle n’a vu le jour qu'en 1985.

(http://www.ul.edu.lb/faculte/facultyDescription.aspx?facultyId=13&lang=3)

7 . Notons que les deux universités les plus anciennes, l’AUB et l’USJ, ont réduit leur dépendance à l’égard des missions fondatrices à la veille de la guerre fratricide déclenchée en 1975. L’USJ a, par exemple, cessé de former le clergé catholique libanais depuis 1975. Tandis que l’AUB dépend maintenant d’un ‘American Board’ civil.

8 . De l’avis de deux leaders étudiants de l’époque (l’un fut un fervent communiste tandis que l’autre portait l’étendard d’un Liban libéral et démocratique), l’Université libanaise faisait partie intégrante d’un projet national visant à doter le pays des compétences nécessaires pour la construction d’un État moderne et du développement socio-économique et scientifique (Entrevues déjà citées avec H. Assaf et I. Khalifé).

9 . Market oriented universities.

10 . Il est important de signaler le rôle remarquable de la Fondation Hariri (créée par l’ancien Premier Ministre Rafiq Hariri), au début des années 1980, dans la survie et le redressement des universités élitistes, surtout l’AUB, grâce au système de bourses qu’elle accordait aux dizaines de milliers d’étudiants (voir note 18).

11 . Cette catégorie inclut des universités possédant des traditions académiques remontant aux années 1950 (notamment la Lebanese American University (LAU), Haigazian University,… ainsi que les nouvelles universités axées sur le marché. On estime que les effectifs des premières ne dépassent pas 5% du total.

12 . Il est révélateur que la LIU ait été autorisée alors que son fondateur, M. A.R. Mourad, était ministre de l’éducation nationale. Ce fait n’a pourtant pas été considéré par le gouvernement de l’époque comme une infraction relevant d’un conflit d’intérêts.

13 . Chiffre fourni par le vice président de cette université (Entretien le 8 mai 2011).

14 . Hirtt remarque qu’« en effet, l’appareil scolaire (…) est appelé à servir mieux et davantage la compétition économique, et ce de trois façons : en formant plus adéquatement le travailleur, en éduquant et en stimulant le consommateur et enfin en s’ouvrant lui-même à la conquête des marchés. Cette nouvelle adéquation entre l’École et l’économie se réalise tant sur le plan des contenus enseignés, que des méthodes (pratiques pédagogiques et de gestion) et des structures » (Hirrt, 2001).

15 . La part des salaires dans le PIB était de 35,5% en 1997 dans les deux secteurs privé et public confondus. Depuis elle n’a jamais été recalculée (Kasparian, 2008 : 56).

16 . En effet, l’UL n’impose que des frais d’inscriptions symboliques au niveau du premier cycle universitaire. Ils deviennent plus élevés dans les deux autres cycles subséquents, le master et le doctorat.

17 . L’AUB, l’USJ, et d’autres universités à filiation religieuse surtout, ont un programme d’aide aux étudiants (Melonio et Mezouagh, 2010 : 60).

18 . Les auteurs donnent l’exemple de la fondation Hariri qui, à travers son système de bourses, a œuvré au financement des universités élitistes. « Les prêts de la fondation Hariri auraient permis à près de 35 000 étudiants, pour l’essentiel sunnites, de poursuivre leurs études au Liban ou à l’étranger dans les années 1980 et, dans une moindre mesure, 1990 ». (Ibidem : 61). Voir aussi Gaillard et al. (2007) pour ce qui est de l’aide financière fournie, surtout à l’AUB, par les multinationales.

19 . Selon les comptes économiques du Liban de 2008 (Kasparian R., 2009 : 40) les salaires représentaient en 2004 et 2005, respectivement 87,4% et 86,5% de l’ensemble du budget alloué à l’Université libanaise.

20 . Tandis que les universités privées sont requises par la Loi sur l’enseignement supérieur de présenter leur dossier à la Direction générale de l’enseignement supérieur, au Ministère de l’éducation nationale, qui l’examine et décide des mesures à prendre.

21 . La loi cadre N° 75/67, qui sert de référence première pour l’UL, prévoyait la participation des étudiants au conseil de l’Université. Cependant, depuis sa partition suite aux hostilités qui ont débuté en 1975 il a été décidé de restreindre ses membres aux seuls représentants des professeurs en plus des doyens pour « éviter tout débordement politique ».

22 . L’UL a procédé à une évaluation interne en 2001. Les recommandations formulées (révision en profondeur des structures de l’UL) sont restées globalement sans effet, surtout sur le plan institutionnel (El-Amine, 2002).

23 C’est l’engagement de cette université dans d’innombrables projets de coopération avec la partie française en particulier, surtout au niveau de l’équivalence des diplômes, qui expliquent le mieux ce choix prématuré.

24 . Cependant, il faut prendre en considération le fait que l’USJ se distingue par sa création d’un pôle de recherche-innovation unique dans le monde universitaire libanais (Kabbanji, 2010a).

25 . La LIU a choisi « d’aller là où les étudiants les moins solvables n’arrivent pas à accéder à l’université », que ce soit au Liban ou dans les autres pays arabes et bien au delà de ces pays. Ainsi, la LIU a actuellement une présence en bonne et due forme en plus du Liban dans les pays suivants : le Yémen, l’Égypte, la Syrie, le Maroc, la Mauritanie, l’Arabie saoudite, la Bulgarie. Des démarches sont en cours pour une possible présence en Pologne. (Entretiens avec le président (déjà cité) et le vice président pour les affaires administratives (8 mai 2011)).

26 . American University of Science and Technology (AUST), American University of Technology (AUT), American University of Culture and Education (AUCE), Université Libano-Française de Technologie et des Sciences Appliqués – (ULFTSA), Hariri-Canadian University (HCU), Lebanese Canadian University – (LCU), Lebanese German University – (LGU).

27 . Voir le rapport d’évaluation des activités Tempus III fait par Ecorys.

(http://eacea.ec.europa.eu/tempus/doc/eval3report_en.pdf)

28 . La plupart des universités axées sur le marché ont choisi de se regrouper au sein d’une commission visant à remplir les conditions nécessaires pour s’ajuster aux normes de la quality assurance. Le vice président de la LIU nous a confié que son université tente d’avoir une position de choix au sein de cette commission pour une meilleure validation de son statut d’université (Entretien cité).

29 . Le même auteur souligne à ce propos le rôle unique que jouent toujours les universités en Amérique Latine dans la construction de l’État-nation.

30 . « Il faut reconnaître que le niveau scientifique au Liban s'est sensiblement dégradé […] en raison de la responsabilité de l'État qui a autorisé certaines institutions qui se donnent l'étiquette « d'université » bien qu'elles n'en possèdent les qualifications justifiant ce statut. » Chakib Kortbaoui, ministre libanais de la Justice, An-Nahar, le 5/10/2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Kabbanji, « Heurs et malheurs du système universitaire libanais à l’heure de l’homogénéisation et de la marchandisation de l’enseignement supérieur », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 131 | juin 2012, mis en ligne le 06 juillet 2012, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://remmm.revues.org/7651

Haut de page

Auteur

Jacques Kabbanji

Sociologue, ancien professeur de sociologie et d’épistémologie à l’Université libanaise

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page