Navigation – Plan du site
Lectures

Bonte P., Porqueres i Gené E., Wilgaux J. (dir.), L’argument de la filiation aux fondements des sociétés européennes et méditerranéennes, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011, 473 p.

Émilie Barraud

Texte intégral

  • 1 On trouve dans les cultures de la parenté européennes et méditerranéennes une même dimension cognat (...)

1Ce brillant ouvrage collectif explore la manière dont la filiation est établie dans des sociétés anciennes et actuelles du pourtour méditerranéen. Cet espace se présente depuis longtemps comme un cadre privilégié pour l’élaboration de théories savantes, notamment dans le domaine de la parenté. Dans celui de la filiation, comme de l’alliance qui a fait l’objet d’une précédente recherche comparative (Bonte, 1994), la pertinence du cadre ainsi choisi repose sur des convergences structurelles et culturelles1. Toutefois ce « dossier filiation » qui confronte les approches historiques, juridiques et anthropologiques n’est pas circonscrit à des temps et des lieux particuliers, l’objectif étant d'éclairer les permanences et les discontinuités qui le caractérisent, et de proposer in fine une archéologie des croyances et des savoirs en la matière. Dans la tradition anthropologique, les groupements humains ont tendance à apparaître comme figés en nature par le discours de la filiation et les systèmes de classification. Or, aujourd’hui, les analyses savantes portent l’éclairage sur d’autres aspects, à savoir l’instabilité et la mouvance des frontières de ces groupes en apparence déterminés par des règles de filiation. Ainsi, dans cet ouvrage, c’est le statut même de la filiation, tel que l’ont jusqu’alors pensé les anthropologues, qui est reconsidéré.

  • 2 Lorsqu’un personnage, humain ou divin, occupe simultanément toutes les positions de la parenté.

2La première des cinq parties est consacrée aux fondations mythiques de la filiation. À l’aune des récits adamiques de la littérature arabe classique, Édouard Conte explore la genèse de l’être humain, détaillant le processus de sexuation du premier homme et le passage de l’androgynie à la filiation. Avec le badal, suggéré par Adam pour assurer sa postérité et qui consiste en l’union de jumeaux de germains, l’auteur rend compte d’une formule qui réunit les dimensions de l’alliance et de la germanité pour fonder ou rénover le processus filiatif. À la lumière des trois religions monothéistes, Pierre Bonte interroge le genre de Dieu, la notion de succession positionnelle2, la prédestination sacrificielle du fils aîné dans les trois contextes et les fondements cognitifs, sociaux et symboliques du sacrifice abrahamique. L’auteur s’appuie sur les travaux précurseurs de Sir Edmund Leach et emprunte à Lévi Strauss le concept de « maison » ; une notion susceptible de lectures différenciées dans les trois monothéismes. L’étude de ces récits et rites conduit à une déconstruction de la notion de filiation telle qu’elle a été conceptualisée dans les sociétés concernées, pour apparaître comme structurellement déterminée par l’alliance, la germanité, la succession générationnelle ou la distinction des genres. L’esquisse théorique proposée dans le troisième texte, en plaçant la germanité au centre de l’analyse, démontre qu’elle est précisément le chaînon manquant permettant de penser les articulations entre filiation et alliance dans le système touarègue. Se penchant sur la création des hommes et leurs apparentements, Saskia Walentowitz propose une lecture nouvelle de la filiation et de la constitution des groupes sociaux et vise ainsi l’obsolescence des théories traitant de la parenté touarègue en termes d’unifiliation, de segmentarité, de groupes clos ou de fractions antagonistes. Enfin, à partir d’une chronique royale mésopotamienne (2200 avant notre ère) et d’un récit légendaire sur le premier roi supposé de l’humanité, Jean-Jacques Glassner expose le schéma héréditaire qui gouvernait les régimes de succession dans les monarchies mésopotamiennes.

3La construction de la notion de filiation conduit à des apories naturalistes dans la plupart des sociétés ; ce à quoi la deuxième partie engage à réfléchir. L’adoption est un bon révélateur des pratiques et des représentations de la filiation dans une société. Dans cette perspective, Philippe Moreau porte un éclairage supplémentaire par l’analyse du personnage mythique de Romulus et interroge l’adrogation romaine à partir d’un cas limite, à l’exact opposé de la pratique courante. Roberto Bizzocchi sonde la notion de filiation en mettant en parallèle la culture généalogique des noblesses de l’Italie moderne (XVIe – XVIIIe siècles) avec le sigisbéisme, ou la coutume du chevalier servant, qui s’affirme à la fin de l’époque moderne au sein de l’ordre social. À la lumière du corpus normatif du judaïsme rabbinique, Madalina Vârtejanu-Joubert apporte sa contribution à la construction de l’objet en partant là encore d’une situation limite : le cas de la femme enceinte dont le mari meurt. Elle révèle le poids de la filiation patrilinéaire dans le judaïsme, contredisant l’idée selon laquelle la matrilinéarité régit l’ensemble des principes de filiation dans la famille juive. À la lumière de la littérature juridique islamique, Mohamed Hocine Benkheira prolonge la réflexion en questionnant les causalités enchevêtrées, d’ordre corporel et institutionnel, des empêchements matrimoniaux, pour rendre compte d’une double conception de l’interdit de l’inceste, l’une reposant sur l’acte sexuel et l’autre sur le lien matrimonial.

  • 3 Le constructivisme insiste sur l’aspect socialement construit des relations de consanguinité et val (...)

4À l’appui d’observations ethnographiques, la troisième partie examine les conséquences des évolutions entraînées par les nouveaux savoirs scientifiques concernant les mécanismes de la procréation, ainsi que l’essor des techniques de bio-engeneering qui remettent en question nombre des données naturalistes auxquelles les constructions filiatives se référaient. Corinne Fortier interroge la filiation en islam et cette nécessaire coïncidence du biologique et du juridico-social sur laquelle elle repose, en traitant de l’inceste, de la parenté de lait, de l’adoption, des PMA (Procréation médicalement assistée), de la reconnaissance de paternité et de divers artifices juridiques et sociaux utilisés par certaines sociétés musulmanes pour rendre légitime une filiation illégitime. Joan Bestard analyse, dans une perspective constructiviste3, les PMA en contexte espagnol. Examinant le double aspect du construit et du donné dans le processus filiatif, l’auteur voit dans le don de gamète, non pas le donné de la filiation, mais l’objet qui rend possible le désir de filiation. Marit Melhuus enrichit la réflexion en s’intéressant à l’enfant illégitime et aux enjeux de la législation et des pratiques de PMA en Norvège. En revenant sur deux évènements médiatiques qui soulèvent la question du don de sperme anonyme, l’auteur révèle les tensions provoquées par le clivage entre nature et culture, et une tendance à naturaliser les relations de parenté en privilégiant les définitions fondées sur le biologique. Enfin, Laurence Brunet revient sur les remises en question du droit français dans la théorisation de la filiation. L’anonymat des dons et de l’accouchement, les revendications des couples homosexuels et des personnes seules, l’adoption, les PMA et la gestation pour autrui sont des transformations qui impriment une complexité croissante au droit de la filiation, tiraillé sous l’effet d’une double autorité, celle du biologique et celle de la volonté. En définitive, il ressort avec force l’attachement de notre ordre juridique au maintien du principe généalogique. Tout au long de cet ouvrage, nous voyons que la définition de la filiation n’intervient pas seulement dans le champ de la parenté car elle détermine aussi la transmission des biens, des identités et des statuts, voire des titres politiques, et qu’elle relève de la codification du droit. Or, c’est l’ensemble de ces aspects de la filiation que troublent les technologies modernes.

  • 4 La parentèle se définit ici comme un objet juridico-théologique qui détermine le champ des alliance (...)

5La quatrième partie privilégie l’étude du « fétichisme de la parenté », c'est-à-dire les processus d’attribution et de déplacement de sens qui donnent à la filiation la propriété d’organiser d’autres aspects de la vie sociale. L’exemple athénien antique est celui d’une société où le politique, le religieux et le parental sont étroitement associés, et où les groupes de parenté, que celle-ci soit réelle ou fictive, ne prennent leur sens véritable que replacés dans le cadre civique. À l’appui de textes de l’Antiquité classique, Jérôme Wilgaux illustre la manière dont l’ordre filiatif permet d’organiser le rapport politique au sein de la cité, qui est conçue comme une communauté parentale. Enric Porqueres I Gené aborde une autre dimension de la « fétichisation » et explore la dimension transcendante de la parenté par l’étude des processus de construction des parentèles4 dans les traditions chrétiennes. Il montre comment l’ordre filiatif se construit sous l’égide des hommes d’Église, en affirmant le primat de la dimension spirituelle de la filiation et en réinvestissant la référence au sacré (que légitime la formation de la Sainte Famille) dans la sexualité du mariage. Pour clore ce chapitre, et à l’appui des exemples français et américain, Marc Abélès montre comment, dans les démocraties contemporaines, les rapports de filiation jouent un rôle notable dans la construction de la légitimité politique.

6Enfin, une dernière approche, qui prolonge la précédente en faisant appel à d’autres faits et d’autres méthodes, ferme le dossier en ciblant les constructions langagières et performatives de la filiation. La partie s’ouvre avec une étude de Pierre Brulé des formes de la parenté homérique, à partir des généalogies que l’Iliade représente brandies avec fierté par les guerriers avant chaque combat. Pedro de Montaner se penche sur le mot castillan marrano dans un texte sur la marranerie comme injure d’origine espagnole et adoptée hors de la péninsule Ibérique entre le XVe et le XVIIe siècle pour stigmatiser des gens qui, du fait de ce qualificatif, seraient d’origine généalogique et juive, et espagnole/portugaise. Dans le dernier texte, John Scheid et Jesper Svenbro proposent une étude des processus de nomination et de génération des divinités grecques et romaines, à l’appui d’une lecture des théories de Hermann Usener dans les « Götternamen » de 1896. Cette approche linguistique permet de préciser le moment dans l’histoire où les noms ont pris une valeur patronymique, et où il fut nécessaire d’attribuer un père à Zeus. Avec cette dernière contribution, nous apprécions l’importance de l’analyse des procédures langagières en jeu dans les constructions filiatives. C’est ainsi qu’au croisement de méthodes réflexives multiformes autour de la filiation, les auteurs érudits de cet ouvrage, dans la construction et la définition d’un objet commun, ont su étendre le champ d’analyse tout en le renouvelant.

Haut de page

Bibliographie

Bonte Pierre (dir.), Épouser au plus proche, inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Paris, Ėd. EHESS, 1994, 488 p.

Haut de page

Notes

1 On trouve dans les cultures de la parenté européennes et méditerranéennes une même dimension cognatique des configurations parentales, qui compose avec une organisation relevant de l’ordre de la filiation unilinéaire, le plus souvent agnatique (avec quelques cas matrilinéaires historiques et contemporains, ou même « bilinéaires » et « parallèles »).

2 Lorsqu’un personnage, humain ou divin, occupe simultanément toutes les positions de la parenté.

3 Le constructivisme insiste sur l’aspect socialement construit des relations de consanguinité et valorise le critère de volonté à travers les notions de projet parental, de soin, de souci, d’attention et d’intention.

4 La parentèle se définit ici comme un objet juridico-théologique qui détermine le champ des alliances légitimes au sein des populations chrétiennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Barraud, « Bonte P., Porqueres i Gené E., Wilgaux J. (dir.), L’argument de la filiation aux fondements des sociétés européennes et méditerranéennes, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011, 473 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/7730

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page