Navigation – Plan du site
Lectures

al-Ghabbân Ali Ibrâhîm, Les deux routes syrienne et égyptienne de pèlerinage au nord-ouest de l’Arabie Saoudite, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, Textes arabes et études islamiques 44/1, 2011, 759 p., 290 fig.

Frédéric Imbert

Texte intégral

1La toute récente publication des travaux du chercheur saoudien Ali Ibrâhîm al-Ghabbân, dans les collections de l’IFAO, est un événement scientifique qu’il convient de marquer d’une pierre blanche. Voilà enfin mis à la disposition du public un ouvrage en français traitant d’archéologie et d’épigraphie islamiques sur les terres du Royaume d’Arabie Saoudite. Il serait inexact de dire que les ouvrages saoudiens sur l’archéologie d’époque islamique font défaut ; bien au contraire, le royaume connaît une activité certaine en ces domaines mais leur diffusion demeure extrêmement restreinte, voire confidentielle.

2L’ouvrage se présente sous la forme de deux volumes de belle facture avec une abondance de photographie, plans, coupes stratigraphiques et fac-similés d’inscriptions arabes. Il s’agit en fait de l’édition de la thèse d’A. al-Ghabbân soutenue à Aix-en-Provence en 1988 et qui portait alors le titre d’Introduction à l’étude archéologique des deux routes syrienne et égyptienne […] sous la direction de J.-C. Garcin. Les pages de remerciements qui ouvrent cette recherche nous ramènent, d’une certaine manière, dans le contexte scientifique du début des années 1990, à Aix-en-Provence, Lyon, Paris et Riyad : s’y trouvent remerciés, entre autres, S. Ory, R. Mantran, Th. Bianquis, A. Raymond qui aidèrent l’auteur à structurer sa recherche, mais également les Saoudiens A.R. al-Anṣārī et S. al-Rāshid qui apportèrent à l’auteur une aide logistique conséquente lors des phases de travail de terrain.

  • 1 Dont le titre anglais est Northstern Saudi Arabia, part II, Islamic Archaeology of North Western Sa (...)

3L’ouvrage n’est toutefois pas totalement inédit : les connaisseurs reconnaîtront dans ce travail la réédition partielle d’un ouvrage d’al-Ghabbân en langue arabe, tiré de sa thèse et publié à Riyad en 1993 sous le titre al-Āthār al-islāmiyya fī shamāl gharb al-mamlaka1.

4La publication s’organise en cinq parties principales. La première, intitulée « Histoire et réseaux », traite de l’essor et du développement des routes syrienne et égyptienne du début de l’islam jusqu’à l’époque ottomane (chap. 1 et 2). Elle se focalise ensuite sur certains aspects en relation avec le terrain et ses difficultés au travers de la question des caravanes et de leur organisation. De grands tableaux (I, p. 71-74) renvoyant aux récits des géographes arabes classiques et des pèlerins (époques abbasside, ayyoubide, mamelouke et ottomane) avec mention des toponymes et des distances introduisent la seconde qui traite spécifiquement des itinéraires (chap. 3 et 4) : topographie, évolution de la toponymie, distances et points d’eau entre Sargh (al-Mudawwara) et Tabūk puis jusqu’à al-Ḥijr et Médine pour la route syrienne. Le même travail est proposé pour la route égyptienne depuis Aylā’ (Aqaba) jusqu’à Madyan et al-Juḥfa en détaillant les deux itinéraires, intérieur ou côtier. Ces descriptions représentent un apport considérable à la connaissance détaillée de la topographie du nord-ouest de l’Arabie ; en revanche, les cartes qui viennent en appui de cette partie (vol. II, p. 718 et suiv.) ne sont que la reproduction de celles de la thèse : la réduction du format les a rendu trop petites et illisibles (carte XV). Les outils cartographiques du moment auraient pu permettre de proposer en annexe des cartes beaucoup mieux exploitables.

5Les parties 3 et 4 traitent de la description des vestiges, des sondages archéologiques et de la céramologie. Il convient de rappeler que les travaux de terrain de A. al-Ghabbân, effectués dans les années 1990, sont parmi les premiers à avoir été documentés de la sorte en prenant en compte un nombre assez considérable de sites archéologiques. L’étude intègre et compile aussi des données provenant de diverses recherches archéologiques préalablement publiées dans Aṭlāl, la revue du service des antiquités saoudien. Les sondages archéologiques ont été effectués sur les sites islamiques de al-Badʻ, al-Ḥawrā’ et al-Jarr où s’élevaient en surface des vestiges d’édifices et où l’on relevait une quantité importante de tessons (chap. VII). Cette partie se trouve enrichie de nombreux plans de site, coupes de façades de monuments et photographies datant des prospections de l’auteur, mais aussi de plus anciennes illustrations prises dans les publications d’A. Musil (1926) ou de Jaussen et Savignac (1914) ; elles permettent ainsi de suivre l’évolution des paysages et des monuments.

6La quatrième partie de l’ouvrage est dédiée à l’étude de la céramique : sur une quarantaine de pages, A. al-Ghabbân passe en revue son échantillonnage céramologique provenant de ramassages au sol et de quelques sondages. La trame historique sur laquelle il plaque son analyse de la céramique nous apparaît toutefois très sommaire : l’histoire du nord-Hedjaz se trouve résumée en trois étapes « épanouissement (des Omeyyades aux Fatimides), déclin (les Ottomans) puis “redressement” (le XXe siècle saoudien) ». Les photographies des échantillons les plus représentatifs sont ensuite présentées avec dessin et coupe. De l’avis même du chercheur saoudien (II, p. 420) l’étude de la céramique, de sa typologie et de ses décors apporte relativement peu d’informations nouvelles dans la mesure où ils sont issus de grands centres de fabrication extérieurs à l’Arabie et qu’ils ont déjà fait l’objet d’abondantes descriptions.

7Au titre de l’archéologie, la recherche d’al-Ghabbân se place dans la lignée des grands chercheurs travaillant sur les routes historiques de l’Arabie, comme S. al-Rashid sur le Darb Zubayda (1980) ; toutefois, techniquement et en termes d’analyses, le travail d’al-Ghabbân nous semble aller encore plus loin. Il inspirera d’ailleurs d’autres chercheurs de sa génération comme M. al-Thenayian (1999).

8La cinquième et dernière partie est entièrement consacrée à l’épigraphie islamique (chap. X et XI). Sur environ 80 pages, l’auteur présente, traduit et analyse 26 graffiti et 14 textes de fondations et de restauration. Ces textes sont accompagnés, en annexe du chapitre, des photographies et fac-similés. Ce sont les textes les plus intéressants, relevés dans les années 1980, qui sont présentés. Ils ont permis aux épigraphistes et aux historiens qui ont pu avoir accès aux travaux d’A. al-Ghabbân, à l’époque, de prendre conscience de la richesse du patrimoine épigraphique saoudien. Mais, près d’un quart de siècle plus tard, beaucoup de ces textes ont été déjà publiés, réétudiés et analysés à la lumière de nouveaux textes épigraphiques découverts depuis. C’est là que réside, à notre avis, le point faible de cette nouvelle publication : elle n’a pas fait l’objet d’une réactualisation qui aurait pourtant été nécessaire. De fait, elle colporte encore de grossières erreurs non corrigées depuis la thèse. Le graffito d’al-Aqraʻ, exceptionnel par sa datation de 83/702, son diacritisme abondant et son allusion « aux gens d’al-Ḥijr » (asḥāb al-ḥijr), est encore présenté avec la lecture fautive aṭyab al-ḥujjī (sic) que l’auteur traduit par “la meilleure preuve ” et qui ne serait que le prophète Muḥammad en personne (II, p. 516 et n. 90). Solange Ory, dès 1990, en avait déjà donné la bonne lecture, de même que la chercheuse saoudienne Ḥ. Al-Kilābī en 2009. Par ailleurs, cette dernière a récemment publié l’ensemble les textes du site de Badā (et non Bidā) présentés dans la publication de A. al-Ghabbân (II, p. 521 à 530), ce qui leur donne un parfum de déjà vu (Kilābī (al-), 1995 et 2010). Mais encore une fois, pour ceux qui ne pourraient pas se procurer les ouvrages saoudiens, Les deux routes […] permet une approche très satisfaisante du phénomène des graffiti arabes. L’étude des formulaires cités dans les graffiti anciens (II, p. 337) est très intéressante ; en revanche l’analyse paléographique est trop brève et aurait mérité d’être refaite avec l’outil informatique (les formes des caractères arabes sont esquissés à la main…). Quant au chapitre XI sur les inscriptions plus tardives, il présente par ordre chronologique des textes de fondation ou de restauration d’époques diverses, le plus ancien datant de l’époque mamelouke (767/1365) ; la majorité des textes remonte à l’époque ottomane.

9Une bibliographie thématique très complète vient en clôture de l’ouvrage, ainsi qu’un glossaire et divers index de noms propres et de toponymes qui permettent d’utiliser au mieux les cartes dont nous avons déjà dit qu’elles sont, pour certaines, absolument inutilisables.

10En résumé, Les deux routes syrienne et égyptienne du pèlerinage reste le fac-similé d’une recherche datant de 1988. Elle a clairement trop tardé à être publiée en français et aurait gagné à être partiellement réactualisée au vu des découvertes récentes, dans le domaine des graffiti notamment. Toutefois, le travail d’A. al-Ghabbân demeure une référence incontournable dans les domaines de l’archéologie et de l’épigraphie saoudiennes. À ce titre, il se devait d’être publié et diffusé.

Haut de page

Bibliographie

Jaussen, Savignac, 1914, Mission archéologique en Arabie, 5 vol. Le Caire, réédition IFAO, 1997.

Kilābī (al-) Ḥ, 1995, al-Āthār al-islāmiyya bi-baldat Badā, muḥāfaẓat al-Wajh, shamāl gharb al-Mamlaka al-ʻArabiyya al-Saʻūdiyya, Risālat Mājistīr, Riyad, King Saʻūd University ;

— 2009, al-Nuqūsh al-islāmiyya ʻalā ṭarīq al-ḥajj al-shāmī, Riyad, p. 67, n° 4.

— 2010, al-Āthār al-islāmiyya bi-baldat Badā, muḥāfaẓat al-Wajh, shamāl gharb al-Mamlaka al-ʻArabiyya al-Saʻūdiyya, Riyad.

Musil A., 1926, The Northern Ḥejaz, a Topographical Itinary, New York.

Ory S., 1990, « Aspects religieux des textes épigraphiques du début de l’Islam », REMMM 58, p. 30-39.

Rāshid S., 1980, Darb Zubaydah, the Pilgrim Road from kufa to Mecca, Riyad.

Thenayian (al-), M., 1999, An Archaeological Study of the Yemeni Highland Pilgrim route between Sanʻā and Mecca, Riyad.

Haut de page

Notes

1 Dont le titre anglais est Northstern Saudi Arabia, part II, Islamic Archaeology of North Western Saudi Arabia: an introduction, Riyad, 1412/1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Imbert, « al-Ghabbân Ali Ibrâhîm, Les deux routes syrienne et égyptienne de pèlerinage au nord-ouest de l’Arabie Saoudite, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, Textes arabes et études islamiques 44/1, 2011, 759 p., 290 fig. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 21 septembre 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/7732

Haut de page

Auteur

Frédéric Imbert

Aix-Marseille Université, IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page