Navigation – Plan du site
Lectures

Ghazaleh Pascale, Fortunes urbaines et stratégies sociales. Généalogies patrimoniales au Caire 1780-1830, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2009, 2 vols., 702 p.

Brigitte Marino

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, qui est issu d’une thèse de doctorat réalisée à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) sous la direction de Simona Cerutti et de Ghislaine Alleaume, Pascale Ghazaleh poursuit son exploration de la société cairote durant les dernières décennies du xviiie siècle et les premières du xixe. Comme dans son précédent livre, Masters of the Trade: Crafts and Craftspeople in Cairo, 1750-1850 (Le Caire, 1999), elle cherche à comprendre le parcours d’un groupe particulier, ici les grands négociants (tujjār), en s’interrogeant sur la définition même de ce groupe et en brisant le clivage historiographique qui caractérise les études sur l’Égypte, à savoir « l’ère de Muḥammad ‘Alī ». L’auteur fait, au contraire, porter son étude de part et d’autre de la rupture de 1805, date à laquelle Muḥammad ‘Alī obtient le droit de gouverner l’Égypte.

2Dans une longue introduction d’une quarantaine de pages, elle constate que « peu d’historiens travaillant sur le xixe siècle égyptien ont fondé leurs enquêtes sur des sources produites par des institutions qui existaient avant l’arrivée au pouvoir de Muḥammad ‘Alī, mais qui continuèrent de fonctionner tout au long de cette période » (p. 8). Comme cela apparaît dans la bibliographie où figure une présentation succincte des séries archivistiques et documentaires sur lesquelles se fonde son étude (p. 628-632), l’auteur exploite quant à elle les sources en question et les articule avec la documentation fournie par des institutions mises en place à l’époque de Muḥammad ‘Alī.

3En se fondant sur une grande variété de fonds archivistiques – sources administratives et juridiques – elle cherche à « restituer l’histoire d’un groupe d’individus, les grands négociants entre 1780 et 1830, en articulant leurs réseaux relationnels au contexte politique local et régional » (p. 11). La question est de savoir comment, dans le cadre d’une série de réformes qui visaient à éliminer les élites locales et à les remplacer par les commis du vice-roi, « les commerçants qui avaient fait fortune avant 1805, composèrent-ils avec les politiques économiques instituées à partir de 1810 ? » (p. 37).

4Pour connaître le destin des grands négociants « apparemment voués à disparaître dans les premières années du xixe siècle » (p. 10), l’auteur adopte une démarche qui va résolument à l’encontre d’une approche quantitative (p. 28, 35, 36). À partir d’une anecdote rapportée par le voyageur anglais E. W. Lane (1801-1876) –dans laquelle figure Muḥammad al-Maḥrūqī, prévôt des négociants du Caire (1804-1826) –, elle part à la rencontre des Maḥrūqī à des moments différents de leur parcours patrimonial.

5Pour ce faire, elle suit une approche prosopographique articulée autour de deux membres éminents de la famille Maḥrūqī, Aḥmad et son fils Muḥammad, ainsi que, dans une moindre mesure, la mère et l’épouse de ce dernier, Zubayda et Nafīsa. Que le lecteur ne s’attende pas à trouver ici une biographie de ces hommes dont le parcours politique est déjà connu grâce à diverses sources historiques ; ils ne sont pas les sujets du livre et ne seront d’ailleurs pas mentionnés dans sa conclusion. Le fil conducteur de l’enquête menée par l’auteur réside dans les modalités de la constitution et de la transmission des fortunes et c’est à travers cette question que les Maḥrūqī, père et fils, apparaissent tout au long de l’ouvrage. Celui-ci est composé de trois parties d’importance inégale, respectivement intitulées « Nommer », « Posséder » et « Devoir » dans lesquelles figurent de nombreuses références à l’histoire des sociétés occidentales.

6Dans la première partie (« Nommer »), l’auteur interroge, comme elle l’avait annoncé dans son introduction, « les catégories sociales qui ont servi à expliquer la société urbaine à l’époque ottomane – notamment la famille, les militaires et les négociants » (p. 10). Elle montre comment, « De la famille à la maison » (p. 67-115), « ce sont les affranchis et non les enfants consanguins, qui perpétuent le plus systématiquement le nom de la maison » (p. 76). Dans une sous-partie qui, contrairement aux autres, est démunie de conclusion, l’auteur examine ensuite « Le droit d’être soldat » (p. 117-155). Il y est notamment question, d’une part de la conversion en marchandises de certaines charges qui pouvaient être monnayables, échangeables, transmises par héritage ou transformées en waqf et, d’autre part, de la consolidation de la position des notables à travers la gestion de certaines institutions financières et religieuses (monnaie, impôt, lieux saints). Les réformes portant sur l’armée, l’administration de l’État et les waqf-s les priva toutefois progressivement des bases matérielles de leur influence.

7L’auteur s’intéresse enfin longuement aux grands négociants (p. 157-273) dont les activités dans le commerce oriental, notamment lors du pèlerinage à La Mecque, sont déjà bien connues, d’une certaine manière, pour le xviiie siècle. Elle note que le commerce ne pouvait être dissocié des intérêts politiques et militaires, et souligne le fait qu’au début du xixe siècle les compétences extra-commerciales des grands négociants prirent une dimension nouvelle dans le cadre des campagnes égyptiennes destinées à briser les révoltes wahhabites. Mais, en raison de l’intervention de l’État dans divers domaines, notamment le contrôle des douanes, l’institution de monopoles et la mise en place de manufactures, la polyvalence des négociants fut toutefois compromise face aux intérêts du vice-roi et se transforma progressivement en séparation plus ou moins stricte du commerce, de l’armée et de l’administration.

8Dans la deuxième partie (« Posséder »), l’auteur examine les stratégies immobilières (p. 277-318), l’économie des droits (p. 319-429) et la consolidation des gains (p. 431-513). Elle montre que les acquisitions foncières des principaux commanditaires se situent dans un secteur en ruine situé à la périphérie de la ville, dans un contexte dominé par l’institution des monopoles sur les matériaux de construction et la mise en place d’instances administratives englobant la ville dans son intégralité. Elle analyse ensuite les conditions de la négociation des divers droits (pleine propriété, possession, droit d’usage exclusif, droit de disposition, droit d’occupation, droit d’exploitation, droit d’usufruit, droit d’échanger, droit de transformer) et examine la composition des patrimoines immobiliers dans lesquels sont succinctement inclus les biens meubles (!), notamment les sommes d’argent – en particulier les salaires – qui sont constituées en waqf-s.

9Elle examine enfin les instruments juridiques (ventes, donations entre vifs, cessions de droits, transferts, fondations) qui permettent d’éviter le morcellement des patrimoines dans le cadre des successions. Les membres non consanguins évoqués dans la première partie, notamment les esclaves, apparaissent ici au premier plan. Affranchis, ils ne font plus partie de la succession de leur maître, mais leur affranchissement peut répondre à une stratégie de récupération de leur patrimoine dans la mesure où, grâce au droit de patronage, leur ancien maître hérite de leurs biens. La transmission des patrimoines est ici appréhendée par une analyse conjointe d’actes de waqf-s et de quelques inventaires après décès. Si le terme « waqf » ne figure que dans trois des nombreux sous-titres (p. 435, 442, 446), et si l’échantillon « se limite à une poignée de waqf-s » (p. 439), cette partie centrale est, en fait, largement organisée autour de cet outil juridique, déjà évoqué dans les parties précédentes, notamment dans « le droit d’être soldat » (p. 117-145).

10Dans l’unique chapitre de la dernière partie (« Devoir », « Le sens des obligations », p. 517-613), l’auteur examine la question des dettes, guidée par l’idée selon laquelle « les actes consignés au tribunal dissimulent nécessairement des stratégies différentes de leur visée explicite » (p. 520). Les dettes peuvent en effet cacher des legs destinés à favoriser certains héritiers ou certains individus qui ne figurent pas parmi eux. Si, à partir des inventaires après décès, quelques données chiffrées sont présentées dans sept tableaux, l’enquête porte avant tout sur l’analyse des réseaux et des alliances matrimoniales. Elle évoque aussi les fonctions bancaires des waqf-s et dévoile les obligations qui liaient les membres de la famille Maḥrūqī : Muḥammad était le créancier le plus important de son père et il était lui-même lourdement endetté, notamment envers le Trésor.

11Tout au long de l’ouvrage, à travers le cas des Maḥrūqī qu’elle replace dans le contexte des transformations de l’Égypte au cours d’un demi-siècle, l’auteur prend soin de guider le lecteur dans sa réflexion sur les généalogies patrimoniales des grands négociants. Dans une conclusion où il n’est plus question des Maḥrūqī, elle rappelle avec une grande clarté les différents moments de son enquête sur la constitution et la transmission de ces patrimoines.

12Le plaisir de lire cet ouvrage novateur est toutefois quelque peu compromis par sa présentation. Outre la confusion qui résulte du fait que les Maḥrūqī, père et fils, ne sont pas toujours identifiés par leurs prénoms (voir, par exemple, p. 584-589), les notes – qui sont « exceptionnellement volumineuses » (p. 39) – figurent à la fin de chaque chapitre ; pour en prendre connaissance, le lecteur qui ne peut résister à la curiosité doit donc constamment se livrer à des manipulations contraignantes qui détournent son attention du texte.

13Le souci de la comparaison emmène souvent l’auteur vers des sociétés occidentales mais il est parfois limité pour certaines questions qui mériteraient d’être examinées dans d’autres régions du monde ottoman. Cela ne résulte aucunement de la négligence de l’auteur mais du fait que plusieurs questions soulevées dans cet ouvrage n’ont encore jamais fait l’objet d’étude dans ces régions. La seule réserve qui pourrait être formulée dans ce domaine concerne une question relativement marginale dans cette étude, celle des waqf-s monétaires. À l’article de Mandaville (1979) cité dans cet ouvrage, il conviendrait en effet de considérer d’autres travaux plus récents sur les waqf-s monétaires dans les provinces centrales et, surtout, les divers articles publiés depuis une vingtaine d’années par Muḥammad al-Arnā’ūṭ sur les waqf-s monétaires à Jérusalem au xvie siècle. Cela contribuerait sans doute à nuancer l’idée selon laquelle les waqf-s monétaires « n’existaient pas dans les provinces arabes du sultanat » (p. 365).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Marino, « Ghazaleh Pascale, Fortunes urbaines et stratégies sociales. Généalogies patrimoniales au Caire 1780-1830, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2009, 2 vols., 702 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 21 septembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/7733

Haut de page

Auteur

Brigitte Marino

CNRS – IREMAM (Aix-en-Provence)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page