Navigation – Plan du site
Lectures

Avon Dominique et Messaoudi Alain (dir.), De l’Atlas à l’Orient musulman. Contributions en hommage à Daniel Rivet, Paris, Karthala, 2011, 311 p.

Jacques Frémeaux

Texte intégral

1Le titre de ce livre, qui correspond à la tradition universitaire des mélanges, évoque bien la carrière de notre ami et collègue Daniel Rivet. Consacré par une thèse d’État remarquable sur Lyautey et l’institution du protectorat au Maroc, digne de son directeur, Charles-Robert Ageron, il a, sans renoncer à sa prédilection pour le Maroc contemporain, élargi ses perspectives à l’ensemble du Maghreb et du monde arabe, études inséparables de la réflexion sur les dynamiques du monde musulman. Il a su aussi accompagner l’évolution historiographique qui a conduit l’histoire de la colonisation et de la décolonisation, d’abord soucieuse de saisir avant tout des évolutions factuelles, politiques et économiques, à s’ouvrir sur les dynamiques sociales, les mentalités et les représentations. Ce faisant, il a contribué à rapprocher les chercheurs universitaires des équipes de l’EHESS en Sciences sociales qui revendiquaient l’héritage de l’École des Annales, et les prolongeaient en liaison étroite avec la recherche nord-américaine, notamment par les méthodes deconstructivistes rejetant la vision essentialiste des cultures et des civilisations au profit d’une vision existentialiste, faisant des différents objets d’histoire le résultat de constructions idéologiques surgissant dans des moments historiques donnés. La bibliographie en fin de volume rappelle l’ampleur d’une œuvre abondante, qu’il s’agisse des publications de Daniel Rivet lui-même ou des travaux de ses étudiants, mémoires restés pour la plupart inédits, mais aussi thèses et rapports de synthèses d’HDR importantes.

2Des dix-neuf contributions que rassemble l’ouvrage, trois revisitent avec bonheur le parcours scientifique et intellectuel de Daniel Rivet, depuis ses premiers cours à l’université de Lyon 2 jusqu’à sa direction de travaux à l’université de Panthéon-Sorbonne (Paris I), et comme directeur de L’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman). On notera aussi un intéressant rappel de l’Histoire du CHEAM (Centre des hautes études sur l’Afrique et l’Asie moderne), longtemps fréquenté par Daniel Rivet. On se scandalisera du fait que son autorité de tutelle ait cru pouvoir dissoudre cet organisme sans le remplacer par rien, en un moment où son utilité aurait été particulièrement nécessaire, mais on saura au moins où en consulter les irremplaçables archives.

3Les seize contributions qui forment l’essentiel du livre, outre qu’elles s’inscrivent dans le prolongement des intérêts de Daniel Rivet, donnent un aperçu significatif de la manière dont se découvrent aujourd’hui les horizons historiques que son itinéraire a contribué à faire surgir. Comment se construit l’espace maghrébin, tant dans son organisation territoriale – considérée sous l’aspect des structures administratives, des moyens de déplacement (la route) – que dans l’inscription de signes manifestant la prise de contrôle coloniale ? Comment s’écrit l’historiographie maghrébine, à la fois histoire coloniale, elle-même émanation d’une élaboration globale du savoir colonial, histoire décolonisée et – peut-être, comme l’a souhaité Daniel Rivet, « histoire partagée » ? Comment se dessinent quelques-uns des destins, personnels et familiaux, de ceux à qui il a appartenu d’opérer le passage dans une durée bouleversée et bouleversante ? Voici les grandes questions abordées par les contributeurs dans les rubriques respectivement intitulée « histoire et anthropologie du Maghreb », « circulations et contacts », « histoire et récit ».

4Cet aperçu doit-il satisfaire l’historien ? On ne peut s’empêcher, à la lecture des articles, de constater que la qualité de chacun d’entre eux ne suffit pas à donner une vision suffisamment large du Maghreb contemporain, pris entre le Machrek, l’Afrique et l’Europe, soumis aux mutations qu’entraînent la globalisation des échanges, les migrations, la transition démographique. Tout se passe comme si la fin, inévitable, de la domination coloniale, et la sortie, tout aussi souhaitable, du savoir et de la pensée orientalistes n’aboutissaient en fin de compte, le plus souvent, qu’à refaire inlassablement l’inventaire de ces périodes révolues pour y retrouver l’essence d’une pensée coloniale à laquelle on fait sans douter trop d’honneur. Il serait sans doute plus utile de voir dans ces configurations coloniales de simples éclairages, très partiels et temporaires, dans un continuum qui va de l’époque moderne à nos jours, et de les replacer dans l’ensemble des acquis sur lesquels se fonde nos actuelles certitudes tout autant que nos questionnements. On évitera ainsi de contribuer à concentrer les études coloniales dans un quartier spécifique, au lieu de les intégrer dans la cité universelle des historiens. On regrettera aussi que, en dépit de leur grand intérêt, les communications rangées dans la rubrique « pensée islamique », consacrées à une vision classique de la religion musulmane, n’aient pas été accompagnées de considérations sur l’islam contemporain. Daniel Rivet a pourtant largement contribué à susciter sur ce domaine l’intérêt des historiens, qui ont tendance à l’ignorer au profit des politologues, pourtant presque exclusivement centrés sur l’histoire immédiate. C’est là un point sur lequel il faut attirer l’attention des jeunes chercheurs. La science politique, la réflexion géopolitique, l’économie, la sociologie, l’étude des mentalités collectives, voire la réflexion sur les mythologies, tant au sens qu’entendait Roland Barthes qu’à celui (horresco referens) de Carl Jung, doivent compléter les apports de l’anthropologie. On leur rappellera enfin que cette anthropologie n’est jamais meilleure que lorsqu’elle s’appuie sur une culture et une pensée classiques, telle que les ont habitées Charles-Robert Ageron, Jacques Berque et, naturellement Daniel Rivet, auquel l’auteur de ces lignes est heureux de rendre un hommage amical.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Frémeaux, « Avon Dominique et Messaoudi Alain (dir.), De l’Atlas à l’Orient musulman. Contributions en hommage à Daniel Rivet, Paris, Karthala, 2011, 311 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/7738

Haut de page

Auteur

Jacques Frémeaux

Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)Membre de l’Institut universitaire de France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page