Navigation – Plan du site
Lectures

Baduel Pierre Robert, La nouvelle scène urbaine (Maghreb, France, USA), Karthala, 2011, 252 p.

Alain Battegay

Texte intégral

1Cette publication se présente comme une « forme d’aboutissement d’une journée de réflexion tenue en 2003 à Tours, complétée par la suite par un séjour à l’IRMC de Tunis » de Robert Baduel, directeur de l’ouvrage. Elle tire son titre de sa longue introduction (166 pages) qui, sur la base d’une bibliographie abondante, orientée vers des problématiques urbaines (23 pages), déploie la réflexion autour de deux thèmes : celui de la mutation des villes en metropolitan areas (processus que l’auteur désigne comme métropolitanisation) en lien avec les évolutions des dispositifs de gouvernance urbaine et, d’autre part, celui des politiques de la ville, des quartiers sensibles et des zones d’habitat sous-intégré. Il s’agit ainsi de proposer un cadre interprétatif global permettant de rendre intelligibles des transformations de la scène urbaine, tant sur le plan des morphologies socio-spatiales que des politiques urbaines, selon une perspective qui en retrace les évolutions, depuis les années 1980, en France et aux Etats-Unis d’un côté, au Maghreb de l’autre.

2La longue introduction de R. Baduel propose de concevoir le processus de métropolitanisation en lien avec la nouvelle économie, ainsi qu’avec les nouveaux territoires politiques liés aux transformations des États, elles-mêmes corrélées aux mutations dans les relations internationales. En appui de son propos, il met en œuvre une démarche comparative qui, selon les cas nationaux, laisse percevoir des contrastes qui soulignent à la fois la diversité des formes et les traits d’ensemble du processus. De manière générale, l’auteur affirme qu’à la différence des villes européennes ou américaines, la technopolisation s’est développée au Maghreb de façon assez artificielle, et que la métropolitanisation ne s’y est pas déployée pleinement, « les régimes politiques en place, plus (Tunisie) ou moins (Algérie, Maroc) autoritaires, réussissant encore à filtrer l’ouverture à la mondialisation ».

3Au plan de la gouvernance urbaine, sont d’abord abordées les politiques qui, en France, reconfigurent les unités communales en instituant des communautés urbaines, de communes, d’agglomération, et qui participent à une réforme des modes de gouvernement en introduisant,  par le « management par projet » et la méthode du projet urbain, la catégorie de « gouvernance » dans les politiques urbaines. En contraste, dans les pays du Maghreb, les politiques urbaines post-coloniales sont marquées par les « grands projets », notamment les plus emblématiques, ceux de « La Porte de la Méditerranée (Lac Sud) de Tunis, du Parc Dounya à Alger, du projet Amwaj de la vallée de Bouregreg à Rabat-Salé ». Les deux premiers visaient à définir, en alternative aux options de développement du type « industries industrialisantes », une politique de « grands projets » qui s’est révélée en grande partie dépendante de financements moyen-orientaux, tout en introduisant l’urbanisme de projet ou l’urbanisme de contractualisation comme de nouveaux instruments d’action publique dans la gouvernance urbaine de ces pays. Si, en France, la gouvernance urbaine interroge la place de l’État, celle du privé, celle de la décision et de la démocratie, elle fait au Maghreb une large part au privé, qui lui-même est souvent à l’initiative et sous le contrôle des acteurs centraux : au-delà même des « grands projets régaliens », les schémas d’aménagement et les projets de ville dépendent d’une politique étatique de métropolisation.

4La seconde partie de l’introduction réfère les politiques de la ville aux effets socio-économiques induits, aux formes de dualisation socio-économico-spatiales et aux actions conduites pour en limiter le caractère subversif. Un parcours comparatif mène des USA à la France, des luttes urbaines des années 1960 aux émeutes urbaines des années 1980-2000, et à la difficile résorption de la fracture entre les quartiers sensibles et la société globale. Reprenant la formule de Philippe Estèbe selon laquelle la politique de la ville a constitué un répertoire d’actions plus qu’un référentiel, l’auteur évoque les divergences d’intérêts entre l’État et les villes, qui n’ont pas toujours partagé une vision commune de la question des quartiers sensibles, la difficulté à trouver, constituer ou mobiliser, des milieux de soutien et des médiateurs pour cette politique de la ville, enfin la faible participation, dans sa mise en place, des populations concernées. Celles-ci sont perçues comme destinataires dont on sollicite l’adhésion, et non en tant que parties prenantes, les instruments mis en œuvre (en premier lieu la contractualisation de l’action publique) ayant court-circuité les conditions de la participation des populations.

5Le dualisme urbain au Maghreb et les essais de résorption de la pauvreté et de l’habitat illégal sont abordés à travers les trois dossiers des gourbis, de l’habitat informel, de la résorption de la pauvreté. Après avoir rappelé la ségrégation forte entre, d’un côté, la ville légale des populations établies (européennes et autochtones) et de l’autre la ville illégale des déshérités - celle des premiers bidonvilles -, l’auteur rappelle les essais d’amélioration et de résorption entrepris dès la fin de la période coloniale. Il aborde ensuite la politique de dégourbification lancée en Tunisie dès les premières années de l’indépendance, et le Programme Villes sans bidonvilles du Maroc. Il reprend enfin la formule condensée de Marc Côte pour évoquer l’Algérie : « les bidonvilles des années 1960-70 étaient ceux de la pauvreté, les bidonvilles des années 80 sont ceux de la crise des villes congestionnées ». C’est d’ailleurs à cette date que sont partout apparus les quartiers qualifiés, selon les auteurs, d’informels, de non-règlementaires, de sous-intégrés, voire de clandestins.

6L’auteur souligne l’ampleur actuelle du phénomène en Algérie, où l’habitat en bidonville avoisinerait les 500 000 constructions, tous matériaux confondus, le séisme de 1989 et l’insécurité dans les campagnes au cours de la décennie noire ayant joué un rôle dans cette inflation. Désormais, un marché de l’immobilier dans les bidonvilles s’organise concomitamment avec une politique de résorption de ceux-ci (programme de requalification urbaine participative, de résorption de l’habitat précaire) et des opérations d’arasement de bidonvilles et de constructions illicites. En Mauritanie, la situation de l’habitat précaire est particulièrement complexe, pour des raisons économiques et ethniques, mais les actions de résorption de la pauvreté, menées en coopération avec la Banque mondiale, n’ont pas atteint toutes leurs promesses (notamment l’obtention de titres de propriété) et ont parfois exercé des effets pervers, les habitants les plus pauvres s’éloignant, sous la pression foncière, vers des périphéries urbaines encore plus sous-équipées.

7Cette mise en perspective comparative tente de montrer que, dans les cas français et maghrébin, on est d’abord confronté à un phénomène d’exclusion. En outre, en France et aux USA, cette exclusion est aussi le fruit de discriminations sociétales. Enfin, en France, aux USA et en Mauritanie, les émeutes urbaines ont mis au jour, au niveau de l’opinion publique, des représentations de Soi et de l’Autre, ce qui n’a pas été le cas dans les autres pays du Maghreb où la question de la pauvreté est restée dans l’entre-soi national. Ces interprétations rappellent, de manière un peu laconique, que les situations de ces quartiers sensibles peuvent également être comparées sur la question de la sécurité. Une réflexion plus globale concernant une crise du sens et des temps est enfin esquissée, entre crise du temps post-colonial (situation de crispation économique, sociale et identitaire) et prémisses d’un temps post-national. Elle distingue d’un côté, en situation maghrébine, des signes divergents de recomposition de l’ordre politique, et de l’autre, des indices de cosmopolitisation en Europe et aux USA qui seraient le signe d’ « évolutions techtoniques de la nation et de la citoyenneté ».

8Une série de 5 articles, d’une dizaine de pages chacun, prolonge l’exercice à partir de situations plus délimitées qui font une large part à la politique de la ville. Pour la France, l’article de J. Donzelot, résumant les deux premiers chapitres de son ouvrage Faire Société, paru au Seuil en Janvier 2003, reprend le débat sur la dimension urbaine de l’exclusion et tente de décrire la portée et les limites de la politique de la ville qui, pour autant qu’elle puisse se lire comme une politique contre l’exclusion socio-urbaine, se retrouve face au débat people vs place. L’article de J. de Maillard documente pour sa part les enjeux de dénomination de la politique de la ville et les conflits dans l’action publique depuis le début des années 1980. Pour la Tunisie, M. Chabbi montre que politique de la ville et politique urbaine sont des notions inconnues dans le lexique politico-administratif tunisien. Toutefois, des politiques urbaines existent bien. Elles se sont articulées autour de l’habitat, la réhabilitation des quartiers dits populaires étant devenue, à partir de 1981 et surtout depuis 1989, une politique officielle de l’État constituant « une forme de régulation indispensable permettant d’endiguer le mécontentement des couches populaires ». Elles ont également porté sur le transport (métro à Tunis), la planification urbaine (mise en place et approbation, entre 1994 et 2002, de schémas directeurs), et les grands projets internationaux de la modernisation de Tunis, qui représentent « un nouveau mode de renouvellement urbain, conçu comme facteur d’attraction des investissements directs étrangers ». Pour le Maroc, A. Abouhani montre que si une certaine reconfiguration du rôle de l’État est sensible depuis les années 1990, dont le maître mot est l’ouverture sur le secteur privé, la politique de la ville reste fortement une politique d’intervention de l’État sur la ville. En Algérie, A. Hafiane présente quelques repères chronologiques sur la perception de la ville et le rôle de l’État, avant de lister les mesures législatives et institutionnelles ayant abouti à des actions urbaines fragmentées, dispersées et soumises à divers blocages, ou détournées de leurs objectifs, le caractère éphémère du Ministère délégué à la ville, créé en 2004 et dissous en 2007 soulignant « la décantation des pouvoirs et des stratégies qui se met en place ».

9L’ouvrage est finalement davantage un retour réflexif sur une littérature qui a fortement marqué une partie de la recherche urbaine dans les années 1990-2000, et dont les problématiques sont ici mises en récit pédagogique, qu’une évaluation des dispositifs de gouvernance urbaine ou des politiques de la ville. Il n’est pas certain par ailleurs que la notion de métropolitanisation, fortement mise en avant dans l’ouvrage, fasse date. Outre le fait qu’elle est inconfortable à prononcer, elle ordonne en tableau d’ensemble des éléments d’analyses urbaines puisés dans le courant de recherche qui s’est intéressé aux politiques urbaines au cours de ces années-là, pour formuler finalement un cadre interprétatif peut-être trop global. « Le redéploiement d’un ordre international qui n’est plus réductible à un ordre inter-étatique », ainsi que « la capillarisation des flux de l’économie mondiale à un niveau local et par-delà le territoire des États », configureraient des metropolitan areas (i.e des processus de métropolitanisation). De celles-ci émergeraient des politiques de gouvernance urbaine articulant, différemment selon les pays, des acteurs de l’urbain (État, villes, Banque Mondiale, acteurs privés…) qui n’ont pas tous les mêmes enjeux, et des politiques de la ville qui, « malgré tous leurs défauts », maintiendraient l’utilité sociale de l’État dans « des métropoles entrepreneuriales dont les élites voient dans les quartiers sensibles et les quartiers précaires plutôt des handicaps à leurs propres politiques ». Cet ouvrage documente certaines évolutions des politiques urbaines et met en œuvre une démarche comparative qui se contente parfois d’une juxtaposition d’études de cas nationaux. Mais les apports concernant les transformations urbaines et les modes de contextualisation de la scène urbaine par les citadins eux-mêmes sont restreints : les citadins sont ici des personnages quasi-absents, si ce n’est pour évoquer le fait que les habitants sont peu pris en compte par les politiques de la ville. Les propos tenus sur les transformations urbaines, sur l’essor de la pauvreté et de la marginalité urbaine, sur le jeu des acteurs, États, villes, élites désignées, sur les habitants en situation de précarité et d’exclusion urbaine et sur les nouvelles formes de gouvernance urbaine, signalent peut-être un nouvel âge de la gestion urbaine. Mais il n’est pas certain qu’ils suffisent à explorer ce que semble promettre le titre de l’ouvrage : la nouvelle scène urbaine, celle des citadins et de leurs manières de prendre place et part dans des villes et des sociétés qu’ils transforment durablement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Battegay, « Baduel Pierre Robert, La nouvelle scène urbaine (Maghreb, France, USA), Karthala, 2011, 252 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/7739

Haut de page

Auteur

Alain Battegay

LAMES, CNRS, Aix-en-Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page