Navigation – Plan du site
Lectures

Lancioni Giuliano et Bettini Lidia (dir.), The Word in Arabic, Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. 62, Leiden/Boston, Brill, 2011, vii + 267 p.

Francesco Binaghi

Texte intégral

1Ce volume se veut un recueil choisi des actes du First Colloquium of Arabic Linguistics tenu à l’université Roma Tre en mars 2007. Il présente dix contributions au sujet du « mot », entendu dans son sens le plus large et analysé sous différents points de vue : les articles sont organisés en quatre parties, chacune faisant état d’un sous-domaine de la linguistique.

2La première section (« The Word in the Arabic Linguistic Tradition ») s’inscrit dans la perspective de l’histoire de la linguistique et aborde l’analyse du mot dans la tradition grammaticale arabe. Elle s’ouvre avec l’article d’Aryeh Levin « The Concept of kalima in Old Arabic Grammar » (p. 17-32). Il s’agit du seul article qui n’avait pas été présenté à l’origine au colloque de Rome. Pourtant, les éditeurs ont considéré opportun d’inaugurer l’ouvrage par une contribution du chercheur dont les articles sont incontournables dans la matière. Levin analyse le concept de kalima dans la tradition grammaticale arabe ancienne, notamment dans le Kitāb de Sībawayhi. Ce terme peut identifier, de manière mutuellement exclusive, soit un mot, soit un morphème : une kalima peut correspondre à un mot (ex. farasun), mais un mot peut correspondre à deux kalima-s (ex. faʿaltu) ; une kalima peut être un morphème (ex. -tu dans faʿaltu), mais tout morphème n’est pas une kalima (ex. le tanwīn, comme -un dans farasun). Ce dernier type de morphème est appelé ʾida et se distingue du premier pour des raisons morphologiques et étymologiques ; il se subdivise ultérieurement entre ceux qui font partie intégrante de la structure du mot (ex. le tanwīn), et ceux qui ne le font pas (ex. le suffixe -at du féminin). Levin opère, en réalité, avec deux couples, l’un occidental (mot/morphème), l’autre oriental (kalima/ʾida), qui sont en relation d’intersection mais ne coïncident pas.

3Les deux contributions suivantes s’occupent du mot dans la tradition grammaticale arabe postclassique. Curieusement, les deux analysent l’œuvre du même grammairien, Rāī l-Dīn al-Astarābādhī, mais ne nous y trompons pas, l’approche et les conclusions sont différentes. Pierre Larcher (« What is a kalima ? ʾAstarābāī’s Answer », p. 33-48) déconstruit le concept de kalima dans la pensée du grammairien qui a le plus marqué ses recherches. Pas à pas, il définit négativement la kalima : elle n’est pas un mot, ni un morphème (qu’il appartienne à la morphologie concatenative ou non-concatenative) ni un morphe. Ces valeurs, d’ordre sémantique et morphologique, restent liées au mot, lafa dans le langage d’al-Astarābādhī. Selon Larcher, le sens de kalima doit alors être retrouvé dans sa valeur syntaxique : elle n’est qu’un constituant de l’énoncé. Pour cela, il se réfère à la linguistique distributionnelle : si al-rajulu et rajulun, par exemple, désignent une seule kalima, c’est parce qu’ils ont la même distribution dans la phrase, les deux pouvant servir de sujet ; s’ils sont interprétés comme deux kalima-s, c’est alors parce que l’article et le tanwīn ont une distribution complémentaire (même si, selon l’auteur, le tanwīn reste en réalité une marque redondante d’indéfinition).

4L’article de Jean-Patrick Guillaume (« Defining the Word within the Arabic Grammatical Tradition : ʾAstarābāī’s Predicament », p. 49-68) analyse l’évolution du concept et de la définition de kalima au cours des siècles. L’auteur y discute, d’abord, la classification faite par Levin et l’origine aristotélicienne de la première définition formelle (celle de Zamakhsharī), avec ses implications théoriques et épistémologiques. Il traite ensuite de la discussion d’al-Astarābādhī à propos de la définition d’Ibn al-ājib et remarque l’importance donnée à la corrélation entre son (laf) et sens (maʿnā), absente chez les grammairiens anciens et introduite par Jurjānī. En étudiant la flexion externe et le statut des marques morphologiques chez al-Astarābādhī, et de manière plus approfondie celles classées comme zawāʾid, l’auteur arrive à considérer al-Astarābādhī comme un conservateur lié à la théorie standard, plutôt que comme un révolutionnaire. Quant à la flexion interne, notamment le croisement schème-racine, Guillaume critique l’analyse d’al-Astarābādhī, parce qu’elle arriverait à mettre en crise l’organisation et la cohérence mêmes de son argumentation. Il faut remarquer que Larcher avait vu dans ce dernier point une raison pour analyser kalima non sur le plan morphosémantique, mais plutôt sur le plan syntaxique.

5Le dernier article de cette première section est celui de Cristina Solimando, « Ellipsis in the Arabic Linguistic Thinking (8th-10th Century) » (p. 69-82), où l’auteure reprend et développe, sans les mentionner, certains de ses travaux précédents publiés en italien. Cette étude présente l’histoire de l’édification d’une théorie de l’ellipse à travers son côté terminologique. Né de l’activité et de la production des exégètes, ce concept est d’abord défini par les termes imār et adhf, qui indiquent deux réalités linguistiques différentes mais pas encore bien définies. Passés en grammaire par les Maʿānī l-Qurʾān d’al-Farrāʾ, ils trouvent leur première définition dans le Kitāb de Sībawayhi. C’est ensuite dans l’œuvre d’al-Mubarrad que l’on remarque un glissement de l’ellipse du côté sémantique au côté morphologique, ce qui est lié au remplacement progressif de imār par af. La théorie de l’ellipse, qui a acquis un statut très précis et cohérent avec Sībawayhi, évolue vers une synonymie complète des deux termes au IVe/Xe siècle avec Ibn Jinnī.

6Toujours dans la perspective de l’histoire de la linguistique, la deuxième section (« The Word in the Arabic Rhetoric Tradition ») aborde l’autre versant de l’analyse linguistique dans le monde arabe, celui de la rhétorique. Le premier des deux articles qui composent cette partie, « ‘Word’ in the Linguistic Thinking of ʿAbd al-Qāhir al-Jurjānī » (p. 85-108) d’Antonella Ghersetti, représente une sorte de pont entre la première section et la deuxième, puisqu’il est question de ʿAbd al-Qāhir al-JurJānī, à la fois grammairien et rhétoricien. L’auteure retrace la notion de « mot » dans les ouvrages linguistiques de ce savant, en partant des traités grammaticaux pour arriver aux traités rhétoriques. Dans le Muqtaid, commentaire du Īā d’al-Fārisī qui se situe à mi-chemin entre les premiers et les seconds, Ghersetti souligne comment l’analyse de kalima est déjà construite dans une perspective communicative et, donc, sémantique : le mot, pris de manière isolée, n’a pas de sens en lui-même pour JurJānī, car la compréhension ne se fait pas au niveau grammatical, mais plutôt au niveau de l’analyse textuelle. C’est un principe qui envahit la production – surtout celle rhétorique – d’al-Jurjānī. On assiste, en fin de compte, à un aller-retour de la notion de kalima, car les grammairiens arabes tardifs, via al-Zamakhsharī, reprennent cette conception rhétorique du « mot » – ce qui a aussi été souligné par Guillaume dans son article.

7La contribution de Lidia Bettini (« On laf and maʿnā Again: Some Aspects of Their Relationship According to the Balāġiyyūn », p. 109-143) analyse la relation qui lie les termes laf et maʿnā dans la tradition rhétorique arabe, et cela sous trois angles de lecture : celui du métalangage métaphorique utilisé dans la définition du domaine ; celui de la relation entre laf et maʿnā dans le sens linguistique de « signifiant » et « signifié », aussi bien au niveau de l’analyse du mot que de la phrase ; et enfin, celui de la délimitation de maʿnā tel qu’on peut le retrouver dans la description de certaines figures de style. À travers la présentation et l’analyse des théories de différents savants, mais surtout grâce à un grand nombre de citations qui étayent et éclaircissent le développement de l’exposé, l’auteure parvient à définir les sens que les termes laf et maʿnā peuvent acquérir au sein de la tradition rhétorique arabe.

8La troisième section (« The Arabic Word in Contemporary Linguistic Theory ») s’inscrit dans le domaine de la linguistique synchronique. Le premier article de cette partie, celui de Georges Bohas (« Levels of Analysis of the Word in Arabic », p. 147-193), traite de lexicologie, dans le cas spécifique de l’organisation du lexique de l’arabe (plus que synchronique, il serait alors « achronique », selon les mots de l’auteur). Bohas reprend sa théorie sur les matrices et les étymons et, après une présentation des possibilités de développement d’un étymon en racine, il se concentre sur l’étude de l’homonymie dans le lexique arabe à la lumière de sa théorie. Pour cela, il expose certains cas d’étude en exploitant les dix matrices présentées jusqu’ici dans ses travaux ou dans les travaux de ses collaborateurs, plus une onzième qu’il arrive à esquisser. Voulant s’opposer aussi bien à la conception de la racine triconsonantique qu’à la vision diachronique d’une racine biconsonantique comme fondatrices du lexique de l’arabe, Bohas prend un autre chemin par rapport à ceux qui nient l’existence de toute racine : selon lui, sa théorie serait capable de montrer les différents niveaux d’analyse du mot et d’expliquer des phénomènes comme l’homonymie ou la polysémie antithétique.

9L’autre article de cette section, dans le sous-domaine de la linguistique computationnelle, est celui de Giuliano Lancioni (« Automatic Extraction of Prepositions in a Corpus of Modern Standard Arabic Written Texts », p. 195-211). Il est question du traitement automatique de textes écrits en arabe standard contemporain, plus précisément d’une expérience qui vise à extraire les prépositions d’un corpus grâce à l’exploitation de régularités paradigmatiques pour l’attribution des mots à des catégories grammaticales générales.

10La quatrième et dernière section (« The Arabic Word in Contact ») est dédiée à la linguistique de contact, et notamment à l’emprunt lexical. Cette partie est inaugurée par l’article de Kees Versteegh (« Heavy and Light Borrowing of Arabic Verbs », p. 215-228), qui a consacré une partie de sa production au contact linguistique entre l’arabe et les autres langues musulmanes. Dans le présent article, il se concentre sur l’emprunt verbal et sur les différentes façons dont il se réalise. En donnant des exemples dans différentes langues africaines et asiatiques, l’auteur souligne l’importance du contexte sociolinguistique, plutôt que de simples contraintes linguistiques, pour la compréhension et l’explication des différentes stratégies d’emprunt.

11Le dernier article de cette partie, et du livre, est celui de Francesco Zappa (« When Arabic Resonates in the Words of an African Language: Some Morphological and Semantic Features of Arabic Loanwords and Calques in Bambara », p. 229-249). L’auteur aborde la question des emprunts du bambara à l’arabe et s’oppose à la vision d’une distinction fondamentale entre emprunts intégrés et emprunts non intégrés ; selon lui, il faudrait plutôt focaliser l’attention sur la dichotomie entre emprunts islamiques savants et emprunts entrés par le biais des contacts commerciaux. Il se dédie ensuite à l’analyse des aspects morphologiques et sémantiques des emprunts appartenant à la première catégorie.

12Comme il est de coutume dans la collection Studies in Semitic Languages and Linguistics, le livre est complété, au début, par une introduction des éditeurs, et à la fin, par des index (quatre : des noms, des sujets, des mots arabes et des langues) et par une liste, avec brève présentation, des contributeurs.

13L’intérêt de l’ouvrage réside surtout dans la confrontation de différentes approches théorico-méthodologiques des concepts de kalima, de mot et de morphème, qui s’inscrivent dans divers sous-domaines de la linguistique, ce qui permet de dresser un cadre assez complet de l’objet d’étude. Une seule remarque serait à faire. Bohas est le seul à mentionner que son article a été traduit du français à l’anglais, mais en réalité cela a été le cas de plusieurs contributions. Il nous semble dommage que l’on ait décidé de tout traduire en anglais, sans laisser aux auteurs la possibilité de garder la langue dans laquelle ils avaient fait leur communication et, peut-être, rédigé leur article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Binaghi, « Lancioni Giuliano et Bettini Lidia (dir.), The Word in Arabic, Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. 62, Leiden/Boston, Brill, 2011, vii + 267 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 26 octobre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/7748

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page