Navigation – Plan du site
Lectures

Latte-Abdallah Stéphanie et Parizot Cédric (dir.), À l'ombre du mur. Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Actes Sud/MMSH, 2011, 368 p.Barthe Benjamin, Ramallah Dream. Voyage au cœur du mirage palestinien, Paris, La Découverte, 2011, 256 p.

Jean-François Legrain

Texte intégral

1En ces temps où le conflit israélo-palestinien ne suscite qu’un intérêt des plus limités parmi les politiques et les médias, la lecture de ces deux ouvrages, éminemment complémentaires, continue à s’imposer plus d’un an après leur parution. Si le premier, en effet, est l’œuvre d’universitaires français, palestiniens et israéliens quand le second a été écrit par un journaliste au Monde, tous deux sont le fruit d’une réflexion menée à partir d’une profonde expérience de terrain. Plus fondamentalement, ils battent en brèche les idées reçues sur la Cisjordanie occupée en cette période post-intifada al-Aqsa et abordent des sujets la plupart du temps ignorés, volontairement ou non, par des observateurs souvent trop pressés, parfois partisans. Certains pourront regretter que Gaza y soit tenu à l’écart des analyses du premier même si sa spécificité en fait un terrain en soi. Le retrait israélien de 2005 ne constituant ainsi qu’une nouvelle forme de l’occupation, on ne peut que souhaiter une suite qui analyserait son mécanisme propre.

2À l’ombre du mur constitue la première étape dans la publication des résultats du programme international de recherche « Mobilités, Frontières et Conflits dans les Espaces Israélo-Palestiniens » (MOFIP) (ANR jeunes chercheurs et Région PACA) mené avec le groupe de travail du Réseau d'excellence des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée (Ramses²) sur « Le Conflit Israélo-Palestinien sous l’Angle des Mobilités Transfrontalières » (http://mofip.mmsh.univ-aix.fr/Pages/Default.aspx). Un deuxième livre est en préparation.

3Lancée en 2002, l’érection du mur entre Israël et Cisjordanie a focalisé l’attention internationale sur la « séparation » dont le besoin était affiché tant par les travaillistes, parrains de longue date du projet, que par la droite israélienne. Ce besoin était ordonné à des politiques différentes dans les objectifs annoncés même si in fine convergentes. La dite « séparation » était censée offrir aux Israéliens la sécurité alors mise à mal avec l’intifada al-Aqsa. Son rétablissement ces dernières années est d’ailleurs souvent portée au crédit du mur. L’achèvement de celui-ci, pourtant, couplé avec une étanchéité qui constituera la seule garantie de son efficacité, est loin d’être atteint en 2012 et ne constitue plus une priorité.

4Tout l’ouvrage montre que, loin de séparer sur la base d’une frontière clairement définie et mutuellement acceptée, le mur ne sert en grande part qu’à masquer les processus d’intégration du territoire occupé à celui de l’occupant, devenant ainsi « l’emblème d’une politique de prédation et de confinement ». Nous sommes loin de la sécurité. À partir de leurs enquêtes menées auprès des acteurs, la dizaine d’anthropologues, de sociologues, d’historiens, de politologues et d’économistes partenaires de l’ouvrage questionnent ainsi l’imaginaire de la frontière mobilisé par les concepteurs du mur quand la « séparation » en signifie dans la réalité la négation. Chacun dans son domaine (les prisons, les checkpoints, les flux de travailleurs et de marchandises, les liens familiaux, les pèlerinages, etc.) décortique les différents procédés de managements mis en œuvre par les gouvernements israéliens successifs pour une gestion durable d’une occupation qui ne doit plus dire son nom. Le militaire, réduit à l’urgence, est mis au service des logiques libérales de la rentabilité. Mettant au jour les rapports de domination économiques, sociaux et politiques induits par l’érection du mur, les auteurs les resituent dans les quelque 40 années d’occupation qui ont précédé sans négliger de diriger le projecteur sur les implications internationales.

5En décrivant le quotidien d’une société ghettoïsée derrière ce même mur, Ramallah Dream fait, d’une certaine manière, pendant à À l’ombre du mur. Si l’ouvrage ne s’intéresse ni à la séparation en tant que telle ni aux politiques israéliennes de contrôle, il met au jour les mécanismes de la logique libérale mise en œuvre, cette fois, chez les Palestiniens sur ordre des donateurs internationaux. Ce faisant, quand À l’ombre du mur démonte l’illusion de la frontière, Ramallah Dream déconstruit celle du miracle fayyadien. Fort de son expérience au Fond monétaire international et à la Banque mondiale, Salam Fayyad a été imposé par les donateurs d’abord comme ministre des Finances puis comme Premier ministre. Derrière la « bonne gouvernance » et la « transparence », il s’agissait de mettre en place les rouages du libéralisme économique. Le concept de « State building » -privé de terme- et d’« État de fait » visait à calmer la demande nationale tant que la consommation avec ses valeurs et ses modes de vie n’en était pas encore venue à bout. Le récit de B. Barthe, d’une grande limpidité, analyse de façon iconoclaste cette bulle, au sens boursier du terme, que constitue la politique que cette « bureaucratie sans État » est chargée –pour un grand profit personnel- de mener à l’ombre du mur, pour reprendre le titre de l’ouvrage précédent. Les mécanismes économiques et institutionnels voulus par les donateurs y sont décortiqués avec leurs incidences en termes d’inégalités entre individus et entre régions. La dépolitisation, elle aussi voulue par les donateurs, semble bien au rendez-vous.

6Dans leur complémentarité, ces deux ouvrages constituent ainsi une approche de choix de cette convergence d’intérêts bâtie au fil des ans entre un occupant, un occupé et la communauté internationale. La population palestinienne y apparaît à la fois comme victime et comme complice, toujours sommée de s’adapter pour sa propre survie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Legrain, « Latte-Abdallah Stéphanie et Parizot Cédric (dir.), À l'ombre du mur. Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Actes Sud/MMSH, 2011, 368 p.Barthe Benjamin, Ramallah Dream. Voyage au cœur du mirage palestinien, Paris, La Découverte, 2011, 256 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 21 décembre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/7934

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page