Navigation – Plan du site
Lectures

Andezian Sossie, Le Sacré à l’épreuve du politique. Noël à Bethléem, Paris, Riveneuve éditions, 2012, 237 p.

Isabelle Rivoal

Texte intégral

1L’ouvrage de Sossie Andezian porte sur l’étude des cérémonies de Noël à Bethléem, mais voici une étude qui aurait aussi bien pu s’intituler « l’utopie d’une normalisation palestinienne et son effondrement » tant le fil narratif s’organise autour du basculement de l’année 2000, avec la célébration du millenium et le déclenchement de la seconde intifada. Dans sa dimension factuelle, le livre décrit ainsi les ressorts de l’utopie d’Oslo, inaugurée à Bethléem par l’accession à l’autonomie en 1995, développée sous la forme de l’organisation des cérémonies du millenium de la naissance de Jésus en 2000, et anéantie par l’occupation violente de la ville après que des combattants palestiniens ont été assiégés dans la basilique du St Sépulcre où ils avaient trouvé refuge en avril-mai 2002. C’est dans le contexte de ces événements, ayant rythmé la période du terrain, que la problématique de l’ouvrage s’est imposée : la dimension sacrée, et partant intemporelle, d’un espace religieux particulièrement symbolique peut-elle résister à « l’épreuve du politique », surtout quand celui-ci prend la forme du conflit israélo-palestinien ?

2Sossie Andezian prend ainsi son objet tel qu’il se donne : la basilique de la Nativité à Bethléem et sa crypte forment un territoire sacré hautement symbolique pour les chrétiens du monde. Cet espace restera tout au long du récit une « scène », sans jamais être analysé dans la complexité des relations sociales qui constitue cet ensemble religieux, et c’est dommage. Sossie Andezian rappelle donc l’histoire de la basilique qui a échappé à la destruction ordonnée par le calife al-Ḥākim, car les musulmans en utilisaient le transept méridional pour leurs dévotions depuis le pacte de Omar en 639 ; elle a donc été un enjeu majeur durant la période des Croisades, et a surtout, a toujours été un espace de compétition pour les Églises locales. Grecs orthodoxes, latins, Arméniens, coptes, syriaques se disputent ainsi âprement le périmètre sacré. Tout est codifié dans l’occupation des lieux saints : les mouvements dans l’espace et le temps, les droits d’usage des lieux et les objets liturgiques, les trajectoires, les déambulations, le règlement des offices, le droit d’encenser, de sonner les cloches, la possibilité de financer telle ou telle réparation, l’entretien, etc. On sent l’espace tissé de frontières invisibles et la tension des rapports de force où chaque pied dépassant dans l’espace de « l’autre » confessionnel, chaque occupation un peu plus longue que prévue, peut engendrer des conflits de prérogatives. Sossie Andézian esquisse la complexité politique de ce microcosme oriental par excellence que constitue la cohabitation de plusieurs Églises dans un tel lieu, sans toutefois aller au-delà de l’évocation, comme si les conflits étaient finalement figés donc inobservables. Elle s’en tient en effet, pour expliquer cette tension en puissance, à la référence au statu quo de 1852 ; un firman édicté par l’autorité ottomane qui, dans le but de contrecarrer le regain d’influence de l’Église latine, a fixé une fois pour toutes le rituel et les prérogatives de chaque Église dans la basilique. Un statu quo qui est venu figer les conflits sans les résoudre, conclut Sossie Andezian. On imagine pourtant qu’il reste à faire une analyse ethnographique des manières subtiles de provoquer tout en restant dans le cadre de ce statu quo et des enjeux que cachent ces « querelles byzantines ».

3Ce n’est pas cette épreuve politique-là que Sossie Andezian a choisi de privilégier dans son étude. La basilique est moins analysée en tant qu’espace constitué par les tensions politiques qui s’y déploient qu’en tant que symbole religieux, tout à la fois éminemment local et à fort rayonnement international, profondément chrétien, mais à portée œcuménique évidente. L’ouvrage est avant tout l’anthropologie politique d’un symbole religieux, pris à un moment particulier de son histoire dans une entreprise de re-signification selon une perspective nationaliste, par une autorité palestinienne en quête de légitimité. Pour donner à voir la portée de la relation entre politique et religieux telle qu’elle se noue à Bethléem autour de la basilique de la Nativité, Sossie Andezian entreprend de décrire la procession de Noël qui démarre du siège patriarcal de chacune des Églises à Jérusalem et culmine dans le rituel d’entrée dans la basilique (dakhilet el-batrāk), une séquence qui s’apparente, selon l’auteure, à une cérémonie d’entrée royale. Elle en reconstitue les différentes séquences, qu’elle observe toutefois après l’évacuation de Bethléem par l’armée israélienne le 21 décembre 1995, soit au moment où les cérémonies de Noël prennent une envergure nationale. Et, en effet, deux jours seulement après l’évacuation, Yasser Arafat fait son entrée solennelle dans la ville, sur le modèle de l’entrée des Patriarches lors de la procession de Noël. Les banderoles qui l’accueillent alors affirment la dimension locale et nationale du Christ, premier Palestinien. Il est intronisé par le patriarche Michel Sabbagh, qui insiste sur la coexistence comme ciment national. Le leader palestinien met habilement l’homélie en acte en chantant le Gloria – louange du Christ en église par un musulman qui constitue un événement exceptionnel. On a voulu voir dans cette célébration des fêtes de Noël un mythe fondateur de la nation palestinienne. On a identifié Arafat au Christ, porteur d’un message de paix. C’est l’histoire éphémère de ce mythe, Noël après Noël, de 1995 à 2005 que raconte l’auteure.

4Et en effet, Bethléem a pris une importance centrale dans la construction nationale au seuil du millenium à la faveur de l’opération « Bethléem 2000 ». L’objectif affiché de cette opération d’envergure internationale à gros budget (de 150 à 200 millions de dollars) était principalement orienté vers le tourisme comme levier économique dans ces territoires nouvellement autonomes. Et, à la faveur de cette opération, l’autorité palestinienne se réapproprie les symboles de la nativité dans la réalisation de médailles, de timbres, et l’édition de livrets. Sossie Andezian propose de considérer ce moment comme manifestation d’une utopie particulièrement teintée par la perspective millénariste de la période et elle en veut pour preuve la récurrence du terme « rêve » dans les discours.

5Bien sûr, le lecteur connaît la suite de l’histoire… Ces fameuses cérémonies de Noël 1999 ont marqué déjà les limites de l’utopie. Les combattants, les enfants de martyrs se sont invités lors des célébrations de manière impromptue, rappelant à leur manière que les Palestiniens n’avaient pas droit aux réjouissances en tant que peuple en lutte. La participation à l’événement a d’ailleurs été relativement faible, la circulation étant toujours entravée par la mise en place de nombreux check-points. Et en dépit de la tentative pour faire de ce jubilée un événement œcuménique, les cérémonies ont finalement mis en scène la réalité complexe des Églises de Jérusalem et leurs dissensions forgées au cours des siècles. Le récit s’achève ainsi sur « l’irruption de la violence au cœur de l’utopie » dans un chapitre qui décrit le progressif redéploiement de la contrainte israélienne sur des Territoires de moins en moins autonomes : interdiction de messe de minuit pour Arafat en 2001, attentes au check-points et difficile progression d’une procession de Noël, tracasseries diverses. Jusqu’à ces semaines d’avril à mai 2002 lorsque la Nativité a été encerclée par l’armée israélienne, confrontant les religieux à l’irruption du conflit dans leur quotidien, transformant la basilique en haut lieu de la résistance… non sans tensions internes entre combattants et religieux.

6L’ouvrage de Sossie Andezian se lit finalement surtout comme la chronique historique de Bethléem et de ses lieux saints entre 1995 et 2002, période d’une tentative d’élaboration symbolique à caractère national par l’autorité palestinienne en construction. Ce parti pris d’exposition donne à voir la mise en scène du pouvoir, il donne à sentir la complexité des tensions politiques à l’intérieur de l’espace du lieu saint, mais laisse toutefois le lecteur en dehors des enjeux concrets qui sous-tendent ces mises en scène, au-delà de la lecture en terme de symbolisme national privilégiée comme trame narrative mais aussi explicative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Rivoal, « Andezian Sossie, Le Sacré à l’épreuve du politique. Noël à Bethléem, Paris, Riveneuve éditions, 2012, 237 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 134 | décembre 2013, mis en ligne le 17 janvier 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/7947

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page