Navigation – Plan du site
Lectures

Orfali Bilal (dir.), In the Shadow of Arabic: The Centrality of Language to Arabic Culture. Studies Presented to Ramzi Baalbaki on the Occasion of His Sixtieth Birthday, Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. 63, Leiden/Boston, Brill, 2011, xxiii + 572 p.

Francesco Binaghi

Texte intégral

1Le titre de ce Festschrift en l’honneur de Ramzi Baalbaki reflète bien les intérêts et l’approche scientifique de ce savant dont la production a marqué le domaine d’étude de la grammaire arabe. Le titre, évocateur et captivant, est motivé par quelques lignes dans l’article de Bilal Orfali, l’éditeur du présent ouvrage, d’abord disciple, et ensuite collègue du dédicataire : en signalant certains liens un peu délaissés entre la grammaire arabe et d’autres disciplines (notamment la littérature soufie et la poésie), il souligne l’importance de la grammaire dans l’éducation musulmane classique et sa centralité dans la culture arabe (p. 451).

2Le recueil s’ouvre par une brève préface de deux pages présentant la vie et la carrière académique du dédicataire ; on peut remarquer tout au long de ces deux pages l’admiration de l’éditeur pour son maître. Vient ensuite la bibliographie complète de Baalbaki : neuf pages d’éditions critiques, livres, articles et comptes rendus publiés (et à paraître) depuis 1979. L’ouvrage manque, cependant, d’un essai introductif présentant et reliant les contributions entre elles, bien que dans la préface, Orfali spécifie que leurs sujets se rattachent tous aux sphères d’étude de l’œuvre de Ramzi Baalbaki.

3Le Festschrift atteint d’importantes dimensions, en recueillant vingt articles – quinze en anglais et cinq en français – pour un total de presque six cents pages. Cela seul suffirait à montrer le rôle et le crédit reconnus à ce savant dans le domaine de la grammaire et de la lexicographie arabes. Le format d’un compte rendu empêche, malheureusement, d’analyser toutes les contributions dans le détail. Bien qu’organisées en cinq parties dans le volume, elles seront présentées ici selon trois catégories plus générales.

Histoire de la grammaire arabe

4Cette catégorie réunit les deux premières parties du volume. Elle s’ouvre par un article de Yasir Suleiman qui analyse les débuts de l’entreprise grammaticale et, donc, de standardisation linguistique, en les liant aux luttes interethniques de la shuʿūbiyya. Il explique ainsi ce processus par sa nature « politique » et sa valeur symbolique. Cette contribution n’est pas sans rappeler celle que le même auteur avait offerte au Festschrift de Michael Carter et dans laquelle il abordait également le lien entre réformes linguistiques et idéologie, mais à l’époque contemporaine (Suleiman, 2006).

5Michael Carter, de son côté, s’interroge sur les grammairiens andalous et sur leur spécificité. L’auteur aborde une grande quantité de points très différents, qui vont de la question de la marginalité géographique aux données plus proprement grammaticales, pour terminer par l’attitude des grammairiens arabes andalous. D’un point de vue scientifique, selon les standards habituels, l’article pourrait ne pas sembler concluant ; Carter lui-même reconnaît que son étude est davantage spéculative et que les éléments analysés ont une nature subjective et non exhaustive. Cependant, c’est justement ce qui fait l’atout de l’article, car, en faisant partager à son lecteur des impressions personnelles, il s’éloigne de l’approche traditionnelle et ouvre de nouvelles pistes de recherche. C’est aussi à un grammairien andalou, au moins d’origine, qu’est dédié l’article de Pierre Larcher. Après l’avoir promise il y a quelques années (Larcher, 1996), il nous livre finalement une analyse des catégories de khabar/inshāʾ (l’un de ses thèmes de prédilection) dans le Sharḥ al-tashīl d’Ibn Mālik (m. 672/1274). En la reliant à ses études précédentes, il reconstruit une fois de plus l’histoire et le développement de la catégorie de inshā’, tout en définissant et en exposant ses extensions et ses intensions.

6La contribution de Nadia Anghelescu se situe, quant à elle, dans une approche de linguistique historique. Elle présente une étude des sens véhiculés, en arabe classique et en arabe moderne, par les particules nafs, ʿayn et dhāt, qu’elle classe sous le concept d’« identificateurs » et dont elle analyse l’évolution sémantique, la hiérarchie des occurrences ainsi que leur tendance à la grammaticalisation. Hassan Hamzé étudie, ensuite, la coordination à un constituant du noyau pour conclure qu’elle est possible seulement dans la phrase nominale et, là encore, seulement dans deux cas : si l’élément à coordonner n’est pas séparé de sa base par l’autre constituant ; ou si, dans un noyau formé par un nom et une modalité, la coordination se fait à l’élément nominal du noyau.

  • 1 Littéralement « place, position », ce terme désigne une notion de contexte assez abstraite qui perm (...)

7Dans un long article, Georgine Ayoub revisite la terminologie éthique employée dans le Kitāb de Sībawayhi (m. vers 180/796) pour juger de la recevabilité des énoncés. À travers une analyse détaillée, qui se base sur de nombreux exemples, l’auteure parvient à réorganiser cette terminologie selon un schéma assez précis : d’un côté, le couple ḥasan/qabīḥ ne se réfèrerait pas tant au plan structurel de l’énoncé qu’à la correction (ou à la violation) au niveau du mawḍiʿ1 ; de l’autre, mustaqīm/muḥāl ne seraient pas liés au plan sémantique, mais plutôt à la correction qui concerne l’existence même de l’énoncé. À un niveau supérieur, Ayoub affirme que si ces deux couples relèvent de l’ordre de la langue, le terme kadhib, quant à lui, envisage l’adéquation de l’énoncé à l’ordre du monde.

8Le dernier article de la première partie est celui de Kees Versteegh, qui mène une étude sur un ouvrage de grammaire arabe produit en Afrique du Sud dans la première moitié du XXe siècle, en analysant la méthode didactique, la terminologie grammaticale et les sources de ce bref traité qui résulte d’un mélange culturel et linguistique et qui marque la fin de la tradition arabo-afrikaans.

9Si la première partie du volume est dédiée à l’histoire et au développement de la pensée grammaticale arabe, la deuxième s’occupe plus précisément de la figure du grammairien. Elle s’ouvre avec un article de Monique Bernards sur les personnages qui, dans les quatre premiers siècles de l’Islam, se sont vu attribuer par la littérature bibliographique le titre de pionniers dans les études linguistiques arabes. Wadād al-Qāḍī traite du grammairien al-Zajjāj (m. 311/923) en vue d’analyser son surnom, « le verrier », à travers la présentation d’un personnage du IIe/VIIIe siècle connu par la même shuhra. Le troisième et dernier article de la deuxième partie, de Geert Jan van Gelder, offre des poèmes – de l’époque classique pour la plupart – dans lesquels les auteurs ironisent sur les grammairiens et leurs règles, et s’inscrivent ainsi dans une tradition de moqueries dirigées contre l’activité grammaticale et les contraintes qu’elle impose à la langue.

Linguistique (historique)

10Une deuxième catégorie de contributions, correspondant à la troisième partie du Festschrift, rassemble trois articles de linguistique (principalement historique), auxquels il serait possible de relier également, de par son approche, l’article de Nadia Anghelescu dont il a été question plus haut.

11Aziz Al-Azmeh enquête sur le caractère et la provenance du théonyme « Allāh ». Ses quelques observations de nature principalement linguistique – sur la morphologie, la phonologie et l’étymologie –, mais aussi sur la diffusion et la fonction de ce mot dans le monde préislamique, anticipent la parution d’un ouvrage plus vaste sur l’histoire du concept d’Allāh dans l’antiquité tardive.

12Les deux autres articles de cette section abordent, sous des angles différents, les sujets du datif et des verbes ditransitifs en arabe. Karin C. Ryding présente, en synchronie, l’alternance des structures du datif, entre datif ditransitif et datif prépositionnel avec la particule li-. David Wilmsen analyse, en diachronie, les verbes ditransitifs avec deux objets pronominaux dans les dialectes arabes.

La langue arabe en lien avec d’autres disciplines

13Cette troisième catégorie, qui rassemble les deux dernières parties du volume, met la langue arabe au centre des relations qu’elle entretient avec les autres disciplines afférentes au monde arabo-musulman et fait ainsi écho au titre de l’ouvrage.

14Ibrahim Ben Mrad analyse la question de l’homonymie et de la polysémie dans le vocabulaire de la langue arabe et, en reprenant les propriétés distinctives élaborées par J.-C. Milner, il les développe et les adapte aux caractéristiques linguistiques de l’arabe. Il finit par souligner l’importance du rôle joué par l’étymologie dans cette question ; cependant, une réflexion critique s’imposerait, car l’auteur semble attribuer, au moins dans certains cas, une valeur étymologique à la racine trilittère, alors que cette dernière est de plus en plus remise en cause en tant que réalité linguistique.

15L’article de Gerhard Böwering présente un traité de Sulamī, auteur soufi du ive-ve/xe-xie siècles, sur la science des lettres. Ce traité, traduit en anglais en annexe de l’article, lui permet une investigation des interprétations variées offertes par les plus anciens auteurs soufis.

16La quatrième partie du volume se conclut avec deux articles sur des questions de style. Georges Bohas met en lumière, à l’aide de la métrique arabe, le caractère poétique du Coran avec son style formulaire et ses parallélismes. Peter Heath prend en considération le style dans la narration populaire arabe prémoderne, et plus précisément dans l’épopée populaire.

17La cinquième partie de l’ouvrage propose trois essais sur « l’arabe contextualisé ». Bilal Orfali propose l’édition d’un poème qui offre un cas très intéressant d’intertextualité : un mélange de ghazal et de grammaire, un étalage d’habilités poétiques qui au thème amoureux combine de nombreux hémistiches de la Alfiyya d’Ibn Mālik. Angelika Neuwirth analyse le Coran en tant que texte historique de l’antiquité tardive et expose les différentes étapes de sa formation à la lumière de son discours rhétorique en relation permanente avec les autres traditions religieuses monothéistes. Le dernier article, d’Everhard Ditters, traite de la description formelle des phrases en arabe standard contemporain à l’intérieur d’un environnement informatique.

18En conclusion, le volume revêt un grand intérêt pour tous ceux qui s’intéressent à la langue arabe et, plus particulièrement, aux questions linguistiques qu’elle soulève, ainsi qu’à sa longue et riche tradition grammaticale. La qualité générale des articles, ainsi que l’érudition des contributeurs, représentent le plus bel hommage à une figure incontournable dans le domaine, un des pionniers des études sur l’histoire de la grammaire arabe.

Haut de page

Bibliographie

Suleiman Yasir, 2006, « Arabic Language Reforms, Language Ideology and the Criminalization of Sībawayhi » in Edzard Lutz et Watson Janet (dir.), Grammar as a Window onto Arabic Humanism: A Collection of Articles in Honour of Michael G. Carter, Wiesbaden, Harrassowitz, p. 66-83.

Larcher Pierre, 1996, Compte rendu de Sharḥ al-Tashīl li-Ibn Mālik 1410H/1990, Arabica 43/3, Leyden/Boston, Brill, p. 506-509.

Haut de page

Notes

1 Littéralement « place, position », ce terme désigne une notion de contexte assez abstraite qui permet d’identifier une unité par rapport aux relations grammaticales qu’elle entretient avec d’autres éléments de l’énoncé (cf. p. 137-138).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Binaghi, « Orfali Bilal (dir.), In the Shadow of Arabic: The Centrality of Language to Arabic Culture. Studies Presented to Ramzi Baalbaki on the Occasion of His Sixtieth Birthday, Studies in Semitic Languages and Linguistics, vol. 63, Leiden/Boston, Brill, 2011, xxiii + 572 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 135 | juillet 2014, mis en ligne le 05 juillet 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/8151

Haut de page

Auteur

Francesco Binaghi

Aix-Marseille Université / CNRS, IREMAM UMR 7310

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page