Navigation – Plan du site
Lectures

Aigle Denise (dir.), Les autorités religieuses entre charismes et hiérarchies. Approches comparatives, Turhnout (Belgique), Brepols, « Miroir de l’Orient musulman », 2011, 302 p.

Michel Boivin

Texte intégral

1Cet ouvrage publié sous la direction de Denise Aigle réunit des études menées dans le cadre d’un programme de recherche de l’UMR 7528 « Monde iranien ». L’originalité première réside sans aucun doute dans les approches comparatives qui sont adoptées, et sur lesquels il faudra revenir. Une seconde spécificité réside dans l’ampleur historique et géographique des contributions. Les principales religions mondiales sont représentées : islam, christianisme, bouddhisme, taoïsme, hindouisme et chamanisme. On notera cependant l’absence du judaïsme alors que ce sont plutôt les versions orientales et orthodoxes du christianisme qui constituent des objets d’étude. L’approche comparative est au centre de deux contributions qui mettent en miroir d’une part bouddhisme et taoïsme (Vincent Goossaert) et d’autre part islam et hindouisme (Marc Gaborieau). Denise Aigle, en plus d’un essai sur les autorités dans l’islam médiéval oriental, signe une introduction et un article final dont le sous-titre est « comparer l’incomparable ? », une reprise du titre d’un livre de Marcel Détienne. Avant de revenir sur les contributions, il est par conséquent nécessaire de s’arrêter sur cette interrogation.

2Dans l’introduction (p. 9-16), Denise Aigle expose un certain nombre de thèmes convergents au sein des contributions : l’organisation du clergé, l’autorité religieuse, les saints et les mouvements ascétiques, et enfin la relation entre charisme et hiérarchie. La véritable mise en perspective comparative des articles est réalisée dans la réflexion finale (p. 239-272). Dans une première partie intitulée « Remarques préliminaires », elle revient sur une question épistémologique fondamentale, qui devrait être systématiquement évoquée : comment se départir de nos propres catégories du savoir pour ne pas infléchir la représentation et l’interprétation de données produites dans des contextes extra-européens. Par conséquent toute étude consacrée à une société asiatique constitue un défi, qui peut cependant être contourné par une réflexion préalable systématique sur les termes français que nous employons pour « traduire » les termes d’un lexique technique autre.

3Pour ce qui concerne la question de la hiérarchie, qu’elle relie à la grille de lecture weberienne des formes de domination, D.A. observe un clivage entre islam et (autres) religions asiatiques : « L’organisation hiérarchique des fonctions religieuses, écrit-elle, ne semble pas avoir donné lieu à des théories aussi structurées dans les religions asiatiques » (p. 245). Une autre ligne de clivage concerne la question du sacerdoce. Elle dépend certes du fondement de l’autorité religieuse mais également de ses conditions d’exercice. D.A. note à ce propos une grande diversité de configurations. En revanche, l’art parénétique, ou art de la prédication, apparaît comme déterminant dans certaines religions alors que pour d’autres, c’est le renoncement et le retrait du monde qui constituent la finalité de la quête religieuse.

4Un autre aspect déterminant est la relation entre les textes et les pratiques, qui peuvent être opposées. Par exemple, alors que le terme « hiérarchie » n’existe pas en sanscrit, la notion est centrale dans l’hindouisme. Un autre clivage signifiant semble exister dans la plupart des religions étudiées : la domination religieuse comme expression lignagère, impliquant par conséquent le principe d’hérédité et de structuration du groupe sur le modèle de la famille, et la domination religieuse comme figure d’exception, le « ravi en Dieu » en constituant alors le paradigme. Enfin, Denise Aigle s’intéresse à des approches plus contemporaines comme le rôle des femmes ou l’autorité religieuse face aux médias et à internet. La fine analyse comparative qu’elle conduit succède à douze contributions originales.

5Florence Jullien signe une contribution sur la crise sécessionniste au sein de l’Église du Fârs du VIIe siècle. Vincent Déroche s’intéresse à l’autorité religieuse à Byzance à partir de la figure du saint qu’il situe entre charisme et hiérarchie, explorant ainsi une des problématiques fondamentales du volume. Vanessa Van Renterghem analyse l’interface entre autorité religieuse et autorité sociale chez les hanbalites de la Bagdad du XIe siècle en s’appuyant, entre autres, surs le prisme du clientélisme. Bernard Heyberger étudie l’autorité cléricale chez les Maronites sous la double forme d’un mythe politique et d’un dispositif social. Marc Gaborieau déploie une approche comparée des hiérarchies religieuses de l’islam et de l’hindouisme en Inde, alors que Vincent Goossaert se concentre sur la gestion du charisme chez les bouddhistes et les taoïstes de la Chine sur une longue durée (1400-1911).

6Dans son article, Marie-Louise Reiniche réussit un véritable tour de force en introduisant la multiplicité des autorités religieuses dans l’hindouisme. À partir du cas du clergé du bouddhisme tibétain, Anne-Marie Blondeau est un des seuls auteurs à mettre en exergue que charisme et hiérarchie font « bon ménage ». La regrettée Elisabeth Allès explique comment pouvoir religieux et pouvoir profane sont construits comme catégories interdépendantes dans l’islam chinois, sachant que le terme chinois utilisé pour charisme signifie également énergie, puissance. Habiba Fathi se penche sur le rôle des femmes dans l’islam centre-asiatique. Roberte Hamayon consacre son article aux différents types de charisme chamanique en Sibérie. Enfin, Rémy Madinier analyse les processus de légitimation des autorités islamiques en Indonésie.

7On l’aura compris, le volume dirigé par Denise Aigle est d’une grande richesse. La diversité des lieux, des religions et des temporalités ne nuit en rien à l’intérêt qu’il représente, ceci étant certes dû à la qualité des contributions, mais surtout à l’analyse comparative pénétrante de la maîtresse d’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Boivin, « Aigle Denise (dir.), Les autorités religieuses entre charismes et hiérarchies. Approches comparatives, Turhnout (Belgique), Brepols, « Miroir de l’Orient musulman », 2011, 302 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 135 | juillet 2014, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/8156

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page