Navigation – Plan du site
Lectures

Massicard Elise and Watts Nicole F. (eds.), Negotiating Political Power in Turkey. Breaking up the party, London and New York, Routledge 2013, 208 p.

Stéphanie Dechezelles

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Élise Massicard et Nicole F. Watts conclut par voie éditoriale une série d’événements scientifiques que ces dernières avaient organisés ces dernières années, entre autres une conférence sur les nouvelles approches des partis politiques en Turquie en 2007 ou encore un séminaire autour du thème « pouvoirs et territoires en Turquie » de 2008 à 2010. Il rassemble plusieurs spécialistes turcs, français ou américains de la vie politique en Turquie, dont un nombre important de jeunes chercheurs, soulignant ainsi la vitalité des travaux sur ce vaste pays qui ne laisse pas de susciter la curiosité. Bien que celles-ci ne soient pas citées, l’ouvrage vient s’ajouter à de récentes recherches ou publications collectives sur les partis au Proche et au Moyen Orient (notamment Catusse, Karam, 2010).

2Dotée d’un système multipartite relativement ancien en dépit des conséquences du régime kémaliste et des coups d’État successifs, mais aussi de législations interdisant certaines formations (pro-Kurdes ou d’extrême gauche), la Turquie intrigue à la fois par la grande fragmentation de ses forces partisanes, la vitalité de certaines d’entre elles, AKP en tête, et le processus de monopolisation – du moins partielle – du champ politique par ces acteurs au regard de forces concurrentes (l’armée notamment). À ce titre, l’ouvrage ne peut qu’intéresser les spécialistes de la Turquie contemporaine mais aussi tous ceux qui, au-delà d’Ankara ou d’Istanbul, travaillent à mieux cerner les partis politiques, les interactions entre ces derniers et leurs « associés-rivaux » du jeu politique (secteur associatif, syndicats, administrations centrale et locale, etc.) ou encore les formes de la démocratie représentative. Les articles présentés dans cet opus invitent également à réfléchir à des catégories d’analyse routinières comme le clientélisme, le leadership ou la notabilité qui, confrontés aux diverses réalités qu’offre le terrain turc, gagnent en finesse d’analyse. Bien que n’étant pas annoncé explicitement, l’un des apports de l’ensemble est de permettre d’établir des points de comparaison utiles avec les logiques partisanes observables non seulement dans des situations de type autoritaire, mais aussi dans des régions ayant vu apparaître les premiers partis et systèmes pluralistes (Europe de l’Ouest, Amérique du Nord). À bien des égards donc, cet ouvrage s’adresse à la communauté des sociologues du politique dans son ensemble.

3Désireux de se déprendre des lectures dominantes sur les partis turcs, les auteurs réunis par E. Massicard et N. F. Watts se montrent soucieux d’inscrire leurs observations dans une approche institutionnelle des partis. Renonçant à la lecture longtemps dominante, mais mécanique d’« un centre » et de « sa périphérie », fondée sur le constat d’une structuration verticale descendante des partis, supposément détachés de tout lien avec les différents groupes et intérêts sociaux, ils privilégient à l’inverse une approche par le bas et l’empirie des luttes internes pour le contrôle des ressources, des appareils et du leadership, des connexions avec d’autres organisations (ONG, associations religieuses, culturelles ou caritatives, chambres consulaires, syndicats, associations professionnelles, hauts fonctionnaires et administrations d’État, clans et tribus, etc.), des formes multiples de redistribution clientélaire des principaux biens d’échange (argent, emplois, autorisations diverses). Dépassant une vision unitaire et homogénéisante des partis, la plupart des chapitres fournit les éléments nécessaires à la démonstration de l’hétérogénéité des composantes des organisations partisanes analysées (CHP, AKP, MNP, MHP), ainsi que de la vivacité des luttes internes et externes qui marquent ces mêmes composantes. Plusieurs textes montrent également comment les formations et leurs dirigeants ont réussi à se jouer, du moins en partie, des nombreuses contraintes structurelles, en particulier du cadre législatif de 1965 imposant les règles de la compétition interne pour la conquête des postes à responsabilité.

4Si les deux premiers articles de l’ouvrage adoptent une vision macro-historique, le reste des contributions répond parfaitement au cahier des charges des deux coordinatrices : des enquêtes en profondeur, rompant avec les analyses mécaniques ou surplombantes antérieures, qui apportent non seulement une masse importante d’informations factuelles mais aussi, et surtout, des éléments particulièrement convaincants de compréhension des ressorts de l’engagement associatif, des carrières politiques, des campagnes électorales, des relations entre les organisations partisanes et d’autres formes d’organisation sociale, dont ils s’avèrent plus ou moins autonomes selon les contextes régionaux étudiés (côte méditerranéenne, région d’Adana, Istanbul, ville de Diyarbakır dans la zone sud-orientale à majorité Kurde) et les périodes considérées (années 1970 ou 2000). La pertinence des échelles d’activité politique tout comme celles d’observation des chercheurs est régulièrement posée, renvoyant ainsi à des problématiques méthodologiques qui, évidemment, ne se posent pas que pour la Turquie. Plusieurs sens communs savants sont battus en brèche. Ainsi les factions, au lieu d’être facteurs de dysfonctionnement, seraient au contraire utiles à la circulation des informations entre les différents échelons du parti, ainsi qu’à l’intégration dans les plateformes revendicatives partisanes des intérêts sociaux exprimés par les groupes représentés par chaque courant. Par ailleurs, l’entrée dans le jeu politique des associations ne constituerait pas un changement de nature mais plutôt un prolongement d’activités promues par des acteurs déjà largement socialisés aux règles du jeu politique, agissant dans un environnement lui-même très politisé comme l’illustre le chapitre portant sur le milieu militant pro-kurde à Diyarbakır ; celui-ci montre également combien les associations culturelles de ce type, contrairement aux scénarios habituels, ne jouent pas forcément le rôle de passerelle pacificatrice post-conflit, mais viennent plutôt en soutien aux opposants du régime, en dépit des fortes contraintes institutionnelles qui pèsent sur ce type de mobilisations contraires aux pouvoirs en place. Enfin, le cas de l’Istanbul Bar Association montre l’importance des effets d’apprentissage partisan (ici à l’extrême gauche) dans l’accumulation de ressources extra-partisanes et l’influence sur le jeu politique institutionnalisé. Au passage, ce chapitre prouve l’inégale orientation politique des acteurs exerçant une profession libérale (avocat, médecin, architecte) d’un système politique à un autre.

5Les fréquentes références réciproques entre articles démontrent un travail de collaboration et d’édition particulièrement réussi, même si elles ne parviennent pas à gommer entièrement les inégales modalités d’écriture. Par ailleurs, s’il est difficile, compte-tenu de ses objectifs, de reprocher à un tel ouvrage son turco-centrisme bibliographique, l’entreprise aurait néanmoins peut-être gagné à engager un dialogue plus approfondi avec les travaux théoriques et empiriques sur les partis politiques parus en anglais – les références françaises non encore traduites risquant de ne pas être facilement appropriables par le lectorat anglophone – ainsi qu’avec les études portant sur les relations qu’entretiennent acteurs partisans et non-partisans en dehors de la Turquie (les mentions sont rares et souvent elliptiques). De même, les renvois aux diverses théories des mouvements sociaux, notamment à la Structure des Opportunités Politiques ou à la Framing Theory (chap. 4), s’avèrent trop lapidaires pour convaincre tout à fait de leur opportunité ici. Tandis qu’à l’inverse, les travaux de Charles Tilly (1976) sur les conditions sociales des mobilisations et la nature des liens unissant les individus engagés au collectif mobilisé (catness, netness) auraient pu alimenter la discussion autour du renforcement réciproque des liens contractuels et moraux (chap. 3). Enfin, une présentation des grandes lignes de structuration du système partisan national à destination des non-spécialistes de l’histoire politique turque aurait été bienvenue.

6Mais il ne s’agit là que de défauts mineurs, qui ne gâchent en rien le plaisir de la lecture. L’ouvrage avait pour ambition de donner à voir à travers divers cas d’étude l’opacité des frontières entre pratiques partisanes et politiques, officielles et officieuses, de montrer la plasticité des formes partisanes, de déconstruire les approches statiques de ces dernières et de montrer en quoi d’autres acteurs formels et informels participent eux aussi de la dynamique partisane (aide aux campagnes électorales, levée de fonds, soutien axiologique, pénétration des institutions centrales, investiture des candidats, etc.). Sans conteste, l’objectif est pleinement atteint.

Haut de page

Bibliographie

Catusse Myriam and Karam Karam (eds), 2010, Returning to Political Parties ? Partisan Logic and Political Transformations in the Arab World, Beyrouth, Lebanese Center for Policy Studies.

Tilly Charles, 1976, From Mobilization to Revolution, Addison-Wesley, Reading, Mass.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Dechezelles, « Massicard Elise and Watts Nicole F. (eds.), Negotiating Political Power in Turkey. Breaking up the party, London and New York, Routledge 2013, 208 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 135 | juillet 2014, mis en ligne le 24 septembre 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/8167

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page