Navigation – Plan du site
Lectures

Riaux Gilles, Ethnicité et nationalisme en Iran. La cause azerbaïdjanaise, Paris, Karthala, 2012, 303p.

Bernard Hourcade

Texte intégral

  • 1 La meilleure présentation du fait ethnique en Iran reste Digard, 1998.

1En Iran, parler d’ethnicité est difficile et souvent dangereux, alors que l’État iranien moderne a toujours été multiethnique et soucieux de protéger le centre du pays – le plateau iranien peuplé de persans chiites – par le maintien ou la déportation d’autres populations sur des zones tampons aux marges de l’empire. L’explicitation ou l’analyse de cette réalité somme toute banale sont ainsi considérées comme une atteinte à l’unité nationale en réveillant notamment la création des républiques autonomes d’Azerbaïdjan et du Kurdistan à la fin de la Seconde guerre mondiale. Dans les dernières décennies, les minorités ethniques – notamment les Baloutches, Kurdes, Arabes et Azeris - ont en outre été souvent instrumentalisées par des puissances étrangères pour tenter de déstabiliser la République islamique, en oubliant ou en ignorant la complexité des interactions qui relient les ethnies périphériques au centre persan, le tout constituant la nation iranienne1.

2On oublie trop souvent que les souverains Safavides qui ont fait l’Iran moderne autour d’Ispahan étaient des turcs azéris, de même que les Qâjârs qui ont régné jusqu’en 1923…

3Les travaux de Gilles Riaux arrivent à point nommé pour fournir un tableau précis et surtout dynamique des rapports de force et positionner à sa juste place la « cause azerbaïdjanaise » dans l’histoire culturelle et politique de l’Iran. On sait que ce travail fut très difficile à réaliser et que les recherches sur le terrain ont été interrompues – comme à leur habitude - par les autorités de Téhéran. Les analyses et arguments proposés sont néanmoins bien plus documentés qu’aucune autre étude publiée sur ce sujet. Nous avons enfin une analyse du fait azéri vu de l’intérieur de l’Iran, à la fois de Tabriz et de Téhéran, par une personne ayant une connaissance approfondie des archives et surtout des acteurs et du terrain.

4La première partie de l’ouvrage est une synthèse précise de la problématique de l’ethnicité « marginale » en Iran, et des rapports toujours tendus et souvent violents entre le pouvoir central et ses marges. Comment la « turcité » a été marginalisée au xxe siècle dans un Iran national pourtant fondé par des turc azeris. Gilles Riaux montre également comment la cause azerbaïdjanaise s’inscrit dans un itinéraire transnational lié à la proximité de la Turquie et surtout à l’action de la République voisine d’Azerbaïdjan (Bakou) qui fut à la fois une référence et une force intrusive. Le fait que les leaders indépendantistes ou simplement les élites culturelles azeris aient trouvé refuge à Bakou et en soient revenues sous la république islamique, marque profondément la cause azerbaïdjanaise en lui donnant une dimension internationale, interétatique, qui la distingue des autres minorités ethnolinguistiques d’Iran.

5Dans ce contexte, parfois schizophrénique, entre nationalisme iranien, culture persane et identité azérie, la présentation des itinéraires individuels ou de groupes sociaux – parfois de courtes biographies - est un des points forts de cet ouvrage qui met en évidence les contradictions qui existent parmi les élites azerbaïdjanaises, devenues cadres du pouvoir central, politique, culturel ou économique, mais attachées à leurs origines. On constate une hiérarchisation des identités qui a rendue incertaine la mobilisation des « entrepreneurs » de la cause azerbaidjanaise sous le régime impérial au milieu du xxe siècle. Les revendications étaient alors surtout concentrées sur les faits de culture et sur la langue turque azéri dont l’enseignement et l’usage dans les médias étaient quasi inexistants sinon réprimés.

6La seconde partie de l’ouvrage, fondée en grande partie sur des témoignages et enquêtes, montre comment les revendications sont devenues plus politiques et radicales dans le contexte de la République islamique qui offrait de nouvelles opportunités d’expression. La nouvelle constitution donnait une existence légale aux langues autres que le persan, la révolte de Tabriz contre le chah avait précédé celle de Téhéran et surtout l’ambiance politique légitimait l’ensemble des groupes et forces politiques ou ethniques qui s’étaient opposées au pouvoir impérial. Gilles Riaux montre de façon très vivante les contradictions et ambivalences de la politisation d’une cause azerbaïdjanaise qui était jusqu’alors surtout culturelle.

7Les nouvelles opportunités de contestation offertes par la République islamique (guerre Irak-Iran, pouvoir clérical, changements sociaux…°) ont fait émerger à la fois une élite politisée et radicale de la cause azerbaïdjanaise et une autre élite constituée des cadres d’un régime islamique dont ils sont les leaders, puisque les Azéris ont toujours été une composante première de la nation iranienne multiethnique – ce qui n’est pas le cas des Kurdes, Lors ou Baloutches- .

8Les grands progrès de l’éducation depuis trois décennies ont par ailleurs fait émerger une nouvelle classe moyenne et populaire sensible au discours culturel azéri qui ne mobilisait jusqu’alors que les élites. Les manifestations populaires de protestation ont ainsi été très massives et fréquentes à Tabriz et dans les villes turcophones d’Iran car les revendications politiques et ethniques se combinent. G. Riaux a été témoin des rassemblements festifs autour des ruines du château de Babak Khoramdin qui s’était opposé à l’invasion arabe au viie siècle, et réunissent tous les ans des foules immenses. On assiste donc à l’imposition d’un cadre ethnicisé des rapports sociaux et politiques souvent conflictuels de l’Iran actuel. Les entrepreneurs radicaux de la cause azerbaïdjanaise ne forment cependant qu’une minorité qui – comme au début du siècle – ne réussit pas à entrainer la masse de la population dans des revendications autonomistes. Le fait ethnique s’inscrit dans une logique nouvelle de contestation de la politique globale de l’État central et pas seulement dans une volonté de séparation.

  • 2 Voir à ce sujet l’étude de Bromberger, 2013.

9En montrant la complexité et les contradictions de la cause azerbaïdjanaise, à la fois soucieuse d’affirmation culturelle régionale et de revendications politiques à l’échelle nationale, ce livre confirme le fait que les azéris forment le cœur de la nation iranienne (environ la moitié des habitants de Téhéran sont Azéris), mais aussi qu’ils ont des revendications culturelles partagées et explicités par la masse des habitants désormais alphabétisés. Cela pose la question de la traduction en termes institutionnels –indépendance ou autonomie politique – de ces revendications identitaires nouvelles qui concernent d’ailleurs l’ensemble de l’Iran2.

  • 3 Les excellents travaux de Brenda Shaffer (2002) sont largement vus par rapport à la république d’Az (...)

10Le mérite de l’étude de G. Riaux est d’avoir analysé la « Cause azerbaïdjanaise » de l’intérieur de l’Iran et non vue de Bakou ou en privilégiant les dimensions de politique intérieure iranienne3, il a également intégré ses analyses dans un cadre théorique qui lui permet de donner à l’exemple azéri une dimension plus globale et reproductible. La rupture entre les élites et la population, l’appropriation du fait culturel par la nouvelle petite bourgeoisie, le débat sur l’indépendance /l’autonomie politique comme n’étant pas la réponse automatique aux revendications identitaires sont autant de faits qui montrent l’hybridation et la complexité mouvante de la cause azerbaïdjanaise et d’une façon du fait ethnique dans des pays en pleine mutation politique, entre autoritarisme et ambitions démocratiques.

  • 4 Sur cette géographie électorale voir le site www.irancarto.cnrs.fr

11On peut cependant regretter que l’auteur n’ait pas plus développé et explicité le fait que les azéris sont chiites et par ce fait, sont très impliqués dans la nation iranienne moderne constituée au xvie siècle et renforcée par la République islamique. Malgré les contestations de masse, les provinces turcophones d’Iran votent quasiment comme celles du centre persanophone4. C’est une preuve de plus que la question ethnique est un enjeu important en Iran, mais, comme ce livre le démontre, dans un champ plus complexe que celui de la partition.

Haut de page

Bibliographie

Atabaki Touraj, 2000, Azerbaijan : Ethnicity and the Struggle for Power in Iran, Londres, Tauris.

Bromberger Christian, 2013, Un autre Iran. un ethnologue au Gilân, Paris A. Colin.

Digard J.-P. (dir.), 1998, Le fait ethnique en Iran et Afghanistan, Paris, CNRS.

Shaffer Brenda, 2002, Borders and Brethren, Iran and the Challenge of Azerbaijani Identity, Cambridge, MIT, Press.

Haut de page

Notes

1 La meilleure présentation du fait ethnique en Iran reste Digard, 1998.

2 Voir à ce sujet l’étude de Bromberger, 2013.

3 Les excellents travaux de Brenda Shaffer (2002) sont largement vus par rapport à la république d’Azerbaïdjan et ceux de Touraj Atabaki (2000) très documentés sur l’histoire du mouvement du point de vue politique.

4 Sur cette géographie électorale voir le site www.irancarto.cnrs.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Hourcade, « Riaux Gilles, Ethnicité et nationalisme en Iran. La cause azerbaïdjanaise, Paris, Karthala, 2012, 303p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8438

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page