Navigation – Plan du site
Lectures

Verdeil Chantal (dir.), Missions chrétiennes en terre d’islam (XVIIe-XXe siècles), Anthologie de textes missionnaires, Turnhout, Brepols, 2013, 407 p.

Annalaura Turiano

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par C. Verdeil fait partie de la collection des anthologies missionnaires publiées par le GRIEM (Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur les Écritures Missionnaires). Rassemblant des textes écrits entre la fin du XVIIe siècle et le début du XXe siècle, l’ouvrage a pour ambition de rendre compte de la longévité des implantations missionnaires au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, avant les inflexions que subit la mission chrétienne à partir des années 1930, au moment des indépendances.

2L’anthologie réunit des textes de nature et de statut différents : rapports, extraits de journaux intimes, missives envoyés aux supérieurs de la mission. Tous renseignent sur les regards que portent des missionnaires de terrain sur l’islam et sur les musulmans qu’ils accueillent dans leurs dispensaires et leurs écoles. Destinés à un lectorat interne (supérieurs des congrégations, autorités romaines), ces textes transportent le lecteur dans le quotidien des missionnaires. Ils montrent les actions concrètes menées sur place, relatent leurs succès, mais ne cachent pas les difficultés rencontrées sur leurs terrains respectifs, ainsi que les questions qui surgissent lorsque les perspectives de conversion s’éloignent. Au fil des documents, les entreprises missionnaires apparaissent moins comme le fruit de stratégies préétablies que comme le résultat de multiples compromis avec les populations locales. Ces dernières sont souvent à l’origine des implantations missionnaires et en infléchissent les objectifs. Écrits avant le Concile Vatican II et les grandes heures du dialogue islamo-chrétien, les textes de ce recueil font ressortir l’hostilité des missionnaires chrétiens à l’égard de l’islam et des musulmans perçus comme un bloc méconnu et menaçant (p.14).

3Les sept chapitres de l’ouvrage suivent un ordre chronologique et relatent chacun une mission, en s’appuyant sur des documents inédits pour la plupart. Afin de faciliter la lecture, chaque série de textes est introduit par une présentation de la mission et du contexte de production. L’ensemble des chapitres est précédé par un essai introductif de C. Verdeil. Mettant en avant les questionnements qui ont guidé le choix des textes, l’auteur défend la cohérence du projet en dépit du caractère éclectique de la documentation. Elle dresse ensuite un historique des missions dans ces régions, les inscrivant dans une histoire longue. En soulignant la variété des stratégies missionnaires, la diversité des objectifs poursuivis et les vives rivalités qui animent missionnaires catholiques et protestants, le panorama forgé par C. Verdeil fournit au lecteur une mise en perspective indispensable pour aborder l’expérience singulière de chaque mission. Le format d’un compte-rendu empêche d’analyser toutes les contributions dans le détail. Nous exposerons ici les grands thèmes autour desquels s’articulent les textes du recueil.

4L’action éducative et sanitaire

5Les textes font ressortir les principaux domaines d’action des missionnaires : l’action éducative et sanitaire. L’école présente aux yeux des missionnaires plusieurs avantages : elle offre un moyen de pénétrer la société locale et d’en influencer les catégories les plus malléables (les jeunes) ou appelés à les diriger (les élites) (p. 34). Les textes mettent en avant le large éventail d’écoles fondées par les missionnaires : écoles de garçons et écoles de filles, établissements primaires et secondaires, centres de formation d’un clergé indigène. Si les documents montrent le consensus qui règne autour de la nécessité de développer les œuvres d’éducation, ils ne cachent pas les divergences quant aux objectifs poursuivis. Les textes présentés par F. Hellot montrent les objectifs différents que les missionnaires lazaristes et presbytériens attribuent à leurs établissements d’enseignement à Ourmieh, en Iran. Les premiers entendent lutter contre les superstitions ; pour les protestants, l’instruction doit accompagner l’introduction de la modernité et des valeurs humanistes en Perse. L’action éducative se déploie aussi en dehors des établissements scolaires proprement dits. La correspondance des missionnaires suédoises de la KMA en Tunisie, présentée par C. Chanel, témoigne de l’organisation par les religieuses des petites classes à domicile qui était aussi un moyen pour contourner les lois françaises sur l’école. L’action sanitaire constitue le deuxième pilier de l’action missionnaire. Les missionnaires fondent des hôpitaux ou de simples dispensaires, la médecine étant considérée comme un moyen efficace d’agir sur les âmes en soignant le corps. Les extraits des diaires rédigés entre 1896 et 1919 par les Pères Blancs et les Sœurs Blanches en Algérie, présentés par C. Fredj, portent sur leur action sanitaire au sein des hôpitaux indigènes qu’ils dirigent. Ils relatent les difficultés qu’ils rencontrent sur le terrain ainsi que les entraves au bon fonctionnement des hôpitaux. Les textes des missionnaires catholiques et anglicans en Palestine ottomane et mandataire, cités par K. Summerer-Sanchez, attestent de la multiplicité de leurs actions sanitaires. En dehors des hôpitaux et des dispensaires, les religieuses dispensent des soins à domicile. Ces visites sont, aux yeux des missionnaires, d’autant plus importantes qu’elles permettent de pénétrer dans l’intimité des familles indigènes.

6L’apostolat auprès des chrétiens, des juifs et des musulmans

7Les textes font ressortir ensuite la spécificité de l’action missionnaire en terre d’islam. Les missions sont d’abord tournées vers les chrétiens qu’il s’agit de « régénérer », et secondairement vers les juifs. Comme le montre le premier texte présenté par B. Heyberger, les missionnaires latins du xviie siècle en Syrie ont pour but de ramener les chrétiens, alors séparés, vers l’union avec l’Église de Rome. Les missions du xixe et du xxe siècle se proposent de consolider les jeunes Églises unies et de gagner de nouveaux fidèles. Les textes présentés par F. Hellot révèlent les tentatives faites par les Lazaristes pour épauler les chrétiens iraniens, l’objectif missionnaire étant de former de « bons prêtres » destinés à raffermir la foi de l’église chaldéenne. Pour la plupart des missionnaires, la conversion des musulmans, qualifiés de « bloc inattaquable », ne se situe que dans un horizon lointain. Les Sœurs de Saint Joseph de l’apparition à Naplouse, évoquées par K. Summerer-Sanchez, constatent l’impossibilité des conversions et justifient leur action éducative auprès des jeunes musulmanes comme une « préparation lointaine à la préparation de la Vérité » (p. 242). Les missionnaires dirigent plus souvent leur action vers « les dissidents de l’islam », alévis, druzes et nusayrî-s (alaouites) ou les populations kabyles d’Algérie dans lesquels ils voient des populations plus réceptives au message chrétien. Le rapport du Carme déchaux, cité par B. Heyberger, atteste des premières tentatives de conversion auprès des nusayrî-s au viiie siècle, que les missionnaires latins considèrent comme étant des « chrétiens dégénérés » (p.82). Au cours du xixe et du xxe siècle, d’autres missions s’engagent dans la conversion des « dissidents » de l’islam sunnite : les missionnaires de l’American Board of Commissioners for Foreign Missions (ABCFM) auprès des alévis anatoliens, évoqués par H-L. Kieser et les Jésuites dans la montagne alaouite évoqués par C. Verdeil. Par ailleurs, de petites communautés de convertis sont créées parmi les Kabyles en Algérie et dans la montagne alaouite. Les textes des Pères Blancs, présentés par C. Fredj, montrent que la tutelle sur la communauté de convertis dépasse le seul cadre sanitaire : les missionnaires interviennent personnellement dans les choix matrimoniaux. La description de mariages et de baptêmes occupe une part considérable dans les rapports de la mission jésuite auprès des nusayrî-s cités par C. Verdeil. Ces célébrations constituent, aux yeux des missionnaires, les moyens les plus sûrs pour consolider et assurer la pérennité de la communauté des convertis. Cette dernière est néanmoins trop petite et trop fermée pour servir de relai à une action d’évangélisation plus vaste. En outre, les conversions n’entraînent pas les changements radicaux espérés par les religieux. Les cérémonies décrites par les Jésuites se déroulent en outre selon les coutumes locales qui ne relèvent, d’après les missionnaires, que de la superstition ; les néophytes ne renoncent pas à certaines pratiques. La mission demeure ainsi « une affaire de compromis » (p. 372).

8De multiples réseaux de relations

9Les textes révèlent également les relations complexes qu’entretiennent les missionnaires avec les administrations coloniales et les gouvernements mandataires. Si les hôpitaux indigènes dirigés par les Pères et les Sœurs Blanches en Algérie (C. Fredj) constituent un rouage de l’administration coloniale, les tensions entre les deux parties sont mises en évidence par les documents, notamment à la fin du xixe siècle, au moment où la laïcisation met en danger l’activité de la mission. Les textes présentés par K. Summerer-Sanchez révèlent les relations complexes qu’entretiennent les missionnaires protestants à Hébron, d’une part avec les chefs de la révolte arabe (1936-1939), d’autre part avec le gouvernement mandataire dont ils n’hésitent pas à dénoncer la politique répressive. Les rapports entre les missionnaires jésuites et la puissance mandataire en Syrie ne sont pas toujours cordiaux (C. Verdeil). Cette dernière est embarrassée par les conversions suscitées par les religieux, qu’elle considère comme des « fauteurs de troubles » (Verdeil, 2011: 98). Par ailleurs, les Jésuites apparaissent, dans les documents, insérés dans un réseau de relations avec les notables locaux et les chefs de tribus. De la même manière, le rapport des missionnaires latins en Syrie au xviie siècle, cité par B. Heyberger, montre une société citadine où les chrétiens ne vivent pas séparés de l’environnement majoritairement musulman ; les communautés chrétiennes n’hésitent pas à se tourner vers l’autorité politique (pacha, sultan, cadi) afin de régler leurs affaires internes. Certains textes font en outre ressortir les divergences entre le centre et la périphérie missionnaire. La missive des Frères des Écoles chrétiennes citée par K. Summerer-Sanchez rend compte des divergences de vue entre les autorités romaines et les missionnaires de terrain pour qui la cohabitation d’élèves de confession différente ne peut qu’être bénéfique, à la fois d’un point de vue spirituel et financier.

10Acteurs et témoins d’événements historiques

11Les religieux se font enfin souvent l’écho, dans leurs écrits, d’événements historiques dont ils sont à la fois acteurs et témoins, comme le montre le témoignage poignant des massacres arméniens à l’automne 1895, cité par H-L. Kieser, ou les rapports du docteur Forster sur la révolte arabe en Palestine cité par K. Summerer-Sanchez. Les témoignages des Lazaristes et des Presbytériens au moment de la révolution constitutionnelle en Iran (1905-1911), présentés par F. Hellot, ne renvoient pas seulement aux enjeux de missions. Ils font aussi écho aux interrogations des missionnaires de terrain sur leur rôle dans un pays plongé dans une effervescence politique que leur enseignement a, en partie, contribué à susciter (p.150).

12Du temps de la fondation à l’entre-deux-guerres, les textes réunis dans cette anthologie font ressortir des approches missionnaires différentes. La curiosité des premiers missionnaires à l’égard de la religion des nusayrî-s ou des alévis s’estompe au profit de l’attention portée aux petites communautés de convertis ou des questions pratiques sur l’attitude à adopter à l’égard des musulmans dont la conversion s’éloigne de plus en plus vers un horizon lointain. Néanmoins, certains textes anticipent des réflexions plus tardives et notamment la nécessité d’une meilleure connaissance de l’islam.

13L’intérêt majeur de ce recueil repose sur le retour aux sources et sur l’approche comparée qu’il propose pour analyser la spécificité des missions vers l’islam. Par le franchissement des frontières confessionnelles et politiques qu’il suggère pour aborder les entreprises missionnaires, il vient apporter une contribution remarquable à l’ensemble d’études qui, depuis quelques années, renouvèlent les regards et les approches de l’histoire des missions. On regrette néanmoins l’absence d’index et d’harmonisation des transcriptions. Il est aussi regrettable que les auteurs aient porté une attention inégale aux fonds d’archives, à leur accessibilité et aux conditions de leur conservation. Une chronologie récapitulative en fin d’ouvrage aurait pu se révéler utile pour rendre compte des moments forts ainsi que des périodes de repli qui ont marqué l’histoire des missions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Haut de page

Bibliographie

Verdeil Chantal, 2011, « Une « révolution sociale dans la montagne » : la conversion des alaouites par les jésuites dans les années 1930 » in Heyberger Bernard et Madinier Rémy (dir.), L’islam des marges. Missions chrétiennes et espaces périphériques du monde musulman, XVIe-XXe siècles, Paris, IISMM-Karthala.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annalaura Turiano, « Verdeil Chantal (dir.), Missions chrétiennes en terre d’islam (XVIIe-XXe siècles), Anthologie de textes missionnaires, Turnhout, Brepols, 2013, 407 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 136 | novembre 2014, mis en ligne le 24 janvier 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/8441

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page