Navigation – Plan du site
image de couv 135

135 | juillet 2014
Sociétés de montagne et réforme religieuse en terre d'Islam

Sous la direction de Jean-Pierre Van Staëvel
ISBN 978-2-85399-935-9

Après la mer, sujet thématique d’une précédente livraison de la revue, le présent dossier propose de poursuivre l’exploration du rapport entre espace et sacralité en terre d’Islam par un nouveau territoire : la montagne. Dans le domaine islamique, celle-ci est souvent associée à la marge et la périphérie, aux confins de l’emprise exercée par l’État et la culture des élites lettrées citadines. Les paradigmes historiographiques classiquesen font également un lieu de refuge et de dissidence, où s’expriment depuis le Moyen Âge des doctrines hétérodoxes ou sectaires, rétives à toute autorité centrale. À l’heure où les médias ravivent certains de ces stéréotypes à propos des zones montagneuses du Proche et du Moyen-Orient, cette livraison de la remmm offre un regard en profondeur sur les modalités de l’islamisation des espaces montagnards au long de l’histoire. Les diverses contributions rassemblées ici s’attachent plus précisément à mesurer la place de l’idée de réforme dans le système cognitif et la pensée religieuse des sociétés de montagne. L’exigence de rénovation spirituelle anime périodiquement ces dernières, dans le cadre d’un processus d’auto-islamisation. La réforme apparaît par conséquent comme un moment-clé dans la construction d’une culture religieuse qui s'alimente à la fois à la source d'un fonds local susceptible de nombreuses réélaborations, et d'apports idéologiques exogènes. Le numéro offre un panorama en diachronie de diverses situations d’occurrence de la réforme : des premiers murābiṭ-s à la réforme du druzisme, de l’Atlas des tribus almohades au Rif des saints, pour s’intéresser ensuite au réformisme algérien, au travers des exemples kabyle et aurésien. À l’inverse de l’image souvent véhiculée de l’enfermement, de l’immobilisme et de la résistance opiniâtre des espaces montagnards, ces contributions éclairent le processus d’intégration de la religion des montagnes dans les valeurs culturelles de la société englobante, et l’enracinement géographique de pratiques et de doctrines religieuses susceptibles de constituer les bases spirituelles de nouveaux pôles religieux : les « montagnes savantes », qui vont durant l’époque moderne participer pleinement à la production d’un savoir et d’un encadrement de haute réputation.