Navigation – Plan du site
Lectures

Leenders Reinoud, Spoils of Truce. Corruption and State-Building in Postwar Lebanon, Ithaca, Cornell University Press, 2012, 276 p.

Élizabeth Picard

Texte intégral

1Voici à ce jour la plus remarquable des études sur le système politique libanais et son fonctionnement depuis la fin de la guerre civile et l’accord de Taëf (1989). Reinoud Leenders a mené dans la seconde moitié de la décennie 1990 et à nouveau en 2006-7 une enquête approfondie sur la « haute corruption politique » (celle qui implique les sphères dirigeantes de l’administration publique) dans une demi-douzaine de grandes institutions étatiques. Il s’est appuyé d’une part sur un fructueux dépouillement de la presse quotidienne au Liban, source inépuisable de scandales, d’allusions, d’accusations et de démentis (à défaut d’enquêtes, que les journalistes locaux pratiquent rarement), d’autre part sur plusieurs dizaines d’entretiens avec des personnalités de premier plan, ministres, députés, hauts fonctionnaires, et des spécialistes de l’économie et de la finance, notamment dans les institutions onusiennes basées à Beyrouth. Au point que plusieurs se sont émus à la perspective de voir publier les résultats de cette recherche, contraignant l’auteur à anonymiser la plupart des noms des personnes impliquées.

2Mais il s’agit surtout d’un travail universitaire pointu qui s’ouvre par une brève mais solide présentation des outils conceptuels mis en œuvre dans l’étude (p. 8-17 du chapitre 1). Leenders s’attache à l’hypothèse selon laquelle la corruption politique est endémique (il écrit rampant) dans le Liban de l’après-guerre en raison de l’importante divergence de ses institutions publiques par rapport aux critères wébériens de l’organisation bureaucratique. Parce que la dissimulation est le compagnon de la corruption, les faits avérés sont rares et les allégations difficiles, voire dangereuses, à vérifier ; Leenders met donc en garde contre les limites de la « corruptologie ».

3Les principales institutions dont il s’efforce de décrypter le mode de fonctionnement sont le ministère de la Santé aux prises avec les questions de l’accréditation des hôpitaux privés et de la régulation du marché des médicaments (p. 18-26, 73-83 et 167-73) ; la Middle East Airlines et ses insondables pertes financières (p. 26-9, 83-6 et 174-178) ; le ministère de l’Industrie et du Pétrole, feuille de vigne d’un puissant cartel d’importateurs-distributeurs de carburants (p. 29-27, 86-90 et 178-88) ; mais aussi le Port de Beyrouth, poumon de l’économie libanaise (et syrienne) dont la concession venait à expiration en 1990 (p. 37-42, 90-5 et 188-95) ; les petits arrangements entre ministère de l’Intérieur et ministère de l’Environnement à propos de la (non-)application des règlementations sur l’exploitation des carrières (p. 42-51, 95-101 et 195-206) ; la compétition entre le ministère des Déplacés et la Caisse des Déplacés dans le traitement discrétionnaire du problème des réfugiés (p. 64-9, 116-21 et 217-22) ; last but not least, l’emprise de Rafic Hariri, Premier ministre de 1992 à 1998 et de 2000 à 2004 sur le super-ministère qu’est le Conseil du Développement et de la Reconstruction et son implication dans la société Solidere à laquelle est confié le chantier de reconstruction du centre-ville de Beyrouth (p. 51-64, 101-16 et 207-16). Dans un premier temps (chapitre 2, Assessing Corruption) Leenders s’efforce d’évaluer quantitativement et qualitativement la corruption dans chacun de ces secteurs. Dans un deuxième temps (chapitre 3, Public Institutions and Bureaucratic Organization) il examine le fonctionnement et les pratiques des institutions concernées à l’aune des critères wébériens de la bureaucratie fonctionnelle. Dans un troisième temps (chapitre 5, The Politics of State-Building and Corruption) il démêle les multiples embrouilles procédurales, traque les arrangements sous le manteau et tente d’éclairer les zones d’ombre. Cela se lit comme un passionnant roman policier sauf qu’il s’agit de vrais gens qui se retrouvent sans soins et sans électricité, de millions de dollars qui disparaissent dans des poches privées et d’un pays qui part à vau-l’eau.

4La mine de micro-informations soigneusement référencées et l’agencement narratif permettent au lecteur, même au non spécialiste du Liban, de se faire une idée des transactions collusives qui tissent la scène politico-économique locale (en incluant les dirigeants ba’thistes de Damas dans ce « local » levantin). Collusion est-il d’ailleurs le terme exact lorsqu’on sait qu’il s’agit du même homme qui dirige le ministère, gagne un « appel d’offre » et vend, en les surfacturant, ses services techniques ? Si ce n’est lui, c’est son frère, son gendre ou quelque prête-nom, un obscur député qui s’est livré à un puissant entrepreneur pour obtenir un siège au Parlement, source inépuisable de patronage (mahsubiyya). Encore que Leenders explique que la « haute corruption politique » dont il traite est clairement différente de la petite corruption traditionnellement attachée au clientélisme (zaba’iniyya) et au sectarisme (ta’ifiyya) dont Hottinger et Hudson ont si bien rendu compte, ou encore de la corruption musclée au temps de la guerre civile.

5Une grande différence est le passage de l’économie libérale libanaise d’une dimension familiale et localiste dans laquelle le statut de notable conférait un rôle de médiateur entre l’Etat et la société, à la dimension entrepreneuriale et même affairiste, impliquant une stratégie d’accumulation individualiste. Kingston, Cammet et Baumann, autres jeunes chercheurs qu’on aimerait voir figurer dans la bibliographie de Leenders (mais la thèse du dernier est toute récente), concourent dans cette analyse. La corruption dont traite Leenders est moins le fait des leaders communautaires que l’affaire des nouveaux entrepreneurs, enrichis dans le Golfe ou en Occident où ils s’étaient mis à l’abri durant la guerre civile, auxquels l’élargissement des cercles du pouvoir (le passage du Parlement de 99 à 128 membres, l’habitude des gouvernements d’une trentaine de ministres) a ouvert les portes de la haute administration. Rafic Hariri est bien sûr l’épitomé de cette catégorie ciblée dans le livre. Par la durée de sa présence au gouvernement, l’ampleur de ses moyens financiers propres et aussi la puissance de ses ambitions réformatrices, il est au premier rang de ceux qui se sont servis des déficiences des institutions et de la vénalité des hommes pour promouvoir leurs intérêts financiers et leurs ambitions politiques.

6Mais il est loin d’être le seul. D’abord parce que, comme le montre Leenders à propos de secteurs comme l’importation et la distribution des carburants, la classe dirigeante syrienne est pleinement partie prenante du dépeçage des biens publics et du parasitage de l’État libanais. Ici, la corruption fait partie d’une stratégie plus large de compromission et de mise sous tutelle des élites libanaises puisque le système fonctionne à l’instigation du pouvoir ba’thiste de Damas. Il est même renforcé par Bachar al-Assad quand il entreprend, à partir de 1997, de supplanter Abdel Halim Khaddam, jusque-là titulaire du dossier libanais, et Ghazi Kan’an, « proconsul » à Beyrouth, dans la gestion du dossier libanais (p. 154-63). Leenders montre en plusieurs endroits combien la corruption au Liban prend, sous sa présidence, une ampleur inusitée.

7Ensuite, parce que les présidents de la République (Elias Hraoui puis Émile Lahoud) et les présidents du Parlement (Nabih Berri, surtout, à partir de 1992) n’ont pas été en reste, loin de là, dans leurs entreprises de blocage ou de détournement des politiques publiques dans leur intérêt propre. La différence, suggère Leenders, c’est que Hariri essayait de construire quelque chose (de reconstruire le centre-ville, de moderniser le port, d’autonomiser l’approvisionnement énergétique du pays) – certes dans une optique de profit capitaliste et non de participation sociale – tandis que les autres n’avaient (n’ont) comme horizon que leur enrichissement à court terme et la fidélisation de leurs clients.

8Dans ses chapitres 4 (The Political Settlement of the Second Republic) et 6 (Corruption and the Primacy of Politics), la thèse de Leenders se déploie dans une analyse du système politique libanais tel qu’il a été réformé par l’accord de Taëf (1989) et mis en œuvre entre 1990 et 2005 : un régime de troïka. Sa fine lecture du texte de Taëf rejoint celle de Joseph Maïla pour montrer que les constitutionnalistes et leurs parrains saoudiens et syriens n’ont eu de cesse d’élargir l’inclusion de représentants communautaires et politiques au sein du pouvoir au point de disperser celui-ci et de brouiller ses repères ; et qu’ils ont échafaudé un régime constitutionnel dont l’objectif directeur n’était pas de permettre au pouvoir de fonctionner mais aux élites de s’en partager avidement les bénéfices. Partage (muhassasa) de « troïka » entre les trois présidents – de la République, du Parlement et du Conseil – avec la nouveauté de la dilution des pouvoirs de ce dernier entre les membres de son gouvernement ; et distribution en cascade des fonctions et des services au prorata des trois grands groupes représentés par les trois présidents (chrétiens, chiites et sunnites) et plus généralement au prorata du poids politique (mais non démographique) des groupes confessionnels, des sous-groupes politiques, de leur répartition régionale, etc. Dans ce sens, le terme Allotment State utilisé par Leenders correspond bien à celui d’État distributeur utilisé par l’économiste Albert Dagher. En rappelant que les institutions multilatérales en sont venues à désespérer d’une réforme de l’administration publique libanaise puisque ses pratiques sont foncièrement enracinées dans une perspective de partage et d’appropriation et non de construction de l’intérêt public, il tire comme d’autres quelques réflexions désabusées sur les effets pervers d’un système politique « de consensus » que l’accord de Taëf a réaffirmé et exacerbé.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Baumann Hannes, 2012, « Citizen Hariri and neoliberal politics in post-war Lebanon », Ph. D. thesis, SOAS, Londres.

Dagher Albert, 2001, Lubnan wa Suriyya. Al-Tahaddiyyat al-Iqtisadiyya wal-Siyasa al-Matluba, Beyrouth, Dar al-Nahar.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cammet Melani & Issar Sukriti 2010, « Bricks and Mortar Clientelism. Sectarianism and the Logics of Welfare Allocation in Lebanon », World Politics 62 (3), p. 381-421.
DOI : 10.1017/S0043887110000080

Hottinger Arnold, 1966, « Zu'amâ' in Historical Perspective », in Leonard Binder (ed.), Politics in Lebanon, New York & London, John Wiley and Sons, p. 85-105.

Hudson Michael, 1968, The Precarious Republic: Political Modernization in Lebanon. New York, Random House.

Kingston Paul, 2001, « Patrons, Clients and Civil Society: a Case Study of Environmental Politics in Post-war Lebanon », Arab Studies Quarterly 22 (4), p. 1-18.

Maïla Joseph, 1991, « L’Accord de Taëf, deux ans après », Les Cahiers de l’Orient 24, p. 13-69.

Picard Elizabeth, 2000, « The Political Economy of Civil War in Lebanon », in Steven Heydemann (ed.), War, Institutions and Social Change in the Middle East, Berkeley, University of California Press, p. 292-325.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élizabeth Picard, « Leenders Reinoud, Spoils of Truce. Corruption and State-Building in Postwar Lebanon, Ithaca, Cornell University Press, 2012, 276 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 08 avril 2014, consulté le 23 août 2016. URL : http://remmm.revues.org/8552

Haut de page

Auteur

Élizabeth Picard

Directeur de recherche émérite

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page