Navigation – Plan du site
Lectures

Aymes Marc, Gourisse Benjamin, Massicard Élise (dir.), L’art de l’État en Turquie. Arrangements de l’action publique de la fin de l’Empire ottoman à nos jours, Paris, Karthala, 2013, 432 p.

Elen Le Chêne

Texte intégral

  • 1 Cette réflexion collective a été menée dans le cadre de l’ANR TRANSTUR : « Ordonner et transiger. M (...)

1Cet ouvrage est le fruit d’une réflexion collective1 réunissant des chercheurs d’ancrages disciplinaires variés (anthropologues, sociologues, historiens, géographes, politistes) sur un terrain dont ils sont des spécialistes. Mais loin de se destiner à un cercle de fins connaisseurs de l’Empire ottoman et de la Turquie, il est une contribution notable au croisement des réflexions en sociologie de l’État, de l’action publique et des institutions. Les seize contributions réunies s’enchaînent sans découpage par parties mais l’ordonnancement ne nuit jamais à la bonne compréhension de l’ouvrage tant les articles dialoguent avec l’introduction de Benjamin Gourisse et rebondissent sur un présupposé (encore trop) commun sur l’État turc : il cadrerait avec un modèle d’État fort, surplombant, unifié et détaché de la société. L’« État profond » – derin devlet – ou la culture « étatiste » – devletçilik – sont autant d’images éculées sur la Turquie qui en sont l’expression.

2Cet « art » de l’État consisterait-il alors d’abord à faire illusion ? Cette vision a en tout cas réussi à faire carrière dans le champ scientifique et Benjamin Gourisse expose une dense revue de littérature qui étaye le propos. Les critiques soulevées à l’égard de ce paradigme s’inscrivent finalement dans la lignée de travaux déjà existants mais qui n’ont pas toujours fait florès sur le terrain turc. L’ambition était surtout de les appliquer, à nouveaux frais, à des terrains enfermés dans des logiques d’analyses parfois développementalistes et téléologiques, souffrant d’un certain tropisme vers les institutions et d’une vision substantialiste de l’État. Mais cet ouvrage offre plus qu’un rafraichissement des études portant sur le terrain turc à l’aide d’outils nouveaux et d’un regard décentré sur l’action publique turque. La circulation de propositions théoriques développées en sciences sociales sur des terrains occidentaux est d’ailleurs vraiment questionnée : adhérer à l’idée de la « banalisation » des aires culturelles n’ouvre pas la voie à une simple transposition, la singularité historique et culturelle ne pouvant être évacuée d’un revers de main. Les auteurs opèrent en fait un véritable travail de réappropriation, dans une logique qui questionne peut-être moins l’applicabilité de concepts et méthodes forgés en Occident que leur portée et limites générales ou la plus-value que peuvent représenter les terrains turcs pour approcher l’action publique autrement.

3L’ouvrage prend ainsi le contrepied de la vision d’un État fort et de toute une série d’analyses qui s’y arriment : le volontarisme en politique, la fracture entre un centre et des périphéries dominées, la stabilité d’un régime unifié, imperméable aux logiques sociales. Ces postulats s’accompagnent de choix méthodologiques que les auteurs questionnent : une vision stato-centrée, une approche par le haut limitant le matériau d’analyse aux seuls discours officiels qui véhiculent une vue peu conflictuelle des processus à l’œuvre. La refonte des études sur la Turquie doit donc passer, et l’effort en ce sens est louable, par une entreprise qui fasse tenir ensemble les deux faces de l’action publique : une fabrique par les élites et par le bas. La focale est mise sur la coproduction de l’action publique, les acteurs non-étatiques, les pratiques de médiation et les initiatives des usagers. Ils en appellent ainsi à se distancier des seuls discours par une analyse des pratiques concrètes et une sociogenèse des agents de l’État endossant des rôles certes prescrits mais à l’emprise institutionnelle relative et évolutive.

4Corollaire de cette critique, l’ouvrage rompt avec une seconde tradition d’analyse qui fait de la modernisation un motto dont l’histoire turque témoignerait sans cesse. Ces deux visions se font écho dans le sens où le volontarisme modernisateur de personnalités politiques « éclairées » est de mise. Ce processus de modernisation, se cristallisant autour d’une période « charnière » de réformes – les Tanzimat (1839-1876) – et impulsé par la greffe du modèle occidental de l’État, aurait amorcé le démembrement de « l’homme malade » de l’Europe. Le changement social comme « principe axiologique », indissociable d’un État qui le dicte en surplomb, imprimera sa marque jusque dans les études sur la Turquie contemporaine, nous dit Olivier Bouquet. Sur ce point, une des plus-values de l’ouvrage est d’avoir opté pour un cadre chronologique élargi (« de l’Empire Ottoman à nos jours »), pour satisfaire à leur volonté de se départir d’une lecture statique de l’État. Il s’agit de penser les rapports du présent au passé sans tomber dans le biais de la nécessité historique (Marc Aymes). Ce choix les conduit à ne pas cantonner l’analyse aux temporalités officielles, aux échéances qui scandent la vie politique turque pour regarder du côté des « non-évènements », des pratiques routinisées. Ils interrogent ce faisant la pertinence du découpage classique auquel ont recourt les analystes et de leur problématisation en termes de « ruptures » : proclamation de la République en 1923, multipartisme en 1946, adoption d’un modèle néolibéral dans les années 1980, européanisation depuis 2002... L’organisation de l’ouvrage s’en fait l’écho : une succession d’analyses qui ne sont pas disposées selon la période dont ils traitent et donnent à voir des continuités et discontinuités peu soupçonnées.

5En premier lieu, et à l’encontre du paradigme de l’intentionnalité, les auteurs en appellent à clairement relativiser l’homogénéité des groupes d’acteurs qui sont parties-prenantes de la production de l’action publique. Dans le cas des politiques religieuses kémalistes, Nathalie Clayer montre combien la Diyanet (Direction des affaires religieuses), loin de n’être qu’un instrument de l’État, détient un potentiel d’action décelable dans les négociations et tensions entre acteurs. Dans le cadre de la réforme lexicale du turc, Emmanuel Szurek explique que l’entreprise de catégorisation (association, société savante, agence gouvernementale) d’une organisation centrale qu’est l’Institut turc du langage (TDK) est inopérante au regard de la labilité des rôles endossés et de l’évolution des rapports de force internes au champ du pouvoir qu’illustre le processus de dédifférenciation (association/administration) de la TDK. Sont remises en cause des lectures qui conçoivent l’État comme un bloc monolithique mais aussi celles qui mettent au rebut tant les luttes inter et intra-institutionnelles que les relations nouées à l’extérieur du champ politique. L’épisode de la rédaction de la Constitution de 1961, confiée par les militaires à des experts juridiques, confirme une procédure « normale » de recours à des acteurs non institutionnels, par ailleurs déjà intégrés dans la routine de la vie politique pour jouer un rôle d’arbitre officieux (Nicolas Camelio). Le récit de la continuité entre élites fait cependant l’objet d’un travail de déconstruction : les universitaires « politistes » sont parvenus à imposer leurs vues dans la commission au détriment des « légalistes » en prenant appui sur des alliances multisectorielles (partis politiques, médias). Les institutions sont donc modelées par les acteurs qui les peuplent et ceux qui travaillent, de l’extérieur, à réorienter les périmètres de leur intervention. Cette interpénétration État-société est également perceptible dans le brouillage des frontières dont rend compte la multipositionnalité des acteurs : ces « figures Janus » qui « circulent, transposent et font contact permanent, participant simultanément des deux sphères » (p. 194), et concourent ainsi à la fabrique d’institutions hybrides (Jean-François Pérouse).

6En cantonnant l’analyse au seul cercle des décideurs, nombre de travaux font par ailleurs l’économie d’une étude des modalités d’application au concret des réformes, se risquant à une forme d’objectivisme juridique et occultant les marges d’autonomie dont se saisissent les acteurs. C’est ainsi que « l’imposition » de la laïcité par le parti unique ne s’est pas faite sans tensions et négociations, son application n’ayant rien d’uniforme. L’enseignement de la religion s’organise notamment hors du contrôle de la Diyanet : des acteurs religieux travaillent clandestinement à le dispenser, relativisant clairement la puissance d’extension de l’État sur la société. Les agents de l’État ne sont pas non plus de simples exécutants à qui l’État imposerait sa ligne : dans le cas de la police ottomane naissante, Noémi Lévy-Aksu s’intéresse aux « prérogatives auto-attribués ». Les collusions entre policiers et réseaux proches du pouvoir au tournant du xixe siècle rendent possible, pour les premiers, une certaine prise de distance avec leurs attributions légales. Ce jeu autour des règles conduit la police à s’instituer en médiateur entre agents de l’État et population, revêtant simultanément un rôle d’arbitre dans le règlement de conflits de quartiers et de courroie de passage pour la surveillance des populations. Les analyses qui consacrent l’image d’un « corps » de fonctionnaires comme ordre distinct de la société sont donc clairement amendées. Des médiateurs, il est souvent question dans l’ouvrage. Le muhtar (maire de quartier) dépeint par Elise Massicard fait en ce sens figure de parangon : il est un exemple d’« intermédiaire institutionnalisé », relativisant l’image d’un État fortement centralisé et donnant à voir ce qui se joue à l’interface des institutions. Il nuance par ailleurs la notion de volontarisme politique par son institutionnalisation tâtonnante, ponctuée de compromis et de coups d’arrêt.

7Troisième composante trop souvent mise au ban dans les travaux sur la Turquie : la forte capacité d’initiative des populations qui contournent l’État, s’approprient l’action publique et, in fine, contribuent à la définir. Parce qu’elles ne sont pas marquées du sceau de la domination froide et rationnelle des fonctionnaires versus l’attitude amorphe des usagers, les relations à l’administration redessinent les contours des rôles de chacun. Le personnel de foyers pour femmes battues d’Istanbul, décrit par Berna Ekal-Şimşek, est doté de « deux corps » : à la fois incarnation neutre (fonctionnaire) et personnalisation de l’État (par l’importation de logiques issues du cadre familial). Les usagers de l’administration savent eux aussi jouer de leur rôle : Sati la « fausse » morte, qui a pris l’identité civile de sa sœur aînée décédée, et dont on suit l’histoire avec les yeux de Benoît Fliche, n’est autre que le produit « incarné » de pratiques d’arrangements rendues possibles par le concours des différents praticiens des guichets. Ces relations n’ont donc rien d’unilatéral : elles ne sont pas le vecteur d’une imposition sans remous d’un ordre et d’une idéologie d’État. La conformation des appelés à un rôle modelé par l’institution militaire et à l’idéologie nationaliste d’Atatürk, dans le cadre de la « formation à l’amour de la patrie », n’a rien d’une évidence : le travail de socialisation de l’armée, décrit par Sümbül Kaya, est très ambivalent, sa réception dépend en partie de facteurs qu’ils ne maîtrisent pas (socialisations antérieures, stocks d’habitudes incorporées), pouvant déboucher sur des « pratiques de soustraction » aux normes.

8Se départir d’une approche qui appréhende le changement d’un point de vue normatif, à l’aune de modèles à atteindre (celui, wébérien, de l’administration légale-rationnelle comme celui de la démocratisation) est un des dénominateurs communs de ces contributions. Les auteurs relativisent ainsi l’idée selon laquelle l’ampleur de la délégation au secteur privé équivaudrait à la marginalisation de l’État. L’AKP – en s’érigeant en adepte du « moins d’État » – semble moins avoir entériné l’affaiblissement de l’État que participé au renouvellement de son interventionnisme. Dans son cas, qui dit privatisation de l’État dit aussi étatisation du privé : légitimités étatique et de marché sont autant de registres dans lesquels peuvent puiser les institutions. C’est ce dont témoigne avec force l’exemple de l’agence publique TOKI (Administration du logement collectif) qui s’arroge une place centrale sur le marché de l’immobilier et mène l’« autoritaire politique du logement » que lui permettent sa position d’arbitrage et sa forte légitimité étatique (Pérouse). Si le néolibéralisme est convoqué comme opérateur théorique de premier plan pour décrire les modalités de gouvernement de l’AKP, la recomposition des prérogatives étatiques précède son avènement et le chevauchement du public et du privé n’est pas, en soi, inédit. C’est ce qu’illustre l’investissement par les dons du secteur caritatif dans une sphère militaire souvent dépeinte, par ailleurs, comme « au-dessus de la société » (Corte-Real Pinto). Avec le même point de départ est interrogée la dimension exogène de l’action publique pour voir dans quelle mesure elle réoriente les modes de gouvernement par-delà les seules rhétoriques sur le « développement » ou la « société civile ». L’adoption de normes élaborées par des organisations internationales comme le PNUD dans le cadre de la construction de la catégorie « patrimoine » s’actualise dans des combinaisons locales très variées. Plutôt que de parler de « transfert », Muriel Girard et Clémence Scalbert Yücel argumentent en faveur d’une véritable traduction en actes des politiques publiques. C’est aussi la matrice adoptée par Claire Visier pour décrypter l’appropriation d’un dispositif participatif – « Civil Society Dialogue » – dans le cadre de la politique d’élargissement de l’Union Européenne. Bien plus, cet instrument est directement modelé par divers syndicats turcs qui s’en servent à la fois comme tribune de légitimation et voie d’accès à la coproduction de l’action publique. On se réjouit d’une telle grille d’analyse qui rompt avec celles qui tablent, de manière prescriptive, sur un écart à la norme de la Turquie sans s’intéresser aux dynamiques de réinterprétations des cadres normatifs et instrumentaux et à leur hybridation avec des logiques endogènes.

9Dans l’ensemble, cet ouvrage met à l’épreuve l’intérêt que peut offrir une entrée par l’action publique pour saisir les ressorts d’un régime autoritaire qui ne fonctionne pas qu’à la coercition (« ordonner et transiger »). Les visions communément admises sur le régime turc sont revisitées pour donner à voir un ordre politique à bien des égards fragmenté et polycentrique ; mais les auteurs ne diluent pas dans un extrême inverse les relations de pouvoir et de domination. Bien que rompu à la rhétorique participative, l’État parle souvent « du centre » et entérine la négation du local. Par ailleurs, la porosité des frontières de l’État s’avère bien souvent nécessaire à sa légitimation : sont mises à nu les « transactions collusives » entre universitaires et militaires permettant de légitimer le coup d’État de 1960 ou les « dépendances croisées » entre médiateurs et populations. Sur ce point, l’ouvrage se présente comme un complément à La Turquie conteste qui, avec les lunettes de l’action collective, avait pour projet de saisir des « modes de légitimation et d’exercice du pouvoir » qui « même s’ils sont parfois inventés dans les institutions, traversent la société » (Dorronsoro, 2005 : 12). On aurait parfois aimé trouver de plus amples développements comparatifs pour mettre en perspective la manière dont les catégories d’action publique sont éprouvées par leurs terrains. Au regard de la littérature en action publique, cet ouvrage se démarque, enfin, par le dévoilement d’un riche matériau d’enquête, donnant accès aux coulisses d’une action publique en actes, incarnée, et remettant au premier plan tous les à-côtés plus informels (arrangements, « production de faux »), si habituellement relégués bien qu’ils participent à la façonner.

Haut de page

Bibliographie

Dorronsoro Gilles (dir.), 2005, La Turquie conteste. Mobilisations sociales et régime sécuritaire, Paris, CNRS Éditions.

Haut de page

Notes

1 Cette réflexion collective a été menée dans le cadre de l’ANR TRANSTUR : « Ordonner et transiger. Modalités de gouvernement et d’administration en Turquie et dans l’Empire ottoman du XIXe siècle à nos jours » (2008 – 2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elen Le Chêne, « Aymes Marc, Gourisse Benjamin, Massicard Élise (dir.), L’art de l’État en Turquie. Arrangements de l’action publique de la fin de l’Empire ottoman à nos jours, Paris, Karthala, 2013, 432 p.  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 23 mai 2014, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://remmm.revues.org/8558

Haut de page

Auteur

Elen Le Chêne

Doctorante Science Po Aix/CHERPA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page