Navigation – Plan du site
Lectures

Berriane Yasmine, Femmes, associations et politique à Casablanca, Centre Jacques Berque, Rabat, 2013, 452 p.

Camille Hamidi

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1980, les organisations internationales ont promu de façon croissante la société civile et la démocratie participative dans les pays du Sud, faisant progressivement de celles-ci une condition sine qua non de leur aide financière. Dans le tryptique libéralisation économique, promotion de l'État de droit et développement, une société civile florissante est censée offrir des garde-fous face au pouvoir politique, incitant à davantage de transparence, moins de clientélisme et de corruption, bref à une démocratisation croissante. Et les femmes sont particulièrement mises à l'honneur dans ces dispositifs, dès lors que l'on estime que leur participation à la vie civique joue un rôle essentiel dans l'éducation des enfants, la lutte contre la pauvreté et la mise en place de trajectoires de développement. En bon élève des institutions internationales, le Maroc a activement promu ces évolutions dans le cadre de la libéralisation économique et politique qui a caractérisé la fin du règne d'Hassan II et l'accession au trône de Mohamed VI. Dans son ouvrage, issu d'une thèse soutenue à l'IEP de Paris en 2011, Yasmine Berriane s'interroge sur les effets de ces transformations macro en adoptant une approche "par le bas", centrée sur les micro-recompositions du pouvoir au niveau local. Plus spécifiquement, elle s'intéresse au cas des femmes militantes associatives, et à ce que leurs trajectoires d'engagement révèlent des transformations à l'œuvre, en matière de renouvellement des élites associatives et de redéfinition des rapports de pouvoir et des rapports de genre. L'ouvrage se situe ainsi au croisement de la sociologie de l'action collective, et plus précisément de l'étude des carrières militantes, et de la sociologie des rapports sociaux de sexe. Il s'appuie sur un travail de terrain mené dans la périphérie de Casablanca auprès d'associations de quartier tournées vers le développement local, qui proposent des formations (cours d'alphabétisation, de couture...), des cours de sport, des ateliers d'écoute, etc. Le matériau repose pour l'essentiel sur trente entretiens recueillis auprès de dirigeantes associatives. Il est complété par des entretiens menés auprès de deux groupes témoins, dont une dizaine d'hommes responsables associatifs, et des observations de terrain.

2Suivant les acquis de l'analyse des raisons de l'engagement, qui incitent à distinguer les raisons d'entrer et les raisons de rester dans une organisation, l'ouvrage est structuré en deux parties. Mais l'auteur entremêle à ce questionnement désormais classique une étude des façons de s'engager, combinant de manière très convaincante l'étude du "pourquoi" et celle du "comment" dans l'analyse des carrières militantes.

3Dans une première partie consacrée aux raisons de l'engagement, Y. Berriane reprend le modèle "en entonnoir" formalisé par Florence Passy, qui distingue trois niveaux d'explication : les conditions de possibilité de la mobilisation, le rôle des réseaux et celui des motivations individuelles. Pour le premier niveau, elle relie les trajectoires individuelles aux transformations macro qu'a connues le Maroc depuis les années 1960, urbanisation, transformations de la structure familiale et du système éducatif. Elle évoque également la socialisation familiale de ces femmes, les valeurs qui leur ont été transmises ainsi que les rapports de genre qui régnaient dans leur famille. Au niveau des réseaux, elle repère trois trajectoires d'entrée dans les associations. Le premier profil concerne d'anciennes militantes politiques formées dans les années 1970 à 1990 dans les mouvements de gauche, d'extrême-gauche ou dans les organisations féminines, et qui se reconvertissent dans l'action associative locale après des déceptions dans l'univers partisan. Le second caractérise des militantes plus jeunes, sans expérience partisane antérieure, mais qui sont passées par les maisons de jeunes ou le travail social. Le troisième profil est peut-être le plus intéressant, car moins attendu : il concerne les "novices", pour qui l'association constitue la première expérience d'engagement. L'auteur examine les ressources qui permettent à ces femmes de compenser leur inexpérience. Elles sont matérielles dans le cas de Zoubida, une riche veuve dont l'élégante demeure est installée juste à côté d'un bidonville, ce qui lui fait découvrir les conditions de vie de ses concitoyens et l'incite à s'investir pour aider les pauvres, d'abord par des actions de bienfaisance individuelles, puis dans le cadre d'une association que le maire d'arrondissement l'incite fortement à créer. D'autres femmes mobilisent des ressources davantage symboliques, comme leur statut de sportive de haut niveau ou leur piété et leur culture religieuse. Mais ce qui joue un rôle déterminant dans l'engagement semble être avant tout le fait que ces ressources leur donnent une visibilité qui attire l'attention de soutiens locaux, essentiellement des hommes qui occupent des positions politiques localement, qui les poussent à créer leur association. Ici, on aurait aimé que l'auteur restitue plus largement les données de son échantillon. Elle s'appuie sur trois portraits pour chacun des trois profils, mais on ne dispose pas d'éléments sur les autres personnes interrogées. Les éléments qu'elle apporte concernant ce troisième profil sont toutefois riches d'enseignement en montrant d'une part le rôle des relations de patronage masculin dans l'engagement associatif de ces femmes et d'autre part, comme en revers, l'existence d'un processus qu'on pourrait qualifier d'engagement par émancipation de la tutelle masculine. À cet égard, elle évoque par exemple le cas d'une jeune femme qui décide de créer sa propre association après s'être investie dans le volet féminin d'une organisation préexistante. Avec d'autres femmes, elle avait progressivement pris en charge l'ensemble des activités de l'association et c'est en constatant que les hommes de l'organisation s'attribuaient tout le crédit qu'elle décide de créer sa propre association exclusivement féminine. Enfin, au niveau de l'étude des motivations individuelles à participer, Y. Berriane met en évidence le décalage entre l'investissement scolaire important d'une large part des militantes et une situation professionnelle frustrante, marquée par le chômage et la précarité. Là aussi, l'auteur relie ces expériences individuelles aux transformations structurelles du système éducatif marocain et notamment aux conséquences des programmes d'ajustement structurel lancés dans les années 1980-90, qui ont eu pour effet de réduire drastiquement l'emploi dans la fonction publique à laquelle se destinaient ces jeunes diplômées. Elle souligne également que ces difficultés professionnelles se traduisent sur un plan plus personnel par des difficultés psychologiques, voire des dépressions. C'est le cas en particulier lorsqu'elles s'accompagnent d'un vide familial, beaucoup des femmes interrogées étant célibataires, veuves ou divorcées dans un contexte où le célibat féminin est encore largement mal accepté. Selon l'auteur, l'engagement associatif peut donc être compris comme une façon de combler ce vide professionnel et affectif.

4La seconde partie de l'ouvrage est consacrée aux façons de rester. L'auteur examine tout d'abord les ressources sur lesquelles s'appuient ces femmes pour asseoir leur autorité et notamment leur capital d'autochtonie (être une fille du quartier, d'origine populaire, issue d'un milieu rural) et leur capital scolaire, en soulignant que la valeur de ces ressources dépend de transformations plus larges de l'action publique. Le capital d'autochtonie a d'autant plus de prix que les politiques publiques valorisent le registre de la proximité, tandis que l'importance des compétences scolaires augmente dans un contexte de développement de la logique de projet dans l'univers associatif. Elle analyse ensuite la façon dont l'engagement associatif contribue à la redéfinition des rapports sociaux de sexe dans la société marocaine. Elle donne à voir les grandes difficultés auxquelles ces femmes sont confrontées pour faire accepter leur engagement dans la famille et le voisinage (commérages liés au fait qu'elles se trouvent seules avec des hommes, incompréhension devant la nature bénévole de leurs activités, etc.). Pour y faire face, l'auteur montre que la plupart d'entre elles ne cherche pas à transgresser frontalement les stéréotypes de genre mais plutôt à négocier aux marges des rôles sociaux prédéfinis, en cherchant à construire des passerelles entre les univers associatif et familial. Elles essaient d'inclure leur famille dans la vie de l'association et, inversement, elles présentent les relations au sein de celle-ci comme familiales et fraternelles afin de désamorcer les soupçons de séduction. Y. Berriane conclut que pour l'essentiel, ces femmes s'appuient sur les stéréotypes de genre pour asseoir leur engagement associatif, ce qui contribue à reproduire ces stéréotypes. Pourtant, elle montre également des formes d'émancipation, lorsqu'elle analyse par exemple la façon dont la rhétorique de la démocratie participative peut constituer une ressource sur laquelle les femmes s'appuient pour étayer leur ascension. Elle montre ainsi comment une responsable associative en butte à l'hostilité d'un homme qu'elle a évincé s'appuie sur les principes de transparence, d'élection aux fonctions de direction ou sur l'habitude prise de rédiger des comptes rendus à l'issue de chaque réunion pour justifier son ascension et défendre sa position face aux attaques du président, qui essaie de la destituer. En ce sens, les associations peuvent être des acteurs du changement, en offrant des ressources normatives nouvelles à ces femmes. Mais l'auteur montre également que ces ressources n'ont d'efficacité que dans les espaces publics formels régis par ces normes. Lorsque les hommes replacent les négociations dans les coulisses, dans des lieux généralement inaccessibles aux femmes, comme les cafés et les bars, ils parviennent à reprendre le contrôle des événements. Si on la suit bien sur l'idée que ces nouveaux espaces publics ne peuvent avoir que des effets limités sur les rapports de genre, il nous semble pourtant que Y. Berriane a tendance à minimiser les transformations, insistant plutôt sur les logiques de reproduction : il aurait peut-être été plus fructueux de poser cette ambivalence au cœur de la réflexion, plutôt que de chercher à la réduire analytiquement.

5Enfin, elle examine les relations entre associations et autorités politiques locales et montre là aussi leur ambivalence. Elles se caractérisent en effet par une logique de bénéfice mutuel : les conseils d'arrondissement apportent diverses aides aux associations (aide financière, locaux, "prêt" de fonctionnaires...). Inversement, les associations servent de relais électoraux aux partis politiques ; elles leur apportent aussi une légimité en fournissant une caution d'apolitisme dans un contexte où les partis sont largement disqualifiés. Mais cette caution ne peut fonctionner que dans la mesure où les associations gardent leur image d'apolitisme ; elles sont donc prises en tension entre ces différentes logiques d'autant qu'en période électorale, elles peuvent aussi chercher à éviter de soutenir un parti pour ne pas froisser les autres ou risquer de "miser sur le mauvais cheval". Enfin, une partie des responsables associatives ont elles-mêmes des ambitions électorales, car une place au conseil d'arrondissement leur permettrait d'appuyer les demandes de leur association. On aurait aimé que ces différents éléments, tout à fait convaincants, soient traités de façon plus systématique dans l'ouvrage en s'appuyant sur davantage de matériau (la question des rapports au politique n'étant posée que sur une partie des militantes et des associations étudiées).

6Pour conclure, on voudrait évoquer deux questions sur lesquelles le lecteur reste un peu sur sa faim à la lecture d'un ouvrage par ailleurs intéressant et stimulant. L'auteur affiche clairement sa volonté de saisir les transformations sociopolitiques au Maroc par le biais d'une entrée micro, par les trajectoires individuelles. Mais en pratique, le niveau macro est davantage posé comme un environnement figé, extérieur aux réalités évoquées dans le livre et déterminant celles-ci, que comme un contexte en interaction avec le niveau micro et évoluant avec celui-ci. Pour le dire autrement, si on voit bien ce que le niveau macro fait au micro dans l'ouvrage, l'inverse est moins vrai. Cela renvoie aux débats maintenant bien documentés autour de la notion de structure d'opportunités politiques en sociologie de l'action collective, dont on s'étonne qu'ils soient quasiment absents de la bibliographie de l'ouvrage, alors qu'ils auraient pu permettre à l'auteur de mieux atteindre cet objectif. Par ailleurs, le livre pose la question de la redéfinition de l'exercice du pouvoir lorsque de nouvelles générations militantes accèdent aux responsabilités : l'arrivée de femmes, de militants des classes populaires, à la tête des associations, modifie-t-elle les rapports de pouvoir ? L'auteur semble dire que non. Elle souligne que les femmes au pouvoir ont tendance à fermer la porte derrière elles plutôt qu'à promouvoir l'accession d'autres femmes, et à reproduire une forte centralisation du pouvoir autour d'elles afin d'asseoir leur position. L'hypothèse est convaincante mais on aurait aimé qu'elle soit plus étayée empiriquement, dans la mesure où il s'agit d'une question importante si l'on s'intéresse à la reconfiguration des rapports de pouvoir qu'entraîne le renouvellement des élites associatives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Hamidi, « Berriane Yasmine, Femmes, associations et politique à Casablanca, Centre Jacques Berque, Rabat, 2013, 452 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 23 mai 2014, consulté le 23 août 2016. URL : http://remmm.revues.org/8560

Haut de page

Auteur

Camille Hamidi

Maître de conférences en science politique, Université de Lyon,Membre du laboratoire Triangle, UMR 5206

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page