Navigation – Plan du site
Lectures

Larzillière Pénélope, La Jordanie contestataire. Militants islamistes, nationalistes et communistes, Sindbad, Actes Sud, 2013, 248 p.

Yves Mirman

Texte intégral

1La Jordanie contestataire trouve enfin son ouvrage mené par une habituée de la sociologie de l'engagement au Proche-Orient. Après les trajectoires de jeunes palestiniens, Pénélope Larzillière s’est tournée depuis 2005 vers les militants jordaniens « de longue durée » dans des mouvements islamistes, nationalistes et communistes. Son livre fait suite à plusieurs enquêtes de terrain auprès d'une soixantaine de Jordaniens et à plusieurs publications depuis 2010. Son approche des engagements contestataires nous offre un regard sur la scène politique jordanienne au prisme de ces militants.

2Dès le départ, l'auteure reste lucide sur un régime autoritaire à l'ouverture politique limitée, célébrée par nombre de médias pour son réformisme de façade malgré un cadre légal coercitif. Il emprisonne pourtant ses opposants, les surveille, limite leurs opportunités professionnelles et leur liberté politique, ou les pousse à l'exil. L'ouvrage s'appuie autant sur le vécu de ces acteurs que sur celui de l'enquête pour étayer ces affirmations. La garantie de la protection et de l’anonymat des interviewés souligne la dangerosité d'un engagement réprimé et coûteux socialement. La prudence est de rigueur pour de nombreux sujets instrumentalisés par le régime. Entre « palestiniens d'origine » et « jordaniens de souche », elle confirme l'importance du tabou de la division identitaire : évoquée par tous « pour mieux la nier du même mouvement (…) car elle affaiblit l'opposition ». Sur les divisions partisanes traditionnelles entre islamistes, communistes et nationalistes, elle souligne des divergences de « mode de vie » : les premiers longtemps tolérés et hégémoniques, ne subissent la répression que depuis les années 1990, les autres supportent l'interdiction, l'enfermement et la division depuis des décennies. La chute de l’URSS comme la fin de la lutte armée du Fatah et l'ouverture politique de 1989 signent la confusion dans leurs rangs. De riches extraits d'entretiens, traitant largement de la torture ou de l’isolement, illustrent constamment l’espace restreint des activités militantes possibles. L'étendue de la surveillance des services de renseignements comme des pratiques répressives se trouve mise à nu face à un engagement contestataire relevant alors d'une « semi-clandestinité ».

3Pénélope Larzillière analyse longuement les « devenirs militants », n'hésitant pas à s'appuyer sur une large bibliographie francophone comme anglophone sur la sociologie de l'engagement. Son approche démarre de façon étonnante par une « constatation qui paraît contre-intuitive » : les convictions de ses enquêtés suivent leur engagement politique et non l’inverse. Les chapitres s'enchainent alors pour nous décrire, pas à pas, la construction des différentes convictions idéologiques. Celles-ci sont façonnées notamment autour de l’incontournable « passeur » : un professeur, un animateur ou un oncle, et par la lecture de certains ouvrages tels ceux d'Antoun Saade, Abdel Nasser, Sayyid Qutb. Les organisations de jeunesse tout comme les campus universitaires structurent également les croyances politiques. Ces derniers sont choisis, y compris à l’étranger, en fonction des hégémonies idéologiques locales. Pénélope Larzillière s’appuie sur plusieurs expériences fortes pour illustrer le renforcement des convictions : les liens d’amitiés avec d’autres étudiants pan-arabistes à l’université de Damas, une bourse académique du Parti Communiste pour l'Europe de l'Est, etc. L'auteure nous livre la richesse des attitudes des militants interrogés : les islamistes déroulent fièrement leur succès scolaire et leur prétendue « bonne réputation », puis insistent sur la répression dont ils font l'objet encore récemment ; quant aux communistes, ils mettent parfois de côté leur réussite professionnelle pour discuter de l'échec politique de leur mouvement, ou pour témoigner des longues périodes de détention et de clandestinité.

4Les descriptions des « arènes » politiques de mobilisation sont les parties du livre les plus stimulantes. Très détaillées, ces descriptions s'appuient également sur d'autres sources jordaniennes, anglo-saxonnes et germanophones. Elles ont fait l'objet de plusieurs publications parallèles de l'auteure au sein de revues telles que Critique Internationale, International Journal for Conflict and Violence, Mouvements. Elles constituent un socle essentiel pour comprendre où et comment les rapports de forces politiques se mesurent en Jordanie. Au parlement et pendant les élections, peu de marge de manœuvre existe, les partis politiques restent encadrés et surveillés, la rue, réprimée. Sans accès aux palais ou aux faveurs des services de sécurité, les « arènes alternatives de mobilisation », comme les universités, les « syndicats professionnels » en références aux organismes proches de nos ordres corporatistes, et le milieu associatif deviennent parfois un lieu d’opposition. Pénélope Larzillière nous décrit leur rôle politique incontournable, l'étendue des possibilités d'engagement qu'ils offrent sans omettre les restrictions et pressions dont ils font l’objet. L’expérience estudiantine, « lieu d'apprentissage où s'acquiert le capital militant et politique », fait l’objet d’un chapitre entier, et précède l’entrée dans les ordres professionnels. Ces institutions, parfois menacées par des lois gouvernementales, restent garanties par leur rôle d'encadrement d’une population parmi la plus diplômée du pays. Ingénieurs, avocats, médecins, sages-femmes, journalistes, etc. ont l’obligation d’y adhérer pour pouvoir exercer. Cet ouvrage dresse des portraits détaillés de ces organismes : avec leur propre cotisation, leur sécurité sociale, des fonds de retraite et parfois des systèmes électifs internes « véritablement démocratiques ». Cette élite détentrice du savoir reste « indispensable à la mise en place de la politique de modernisation du pays ». L’auteure nous explique comment ces organismes, tel l’ordre des ingénieurs, en viennent à devenir les supports de comités de soutien aux Palestiniens, au boycott d'Israël, ou à la lutte nationale pour la liberté d'expression, contre la loi martiale. Sur les scènes politiques arabes, il est rare de constater l’existence d’institutions officielles à la fois légitimes politiquement et relativement autonomes par rapport au régime. Pénélope Larzillière insiste par là-même sur leur rôle de dissidence, jusqu’à constituer un modèle pour d’autres professions comme celle des enseignants. Ces derniers réussiront d’ailleurs à constituer leur propre institution en 2011-2012, pour devenir le fer de lance de la mobilisation en Jordanie.

5À côté de ces structures relativement anciennes, datant généralement des années 1950-1960, d'autres jordaniens contestent le régime via des registres de mobilisation distincts. À défaut d'être complètement « nouvelles », les associations et ONG se multiplient depuis les années 1990 en Jordanie et constituent peu à peu des lieux alternatifs d'engagement contestataire. Leur contre-expertise militante aux velléités réformatrices se conforme aux standards de « bonne gouvernance internationale » et à ses prétentions de dépassement idéologique. L'auteure évoque sur ce point une véritable « rente humanitaire » concernant un des premiers pays au monde en termes d'aides internationales per capita. Pourtant, elle admet la difficulté d'associer toute désaffectation pour le système partisan avec une prétendue dépolitisation par l’entrée dans le monde associatif. En effet, d'un côté on retrouve des reconversions professionnelles assez courantes de militants nationalistes et de gauche dans le milieu du plaidoyer. De l'autre, les militants islamistes assument complètement leur double positionnement, partisan et caritatif, par ailleurs bien connu. La description de cet espace d’expertise contestataire dévoile plutôt ici plusieurs revirements possibles de l’engagement en contexte coercitif. Dans les dernières parties de l’ouvrage, la sociologue de l'engagement insiste sur l’incertitude et l’amertume qui accompagnent la sortie de l’univers partisan. Elle consacre également vingt-quatre pages à trois carrières militantes dans la confrérie des frères musulmans, terminées par une exclusion à laquelle ces Jordaniens tentent de donner un sens. Ces profils particuliers illustrent la gestion des désaccords parmi les frères musulmans à propos de la complaisance à l'égard du régime ou sur le rôle politique tabou des palestiniens en Jordanie.

6Pénélope Larzillière nous décrit ainsi plusieurs formes d’engagements dans une histoire longue de la contestation, sur la base d’entretiens menés entre 2005 et 2010. L'enquête de terrain précède le « printemps » ou le « mouvement » jordanien de ces trois dernières années, très critique vis-à-vis du régime. L'auteure ne se consacre donc pas exclusivement à la jeune garde en première ligne dans les universités ou dans les rues du pays, dont l'expérience militante reste très récente. Néanmoins, elle les aborde aussi dans son livre et tente de cerner succinctement plusieurs dynamiques. Elle évoque un « renouvellement générationnel » et souligne que les « militants des organisations historiques s’y sont joints ». Les trajectoires militantes de cet ouvrage nous offrent ainsi un éclairage riche en détails sur la contestation en Jordanie, comme de nombreuses pistes concernant son renouvellement actuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Mirman, « Larzillière Pénélope, La Jordanie contestataire. Militants islamistes, nationalistes et communistes, Sindbad, Actes Sud, 2013, 248 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 23 mai 2014, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://remmm.revues.org/8573

Haut de page

Auteur

Yves Mirman

Doctorant à l'IEP d'Aix-en-Provence, Cherpa-Iremam

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page