Navigation – Plan du site
Lectures

Roussel Cyril, Les Druzes de Syrie. Territoire et mobilité, Beyrouth, Presses de l’Ifpo (avec le concours du Ministère des Affaires étrangères et du Cnrs et soutien de l’université F. Rabelais de Tours), 2011, 261 p., 50 fig.

Isabelle Rivoal

Texte intégral

  • 1 L’auteur de ce compte rendu a repris la translittération de l’ouvrage recensé (NDLR).

1Il y a deux façons de lire le livre de Cyril Roussel : la première en tant qu’étude de géographie contemporaine sur la Syrie ; la seconde comme une étude de la minorité druze au Proche-Orient, d’un point de vue de géographe. La compréhension de la Syrie (au sens large du Bilād al-shām) à partir d’une approche spatiale et par l’étude des relations entre ses territoires est forte d’une tradition scientifique qui a produit des modèles opératoires pour les sciences sociales. De l’ouvrage fondateur de Weulersse, Paysans de Syrie et du Proche-Orient paru en 1936, à l’étude générale de X. de Planhol sur les minorités en Islam (1997) en passant par le travail d’A. Hourani (Minorities in the Arab World, 1947) qui a théorisé l’opposition entre centres urbains et milieux montagnards, reprise et développée notamment par M. Seurat (L’État de barbarie, 1989) et N. Beyhum (Espaces éclatés, espaces dominés, 1991) dans leurs analyses de la guerre civile libanaise, l’articulation entre le fait communautaire et la tension entre les territoires des villes et des campagnes a constitué un cadre d’analyse dont la pertinence ne s’est pas démentie. Centré sur l’analyse d’une zone périphérique du Sud syrien, le Djebel1 al-‘Arab, majoritairement habité par la minorité druze, l’ouvrage de C. Roussel s’inscrit pleinement dans cette tradition. Il entreprend en effet de démontrer que la population et le territoire fonctionnent comme un tout ; autrement dit, reprenant la formule d’H. Lefebvre, il s’attache à montrer que la population produit son territoire. Mais elle le fait en fonction des contingences politiques et économiques en tant que région syrienne, dont les caractéristiques doivent être mises en regard des politiques de développement initiées par le pouvoir à Damas sur la durée du siècle.

2Cette histoire commence pour le Djebel en 1880, quand il est rattaché par le pouvoir ottoman à la wilāyet de Damas. Analysant ensuite la politique coloniale de la France durant la période du Mandat (1920-1946), C. Roussel replace le fait majeur de la révolte druze du Djebel de 1925-1927 dans la cadre de ses effets sur la relation entre la région et l’ensemble syrien. Après la victoire de Maysaloun et la fuite de Fayçal, les Français ont en effet fait le pari d’une politique de nationalisme communautaire, créant entre 1920 et 1921 cinq États en Syrie : le Liban chrétien, l’État alaouite dans le Djebel Ansariyé, l’État druze dans le Djebel al-‘Arab, l’État de Damas et celui d’Alep. La conception importée de l’État-nation sur l’espace syrien, loin de renforcer l’autonomie des enclaves par l’octroi d’un statut juridique distinct, a eu pour effet de jeter les bases de l’intégration politique et idéologique de ces régions à la Syrie (ce qui ne fut pas le cas pour le Liban). Après l’indépendance en 1946, puis la révolution baathiste de 1963, il n’y a pas eu de remise en cause du Djebel comme maille administrative parmi les 14 circonscriptions qui seront dessinées sur le territoire syrien. Cette continuité administrative avec la période coloniale ne doit cependant pas masquer les variations des politiques gouvernementales à l’égard de la région sur la période. Entre 1946 et 1954 en effet, le Djebel a souffert d’un retard de développement en raison des politiques anti-druzes des dirigeants successifs à Damas, qui ont culminé sous Chichakli par le bombardement de sa capitale Sweida en janvier 1954. Les politiques de cette décennie auront pour conséquence de différencier très nettement les niveaux de développement entre le versant sunnite de la muāfaza de Deraa qui connait alors une urbanisation rapide et le versant druze du Djebel al-‘Arab où l’absence d’infrastructure et de dynamisme économique amorce l’émigration, précoce à l’échelle des territoires syriens. C. Roussel n’évalue cependant pas systématiquement la politique mise en place après l’arrivée du parti Baath au pouvoir, et notamment les effets de la réforme agraire dont on sait qu’elle a amélioré le niveau de vie des paysans dans le Hauran. Sur ce point également, une analyse plus spécifique aurait permis de mesurer la « distance » sociale et politique entre les deux régions voisines, qui se retrouvent encore plus enclavées après 1981 suite à l’annexion du Golan par Israël. Et surtout, l’auteur – qui a pourtant repris à son compte le discours sur l’indépendance farouche des montagnards druzes et sur la défense pugnace de leur particularisme – passe étrangement sous silence le soulèvement druze contre le régime baathiste en 1967 ou les manifestations anti-Bachar al-Assad de 2001 à la suite d’un conflit local entre sédentaires druzes et bédouins sunnites.

  • 2 Selon la thèse exposée par F. Balanche dans un article fort didactique sur la « Géographie de la ré (...)

3Le choix fait par l’auteur consiste, il est vrai, à mesurer les dynamiques régionales par le prisme des migrations, et sur ce point, du déploiement des migrations internes à l’espace syrien dans le but d’évaluer la domination du « centre » sur ses « périphéries ». Analysant précisément les différentiels de population entre Damas et le Djebel, le développement de « points de fixation » de la population druze à Jeramana et Bab Moussala dans la banlieue de la capitale, l’essor à partir des années 1990 des transports en commun qui favorisent les commutations pendulaires, C. Roussel établit que le Djebel est statistiquement en tête des « régions-déversoir » (p. 92) vers Damas. Ici encore, l’analyse des réseaux migratoires permet de constater une identité de phénomène pour la région au sens large, mais avec des destinations résidentielles divergentes pour les druzes, les sunnites et les chrétiens ; les migrations internes à l’espace syrien sont ainsi fortement communautarisées. Mais à quel point cette situation de morcellement, que l’on « voit » clairement dans l’appareil cartographique que propose C. Roussel, est-elle le produit d’une inscription communautaire dans le territoire ou au contraire le résultat d’une politique délibérée d’un régime qui a joué la fragmentation territoriale pour empêcher les révoltes2 ?

4Cette démonstration précise de la profonde communautarisation des territoires, aussi bien régionaux que dans les périphéries urbaines, et des réseaux de circulation constitue la principale contribution de l’approche très monographique développée dans cet ouvrage. On regrettera peut-être que l’auteur n’ait pas consacré quelques pages à une esquisse plus générale, voire à un essai de modélisation, du fonctionnement des territoires communautaires dans l’espace syrien en comparant la situation spécifique du Djebel avec le territoire alaouite du Djebel Ansariyé (étudié par F. Balanche) ou de la région centrale de Deir ez-Zor (étudiée par J. Hannoyer). Cette limite s’explique toutefois par la perspective qui sous-tend l’enquête et que C. Roussel expose dès les premières pages de son travail. Il s’agit en effet avant tout de comprendre le « paradoxe géographique » qu’offre la minorité druze à l’échelle du Proche-Orient. Connus pour former une communauté compacte, repliée sur elle-même, cultivant son entre-soi par le secret de sa religion, la promotion de l’endogamie et la préférence communautaire, on attendrait des druzes un habitat homogène, explique C. Roussel. Or le géographe observe d’abord une communauté éclatée territorialement, et qui pourtant semble partout adaptée à un environnement dominé par l’islam orthodoxe. L’objectif affiché de l’auteur est alors de questionner le fonctionnement de ce « chapelet de poches de peuplement » (p. 26). Ce faisant, l’ouvrage offre un éclairage original sur cette minorité druze appréhendée certes à partir de l’un de ses foyers de peuplement, parce qu’elle y est saisie dans sa transversalité, par les circulations incessantes qui conservent à la communauté son unité si caractéristique ; et ceci, en dépit de conflits factionnels violents qui ont souvent été la cause de la dispersion communautaire.

5En fait, observe C. Roussel, le caractère polycéphale du peuplement druze remonte à l’époque originelle de la prédication (da‘wa) au xie siècle, alors que les missionnaires en butte à l’hostilité des autorités favorisaient la diffusion de leur doctrine par la création d’espace exigus et l’entretien d’une « bulle communautaire » (p. 28). S’agissant du Djebel, les premières migrations importantes ont lieu au xviie siècle, d’abord comme résultat de l’exil des clans et familles défaits lors des affrontements inter-factionnels, puis en raison de l’attractivité exercée par le foyer de peuplement, relativement indépendant de l’autorité d’Istanbul, sur les coreligionnaires druzes. La première partie de l’ouvrage est consacrée à la lecture de ces dynamiques de peuplement qui vont progressivement conduire, au terme d’un processus de conquête des colons druzes sur l’espace occupé par les bédouins sunnites, à la constitution de cette « montagne des druzes », à la fois bastion et refuge. En effet, lorsque l’État du Djebel est créé en 1921, les druzes comptent pour 85 % de la population (pour près de 10 % de chrétiens et 5 % de musulmans sunnites) (p. 34). L’unité forgée dans la conquête du territoire sur les tribus bédouines nomadisant dans l’espace sera renforcée par le leadership devenu mythique de Soltan al-Attrach lors de la révolte de 1925-1927 contre le Mandat, dont la longévité achève de faire de ce territoire « un réduit communautaire et identitaire » (p. 61).

6Dès lors, ce sont les dynamiques typiques d’une espace « clos » que C. Roussel s’attache à décrire. Dès 1950, soit peu de temps après l’indépendance du pays, le Djebel cesse d’attirer et les flux migratoires se renversent dans le courant de la décennie sous l’effet de la contrainte politique exercée par le gouvernement de Chichakli notamment. L’analyse de la structure de la population sur la deuxième moitié du XXe siècle révèle une forte décroissance de la population qui s’explique par la conjonction entre une baisse du taux de fécondité qui commence au début des années 1980 pour les druzes (soit avant le reste de la population syrienne) et l’accélération de l’émigration à la même période. Conséquence de cette pression démographique décroissante et du potentiel quasiment nul d’attractivité d’une région à si forte dominante communautaire, les villes et bourgades de la région sont peu dynamiques et l’armature urbaine régionale reste médiocre. En 1970, la croissance de Sweida, sa capitale, est parmi les plus faibles de Syrie. En comparaison encore, la muāfaza voisine de Deraa connaît une urbanisation rapide avec l’existence, en 2004, de 11 villes accentuant ainsi l’écart structurel entre les provinces voisines du Sud syrien (p. 78). L’étude détaillée de l’organisation spatiale comparée de ces deux provinces, à laquelle est consacré un chapitre de l’ouvrage, conclut à l’existence de deux territoires disjoints dont les populations, chacune en lien avec la capitale à laquelle sont reliés leur trame commerciale et leurs échanges, s’ignorent presque totalement. Il suffit pour cela d’établir un relevé du réseau routier pour en prendre la mesure. Ainsi, si le territoire n’est pas un isolat car il entretient de nombreuses relations avec l’extérieur, analyse C. Roussel, il apparait toutefois « comme un isolat partiel en raison de la faiblesse des flux qui y convergent » (p. 115).

7Le fonctionnement de l’espace du Djebel dépend donc étroitement du système migratoire international que ses habitants ont progressivement développé. C’est dans cette troisième partie de l’étude que l’enquête de C. Roussel est la plus novatrice, notamment en raison des protocoles d’enquête originaux qu’il développe pour compenser la rareté des données statistiques. Sans surprise, on constate que l’intensité de l’émigration est très forte dans les villages à ancienne vocation agricole de la montagne alors qu’elle est quasiment nulle dans les quartiers druzes commerçants de Jeramana. Mais, à partir de ce constat, c’est à la description des différents champs migratoires que s’attache C. Roussel, à leur déploiement historique, aux circulations qui se développent entre ces différents ancrages, du proche Liban aux destinations internationales en Amérique du Sud, en Afrique, en Australie, en passant par les pays pétroliers du Golfe. En combinant le relevé des ventes de billets d’avion, le recueil des communications téléphoniques internationales sur une année et de nombreux entretiens qui révèlent la multiplicité et la variété des trajectoires individuelles ou familiales, C. Roussel parvient à rendre compte de manière suffisamment concrète de cet espace de mobilité, au centre duquel le Djebel fonctionne comme un refuge identitaire et un horizon de retour : l’espace communautaire devient « espace-ressource » (p. 187). La migration, surtout lointaine, fait toujours courir le risque d’une « dissolution » de l’identité druze. Les réseaux de migrants se sont depuis longtemps organisés pour favoriser les mariages endogames par l’organisation de visites de retour pour les jeunes en âge de se marier ou encore par la circulation des religieux entre les espaces de concentration druze pour maintenir l’éthique communautaire en permettant à ces émigrés d’accéder à l’initiation (p. 139). On aurait aimé que l’auteur consacre un peu plus de développements à l’étude quantitative et qualitative de ces circulations non directement liées à des facteurs économiques, entre les différents espaces druzes : les circulations des religieux entre Israël, la Syrie et le Liban, la convergence vers le centre religieux d’al-Bayyada près de Hasbaya, l’organisation des congrès druzes au Proche-Orient, en Amérique, en Australie, à ces étudiants du Golan qui viennent étudier à Damas, à l’intensité des relations matrimoniales enfin, qui sont essentielles pour maintenir cette « proximité sociologique » dans un contexte d’éclatement territorial.

8Logiquement, l’ouvrage s’achève par l’étude de l’impact de la migration sur l’espace communautaire du Djebel. Elle se traduit essentiellement par la création de quartiers nouveaux où les riches émigrés de retour rivalisent de villas somptueuses et s’aménagent un tissu de commerces et de commodités importés d’ailleurs. Ces nouvelles dynamiques urbaines, analysées principalement dans la ville de Sweida et la localité de Najran, ont un impact restreint sur le dynamisme économique de la région, puisque les investissements productifs demeurent exceptionnels – pour la raison avouée de la trop grande incertitude politique dans le pays.

9On ne saurait conclure cette recension sans saluer le remarquable appareil cartographique en annexe de l’ouvrage, qui offre une projection convaincante de l’ensemble des phénomènes analysés par l’auteur – même si le relevé des villages de la région n’est pas tout à fait exhaustif. Ces 50 planches de cartes réalisées et maquettées avec beaucoup de soin constituent un support d’une grande richesse qui fixe la connaissance géographique de cette région du sud de la Syrie pour la période dont on sait maintenant qu’elle précédait une phase de changement politique et social qui aura nécessairement un impact sur ce territoire.

Haut de page

Notes

1 L’auteur de ce compte rendu a repris la translittération de l’ouvrage recensé (NDLR).

2 Selon la thèse exposée par F. Balanche dans un article fort didactique sur la « Géographie de la révolte syrienne », Outre Terre, 29 (2011) p. 437-458.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Rivoal, « Roussel Cyril, Les Druzes de Syrie. Territoire et mobilité, Beyrouth, Presses de l’Ifpo (avec le concours du Ministère des Affaires étrangères et du Cnrs et soutien de l’université F. Rabelais de Tours), 2011, 261 p., 50 fig. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015, mis en ligne le 13 juin 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8601

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page