Navigation – Plan du site

Caratini Sophie, Les non-dits de l'anthropologie, Éd. Thierry Marchaisse, coll. « Les non-dits », 2012, 187 p.

Eléonore Armanet

Texte intégral

1Paru en 2012 aux éditions Thierry Marchaisse, l'ouvrage de Sophie Caratini constitue la deuxième édition d'un livre paru en 2004 (P.U.F., Coll. Libelles). Le texte, révisé, a été actualisé, augmenté d'une préface qui en dessine la genèse, et clôturé par un dialogue avec Maurice Godelier.

2Directrice de recherche au CNRS et spécialiste des sociétés nomades du nord-ouest saharien, l’auteur dessine là une audacieuse « anthropologie de l'anthropologie » (p. 17). Dans cet essai d'épistémologie réflexive, elle rend ainsi hommage à ce qu'elle nomme le « traumatisme du terrain », mettant en lumière toute la fécondité heuristique de la subjectivité dans l'élaboration du savoir anthropologique, pour peu que l'ethnographe veuille bien faire de l'expérience une matière (p. 10). Trou dans le discours des anthropologues ? Refoulé majeur ? L'auteur souligne combien les effets de choc physique, émotionnel et psychique, tant à l'œuvre sur le terrain, se trouvent bien souvent occultés dans l'écriture ethnographique. C'est que l'analyse réflexive demeure encore marginale au sein de l'anthropologie aujourd'hui. Or, on ne s'engage pas par hasard dans une discipline « qui demande à ses chercheurs d'aller expérimenter la différence, de frôler la lisière entre la distinction et la confusion » (p. 16) : la quête d'altérité s'ancre dans une problématique personnelle, qui conditionne l'épreuve ethnographique et ses apprentissages.

3Sophie Caratini s'intéresse à ce moment fondateur qu'est le terrain, mais aussi à ce qui le précède et à ce qui lui succède. Au moyen d'un argumentaire patiemment construit, l'auteur démontre dans quelle mesure la rencontre avec l'Autre culturel affecte toujours une altérité intime - cette part d'ombre en soi « dont l'archéologie est à chercher bien en deçà de la première expérience de terrain » (p. 17). « Faire science » en anthropologie, ce serait alors effectuer un nécessaire « travail de dévoilement à soi-même » (p. 18) pour assumer, en les restituant, les parts de vacillement subjectif et de dépaysement intérieur qui auront présidé à la construction des savoirs. En émaillant ça et là son discours de témoignages autobiographiques en lien avec son terrain parmi les Rgaybat de Mauritanie, l'auteur dessine pas à pas la généalogie du parcours institué qui, mené à terme, validera l'entrée de l'apprenti-chercheur dans la communauté scientifique. Initiatique et solitaire, ce chemin évolue « de la théorie à la pratique, puis (…) de la pratique à la théorie » (p. 19).

4L'enseignement universitaire en constitue le premier volet. D'emblée, une question est posée. Quelle transmission est-elle possible, « si l'anthropologie est avant tout une méthode qui relève d'une expérience personnelle » (p. 20) ? A moins d'être posée en science de l'Autre (et non de soi), l'anthropologie « ne s'enseigne pas, ou si peu » (p. 137), affirme en substance Sophie Caratini. Et l'auteur de pointer quelques-uns des processus d'objectivation inhérents à l'enseignement de cette « science de l’homme » : on occulte les postulats épistémologiques, ratio-centrés, de la discipline et leur impact sur la construction des savoirs. Partant, on identifie la méthode à une question technique (p. 31) et l'on tait la nature relationnelle de l'enquête, inséparable de l'expérience sensible qui la rend possible. En bref, on fait de l'Autre un objet scientifique.

5Vient le second volet, la rencontre avec la société-hôte, étape où «  l'état du corps domine » (p. 55), tant l'anthropologue doit « éprouver pour accéder au savoir » (p. 45) – sur l'Autre, sur lui. Peu ou prou, il lui faut établir des relations avec des inconnus, assumer les places qui lui sont attribuées dans la société étudiée, gérer les effets transférentiels de la rencontre et, lorsque l'étrange vient recouvrir le connu, faire l'expérience régressive de l'impuissance, de l'incompréhension et de la dépendance. Le vécu de cette « indispensable déstabilisation » (p. 58) avant l'acquisition de nouveaux repères culturels et linguistiques est d'autant plus une source d'inconfort, voire d'angoisse, que rien n'en avait été dit à l'université. Pourtant, selon Sophie Caratini, c'est bien « de la profondeur de l'ouverture », du « degré de traumatisme » (p. 46) que dépendra l'élargissement du champ de la conscience et, partant, l'importance du savoir acquis par l'ethnographe.

6Rencontre de mémoires, d'associations conscientes et inconscientes, de relations de pouvoirs et de désirs, le champ relationnel du terrain est, jusqu'à la fin, traversé par une quête : celle d'un apprivoisement et d'une connaissance réciproques, toujours à négocier. De part et d'autre, l'enjeu, s'il est épistémologique, est aussi existentiel et politique (p. 72). Car de leur image et de leur place auprès d'autrui, l'anthropologue et le groupe-hôte ont bien, chacun, quelque chose à façonner – l'un auprès de l'institution universitaire, l'autre auprès des pouvoirs locaux ou internationaux. Au début de son apprentissage ethnographique, observé tout autant qu'il observe, l'anthropologue doit expliciter auprès de ses hôtes les raisons de sa quête inédite. Pour obtenir leur protection, il lui faut séduire, « donner les bons signes » (p. 98) – ceux de l'étranger qu'on accepte. Peu à peu, l'indigénisation de son altérité s'effectue au fil de gestes que l'Autre offre à son corps – le don de nourriture, la sécurité d'un lit, l'octroi d'un statut de parent, d'allié ou d'ami (…). Sa participation aux savoir-faire du groupe le conduit à faire l'expérience d'une sortie de lui-même : le chercheur est à la fois dedans et dehors, car il observe en même temps qu'il prend part aux pratiques collectives. Il lui faut alors beaucoup de temps pour élaborer la confiance, construire des relations dans la durée... Comment l'alliance tissée entre lui et ses hôtes ne rendrait-elle pas chimérique toute aspiration à la neutralité et l'objectivité ? Endetté de savoir, le voilà placé devant l'impératif de sa responsabilité et l'impossibilité éthique du tout-dire.

7De retour dans sa culture d'origine, pourtant, l'anthropologue doit bien inscrire ce savoir dans le langage de la science, une science aux normes eurocentrées, objectivistes et universalistes. C'est là le troisième et dernier volet de son cheminement initiatique. Pour procéder à l'analyse et à l'interprétation des données produites sur le terrain, à leur mise en forme à travers l'écriture, le chercheur doit épouser un discours pensé en termes de démonstration. Il s'agit de « re-présenter » la culture du groupe-hôte et, partant, de transformer l'Autre-sujet en objet. Pour ce faire, l'anthropologue doit effacer sa propre subjectivité en occultant le vécu du terrain et sa valeur heuristique. En d'autres termes, il lui faut passer sous silence la nature intersubjective de son enquête et ses durables effets de transformation sur lui. Pourtant, de sa métamorphose intérieure et de ses facultés d'intuition dépendra bien toute sa capacité à témoigner (ou non) de la pensée de l'Autre.

8Dans l'ultime partie de son analyse, Sophie Caratini invite à adopter une posture épistémologique nouvelle, qui reconnaîtrait à la quête ethnographique sa part d'errance créative. Une telle posture mettrait bien sûr en exergue les subjectivités - toujours singulières - des chercheurs dans l'acquisition et la production de leurs connaissances. Surtout, elle mettrait en lien les développements théoriques de la discipline avec les expériences qui les ont en partie suscités (p. 140).

9Point d'orgue à la démonstration, l'entretien de l'auteur avec Maurice Godelier tient lieu et place d'épilogue. Evoquant la dimension vécue de son terrain chez les Baruya en Papouasie-Nouvelle Guinée, Maurice Godelier borde ainsi le propos du livre, en même temps qu'il le valide. Son affirmation qu'en réalité, « nos interlocuteurs sont nos maîtres » (p. 160) sonne comme un brûlant rappel.

10Comment ne pas se féliciter de l'ambitieuse démarche de Sophie Caratini ? L'ouvrage reflète la santé d'une discipline qui, de manière heureuse et féconde, s'interroge sur son ancrage épistémologique et ses méthodes, au risque de s'affranchir de ses non-dits les plus défensifs et tenaces. On le notera toutefois, la réalité académique décrite ici pourra sembler trop confinée au paysage français. On sait, par exemple, combien la posture réflexive est aujourd'hui devenue courante et légitime en monde anglo-saxon. À cet égard, le lecteur pourra regretter le peu de références en anglais présentes dans la bibliographie.

11Par ailleurs, tous les anthropologues ne se reconnaitront pas dans le regard posé par l'auteur sur la rencontre anthropologique et ses effets. Même envisagées comme des procédures cognitives fécondes (p. 12), les notions de traumatisme, de « fissuration intérieure » (p. 122), de « fractures psychiques » (p. 127) revêtent des connotations dramatiques, qui ne feront pas forcément consensus parmi celles et ceux qui ont goûté à l'aventure du terrain.

  • 1 Au fil des pages, l'auteur évoque, par exemple, l'acquisition d'une double grille d'interprétation (...)

12Enfin, il nous semble que Sophie Caratini propose une approche quelque peu logocentrée du sujet (et partant, du savoir), à l'aide d'une lecture aux accents parfois très psychanalytiques. S'il est vrai que l'anthropologie est avant tout une science de la rencontre, alors les dimensions pré-verbales d’intercorporéité et d'affectation réciproque, inhérentes à l'expérience ethnographique, sont peu mises en lumière. Par suite, l'auteur désigne le vécu du terrain en termes de dédoublement cognitif1, là où d'autres pourraient le décrire dans les termes d'une subjectivité élargie, voire d'une trans-subjectivité qui, située au bord du pensable, se dérobe au sens et à la mise en discours.

13Mais la grande force de l'ouvrage est ailleurs. Elle réside dans sa capacité à susciter le retour réflexif, le questionnement rigoureux, la pensée créative. En cela, la leçon est remarquable.

Haut de page

Notes

1 Au fil des pages, l'auteur évoque, par exemple, l'acquisition d'une double grille d'interprétation (p. 57), d'une « double structure cognitive » (p. 58), d'un « nouveau Ça (…) par-dessus l'autre » (p. 93).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eléonore Armanet, « Caratini Sophie, Les non-dits de l'anthropologie, Éd. Thierry Marchaisse, coll. « Les non-dits », 2012, 187 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 04 juillet 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/8610

Haut de page

Auteur

Eléonore Armanet

Maître de conférences à l'Université d'Aix-Marseille, membre de l'IDEMEC

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page