Navigation – Plan du site
Lectures

Hachemaoui Mohammed, Clientélisme et patronage dans l’Algérie contemporaine, Karthala-IREMAM, coll. Terrains du siècle, 2013, 205 p.

Layla Baamara

Texte intégral

1Bien que l’intervalle 1989-1992 marque la fin du régime de parti unique en Algérie, la dynamique de libéralisation politique amorcée alors s’enraye avec la suspension du second tour des élections législatives par l’armée le 11 janvier 1992. Mais après trois ans de gestion par une instance non élue – le Haut comité d’État –, l’élection présidentielle de 1995 et la nouvelle Constitution adoptée en 1996 ne semblent pas remettre en cause les principaux acquis consécutifs aux mouvements de 1989. Des élections sont ainsi régulièrement organisées et voient concourir différents partis politiques, y compris ceux se réclamant de l’opposition. Ce type d’attribut démocratique ne doit cependant pas occulter les processus de délibéralisation qui sont à l’œuvre depuis la fin des années 1990. La corruption, le clientélisme, l’accaparement des ressources ou encore les fraudes électorales limitent en pratique l’accès aux positions de pouvoir.

2Dans le sillage des travaux de Michel Camau, Vincent Geisser, Thomas Carothers, Oliver Schlumberger et d’autres, Mohammed Hachemaoui constate que le régime politique algérien a su s’accommoder de la globalisation démocratique. Dans Clientélisme et patronage dans l’Algérie contemporaine, l’auteur prolonge sa réflexion sur les ressorts et les modalités de la persistance de l’autoritarisme. C’est à travers un détour ethnographique par les « profondeurs du pays » qu’il invite à repenser l’étude du politique en Algérie et prend à contrepied un certain nombre de théories et approches existantes. Face aux limites des analyses transitologiques, néo-orientalistes et en termes de « malédiction des ressources naturelles », il s’agit pour l’auteur de privilégier une approche par le bas qui redonne toute leur place aux acteurs et aux interactions dans l’analyse du politique. La politique électorale, objet souvent délaissé dans les travaux portant sur des régimes autoritaires, constitue à cet égard une entrée particulièrement pertinente pour décrypter les pratiques qui, sur scène comme en coulisse et en amont comme en aval de l’élection, façonnent le jeu politique et contribuent à reproduire l’ordre en place. La contribution de l’auteur apparaît d’autant plus inédite que l’objet étudié comme la méthode adoptée sont marginaux dans la production scientifique sur l’Algérie.

3Malgré la fraude et le caractère uniquement formel auxquels sont généralement associées les élections algériennes, Mohammed Hachemaoui montre que celles-ci sont loin d’être dénuées d’enjeux. Au contraire, son terrain révèle qu’une institution politique telle que l’Assemblée populaire nationale (APN) demeure particulièrement attractive et que les élections législatives constituent un moment où se (re)définissent des transactions complexes sur les scènes politiques locales. En prenant pour point de départ la question des logiques et des modalités selon lesquelles s’opèrent les investitures, l’auteur s’interroge à la fois sur le rôle du tribalisme et du maraboutisme et sur la place du clientélisme et de la corruption dans le jeu électoral. La thèse de l’ouvrage consiste à démontrer qu’il s’agit de quatre répertoires dont l’hybridation apparaît indispensable à la réussite d’une entreprise électorale et caractéristique des pratiques politiques en Algérie.

4Dans cette perspective, l’auteur avance successivement que les traditions tribales (première partie) et maraboutiques (deuxième partie) n’ont pas persisté au fil des années mais qu’elles sont en réalité l’objet de réinvestissements et de reconstructions de la part des acteurs. Ce qu’il qualifie de « tribalisme sans tribu » et de « (ré)invention de la tradition maraboutique » fonctionnent comme des ressources et des registres de mobilisation qui s’imbriquent dans des relations clientélaires et des réseaux de corruption (troisième partie).

5La démonstration s’appuie sur un matériau empirique particulièrement riche recueilli dans le contexte des élections législatives de 2002 sur deux terrains d’enquête : l’un à Tébessa, l’autre à Adrar, circonscriptions administratives (wilaya) respectivement à l’Est et au Sud-Ouest du pays. La première est connue pour l’importance de ses tribus et de ses réseaux de contrebande, la seconde pour celle de ses loges confrériques et la pauvreté de son économie locale. Les deux ont en commun d’avoir été des lieux de recrutement des élites politiques nationales. Adosser la description des spécificités des cas étudiés à une présentation plus détaillée de la structuration du champ politique et de ses principaux acteurs, aux niveaux local et national, aurait été bienvenue pour les lecteurs peu familiers de l’histoire politique algérienne.

6S’inscrivant dans une démarche d’ethnographie interprétative, Mohammed Hachemaoui a privilégié l’immersion et l’observation participante comme méthodes d’enquête. Permettant de prêter attention aux langages, aux symboles, aux pratiques et aux significations que les acteurs leur attribuent, cette démarche apparaît en effet incontournable pour appréhender des phénomènes politiques et sociaux qui relèvent le plus souvent de l’informel. Les descriptions ethnographiques et les extraits d’entretien qui introduisent chacune des deux premières parties, ainsi que le livret photographique qui les séparent, donnent à voir, à sentir, à entendre la campagne des candidats. Certains regretteront peut-être que ces éléments ne soient pas davantage mis en avant compte tenu de la rareté de tels matériaux dans les travaux récents sur l’Algérie.

7Dans la première partie, l’auteur s’interroge sur le rôle apparemment prépondérant des tribus dans la politique électorale à Tébessa. Il commence par constater que malgré les bouleversements historiques qu’a connus l’Algérie, les solidarités et les rivalités tribales semblent persister : la présence, le poids démographique et les fractions des Nememsha, Awlâd Yahia et Awlâd ‘Abîd sont effectivement connus de tous dans la région. Partant de cette observation, le propos vise néanmoins à démontrer que la tribu est aujourd’hui un artefact. Pour ce faire, l’auteur livre dans un premier chapitre un exposé critique de la littérature traitant des relations entre État et tribus au terme duquel il conclut que les modèles existants – marxiste, khaldunien et segmentaire – ne permettent pas d’appréhender de manière satisfaisante le fait tribal en Algérie tant dans sa trajectoire historique que dans ses pratiques quotidiennes. Dans une perspective socio-historique, le chapitre suivant revient sur la généalogie et l’histoire des tribus de Tébessa. Si les divisions et la perte de ressources et d’effectifs entraînées par la colonisation affaiblissent l’institution tribale, celle-ci ne disparaît pas pour autant des représentations et des discours sociaux dominants. Mohammed Hachemaoui rappelle à cet égard que les appartenances et les clivages tribaux ont pesé dans la lutte pour l’indépendance mais que la guerre les a également façonnés en retour.

8En fait, si la tribu s’est décomposée au fil de l’histoire contemporaine algérienne, il en va différemment du tribalisme. Entendu comme « langage social » et « mode de représentation », le tribalisme perdure sans la tribu. On comprend que le fait tribal se résume désormais à des symboles, des codes et des registres de significations, de légitimation et de mobilisation socialement partagés qui constituent autant de normes informelles à respecter –  notamment par les candidats en campagne pour des élections – et qui ont des effets pratiques. Le dernier chapitre montre que le tribalisme fonctionne comme une ressource incontournable dans le jeu électoral local. Cependant, dès lors que les appartenances tribales sont recensées, qu’elles sont porteuses de sens pour les acteurs et qu’elles façonnent leurs pratiques, peut-on finalement conclure à l’absence de tribu ? Quelques éclaircissements aideraient à mieux cerner l’argument avancé. Certes, l’auteur montre bien que les rapports de force tribaux sont mouvants et que disposer d’un « réservoir électoral tribal » ne suffit pas à faire l’élection : l’insertion dans des réseaux de clientèles et la distribution de pots-de-vin constituent deux autres ressources essentielles pour les candidats. Toutefois, le fait que l’appartenance tribale soit considérée comme une source de légitimation nécessaire compte tenu des « réservoirs électoraux » qui lui sont associés incite à se demander si ces derniers correspondent à une réalité sociale observable ou s’il s’agit de ressources symboliques que les acteurs revendiquent afin de peser dans le jeu politique local.

9À partir d’un cheminement de réflexion similaire, la deuxième partie de l’ouvrage vise à expliquer les ressorts et les modalités de la domination de certains types de répertoires dans l’arène électorale de la région d’Adrar. Le recours à l’anthropologie historique permet de montrer qu’à l’image des tribus à Tébessa, les loges confrériques et les marabouts en tant que fondements de l’organisation politique et économique de la région sont mis à mal par la colonisation mais que les clivages sociaux et les rapports de domination qu’ils impliquaient ne disparaissent pas pour autant. L’auteur explique que le maraboutisme « en tant que représentation discursive » perdure en se recomposant, non sans être favorisé par le soutien étatique à l’islam confrérique depuis les années 1990. Son ethnographie du jeu électoral en 2002 vient étayer et illustrer cette affirmation. La comparaison des parcours, des capitaux et des pratiques de campagnes de deux candidats – l’un devenu notable du cru, l’autre « étranger » (berrâni) – illustre à quel point la maîtrise des codes de l’ordre social local est indispensable pour apparaître crédible. Comme dans le cas de Tébessa, on peut se demander, au terme de l’exposé, si le pouvoir mobilisateur associé aux confréries et aux marabouts a des traductions sociales concrètes ou si la recherche de leur soutien obéit à des logiques qui n’ont de sens que pour le nombre limité d’acteurs qui prennent part directement ou non au jeu électoral.

10Bien que l’auteur l’esquisse déjà en amont, la troisième partie montre bien que le tribalisme et le maraboutisme ne constituent des répertoires efficaces que si les candidats les mobilisent pour créer ou renforcer des relations clientélaires et s’ils disposent des ressources financières nécessaires à leur entretien. L’immersion en période électorale apparaît ici particulièrement précieuse en ce qu’elle permet au chercheur de mieux saisir les luttes d’influences qu’impliquent la fabrique du clientélisme et du patronage – des luttes qui dépassent bien souvent l’arène strictement locale. Les développements de cette partie qui s’achève sur le cas de la campagne d’A. Bouteflika pour l’élection présidentielle de 2004 nous renseignent finalement sur ce qui fait l’élection en Algérie. En effectuant des recensements tribaux ou des visites pieuses aux loges confrériques, les candidats contribuent à (ré)inventer des traditions locales et à perpétuer l’influence de ceux qui en sont les agents. Au-delà de la légitimité et des garanties de ralliement d’électeurs qu’ils en retirent, ces entreprises sont indissociables des rapports de patronage et de corruption qu’elles permettent de construire et/ou d’entretenir. C’est ainsi, dans un contexte que l’auteur qualifie d’« autoritarisme libéralisé », que les acteurs politiques dominants perpétuent leur domination.

11La réflexion de Mohammed Hachemaoui s’achève sur le rôle prééminent de l’argent. Sous couvert de tribalisme, de maraboutisme et de clientélisme, l’« affairisme » constitue un répertoire de plus en plus investi par les candidats du pouvoir central pour assurer la reproduction de l’ordre autoritaire. Dans l’attente de développements plus détaillés sur le rôle des tycoons et des pratiques de corruption, la densité et l’ambition de la réflexion comme la solidité du matériau empirique font de cet ouvrage une contribution majeure à la compréhension des fondements et des logiques de fonctionnement de la politique en Algérie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Layla Baamara, « Hachemaoui Mohammed, Clientélisme et patronage dans l’Algérie contemporaine, Karthala-IREMAM, coll. Terrains du siècle, 2013, 205 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 138 | décembre 2015, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 31 mai 2016. URL : http://remmm.revues.org/8614

Haut de page

Auteur

Layla Baamara

Doctorante en science politique à Sciences Po Aix (CHERPA) et ATER à l’université Paris-Dauphine (IRISSO)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page